Croyances

PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Ecritures.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


Saül et le Coffret (ٱلتَّابُوتُ).


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite page 3

   Erreur fatale. L'Histoire face à elle-même.

   Le monde de la Synagogue et de la Torah commettra une erreur fatale : il fera arrêter son "Histoire sainte" à Malachie[5]. Passera au-dessus de l'ère torano-évangélique, puis l'ère coranique pour se projeter dans l'inconnu, loin devant, soit avec : La venue annoncée du Machia'h, la fin des temps ! Mais un problème nouveau surgit : l'identité de Malachie ! Selon une opinion, il serait en réalité Ezra lequel personnage se voit investi de pouvoirs égaux à Mochè ! Ainsi, et pour le monde biblique :
   Esdras a créé la Grande Assemblée de 120 sages dont auraient fait partie les prophètes Aggée, Malachie et Zacharie ainsi que Daniel. Cette assemblée évolua avec le temps pour devenir le Sanhédrin, tribunal suprême et arbitre de la loi juive. Sous son autorité, cette assemblée aurait édité les livres de Daniel, Esther et Ézéchiel[6].
   Ça, dirons-nous, est la version du monde biblique, pas la nôtre. La version coranique limite la mission d'Ozair à la restauration de la Torah disparue des cœurs des Fils d'Israël. A la croyance en la Résurrection pour rasséréner les cœurs, et surtout en la foi de la Prédestination.

   La stature de Mochè et celle d'Esdras.

   On a dit : Dans certains courants de traditions juives, on prête à Esdras l'équivalent de la stature de Moïse qui aurait lui aussi mérité de recevoir la Torah. Ces courants le créditent de la rédaction de son livre et de celle des Chroniques[7].
   Nous dirons : On crédite le prophète 'Ozair (عليه سلام) de la rédaction du Livre divin, la Torah. Ce qui est étonnant de la part des courants yéhudim et de leurs sectes, c'est que ces derniers refusent à tout fils d'Adam d'être l'équivalent du prophète-messager Mochè excepté pour le dénommé Esdras[8] !

   La voie prise par les réformateurs. La dérive des rabbanim.

   Avec Babel (première promesse divine), c'est l'avènement dit des 'Sages' qui prend le dessus. Les gens de la Synagogue pourront voter des nouvelles lois. Le texte toranique perd son autorité. C'est le triomphe des rabbanim, ils deviennent les nouveaux "seigneurs" de la société yéhudie, en dehors de leur Créateur et Seigneur.
   On a dit : (...) Ce texte marque un tournant : l’avènement de l’ère talmudique qui prend la suite de l’ère biblique : la Torah réside désormais parmi les Sages et non les prophètes[9]. Ils ont autorité pour fixer la loi et leur voix l’emporte même sur la voix du Ciel[10]. Elle vient autant de la sagesse humaine, sinon plus, que de la prophétie[11]. Le principe est déjà inscrit dans la Torah[12] : « Si tu es impuissant à te prononcer sur un cas judiciaire… sur un litige quelconque porté devant tes tribunaux, tu te rendras à l’endroit qu’aura choisi YHVH ton Dieu, tu iras trouver les pontifes, descendants de Levi ou le juge qui siégera à cette époque, tu les consulteras et ils t’éclaireront sur le jugement à prononcer. Et tu agiras selon leur déclaration, émané de ce lieu choisi par YHVH et tu auras soin de te conformer à toutes leurs instructions. Selon la doctrine qu’ils t’enseigneront, selon la règle qu’ils t’indiqueront tu procéderas, ne t’écarte pas de ce qu’ils t’auront dit ni à droite ni à gauche. »[13]
   C’est donc paradoxalement avec l’affirmation du pouvoir des Sages, de leur supériorité sur les prophètes et donc Moïse que repose la tendance à l’immanentisation de la Torah : « Sans les sages il n’y a pas de Torah » (Levitique Rabba 11, 7). Ainsi, il y a, selon Rabbi Ismaël (Sota 16 a), des aspects de la Torah où la halakha l’emporte sur l’Écriture. La loi du fils rebelle, par exemple, est selon lui sans objet pratique : « Pourquoi l’écriture alors l’a-t-elle inscrite ? Pour que tu puisses l’étudier et avoir une récompense » (TB Sanhedrin 71 a). De même, les Sages annulent des décrets bibliques dans le cadre de la halakha. Ils ajoutent ainsi un jour de fête en plus en diaspora, abolissent le shofar et le loulav quand la fête coïncide avec le shabbat. À propos d’un épisode biblique, rapportant comment le fils du prêtre Elazar, Pinhas, avait tué Zimri pour écarter la punition divine au moment où il s’apprêtait à cohabiter avec une prostituée midianite, les Sages émettent un jugement critique : « Cela a été enseigné à Pinhas par Moïse mais cela est contraire à la volonté des Sages (il faut consulter un tribunal avant d’agir de la sorte). » De même, l’élimination par Moïse et les Lévites des adeptes du Veau d’Or (Ex 32, 37) n’était pas la volonté de Dieu[14].
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Les gens de la Synagogue composé de rabbanim, rav, sages, juges, etc. se sont appropriés des droits et des lois qui les disqualifient devant leur divin Créateur. Non "l'Histoire sainte des Fils d'Israël" ne s'arrête pas à Malachie, elle continue avec le prophète-messager le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). N'en déplaise aux critiques, aux ergoteurs, aux adversaires et opposants à la Religion divine, l'Islam !

   L'Eglise et le monde de l'Evangile.

   For est de constater que le monde évangélique, de Paul, ne mentionne pas la quiétude dans leurs Ecritures. Les prophètes Zacharie et son fils, le fils de Marie n'en parlent pas dans leurs Ecritures. Pourquoi ? Si nous nous référons à d'autres sources, on constate : "Contrairement au Coran, le mot Shekinah n’apparaît pas dans la Bible." Et aux rabbanim d'en donner cette explication : "Les rabbins définissent la Shekinah comme étant la « gloire de Dieu » ou « l’Esprit de Dieu » qui aurait « élu demeure dans le Tabernacle » ainsi que dans d’autres lieux." D'où cette autre constatation : "Contrairement au Coran, le mot Shekinah n’apparaît pas dans la Bible. On y trouve plutôt le mot « mishkan » ou « shakan », auquel on donne généralement le sens d’habiter, prendre une demeure, en se basant sur le verbe hébreu shakan, de la racine sémitique sh.k.n qui signifie comme en arabe habiter, se loger. Le mot arabe, outre le sens d’habiter auquel il renvoie comme le fait l’hébreu, désigne aussi l’état de grâce, de sérénité, de calme et d’apaisement, lié à son usage dans le Coran." Et enfin et surtout : "L'absence du mot Shekinah dans la Bible laisse supposer que les rabbins se seraient basés sur la notion arabe et coranique en empruntant ce mot pour expliquer le concept biblique de « mishkan[15] » ou « shakan »."[16].

   Concept des trinitaires.

   La trinité, nous dit-on, c'est trois dieux en un : Dieu le Père, dieu le fils et dieu le saint-esprit7]. Si nous traduisons à l'ancienne : Dieu le Père ou le Seigneur[18]. Le fils : le Livre divin ici[19]. le saint-esprit : l'Essence divine. Version rabbanim, l'esprit de Dieu : la Shekhinah. Est-ce à dire que celle-ci viendra habiter en l'Evangile ? Le "Coffret" ayant disparu, une autre habitation lui aurait-elle été attribuée pour un temps[20] ? Toujours est-il que les gens de la Synagogue et de la Torah, après leur Dispersion, n'hériteront pas de la Shekhinah[21]. Puis, vint l'ère évangélique. Les gens de l'Eglise et de l'Evangile ayant opté pour suivre Paul le pharisien à la place du prophète-messager le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), ils n'hériteront pas de la Shekhinah, ne la connaitront même pas[22]. Triste sort !

   Version coranique. Finalité.

   Troisième version, celle de l'Islam traditionnel. C'est la Communauté mohammadienne qui en héritera. Et l'Ecriture de le confirmer dans de nombreux versets et récits : Coran II 248 ; IX 40 ; XLVIII 4, 18, 26. Le cœur du fils d'Adam deviendra le centre de toute chose ! La Communauté mohammadienne héritera d'un bienfait immense, inégalé au sein des nations !

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Malachie (מַלְאָכִי signifie en hébreu mon messager) est un prophète hébreu, du Ve siècle av. J.-C., et rédacteur biblique du Livre de Malachie, un des livres de l’Ancien Testament, qui est également le dernier livre des Écritures hébraïques, dans les bibles françaises modernes. Dans le canon juif il est le douzième et dernier des petits prophètes.
   Selon le Talmud Meguilah 15b, il y aurait débat sur l'identité de Malachie. Selon une opinion, ce serait son nom. Selon une autre opinion, il serait en réalité Ezra (Voir, Feinstein, 2014, p. 29, note 1.). (fr.wikipedia.org).
   Remarque à noter : Selon une autre opinion, il serait en réalité Ezra...!
[6] V. fr.wikipedia.org
[7] Propre au monde biblique, n'engage qu'eux-mêmes.
[8] Ils refusent ceci pour deux prophètes messagers venus : le sceau des Prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie et le sceau de la Prophétie, le prophète Ahmad-Mohammad (sur eux la Paix !).
[9] Normal. La société yéhudie a démontrée qu'elle n'avait aucune amitié avec ses prophètes et la prophétie. Ils ont toujours été considérés comme la lie du peuple. Toutefois, le monde yéhudie a ouvert une brèche éternelle avec l'Islam traditionnel. En effet, tout croyant soumis dans sa formule sur la foi récite en permanence et toujours : J'ai cru en Dieu, (...) en Ses prophètes.. Soit une hiérarchie est à respecter. Et jamais un dignitaire religieux, un homme de loi, un juge, etc., seront au-dessus des prophètes. Enfin, les savants restent les héritiers des Prophètes, de simples héritiers non leurs égaux. Ce qui signifie que le monde biblique et le monde coranique se côtoient sans jamais se rencontrer tant la fracture est grande
! Et le plus dramatique dans l'histoire, c'est que le monde de la Synagogue et de la Torah invite les autres nations à les suivre, à diriger leurs attaques et critiques contre les prophètes et à vénérer les gens de la Synagogue, soit : leurs Dignitaires religieux comme eux ! Fin d'un cycle et début d'un autre n'ayant aucun rapport avec la Religion divine, l'Islam.
[10] Donc toute relation avec le divin Créateur cesse à tout jamais.
[11] Celle-ci se voit dégradée mis au ban des accusées.
[12] Version de la Synagogue actuelle. La Torah actuelle est une version frelatée. Ne peut-être source de référence.
[13] Source : cairn.info.

[14] Les Sages donc accomplissent la Torah : il ne peut y avoir de Torah sans un Israël terrestre. La Torah céleste ne vient pas uniquement des Cieux mais il y a du divin en elle. Elle a été donnée à tout Israël (Moïse l’a reçue du Sinaï) : « Ces paroles YHVH les adressa à toute votre assemblée sur la montagne du milieu des feux, des nuées et de la brume, d’une voix puissante, sans y rien ajouter » (Dt 5, 19). « Et il les écrivit sur deux tables de pierre qu’il me remit. » Même les divergences entre les Sages sont créées par Dieu… « Celles-ci et celles-là sont les paroles du Dieu vivant. » (cairn.info).  
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[15] Sens du mot : Lire...
[16] Influence à ne pas négliger.
[17] Etudes, liens. Lire... ; Lire...
[18] Langues anciennes. Lire...
[19] On a dit : Une vieille tradition hébraïque identifie le messager (l'ange) à son message, ceci semble d'ailleurs se retrouver à travers le dogme catholique. Qu'on en juge :
   Selon le dogme catholique, « le Verbe, coéternel au Père préside à la Création dans le temps. C’est lui qui envoie les Prophètes et qui les inspire. Par suite de son Incarnation, il est devenu le Rédempteur de l’humanité. Il sera le Juge du Jugement dernier et la contemplation de sa face fera partie du bonheur sans fin. » !
   Illusion quand on pense que celui qui donne un Associé, un Semblable, un Egal au divin Créateur héritera du Feu infernal pour l'Eternité de l'Eternité ! Tel était l'espoir et la vocation de Paul avant qu'il quitte ce monde, note la Savant ! Lire...
[20] On peut penser à cette parole coranique :
   Le message évangélique restera intact un siècle environ, et selon les commentateurs. Après cela, Paul apparaîtra pour égarer la communauté du prophète-messager le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !).
[21] Où est passé l'Arche de l'Alliance et son contenu dont la Shekhinah ? Mystère insoluble ! On pensait la trouver à Jérusalem, mais... Pour d'autres, elle se trouve plutôt en d'autres endroits qu'en Terre sainte. Depuis sa disparition beaucoup de légendes ont vu jour çà et là, et fait croire qu'elle reste un secret bien gardé !

[22] Selon cet auteur : "Car en lui (Christ) habite corporellement toute la Plénitude de la Divinité, et vous vous trouvez en lui associés à sa plénitude, lui qui est la Tête de toute Principauté et toute Puissance." (Bible. Col. 2 9-10).
   On a dit : "La plénitude de la divinité (comparez Colossiens 1.19) ne peut exprimer que tout l’ensemble des attributs et des perfections de Dieu, ce que saint Jean appelle « sa gloire ».
   Cette plénitude divine habite (non pas a habité) corporellement en Christ, c’est-à-dire essentiellement, substantiellement ; bien plus, elle a pris un corps en Jésus-Christ. En d’autres termes, et pour parler avec saint Jean, « la Parole a été faite chair, et nous avons vu sa gloire, la gloire de l’Unique-né du Père » (Jean 1.14). En Christ, la divinité, unie à un homme doué d’un corps et d’une âme, a formé avec lui un seul être, en qui elle habite encore corporellement, maintenant que cet Être est glorifié (Philippiens 3.21).
   Elle est apparue en lui, non d’une manière symbolique, comme jadis dans le temple ou sur l’arche de l’alliance, mais en réalité ; non par ses influences sur lui, mais par une union personnelle avec lui ; non pour un temps seulement, mais d’une manière permanente. Cette vérité, ou plutôt ce fait, forme le contraste le plus absolu avec les erreurs gnostiques, docétiques, ariennes, sociniennes, qui se sont, tour à tour, produites dans la manière de concevoir la personne de Jésus-Christ et est également opposé au naturalisme et au panthéisme païens." (levangile.com)

   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Thèse de la Kabbale. Le monde biblique croit en une vie "comme le Créateur", et ainsi tous atteint de cette grâce deviendront comme le "Créateur" et partageront Sa divinité. On ne croit pas à une vie paradisiaque et on se moque de toute personne y croyant. Quant à la femme on ne sait pas ce qu'elle adviendra ! Et qu'adviendront cette multitude de dieux ? Qui les commandera ? Avec l'Associationnisme de la Distinction, à travers Paul, ses partisans commettront les mêmes erreurs de ceux qu'ils critiquent.
   Ce qui était annoncé, prévu, c'est cette quiétude (Sakinah) qui habiterait le cœur des Croyants soumis pratiquants. La présence divine ne peut se limiter à un nuage au-dessus des gens pas plus qu'à un dieu incarné. Un dieu buvant, mangeant, allant aux lieux d'aisance. Vrai, le Seigneur d'Adam a aimé Ses esclaves en les prévenant de la venue du prophète Ahmad (Coran LXI 6).



Pluie d'étoiles

Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
09/12/20 .