Croyances

ROIS, PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Ecritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


La fronde des contestateurs. Les prophètes David et le Messie fils de Marie sous la critique des opposants.


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite page 3

   Les Prophètes bafoués, outragés, ridiculisés, brocardés.

   L'autre ordre concerne les Prophètes après la Révélation de la Torah. Ex.: Fils d'Israël. Juda et Tamar. Loi du lévirat[5]. Leur descendance sera souillée jusqu'à David. Salomon.
   Cas de prophètes d'Israël. On a dit : "Selon la Bible (1R 11,3), Salomon a pris 700 épouses et 300 concubines[6]. Il laissa se développer des religions païennes dans son entourage[7] « et il arriva, au temps de la vieillesse de Salomon, que ses femmes détournèrent son cœur auprès d'autres dieux[8] » (1R 11,4 et 5)[9].". David un enfant non désiré : Lire...
   Quand leur Créateur dévoile et condamne les agissements du peuple d'Israël et de ses dirigeants[10]. Ainsi, deux prophètes seront-ils détestés au sein du monde toranique : David et le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !), et chacun pour des raisons différentes[11].

   Livres divins. Quand l'Écriture révèle : « Et à David Nous avons donné le Livre. »[12]. Très important de le rappeler aux Croyants soumis pour se différencier du monde biblique (toranique & évangélique), surtout quand on voit le sort que ce monde a réservé à ce Livre divin. Nous savons tous que le monde toranique a donné foi en la Magie au détriment de la foi en leur Créateur et en la Prophétie. Pour eux, la mort a emportée les prophètes et aux rabbanim de leur succéder[13]. Une ère nouvelle d'apparaître et de s'ouvrir sous leur commandement, et gare aux récalcitrants ! Dans ce monde, on a oublié l'action du prophète-messager Mochè (sur lui la Paix !) qui avait pour but de combattre la Magie et ses illusions. Les ancêtres des Fils d'Israël ont vu et pu goûter la Magie de Pharaon, certes, mais leurs progénitures nullement ; pire elles y ont données foi et valeurs ! Et comble de l'ignominie, et avec le temps, ils sont revenus à elle pour y croire avec plus de force, de ténacité ; et ceci se manifestera avec l'époque d'un prophète-roi Salomon (sur lui la Paix !) qu'ils définiront comme un maître de la Magie (Coran II 102). Ils ont été aveuglés par la Magie et ont confondu Magie et Prophétie. C'est pourquoi l'Ecriture, le Coran, redonnera à Salomon et son père leurs lettres de noblesse. David et Salomon (sur eux la Paix !) étaient croyants, soumis, hommes sincères, pieux comme l'atteste le sceau de la Prophétie, l'Ecriture, le Coran ; ils n'étaient pas dualistes comme à notre époque les gens se réclamant de loges franc-maçonniques et autres. Ils étaient prophètes des Hébreux, des Fils d'Israël. Rien de moins et rien de plus ! Le prophète Salomon (sur lui la Paix !) n'a pas écrit[14] de livres[15], et les livres que lui prête ses ennemis gens de la Magie et autres sectes sont des faux, des livres de leur cru. Ce sont, à l'époque, uniquement l'œuvre de Satan et de ses affidés[16], les génies malfaisants, les diables, les hommes mal intentionnés... Encore une fois ce n'est pas le prophète Salomon (sur lui la Paix !) qui a mécrut en son Seigneur mais : "Ce sont les diables qui ont mécru" (Coran II 102). Nuance ! Pourtant, le Dualisme et ses sectes, le yéhudisme et ses sectes continuent de croire, d'enseigner et faire croire le contraire ! Ainsi, le croyant soumis croit en la Parole de son Seigneur et mécroit en la parole des opposants à David et Salomon (sur eux la Paix !). Non, le Livre des psaumes est tout sauf un livre pour les magiciens, gens de la Magie[17] ; il est un Livre divin auquel le monde biblique a mécrut et falsifié, corrompu[18],       (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] On a dit : Juda, parti tondre ses brebis (Genèse 38,12-13.), prend Tamar, qui s'est déguisée, pour une prostituée et couche avec elle (Genèse 38,14-23.). Elle tombe enceinte de lui (Genèse 38,24-26.). Deux garçons jumeaux naissent : Perets et Zérah (Genèse 38,27-30.). Le roi David et toute la lignée des rois de Juda descendent de Perets (Rt 4,18-22.). (fr.wikipedia.org).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent ! Loi qui ne peut--être reconnue comme telle. Yehudah (Juda) semble commettre là un acte condamnable, et de plus en dehors de tout mariage légal ? Mais avant la Torah, comment était le mariage légal entre époux ? On parle volontiers d'un accord de famille, consensus familial, sans témoins toutefois. Ce n'est qu'après le révélation de la Torah qu'on parlera des lois dur le mariage, divorce, bigamie, polygamie, etc. Lire...
[6] Les commentateurs coraniques donnent d'autres chiffres dont : 300 épouses (libres) et 700 esclaves (ibn Athîr, Kâmil). Avoir beaucoup d'esclaves paraît plus logique. Salomon aura des femmes libres et des esclaves (السُّرِّيَّةُ : الجاريةُ المملوكَةُ - Fille esclave en possession, possession de sa main) comme épouses. Ses esclaves sont le résultat de ses guerres saintes qu'il fit durant son règne. Le monde biblique préfère parler, lui, de concubinage (soit : « coucher avec », sans mariage, etc.), sans parler d'esclaves. Est-ce pour cacher que les rois du monde toranique possédaient, légalement, des esclaves en Terre sainte ? Le pratiquaient en toute légalité ? Lire... ; Lire...
   On a dit : "... une princesse Belkiss, qui était sans doute une fort honorable personne, puisqu'elle refusa la main du grand roi Salomon, s'il ne commençait par répudier ses sept cents femmes et ses trois cents concubines, ainsi que le rapporte le Talmud, ... Nodier, La Fée aux Miettes,1831, p. 113."
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Cette femme dont le peuple adorait les astres dont le soleil, se convertira à la religion de Salomon : l'Islam. Inconnu du monde biblique. Le Talmud ne peut-être source de référence pour le Savant, simple canular de l'auteur mensonger.
    En France, le Pharaonisme (Partissisme des gauches : régime des partis et leurs sectes respectives) a cru bon d'instituer cette forme d'union libre, dit-on. Elle est contraire aux Ecritures anciennes, à la Loi divine. La Religion divine enseigne et milite pour une union à travers un mariage légal en bon uniforme, soit : un homme libre + une femme libre = procréation, = enfants libres. Concubinage : enfants bâtards, loi divine : forme de prostitution légalisée par le fils d'Adam, note le Savant. Mais pour le monde libre, le monde dit émancipé par rapport aux lois des Ecritures, il n'y a pas de mal à choisir et à faire sa vie comme on le veut, l'entend ! On sait que dans les pays latins, bibliques, laïcs ou du sécularisme,  on a fait le vœu du mariage mais pas celui de fidélité ! On a fait le vœu de célibat pas celui de chasteté ! Et à certaines diasporas de confession islamique, venues vivre avec eux, de les imiter ! En religion laïque la copulation est libre, sans modération ; ainsi, la jeune fille laïque est invitée de perdre son hymen dès son plus jeune âge. Aucune faute, aucun péché, sont à retenir, clame Lucifer en transes ! Pas d'abstinence avant tout mariage en vue, clame-t-il encore !
[7] Réfutation : Coran II 102. Il est prophète, ceci est donc impossible pour lui. Possible pour un roi, président, chef d'Etat du commun ; et c'est là-dessus que mise le commentaire toranique. Mais étant roi-prophète, tout cela ne concerne pas Salomon. C'est une erreur fatale et trompeuse du monde toranique de dire et tenir de tel langage à son égard.
[8] On a dit : Ce sont d’ailleurs les princesses cananéennes entrées dans le harem des rois hébreux qui furent plus tard, au dire de la Bible, les principales causes de l’apostasie de leurs époux, attirés au culte sensuel d’Astoreth avant d’être englués dans les cérémonies sanglantes en l’honneur de Moloch, le mâle cruel de la déesse de volupté »
Note : 1. Or, le roi Salomon aima plusieurs femmes étrangères, outre la fille de Pharaon, — des Moabites, des Ammonites, des Iduméennes, des Sidoniennes et des Héthéennes. 2. D’entre les nations dont l’Éternel avait dit aux enfants d’Israël : Vous n’irez point vers elles... car, certainement, elles détourneraient votre cœur pour suivre leurs dieux. Salomon s’attacha à elles avec passion... 5. Et Salomon suivit Astoreth, dieu des Sidoniens, et Milcolm, idole des Ammonites. (I. Rois, XI). Astoreth, la Vénus androgyne. — Milcolm, « Notre roi », ou Moloch « le Roi », ou Baal « le Seigneur ».
[9] Suite : ...L'infidélité de Salomon à garder l'alliance avec Dieu entraîna la colère divine : « Parce que tu as fait cela(1), […] Je t'arracherai le royaume […] Seulement, Je ne le ferai pas dans tes jours, à cause de David, ton père. Mais Je l'arracherai de la main de ton fils. » (1R 11,9 à 13).
   À la fin du règne, la levée de lourds impôts et l'institution de la corvée provoquent des révoltes qui aboutiront à la partition du royaume d'Israël après la mort de Salomon (-931). (fr.wikipedia.org)
(1) ici, la cause de la colère Divine n'est pas la polygamie, mais l'adoration d'autres divinités.
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   À la fin du règne, la levée de lourds impôts et l'institution de la corvée provoquent des révoltes qui aboutiront à la partition du royaume d'Israël après la mort de Salomon... Pure invention du monde toranique, manipulation. A l'époque de David et Salomon rien ne manquait. Les accusations portées contre eux sont graves. David, selon l'historien coranique aura un règne de 40 ans. Idem pour Salomon et son fils 17 ans. Et Dieu est plus Savant !
[10] Politico-religieux. Voir notre étude : Lire... Ne reconnaissant pas ces deux personnages comme prophètes du divin Créateur, le monde de la Synagogue et de la Torah ne reconnaîtra pas non plus le Livre des psaumes révélé à David (Livre divin rétrogradé au niveau d'hagiographie) et l'Evangile révélé au Messie fils de Marie. Enfin, le Coran révélé au sceau de la Prophétie.
   Le monde de la Synagogue et de la Torah déclare volontiers qu'il croit uniquement à ses Ecritures entre ses mains. Pour les autres nations et Fils d'Adam, il milite pour qu'ils adhèrent tous, sans exception, au Noachisme non au christianisme de Paul, à l'Islam d'où : Dans son livre Israël et l'humanité, édité 14 ans après sa mort en 1914, Elie Benamozegh prône le mosaïsme pour la communauté juive et le nohaisme pour l'ensemble de l'humanité (Elie Benamozegh, Israël et l'humanité. Étude sur le problème de la religion universelle et sa solution., préface d'Aimé Pallière. Avant-propos d'Alfred Lévy. Paris, E. Leroux, 1914 (édité à titre posthume)). (fr.wikipedia.org) De même, il milite pour déclarer (en l'Hexagone), le laïcisme comme une religion d'Etat, gens militants de l'idéologie athée, le républicanisme et ses sectes (V. Peillon).
[11] V. Coran V 78.
[12] V. Coran XVII 55 ; XXXIV 10. Ce livre lui a été révélé durant le 18ème jour du mois de Ramadan. Inconnu du monde biblique.
[13] Lire...
[14] Ceci, il vous le répéter souvent. Le sage c'est Loqman.
[15] Le monde biblique (toranique & évangélique) et le monde du Dualisme présente Salomon comme un sage, n'ayant fait aucune guerre, un érudit, un maître de la Magie, un écrivain... Il est, dit-on, reconnu pour avoir écrit plusieurs livres de la Bible dont : - les livres sapientiaux -le cantique des cantiques - Ecclésiaste. A ce sujet, on a dit :
   Livres attribués à Salomon. Bible hébraïque.
   1) Livre des Proverbes ; 2)  Le Cantique des cantiques ; 3) L'Ecclésiaste / hébreu, Qohelet (Voltaire, dans son dictionnaire philosophique, estimait déjà improbable cette paternité)
   Livres deutérocanoniques : 1) L'Ecclésiastique (Troisième Concile de Carthage, 397) ; 2) Livre de la Sagesse.
[16] Voir notre étude : Lire...
   Apocryphes : 1) Psaumes de Salomon ; 2) Odes de Salomon ; 3) Testament de Salomon ; 4) Clavicula Salomonis ; 5) Lemegeton (V. fr.wikipedia.org) Autres : Lire...
   Tous ces livres ont été faussement attribués au prophète-roi Salomon (sur lui la Paix ! Et ce peut prétendre le monde biblique ne saurait être source de références. Par contre, le commentateurs coraniques et autres penchent plutôt pour un sage dénommé à l'époque Loqman et mentionné dans l'Ecriture, le Coran : Coran XXXI 12-13, 16, 19. Cet homme a vécut mille ans d'âge et aurait connu les prophètes rois David et Salomon (sur eux la Paix !).
   Le Midrash Rabba, le Coran comme l’Ancien Testament nous présentent « le roi Salomon, bâtisseur du premier Temple de Jérusalem, comme un sage, auteur de proverbes et de chansons, grand connaisseur des secrets des plantes et des animaux, mais non comme un magicien. Il semble qu’une réputation d’astrologue lui sera faite dès le IIe siècle av. J.-C., et au Ier siècle l’historien juif Flavius Josèphe le présente comme ayant écrit 3000 livres d’exorcismes et d’incantations contre les maladies engendrées par les démons.
   Le premier livre de magie qui lui a été effectivement attribué est le Testament de Salomon, écrit en grec, entre le Ier siècle et le Ve siècle, probablement à Babylone ou en Égypte, les plus anciens manuscrits datant du Ve siècle. Il ne fut traduit en latin, en hébreu et en arabe que plusieurs siècles après. Au cours des siècles, divers textes de magie furent attribuées à Salomon. ».
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Quant aux livres sur la Magie, ils sont l'œuvre des démons uniquement (Coran II 102). Exemple : Lire... Attention à la manipulation, le mensonge, la désinformation, la tromperie, l'égarement. On cessera jamais de le répéter, rabâcher !
[17] Le Livre révélé à David n'est pas ce livre qui révèlerait au fils d'Adam comme soutenu et prétendu "tous les secrets qu'il faut connaitre sur les pouvoirs et la magie des 150 psaumes du livre..." Pas plus que : "les saints noms d'anges et les prières sacrées.". Tout cela n'est qu'enseignement des diables et esprits malfaisants comme rappelé : Coran II 102. Liens. Lire... (Le roi Salomon fondateur de la Franc-Maçonnerie universelle).
   Autre : La véritable magie noire ou Le secret des secrets. Manuscrit trouvé à Jerusalem, dans le sépulcre de Salomon. Contenant : 1. ° Quarante-cinq talismans avec leurs gravures, ainsi que la manière de s'en servir, et leurs merveilleuses propriétés...
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Ce livre prêté à Salomon et à son fils est un faux. Ne pas confondre ! Une œuvre diabolique de leurs ennemis pour accuser, sans preuve, un prophète du divin Créateur. Le Seigneur d'Adam n'a pas enseigné la Prophétie et la Magie à Ses Prophètes et Messagers. De plus, la Magie n'a aucun pouvoir sinon celui de faire le mal autour d'elle et de le propager. A notre époque, époque où la foi vacille chez bon nombre des fils d'Adam, elle reste une arme secrète, redoutable et cachée chez bon nombre de gens qui ont un engouement pour le pouvoir et la politique, le mal pour autrui. Tout ceci à l'instar de Pharaon leur père... Pharaon n'a pas compris le rôle du prophète messager Mochè contre la Magie, sa Magie. Il a combattu ses magiciens et les a convertis à sa foi. La colère de Pharaon fera qu'ils mourront martyrs (Coran VII 117 ; X 83). Ceci est absent de la Torah, censuré. On le comprend car au fil des siècles, au sein du monde biblique, on a réhabilité cette dernière. Elle est devenue une arme pour les gens se réclamant du sécularisme, du laïcisme, du Partissisme des gauches, note l'observateur.
   Rappel. Quant au prophète-roi Salomon, il n'est pas reconnu dans l'Ecriture, le Coran, comme possédant des dons de magicien, de manipulateur des djinns malfaisants et ayant influencé certains occultistes dont arabes pour avoir créé de toute pièce un mythe concernant un prétendu "sceau de Salomon". Comme prophète-roi, il lui sera soumis, certes, les diables pour la construction de la Mosquée de son Seigneur (Coran XVIII 1), la deuxième sur terre. Car tel sera le Décret divin ! Ainsi, pour les gens de la Bible et du Dualisme un homme sera le maître d'œuvre du Temple, un dénommé Hiran roi de Tyr, et Hiram l’Architecte. Nom inconnu et non retenu pour l'Islam traditionnel. Au contraire, le maître d'œuvre retenu, par les commentateurs, sera le prophète-roi Salomon lui-même. Son assistant : Gabriel, de même un dénommé Açaf fils de Berakhyâ. Lire... ; Lire...
    Açaf fils de Berakhyâ reste un personnage inconnu du monde biblique car le monde biblique, toranique, le monde du Dualisme, ont donné tous deux foi à la Magie et ses maléfices. On sait l'importance que tous deux vouent pour Hiram l’Architecte mais leurs sources restent floues, peu fiables, à l'instar de leurs Annales. Elles sont nullement d'inspiration divine et leurs recherches archéologiques ou autres, après plus de 20 siècles de l'ère évangélique, sont plutôt maigres, peu fondées, incertaines...
[18] Pourtant, il reste un livre lu et relu simplement dans les synagogues, églises, temples, assemblées, lieux de prières, etc. Rien de plus et rien de moins !



Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
09/12/20 .