Croyances

ROIS, PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Ecritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


La fronde des contestateurs. Les prophètes David et le Messie fils de Marie sous la critique des opposants.


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

    Suite page 1

   Le fils de Marie (sur lui la Paix !).

   Cinquièmement : Le fils de Marie n'était pas un yéhudi[5] de confession [6], et il ne prêcha pas le yéhudisme aux Douze et aux Fils d'Israël, pas plus que le Nazarénisme[7]. Le dire, n'est-ce pas mentir, le faire menteur[8] ? Sixièmement : En refusant de reconnaître que le fils de Marie n'a pas de père divin ou humain, le monde biblique (toranique & évangélique) dégrade leur Créateur, mésestime Sa capacité, Son savoir faire, Sa science, qu'Il est le dieu UN. Face à ce dilemme, et après leurs positions respectives, le Messie (sur lui la Paix !) sera une cause de chute et de perte pour la Maison d'Israël et d'autres nations[9]. Septièmement : Lors de la venue du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), on voudra, dit-on, le faire roi[10] cherchant ainsi à renouveler ce que les ancêtres firent avec Saül[11]. Peine perdue ! N'étant pas de descendance davidique, il ne peut ni prétendre ni hériter du trône David, car, et surtout, il n'est pas son ancêtre[12]. Et pour hériter de ce trône majestueux, dans une perspective messianique ; il faut être nécessairement fils adultérin[13], de la fornication[14]. Ce qui n'est pas ici le cas du fils de Marie[15], homme propre, impeccable, immunisé, saint et prophète-messager aux Fils d'Israël (Coran III 48-50). Huitièmement : Contrairement à l'idée reçue, le monde toranique n'était pas dans l'attente du messie[16] (soit : d'un messie quelconque à venir[17]) ; car le fils de Marie[18] de leur annoncer publiquement et de vive voix une bonne nouvelle pour eux : « O Fils d'Israël, en vérité, je suis un messager de Dieu à vous, confirmateur de ce qu'il y a devant moi de par la Torah, et annonciateur d'un messager à venir  après moi, dont le nom sera «Ahmad» !... Puis, quand celui-ci vint à eux avec les preuves ; ils disent : « C'est de la Magie manifeste ! » (Coran LXI 6).

   Quatre qualités qui le caractérisent comme prophète-messager aux Fils d'Israël : 1) messager divin (et non fils divin ou dieu incarné) ; 2) confirmateur de la Torah. Evangile + Livre des psaumes + Torah = Ecritures destinées uniquement au peuple d'Israël, aux Fils d'Israël ; 3) Annonciateur d'un prophète après lui[19] ; 4) il est suivi et assisté, par la permission divine, de miracles prodigieux. La médecine toranique que sera-t-elle et que deviendra-telle face à des miracles comme la guérison du lépreux et de l'aveugle-né[20] ? Et bien préciser encore une fois que tout cela sera selon la permission divine !

   Neuvièmement : Différence notoire concernant le parlé. Comme l'indique l'Ecriture, lorsque le prophète messager Mochè (sur lui la Paix !) s'adresse à son peuple, il dira : "O mon peuple !"[21] Et concernant le prophète-messager le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), il dira par contre : "O Fils d'Israël !"[22] non jamais : "O mon peuple !" Preuve qu'il n'est pas descendant direct de Yehudah[23] fils de Jacob, un bâtard, fils d'une bâtarde. Il ne peut donc pas s'assoir sur le trône de quelqu'un qui n'est pas son ancêtre : David ! Il faut ici donner à chacun la place qu'il mérite et ses droits.

  Dixièmement : Les prophètes et messagers. Leur impeccabilité remise en cause par le monde biblique (toranique & évangélique). Assurément, une chose très importante échappe au monde biblique, exaspère au plus haut point et au plus haut niveau ; c'est la façon dont l'Islam traditionnel conçoit et gère la religion et ce qui la compose[24]. Ce qui signifie dans ce domaine précis, et selon la Loi et la Tradition, qu'il est interdit à tout Fils de l'Islam de parler en mal des Prophètes et Messagers[25] divins du divin Créateur. Que cela plaise ou non !
   Divergences notoires. Point de vue et croyances que le monde biblique, de nos jours, refuse absolument d'entériner, de condamner ouvertement ou secrètement. Les gens de la Synagogue et de la Torah sont gens qui, à travers leurs écrits, ne se gênent pas dans leur religion de critiquer et remettre en question tout ce qui a trait à leur religion, ne leur plaît pas ; et comble d'ignominie, ils jugent cela permis et surtout doit s'exercer sans aucune modération, restriction[26] !
 
  David condamné. Ainsi, à travers de ce que nous venons de voir, un homme comme David devient (deviendra) leur bête noire par excellence[27] ! C'est pourquoi on ne tolère pas dans ce système comment il ose traiter ses épouses, sa façon de voir la monogamie pour un homme de son rang ! De même, qu'il ose mettre un pied en Prophétie. S'il veut gérer à bien l'Etat, lui fait-on savoir, à lui de s'occuper exclusivement de la politique. 'Prophétie' et 'Politique' ne saurait faire bon ménage ensemble, lui rappelle-t-on toujours et encore ! De là, et pour eux, de rentrer en contestation permanente et d'en vouloir à David depuis sa nomination également comme juge suprême du peuple[28]. L'heure de la séparation des pouvoirs à sonner, clame-t-on, haut et fort[29] parmi les Fils d'Israël, les opposants et adversaires du prophète-roi David et son fils Salomon (sur eux la Paix !) ! Trêve rompue, rébellion, complots, guerre ouverte, la société yéhudie tombe dans l'agonie, se meurt... clame l'écho !      (à suivre)

  Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] ...cantique préféré : « Jésus était juif », « Jésus était juif », « et Marie… était juive ! ». Lire...
[6] S'il habitait la Judée, il sera un judéen, sans plus. Avis. Lire... ; Lire... ; Lire...
[7] Le christianisme de Paul et ses sectes sont une secte du Nazarénisme. Lire...
[8] Avis : Lire...
[9] Avis. Lire... ; Lire...
[10] « Lorsque Jésus comparut devant Pilate, celui-ci l’interrogea : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien parce que d’autres te l’ont dit ? » Pilate répondit : « Est-ce que je suis Juif, moi ? Ta nation et les chefs des prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? » Jésus déclara : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. » Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi qui dis que je suis roi. Je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix. »
   On a dit : Déjà un banal calembour de mauvais goût nous démontre que le texte latin de la Vulgate de saint Jérôme, version officielle de l'Eglise catholique, doit nous inciter à la méfiance. Prenons donc encore une fois les évangiles:
   « Alors Pilate lui dit : « Tu es donc roi ? » Jésus répondit : « Tu l'as dit, je suis roi. Voici pourquoi je suis né, et pourquoi je suis venu en ce monde : c'est pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est pour la vérité écoute ma parole... » Pilate lui dit : « Qu'est-ce que la vérité ?...» (Jean 18 37-38).
   En latin, la question ironique de Pilate : « Qu'est-ce que la vérité ?...» se traduit par : « Quid est veritas ?...» (cf. Novum Testamentum Latine, secundum editionem Sancti Hieronymi. Londres 1911). Et la traduction ecclésiaste veut que la réponse soit dans les termes mêmes de cette question : « Qui est vir ad est... », soit : « Elle est devant toi... » Comment peut-on imaginer que Jésus et Pilate se soient amusés à faire des anagrammes en de telles circonstances car ce n'est pas autre chose ? (1)
   Tout cela nous démontre que ces textes, prétendument authentiques, ont bel et bien été triturés afin de leur faire dire ce que la vérité initiale ne disait pas. Et nous devons alors être méfiants. (Les lourds secrets du Colgotha. R. Ambelain. 1976)
   Note : (1) : D'autant que le dialogue dut se dérouler en grec, langue très répandue en Palestine, alors que Jésus ignorait inévitablement  le latin, tout comme Pilate ignorait l'araméen.
   Bible. 14
Ces gens, ayant vu le signe que Jésus avait fait, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète qui vient dans le monde. 15 Et Jésus, sachant qu’ils allaient venir l’enlever pour le faire roi, s’enfuit sur la montagne, lui seul et là, il pria. (Bible. Je. 6).
[11] On voudra se libérer des Romains, de la Rome antique. Peine perdue d'avance !

[12] Le fils de Marie n'a pas été créé de sperme mâle, il n'a dons pas de descendant direct ou indirect. C'est ce qui perdra les Fils d'Israël d'alors lorsqu'ils contretirent cette réalité et penchèrent pour une mère malpropre, sale, de mauvaise aloi. Mais leur plan échoua car l'image qu'ils voulurent donner du Messie et de sa mère est fausse, inexacte. Marie, dans les Ecritures et commentaires est présentée comme une fille de bien, vierge, propre, qu'aucun homme n'a jamais approché par un mariage légal ou en dehors de celui-ci. Et ce qu'elle enfantera sera à son image. Gardons-nous de suivre le monde toranique !
   Rappelons au passage, après la présentation du Messie aux fils d'Israël, on lança une fausse accusation contre l'oncle de Marie Zacharie. On l'accusera d'avoir abusé de sa nièce. Poursuivi, il sera tué, sans droit, et mourra martyr. Sur ce sujet, le silence du monde toranique est suspect, troublant, note le Savant ! Le monde toranique se garde bien de parler de ces deux prophètes assassinés par les fils d'Israël ! Ils seront censurés, effacés de l'"Histoire sainte des Fils d'Israël" ! Pourquoi ?
[13] A la façon que s'imagine le monde toranique avec le Messie fils de Marie.
[14] Rappel. La tradition talmudique distingue 2 figures de messies : Ben Joseph, messie souffrant, et Ben David, messie triomphant ; Ben Joseph étant le prédécesseur de Ben David. Certains rabbanim voient en le fils de Marie ce messie ben Joseph, messie souffrant. Ne dit-on pas qu'il est fils de Joseph ?
[15] Et contrairement à l'avis émis par le monde toranique, leurs frères du Dualisme, sectes occultes, gens de loges, de la franc-maçonnerie, etc.
[16] Selon l'Ecriture, le Messie fait partie du nom propre du fils de Marie. Pour preuve : « O Marie, voilà que Dieu un verbe de Sa part : son nom est le Messie, Ichoua' fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l'Au-delà, et l'un des rapprochés. Dans le berceau il parlera aux gens, tout comme en son âge mûr ; et il sera du nombre des gens de bien ». (Coran III 45-46). Marie, future maman, elle sera prévenue des évènements concernant sa famille, son fils (Coran III 42-45). Pour elle pas de fiancé ou mari dénommé Joseph le Charpentier ou tout autre individu de l'époque. Jeune, elle sera placée sous la tutelle de son oncle, le prophète Zacharie uniquement et ceci jusqu'à la naissance de son fils (Coran III 33-37).
   Messie est considéré ici comme son nom propre sans signification théologique. Ichoua', en araméen. Autre : français biblique, Jésus. Ainsi, le monde de Paul de nous parler toujours et encore de Jésus-Christ, sectes : Christ-Jésus, parfois. L'Ecriture : le Messie, Ichoua' fils de Marie ! Tel est son nom ! (Coran III 85). De plus : "...illustre ici-bas comme dans l'Au-delà, et l'un des rapprochés." Non jamais élevé au niveau de la Divinité Suprême, semblable ou égal à Lui, de dieu incarné, fils divin ! Il sera simplement un des rapprochés de son Créateur, de Sa cour. Nuance ! Défendra sa mère contre l'accusation injustement portée contre elle, et, par la même occasion, l'innocentera des fausses accusations portées contre elle. Il prendra sa défense. Miracle. Pour cela, son Seigneur fera qu'il parlera au berceau. (Coran XIX 27-28) et en son âge mûr. « ...et il sera du nombre des gens de bien ». Défendra le pur Monothéisme, l'Islam sa religion comme celle de tous les prophètes avant lui, répandra le bien autour de lui en son temps.
[17] Plutôt d'un roi pour les délivrer du joug romain comme signaler dans les Ecritures. C'est sa prétendue mort en croix (Coran IV 157-159) qui fera pousser des ailes à Paul et ses prétendues lettres aux Eglises. Une occasion en or qui permettra de détourner les fidèles du Messie de l'annonciation d'un prophète qui viendra après lui. Et le stratège yéhudie, de Paul le pharisien sera ! Et aux gens de l'Evangile de s'égarer et d'en payer le prix en le suivant et en se réclamant de lui !
[18] Effacé des textes bibliques officiels. Le monde de l'Eglise et de l'Evangile, de Paul nie et mécroit en cette annonce de leur prophète-messager. Lire...
[19] Parole prophétique : Me trouvant endormi auprès de la Ka'bah, je vis dans mon sommeil un homme de teint brun clair, comme il ne s'en trouve point de plus beau , sa chevelure lisse se répandait sur ses épaules ; l'eau s'égouttait de sa tête , ses deux mains posées sur les épaules de deux hommes au milieu desquels il se trouvait, il circumanbulait autour du Cube. J'ai demandé : « Qui est-ce ? » Il dit : « Ichoua' fils de Marie. » Et puis je vis derrière lui un homme aux cheveux crépus, borgne de l'œil droit, qui ressemble plus au fils de Qatan qu'à nul autre ; ses mains posées sur les épaules de deux hommes, il circumanbulait autour du Cube. J'ai demandé : « Qui est-ce ? » Et l'on me dit : « C'est le Faux-Messie. » (V. Mouslim, Bokhari, Hindî).
   Le monde de l'Eglise et de l'Evangile, de Paul, est incapable de nous décrire le prophète-messager Ichoua' (Jésus - 'Is[s]â) fils de Marie (sur lui la Paix !). La description faite de nos jours est imagée, prise sans doute sur l'image de celui mourant en croix et à sa place (Coran IV 156-159). Contrairement à la mode de notre époque, il n'a pas le crâne rasé. Le monde de l'Evangile a cru bon, au fils des siècles, de représenter leur Christ sous forme de peintures, fresques, statues le montrant a demi-nu (en croix) parfois. Certaines Eglises, sectes, gens de la chrétienté, viennent se recueillir dans les chapelles, lieux divers, où sont exposés les images, les statues de Marie, son fils, Joseph le Charpentier. Certaines gens de la chrétienté imitant en cela les gens du Sabéisme. Toute cette exposition et croyances pour chercher, dit-on, à se rapprocher du divin Créateur en passant par ces créatures et les personnes déclarées saintes (Coran V 16-17 ; 116-120).
[20] Miracles remis en question par les rabbanim, ceux-ci prétextant être capables de faire de même ou mieux !? La science médicinale sera ôtée de leurs mains, note le Savant, après leur refus de croire en leur prophète-messager, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) et ses miracles. Le prophète-messager Mochè (sur lui la Paix !) viendra combattre la Magie avec ses miracles. Le prophète-messager, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) et ses miracles viendra pour supplanter toute médecine dont celle des Fils d'Israël.
[21] Coran V 20.
[22] Coran LXI 6.
[23] Biblique francisé : Juda.
[24] La Religion divine se divise en deux choses distinctes : 1) Les Croyances. Le Croyant soumis de dire et de répéter souvent : J'ai cru en Dieu, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses prophètes, etc. Et ceci est immuable ! 2) La Loi divine. Le Seigneur des mondes a voulu se faire connaître de Ses créatures par Sa Loi révélée à Ses prophètes messagers et mis en page dans Ses Ecritures. Au fil des temps, cette Loi peut évoluer, être réformée, assouplie, abrogée.
   Le monde biblique (toranique & évangélique) n'a pas cette même démarche. Paul, par exemple, a cru bon de mettre en valeur la loi du peuple où l'on vit, non jamais la loi toranique. Et comble de l'absurdité, le monde évangélique délaissera les recommandations du Messie pour rejoindre l'avis de Paul et de ses disciples. Peuple de la Bible, il est le seul à défier les lois divines et en limiter leur application. Quant au monde toranique, il a jugé bon de mettre leur avenir entre les mains des gens de la Synagogue (rabbanim, ravs, sages, etc.); à l'instar du monde évangélique avec leurs dirigeants religieux. Ainsi, et après les année 70 et plus, des lois nouvelles contenues dans les Talmuds prendront peu à peu forme. Les gens de la Synagogue s'attribueront des rôles que n'y leur Créateur et n'y leurs prophètes leur accorderont. Enfin, rappelons au passage, que les lois coraniques abolissent les lois bibliques. De ce fait, la Communauté mohammadienne n'a pas besoin de la Bible pour se diriger et se parfaire.
[25] Prophète, Messager, Prophétie. Autant de termes mal définis en théologie biblique, au sein du monde biblique. Ni l'hébreu, ni le latin, ni le grec, le définissent clairement. Pour obtenir la définition de ces termes ambigus, on n'hésite pas de faire appel au Paganisme européen, d'antan, à leur grammaire. Les gens du yéhudisme reconnaissent d'avoir eu de très nombreux prophètes comme de très nombreux non prophètes. Pour les gens de la Synagogue on ne naît pas prophète, on le devient. Nuance ! La lignée de leurs prophètes s'arrêtent au premier Temple. Au regard de la Bible et de leur histoire, Le monde de Paul, du christianisme, de la chrétienté, n'ont qu'un seul prophète, le fils de Zacharie ; Zacharie n'est pas reconnu comme prophète mais prêtre. Quant au fils de Marie, même si les textes parlent de lui comme prophète, il est élevé au degré de fils divin, dieu incarné, dieu de la trinité, etc. C'est Paul le pharisien qui sera le père de tout cela, note le Savant ! Les gens du christianisme reconnaissent généralement les prophètes de la Torah, de l'ère toranique, mais comme étant les leurs uniquement, du peuple d'Israël, des Hébreux yéhudim.
[26] Et cette attitude a conduit les ancêtres des Fils d'Israël à aller jusqu'au meurtre en assassinant, sans droit, leurs prophètes ou en les traitant de menteurs. Leurs progénitures se garderont bien de condamner pareille attitude. C'est pourquoi l'Ecriture de le leur rappeler : Coran II 87, etc. A entendre et à en lire, tout personne qui ne partage pas leur avis est traitée immanquablement d'anti-yéhudie ! En vérité, ils disent cela parce qu'ils mécroient aux signes divins, parole prophétique. Comme le rapporte les commentateurs, les yéhudim n'ont-ils pas voulu assassiner le sceau de la Prophétie lors de sa mission prophétique ? L'empoisonner ?
[27] Car roi (et non prophète-roi) n'ayant pas su diriger l'Etat comme il se devait.
[28] Premier juge de l'Etat, d'un Etat souverain. Nomination de la part de son Seigneur. Pas de séparation menant au laïcisme ou sécularisme ou tout autre pouvoir. Les croyants entre de plein pied dans la gérance de l'Etat avec comme loi pour les régir : la Loi toranique (non talmudique ou tout autre loi). Fait inconnu du monde biblique.
[29] Après la fin de l'Etat, 69/70, les survivants seront dissimulés entre/dans les nations étrangères et environnantes. Depuis, l'Emancipation, les gens de la Synagogue et de la Torah ont montré leur engouement pour deux pouvoirs distincts en place au sein des nations : l'un civil, l'autre religieux. Ce genre de régime, ils le souhaitent (souhaitaient) naguère pour eux-mêmes et les nations étrangères où ils vivaient. Ainsi, en Europe biblique, évangélique surtout, et à travers leurs idéologies politiques (communisme, socialisme, nationalisme, etc.) ; ils s'attaqueront à la Monarchie (qui défendait son Eglise et ses Lieux saints en Palestine) et à l'Eglise. Beaucoup de monarchies comme en France et Russie tomberont sous leurs coups et complots, note l'observateur. De même deux Eglises : l'Eglise latine, romaine, et l'Eglise grecque et ses ramifications dont celle de Moscou. Les Eglises de leur obédience : le Protestantisme et ses ramifications seront épargnées.



Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
09/12/20 .