Etudes biblio-coraniques

La royautée fut abolie avec des exécrations horribles contre ceux qui.... [Bossuet, Discours sur l'histoire universelle]

 


 

"David Mélékh Israël Haï Vé-Kayam" - "David roi d'Israël vivant et éternel".

L'exécration de prophètes...

 
   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Les prophètes bibliques : David et le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !).

   Deux prophètes sont en ligne de mire de la part des gens de la Synagogue et de la Torah : David et le Messie[5] fils de Marie (sur eux la Paix !). Le premier, bien que reconnu comme roi, a vu son Livre : le Psautier, ce Livre divin du NOM, non reconnu par les gens de la Synagogue et de la Torah. Le deuxième subira le même sort : l’Evangile du NOM sera mis aux oubliettes, non reconnu… ! Car l’un comme l’autre ne seront pas reconnus officiellement comme prophètes du NOM ! De plus, un prophète qui ose s’attaquer au ‘peuple’ d’Israël est, pour les gens de la Synagogue, disqualifié d’avance, montré du doigt... Aussi fut-il révélé de la part du Seigneur et Créateur du Cosmos :

   « Ceux des Fils d’Israël qui ont été impies-dissimulateurs ont été exécrés par la la bouche de David et de Ichoua (Jésus), fils Marie, et cela du fait qu’ils ont désobéi et qu’ils transgressaient. »

   Le fils d’Abbas a dit à propos de ce passage : « Ils ont été exécrés par toutes les bouches [des prophètes] : à l’époque de Moïse ils ont été exécrés dans la Torah ; à l’époque de David ils ont été exécrés dans le Psautier ; à l’époque de Ichoua (Jésus) ils ont été exécrés dans l’Evangile[6] ; à l’époque de Mohammad (sur lui Prière et Paix !) ils ont été exécrés dans le Coran. »

   « Ils ne s’interdisaient pas mutuellement de commettre certains actes blâmables auxquels ils se livraient[7]. Combien mauvais est ce qu’ils faisaient ! »  

Selon le fils de Mas'oûd, le Prophète (sur lui Prière et Paix !) a dit : "Quand les premières déficiences (en matière de religion) apparurent chez les Fils d'Israël, on vit un homme en rencontrer un autre et lui dire : "Crains Dieu ! Abstiens-toi de ce que tu es en train de faire car cela est illicite." Puis le retrouvant à nouveau le lendemain dans les mêmes dispositions cela ne l'empêchait nullement d'être son compagnon pour manger, boire ou converser. C'est alors que Dieu vous dressera les uns contre les autres : Ceux qui, parmi les Fils d'Israël, n'ont pas cru ont été maudits par la bouche de David et par celle de Ichoua fils de Marie parce qu'ils ont été rebelles et qu'ils ont été transgresseurs. Ils ne s'empêchaient pas de commettre des actions blâmables. Que leurs actions étaient donc exécrables ! Tu verras un grand nombre d'entre eux s'allier aux mécréants. Que l'inspiration de leurs âmes était donc exécrable ! Il continua ainsi de réciter jusqu'à la fin du verset : Beaucoup d'entre eux sont pervers. (Coran V 78-81). Puis il poursuivit : "Certes, par Dieu, vous ordonnerez sans relâche ce qui est licite et sans relâche vous interdirez ce qui est répréhensible ; vous lutterez contre l'oppresseur, vous le contraindrez au respect de la justice en l'empêchant de manœuvrer à guise sinon Dieu vous dressera les uns contre les autres puis Il vous maudira comme Il les maudit." (Transmis par Ahmad et Abou Daoud).

   Et dans une autre variante : « Il arrivait chez les Fils d’Israël[8] qu’un homme qui voyait son frère commettre un péché lui interdise de s’y livrer en le réprimandant, mais que ce qu’il l’avait vu faire ne l’empêchât nullement le lendemain d’en faire son intime et son commensal[9]. Lorsque Dieu vit un tel comportement de leur part, Il fît que leurs cœurs se heurtent les uns aux autres[10] et Il les exécra par la bouche de Ses prophètes David et Ichoua (Jésus), fils de Marie “et cela du fait qu’ils ont désobéi et qu’ils transgressaient”.

   Par Celui dans la Main de qui se trouve mon âme, vous ordonnerez le convenable, vous interdirez le blâmable et vous reprendrez celui qui commet de mauvaises actions sans suivre ses idées sinon Dieu fera que vos cœurs se heurtent et Il vous exécrera comme Il les a exécrés[11] ! »

   Conclusion.

   L'homme de bien (صالح) ne peut empêcher le châtiment divin pour l'humanité, une communauté, un peuple, etc. Exemple : 10 personnes et un homme de bien parmi eux, croyant, pratiquant, pieux, sage... L'Ordre divin fera que tous seront détruits, sans exception. Voir les exemples à travers la Tradition, les témoignages, etc. Par contre, l'homme réformateur (مُصْلٍح), correcteur, celui qui rapelle à l'ordre les gens, exhorte, met en garde, averti, peut empêcher le châtiment divin, mais non les épreuves. Mais dirons-nous, pareil individu ne saurait être aimé de la société et des gens... D'où l'importance pour chaque individu d'ordonner le convenable et d'interdire le mal, la transgression, la perversion, la licence, la débauche, le blâmable et la turpitude... dans la société où nous vivons ; et cela quand bien même n'est pas du goût de certaines gens.

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Le Messie (de l'hébreu: מָשִׁיחַ - mashia'h, araméen meshi'ha משיחא, arabe Mèsih المسيح) désignait initialement dans le judaïsme l'oint, c'est-à-dire la personne consacrée par le rituel de l'onction, réalisée par un prophète de Dieu. Dans la Bible, les rois Saül puis David sont oints par Samuel. Ce rite est à l'origine de ceux du Saint chreme et de la Sainte Ampoule du sacre des rois de France. En grec, le mot « Christ », dont la racine Χριστός signifie « oint », traduit le terme hébraïque de mashia'h.
Mashia'h (משיח) provient de la racine משח, signifiant « onction d'un homme dans de l'huile d'olive », selon la coutume. La première occurrence d'onction dans le Texte se trouve dans le Livre de l'Exode (chapitre) lors de l'intronisation des prêtres : « Tu prendras l'huile d'onction, tu en répandras sur sa tête, et tu l'oindras. »
Cependant le judaïsme ne reconnaît pas Jésus comme le Messie. (V. wapedia.mobi).
   Moïse Maïmonide d’écrire, et concernant le futur ‘Messie’ du monde toranique : Le roi messie est appelé à restaurer la royauté de David, sous sa gouverne antique, à faire construire le Temple et à rassembler les exilés d’Israël. Dès lors, seront rétablies toutes les règles d’antan telles le culte des sacrifices et les lois de l’année sabbatique et du jubilé, selon les modalités définies par la Tora (Hil. melakhim 11:1).
   Ce roi de la lignée de David qui régnera, sera d'une sagesse plus grande que celle de Salomon et d'une capacité prophétique proche de celle de Moïse. C'est pourquoi, il sera un maître pour tout le peuple et il enseignera les directives divines (Hil. techouva 9:2).
   Toutes ces paroles de Jésus le Nazaréen et celles de cet Ismaélite qui apparut après lui, n’ont été prononcées que pour frayer la voie pour le roi Messie et réparer / réformer le monde entier pour qu’il serve Dieu dans l’unité, comme il est dit : « Alors, Je gratifierai tous les peuples d’un langage épuré pour que tous invoquent le nom de l’Éternel et l’adorent d’un seul coeur » (Sophonie 3:9) (Hil. melakhim 11:4).
   La venue du Messie aura lieu lorsque s'affronteront Chrétienté et Islam et lorsque leur empire s'étendra sur le monde, comme en cette époque-ci, c'est là quelque chose d'indubitable et il n'y aura pas de démenti (ibid., III, p. 94).
   Il en sera ainsi des jours du messie, que rapidement il se révèle : Lorsque les Nations penseront que cette nation (Israël) n'aura jamais plus de souveraineté et jamais ne sera délivrée de la servitude où elle se trouve, et que tous les sages seront unanimes sur cet avis jusqu’aux magiciens et enchanteurs [...] alors, le messie apparaîtra (ibid., III, p. 87).
   S'il se lève un roi de la lignée davidique, versé dans l'étude de la Tora et accomplissant fidèlement les commandements comme son ancêtre David, conformément à la Tora écrite et orale et qu'il impose son application à l'ensemble du peuple d'Israël, veillant à en renforcer les brèches, et qui de surcroît, mène les combats de Dieu, il doit être considéré comme messie présumé. Et si menant son action, il parvient à faire reconstruire le Temple en son lieu, et à rassembler les exilés d’Israël, alors, il est le messie avéré. Sa tâche consistera ensuite à apporter réparation au monde entier de sorte que l’humanité révèrera l’Éternel, ainsi qu’il est dit : « Je gratifierai les peuples d’un langage commun pour qu’ils puissent tous ensemble invoquer l’Éternel, et Le servir à l’unisson » (So 3:9) (Hil. melakhim 11:4).
   Le messie est un très grand prophète, le plus grand de tous à l’exception de Moïse notre maître. En outre, quiconque prétend être prophète, si sa prédiction est démentie, est passible de la peine de mort, parce qu’il s’est attribué indûment cette haute dignité (Épître au Yémen, IV, pp. 98-99).
[6] On a dit : Les Évangiles foisonnent d’invectives haineuses attribuées à Jésus contre les juifs qui ne le reconnaissaient pas : « Le père dont vous êtes issu est le diable » ; « Tous ceux qui sont venus avant moi [rabbins, juges, maîtres] sont des voleurs et des brigands » (Jean 8, 44 ; 10, 7.) ; « Race de vipères […] » ; « Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens » ; « Race incrédule et perverse, jusqu’à quand serais-je avec vous ? Jusqu’à quand vous supporterai-je ? » (Matthieu 12, 34 ; 16, 12 ; 17, 17.). (hai-bar-zeev.com).
   Nous dirons : Que faut-il penser d’un ouvrage prisé chez les gens de la Synagogue et de la Torah : Un pamphlet toranique dénommé Toledut Yéchou ? Du Talmud ? Voir les dires du Messie à son peuple dont gens de la Synagogue : Lire...
[7] Comment doit on se comporter quand on se rend compte que la halaha n'est pas respecte. Doit on denoncer le fait meme en public ou doit on se taire du fait qu'ily a une autorite présente
La reponse a cette question depend beaucoup des circonstances.
Il y a effectivement une obligation de la Tora de faire des remontrances a une personne qui transgresse les mitsvoth. Cette obligation va assez loin; c'est ainsi qu'il y a une discussion dans le Talmud (Arakhin 15b) si on est tenu de faire des remontrances jusqu'a ce que la personne a qui l'on s'adresse nous batte, ou s'il n'est pas necessaire d'aller jusque la.
D'un autre cote d'autres textes talmudiques disent qu'il est preferable de ne pas faire de remontrances si on craint de ne pas etre ecoute (Yevamot 65b, Betsa 30a et autres textes).
D'une maniere generale, si une autorite rabbinique se trouve sur place, je vous invite a lui faire confiance: s'il y a lieu de faire une remarque, il serait deplace de le faire si le rabbin present s'en est abstenu: il a probablement des raisons valables.
Peut-etre a-t-il a l'esprit ce qu'a dit Rabbi Eleazar ben Azaria: Je serais fort etonne s'il y se trouve dans notre generation une personne sachant reprimander comme il faut (T.B. Arakhin 16b).
En conclusion, je vous invite a laisser aux professionnels l'obligation de faire a autrui les remarques necessaires, de peur d'obtenir l'effet contraire a celui espere (Responsa du Rashba tome 5 ch.238).
A propos de la reponse n° 596, j'ai entendu qu'on avait le droit de faire une remarque a quelqu'un si apres la remarque on aime encore plus la personne (donc c'est pas pour se venger) et ne pas lui faire honte. C'est vrai ?
La question n'est pas de savoir si vous aimez vous la personne concernee, mais ce qu'elle ressent elle. Votre remarque aidera-t-elle cette personne, ou risque-t-elle de l'eloigner encore plus de la Tora? (-596 Doit on dénoncer les écarts à la Halaha? - cheela.org)
[8] Et non chez les Juifs. Noter cette différence notable. On veut donc nous entretenir de leur Histoire sainte.  
[9] Nous savons tous que les gens de la Synagogue et de la Torah n’acceptent pas les réprimandes, les rappels à l’ordre, les remarques… Excepté, peut-être, si cela vient d’un des leurs, d’un membre de leur communauté. Dans le cas contraire, le mal est vu comme un bien et non l’inverse, note l’observateur. Et la présence des Hébreux judaïsés de Palestine pour confirmer, note encore l’observateur.   
[10] On retrouve ce genre de phrase dans la Bible. Jacob ben Isaac d’écrire : Ils trébucheront l’un contre l’autre (Lév. 26:37). Nos sages disent que chaque Juif est garant de son prochain. Si un Juif a péché, son frère doit endurer la punition avec lui. En certaines occasions, tout le peuple sera châtié à cause du péché d’un seul. C’est la raison pour laquelle on compare Israël à un grand tas de noix : lorsqu’on veut en prendre une, elles se mettent toutes à rouler les unes sur les autres ; de même avec le peuple juif : lorsqu’un de ses membres pèche, Dieu punit tout le peuple.
   Autre : Tous les hommes d’Israël (Deut. 29.9). Nos sages disent à propose de ce verset : Tout juif est garant de son semblable ; quand l’un pèche, les autres endurent son châtiment, comme le confirme le verset : « Ils trébucheront l’un contre l’autre (Lév. 26:37). » Un Juif doit supporter les peines de son frère qui a péché, car tous les membres de la communauté d’Israël sont responsables les uns des autres. De la même façon, un juste devra porter secours à tout le peuple juif, comme le dit ce verset : « Le juste a un fondement éternel (Prov. 10:25). Le monde entier repose sur un seul juste (Yom. 39a).
   Et Dieu les as extirpés de dessus leur sol, avec colère, fureur, grand courroux, puis Il les a jetés sur un autre pays, où ils sont aujourd’hui (Deut. 29 :27).Quand le peuple d’Israël agira mal, Dieu l’extirpera de sa terre et le jettera sur une terre étrangère. Dans la Torah, le lamed de vayach’likhem (les a jetés) est grossi pour montrer que le pouvoir et la domination sont ôtés au peuple juif. (Op. cit.).
   Ce verset correspond à Coran XVII 2-8. Dans un premier temps : le Temple est détruit, le peuple emmené à Babel. Puis, il retournera. Dans un deuxième temps, le second Temple est détruit, le départ du peuple de Terre sainte est programmé. Lire :
Du commandement d’anathème sous la conquête de Canaan.
[11] Dic.: 1. maudire, haïr, pester, réprouver, abominer, anathématiser, condamner, détester, abhorrer, vomir [fig], honnir (linternaute.com). 2. Angl. to loathe. 3. Chez les anciens, menaces et malédictions sous des formules religieuses. La royauté fut abolie avec des exécrations horribles contre ceux qui.... [Bossuet, Discours sur l'histoire universelle] 4. Exécrer, maudire : Soit dans le sens du verset coranique : priver quelqu'un de miséricorde divine. Et la parole des prophètes biblique s'adressait aux mécréants des Fils d'Israël... Par leur attitude de ne pas recommander le bien et interdire le mal, ils désobéissaient ainsi à l'Ordre divin et le trangressaient. Que dire des gens du monde toranique à notre époque ? 
   Remarque. N’est-ce pas le grand problème de la diaspora Nord africaine en terres d’Europe ? A entendre et à en voir, note l’observateur, cette communauté n’accepte guère les remarques, les réprimandes, les rappels à l’ordre… des étrangers (soumis ou insoumis). Ou plutôt, comme chez les gens de la Torah, il faut être du pays, d’une même origine, pour les accepter ! Et en terre des Gaules, sous prétexte de ‘colonisation’ en terres d'Afrique du Nord, le fils du colonisé (notamment d'Algérie) ne considère-t-on pas que tout est permis de faire : le bien comme le mal, et de rendre le bien par un mal surtout ?! Et pas un Savant religieux originaire de ces pays Outre-médierranée pour condamner, réprimander leurs coreligionnaires, note l’observateur ! Quant à Lucifer, lui, il jubile !


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
30/03/11.

Locations of visitors to this page Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire