786

Etudes

Le Prophète David dans la Bible

Selon les Textes bibliques.

L'Héritier de David , une réalité ou une fiction ? Est-il venu ou doit-il encore venir ? Dans ce cas, pourquoi se fait-il attendre ?   

selon les Écritures bibliques


Au nom de DIEU, Hachem, Allaha !
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].


OBSERVATIONS.  


Le Trône de David. Verse et controverse.  

© Opinion

« Et l’on rapporte, en outre, qu’après la prise de Jérusalem, Vespasien ordonna de rechercher tous les descendants de David, afin qu’il ne restât plus, parmi les Juifs, un homme de la tribu royale. Et, à cause de cet ordre, une très grande persécution fut de nouveau suspendue sur la tête des Juifs... » (Eusèbe de Césarée : Histoires ecclésiastiques : III, XII.).

   On remarquera dans ce tableau (voir Tableau) certaines similitudes entre la version de Barnabé, d’une part, et la version biblique d’autre part. On semble insister, tout d'abord, sur cette croyance rabbinique que Marie était absolument de la famille de David[5] (sur lui la Paix !). Car, ne l'oublions pas pour l'ensemble du monde biblique, le Messie doit venir nécessairement de lui. Pourquoi ? Pour s'asseoir tout simplement sur le Trône de David[6] (sur lui la Paix !) et étendre ainsi sa domination sur le monde entier. Pourtant, n'était-il pas écrit aussi dans la Bible :

 "Après que le roi eut brûlé le rouleau qui contenait les paroles écrites de Baruch, sous la dictée de Jérémie, la parole du Seigneur s'adressa à Jérémie : "Procure-toi un autre, et écris dedans toutes les paroles primitives qui se trouvaient dans le premier rouleau brûlé par Yoyaqîm, roi de Juda. Et à Yoyaqîm, roi de Juda, tu diras : Ainsi parle le Seigneur : Tu as brûlé ce rouleau en me reprochant d'y avoir écrit que le roi de Babylone viendrait certainement ravager ce pays et en faire disparaître hommes et bêtes. Eh bien, ainsi parle le Seigneur au sujet de Yoyaqîm, roi de Juda : Il n'aura personne pour lui succéder sur le trône de David ; son cadavre sera exposé à la chaleur du jour et au froid de la nuit ; Je sévirai contre lui, sa descendance, ses serviteurs, à cause de leurs crimes ; et Je ferai venir sur eux, sur les habitants de Jérusalem et les hommes de Juda, tous les grands malheurs dont je leur ai parlé sans qu'ils m'écoutent." (Bible. Jér. 36 27-32). 

  Personne, après lui, parmi ses descendants viendront donc s'asseoir sur le Trône de David. Ceci, les commentateurs de la Bible le reconnaissent.

  Quant au fils de Marie, malgré ce qui est rapporté dans Luc (Bible. Lc. 1 32-33), lui non plus ne viendra jamais s'asseoir[7] sur le Trône de David (sur lui la Paix !). Bien plus, il démontrera dans son enseignement aux Douze que le pouvoir est une chose dont ils doivent absolument s'écarter. Et n'est-il pas écrit quelque part dans la Bible : Mais Jésus, sachant qu'on allait venir l'enlever pour le faire roi, se retira à nouveau, seul, dans la montagne. (Bible. Je. 6 15). Comment après cela prétendre que son Seigneur lui donna, lui donnera à s'asseoir sur le Trône de David ? Le prétendre, n'est-ce pas le faire mentir ? faire mentir les prophéties ?  

  Les Fils d'Israël, les Judaïsés haïssaient[8] le fils de Marie au plus profond d'eux-mêmes, parce qu'il gardait intact, disait-on, le dépôt[9] que son Seigneur le lui avait confié. Ils le haïssaient aussi, car comme le fils de Zacharie, ils annonçaient tous deux, la fin du Temple et surtout de leur règne sur la Terre sainte. Dans leur malversation, n'ont-ils pas été jusqu'à soustraire de leurs propres Écritures, la description et les attributs du Sceau de la Prophétie ? De même, de sa communauté (Coran II 89 et sv.; VII 156 et sv.) ? En changeant les paroles de l'Evangile, espéraient-ils changer leur destinée ? La destinée du monde ? Nullement. Au contraire, ils ne faisaient qu'aggraver leur propre situation, précipiter les événements et leur perte. Et leur cas devint alors semblable au roi Yoyaqîm et leurs descendants. Après l'élévation du fils de Marie et l'assassinat du fils de Zacharie (sur eux la Paix !), le Saint et Seigneur d'Israël ne fit-il pas venir sur eux, et sur l'ensemble du monde biblique de l'époque ; tous les grands malheurs dont leur Seigneur avait Lui-même mentionné dans la Thora (Coran XVII 4-8) ? De même, après l'élévation du Messie (sur lui la Paix !), et selon leurs propres historiens, une autre calamité ne s'est-elle pas abattue, une nouvelle fois, sur tous les descendants de David (sur lui la Paix !) ? N'allait-on pas les pourchasser ? Les traquer de toute part ? Pour preuve : 

   Dans Eusèbe de Césarée :

   « Et l’on rapporte, en outre, qu’après la prise de Jérusalem, Vespasien ordonna de rechercher tous les descendants de David, afin qu’il ne restât plus, parmi les Juifs, un homme de la tribu royale. Et, à cause de cet ordre, une très grande persécution fut de nouveau suspendue sur la tête des Juifs... » (Eusèbe de Césarée : Histoires ecclésiastiques : III, XII.).
   « Le même Domitien ordonna de supprimer les descendants de David. Une ancienne tradition rapporte que certains hérétiques dénoncèrent les descendants de Jude, qui était un frère du Sauveur selon chair, comme étant de la race de David, et comme appartenant à la parenté du Christ lui-même. C’est ce que montre Hégésippe, qui dit quelque part en ses propres termes : « Il y avait encore, de la race du Sauveur, les petits-fils de Jude, qui lui-même était appelé son frère selon chair. On les dénonça comme étant de la race de David. L’evocatus les amena devant Domitien César, car celui-ci craignait la venue du Christ, comme Hérode (c’est-à-dire le fameux « retour » de Jésus, sur les nuées (Bible. Mt. 14, 30 et 34). Et il leur demanda s’ils étaient de la race de David, et ils dirent oui. Alors, il leur demanda combien de propriétés ils avaient, de quelles richesses ils étaient les maîtres. Ils dirent qu’à eux deux ils possédaient seulement neuf mille deniers, et que chacun d’eux en avait la moitié, et ils ajoutèrent qu’ils n’avaient même pas cela numéraire, mais que c’était l’évaluation d’une terre de trente-neuf plèthres, sur lesquels ils payaient les impôts et qu’ils cultivaient eux-mêmes pour vivre. Puis, ils montrèrent leurs mains, comme preuve de leur travail personnel, ils alléguèrent la rudesse de leur corps, ils présentèrent leurs durillons incrustés dans leurs propres mains par suite de leur labeur continuel. Domitien, là-dessus, ne les condamna à rien, mais les dédaigna comme des hommes simples, et il les renvoya libres? » (Eusèbe de Césarée : Histoires ecclésiastiques, III, XX.).
   « Après Néron et Domitien, sous celui dont nous examinons maintenant les temps (Trajan), une persécution fut soulevée contre nous, à ce que rapporte la tradition, partiellement et en certaines villes, à la suite d’un soulèvement des populations, Siméon, fils de Cléophas..., consomma sa vie par le martyre, à ce que nous avons appris. (III) Certains de ces hérétiques assurément accusèrent Simon, fils de Cléophas, comme étant de la race de David et chrétien. (III.)... » (0p. cit. III, XXXII.). 

  Conclusion : Les Fils d'Israël, les Judaïsés, l'empereur Héraclius et son Clergé ne purent empêcher le décret divin. Pour preuve :

   1°) le royaume du Sceau de la Prophétie (sur lui Prière et Paix !) englobe Jérusalem, ses environs, et l'ensemble de la province Nord de l'Arabie, Châm.
   2°) que celui qui vint et viendrait s'asseoir sur le Trône de David (sur lui la Paix !), soit un vicaire du Sceau de la Prophétie (sur lui Prière et Paix !), en la personne même de 'Omar fils de Khattab (que Dieu l'agrée !). Les prophéties primitives ne l'annonçaient-elles pas ? Et par lui, elles se réalisèrent. Et Dieu est plus Savant ! 
   3°)  Avec les documents de Qumram, on découvre également que les Fils d'Israël, les Judaïsés étaient dans l'attente du "fils[10]" de Dieu. C'est-à-dire du Sceau de la Prophétie. Ne lit-on pas :

   [Le fils du gr]and [Seigneur] il sera appelé et par son nom il sera désigné.
   Le fils de Dieu il sera appelé et ils l'appelleront fils du Très-Haut.
   Il lui sera donné l'empire éternel. 

   5. Son royaume est un royaume éternel, et toutes ses voies sont dans la vérité. Il juge[ra]
   6. la terre en vérité, et tous feront la paix. Le glaive sera banni de la terre,
   7. et toutes les provinces lui rendront hommage. Le grand Dieu lui-même sera
   8. sa force. Il fera la guerre à son compte ; Il tiendra les nations dans ses mains et toutes Il les mettra à ses pieds. Sa souveraineté est une souveraineté éternelle. (Sources : 4Q246).    

   De même : 
   "Il sera quelqu'un qui traversera de la mer à la mer.
   Et de près des fleuves jusqu'à la limite de la terre.
   Les gens des îles (arabes) se prosterneront (soit, se soumettrons) devant lui.
   Ses ennemis s’assoiront (à même) le sol.
   Les Rois de Perse se prosterneront devant lui[11].
   Les nations, pour lui, lui seront soumises dans l'obéissance et la docilité.
   Le nécessiteux et le miséreux seront sauvés du plus fort qu'eux.
   Il délivrera le faible qui n'a pas de secoureur[12].
   Il sera bon envers les pauvres et les faibles.
   Nous prierons sur lui et nous le béniront à chaque instant." (comparer : Ps. 72:8-17). 

   4°) La venue des gens de la Thora en Terre de Palestine [naguère Terre de l'Ancienne Alliance], depuis et après la chute de l'empire ottoman, ne signifie nullement que celle-ci s'est faite en accord avec une quelconque prophétie biblique. Et ceci contrairement à l'idée reçue. Les clairvoyants du monde biblique voient et perçoivent cette "venue ou ce "retour" qu'en compagnie du Messie...   (à suivre...)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Selon Schalom Ben-Chorin : Remarquons que l'hypothèse d'une origine lévitique de Marie, faisant provenir celle-ci directement de la Maison d'Aaron, va dans le sens de la théologie de Qumran : Jésus pourrait dans ce cas être considéré à la fois comme Messie roi en tant que fils de Joseph, descendant du roi David, et Messie prêtre en tant que fils de Marie. La secte de Qumran croyait en effet en l'avènement de ces deux Messies ; et (voir chapitre 5 de l'Epître aux hébreux), le Christ les représentait l'un et l'autre en une seule personne.
   Nous n'entendons pas nous prononcer ici sur l'historicité de données qui demeurent douteuses, mais simplement souligner les tendances de l'Evangile de Luc dans sa version présente. (Op. cit.).
   Nous dirons : L'influence des sectes toraniques sur les gens de l'Evangile ne fait aucun doute. Secundo : C'est Le Messie, c'est-à-dire le Prophète attendu dans les Écritures qui "les représentait l'un et l'autre en une seule personne". En aucun cas, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !).
[6] Lequel régnait que sur Jérusalem et ses environs, la province Nord de l'Arabie, Châm. Quant à son fils, il régnera, lui, sur le monde entier. Ceux deux importants personnages de l'Histoire sainte étaient, pour nous, des rois et également des prophètes du Saint et Seigneur d'Israël. A David (en arabe, Dawoud) fut assujettit les montagnes à psalmodier pureté, soir et matin, en sa compagnie, tout comme les oiseaux assemblés. Son Seigneur renforçât son royaume, et lui apportât la sagesse et aussi l'art de prononcer des jugements (Coran XXXVIII 17 et sv.). Il était Son vicaire (26). Pour lui fut amolli le fer, et il fut l'inventeur des cottes de mailles, afin qu'elles protègent de la rigueur des hommes (Coran XXI 80). A David fut donné le Psautier (le Zobour, soit en langue syriaque, le Livre. Coran XVII 55). Et son Seigneur lui fît don de Salomon (Coran XXXVIII 29 et sv.). A celui-ci, le vent fut assujetti. De même, la source du cuivre. Et les génies travaillaient sous ses ordres, par la permission de son Seigneur (Coran XXXIV 10 et sv.). Il construira la deuxième Maison de Dieu, à Jérusalem. Il eût parmi ses épouses, Bilqîs, reine de Saba, dans le Yémen (Coran 20 et sv.). Et son Seigneur confondît les génies lors de sa mort…
   Concernant ces deux importants personnages de l'Histoire sainte, le monde biblique est divisé à leur sujet. Pour les gens de l'Evangile, on reconnaît volontiers qu'ils étaient rois d'Israël et faisaient partis de la Maison de la Prophétie. Par contre, pour le monde de la Thora, ils étaient : 1. rois en Israël seulement, 2. N'ont jamais été des prophètes d'Israël. 3. Le Psautier ou Livre des Psaumes fut rédigé par au moins neuf personnages dont David. Ce Livre n'a jamais été reconnu, par eux, comme étant un Livre divin révélé à David (sur lui la Paix !) seulement. 4. La science et la puissance de son fils Salomon, venaient uniquement de la Haute Magie. De ce prétendu livre, que lui attribue injustement les gens de la Magie : les Clavicules de Salomon.  Ce fut la cause de la révélation du verset 102, Coran II. Son Seigneur a révélé à ses détracteurs, à l'époque du Sceau de la Prophétie, que Son prophète n'avait rien à se reprocher et qu'il était, au contraire, un prophète impeccable. Qu'il n'était jamais devenu mécréant et favorisait l'idolâtrie (Bible. 1 Rois. 11 7, etc.), l'enseignement et le développement de la Magie.
[7] Selon l'auteur de la Manifestation de la Vérité : Luc rapporte (I.) ces paroles de l'Archange Gabriel à Marie au sujet du Messie : "Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et il n'y aura point de fin à son règne". Remarquons : 1°, Que Jésus est un des fils de Joachim (Mat. I.) qui ne peuvent pas monter sur le trône de David (XXXVI.). 2°, Qu'il ne monta point sur le trône de David et ne régna point sur la maison de Jacob ; mais, au contraire, que ce furent les Juifs qui le livrèrent à Pilate, et qui le crucifièrent après l'avoir accablé d'insultes. On sait d'ailleurs (Jean VI.) que Jésus ne voulait point de la royauté ;  et c'eût été une révolte de sa part contre la volonté de Dieu, si ce qu'on a fait dire à Gabriel était vrai.
[8] "Les juifs en tant qu'individus sont de grandes personnalités – talentueux, ambitieux, intelligents, rapides. En tant que peuple, cependant, je ne les placerai pas aussi haut. Mais les juifs savent comment haïr". Cette opinion – autorisée – a été émise par Ariel Sharon, dans une interview accordée le 1er février au quotidien israélien Yedioth Aharonoth, et citée le lendemain dans le Los Angeles Times. Elle prend toute sa valeur 20 siècles plus tard à la lumière des paroles rapportées sur les gens de la Thora dans le Coran et de la Tradition…
[9] En arabe, amânah.
[10] Au départ, nom honorifique, que certains prendront et donneront, à tort, et dans un autre sens au fils de Marie.
[11] Ce passage est particulièrement important. Il manque dans la plupart des Bibles. Les gens de l’Évangile nous parleront, eux, et à la place, d'une prétendue visite de rois Mages à la sainte famille.
[12] A l'époque, il délivrera les faibles de deux tyrans notables : La Perse et Byzance.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter ,publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
07/11/06 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire