Histoire sainte biblique

HISTOIRE DE MIKHA - LE SÂMIRY

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


L'Agent intermédiaire. Le Pardon.


  Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite Page 12

  • Remplacer Moïse par un "agent intermédiaire entre Dieu et le peuple", est-ce possible ?

   Cette possibilité, nous l’avons vue et perçue, est envisagée par le commentateur hébreu. Nous savons tous que les gens de la Bible pour accéder à une chose, une demande, devaient nécessairement passer par leurs prophètes, un intermédiaire. Aussi, peut-on lire çà et là : O prophète ! Demande à ton Seigneur pour nous… !

   Mais contrairement à l’avis émis par des gens comme Ibn Ezra, les Fils d’IsraËL ont bien commis un péché grave et en connaissance de cause : le péché dit de l’Associationnisme de la Proximité. Et l’avis de Rabbi Yehochoua ben Lévi d’accorder "des circonstances atténuantes au peuple juif" a été considéré par leur Créateur nul et non avenue, inexcusable, impardonnable. Pour eux, la peine capitale pour un tel forfait, soit : la Mort (Coran II 54).

   Et sera exigé pour un Pardon plus complet (techouva[5]) : 1) se repentir, 2) de se donner la Mort. Même son de cloche pour Rachi. Certes, le Créateur avait la volonté de pardonner ce péché grave aux Fils d’Israël, mais pas à n’importe quel prix ! Il exercera Sa miséricorde et Sa générosité envers eux, mais avec des conditions drastiques. Ces conditions que les Fils d’Israël remettront en question, en cause, murmureront entre eux.

   Quant à Aaron, les reproches qu’on lui fait de la part des rabbanim ne sont pas justifiés et justifiables. Tous ont porté atteinte à sa dignité par leurs paroles mensongères, calomnieuses, vindicatives. Tous méconnaissent le droit des Prophètes, leur intégrité, leur infaillibilité, leur droiture, leur immunité. Quant au peuple, l’ensemble des Fils d’IsraËL, sans exception d’aucun ; ils joignirent l'acte à la pensée, en adorant une chose faite par la main de Mikha, et non celle d’Aaron (sur lui la Paix !). Ne pas confondre !

  • Le problème du frère de Moché (sur eux la Paix !). Sa prétendue conduite selon le Midrash.

   La conduite du frère du prophète Moché (sur eux la Paix !) est-elle justifiable ?
   En note, dans le commentaire de Rachi : le Midrach se propose par ces trois explications différents, de justifier la conduite d'Aaron dans ces trois ordres de choses :
   1) Pourquoi Aaron n'a-t-il pas refusé de faire ce que le peuple demandait ? Réponse : il a bien compris que ce serait parfaitement inutile, puisqu'ils avaient assassiné 'Hour pour cette raison[6].
   2) Mais pourquoi a-t-il lui même fabriqué l'idole ? Réponse : il préférait être seul responsable de la faute commise.
   3) Mais alors pourquoi avoir construit un autel en plus du seul veau d'or ? Réponse : il avait la certitude que toute entreprise serait déjouée par le retour de Moïse, qui reviendrait avant que ne fût achevé le travail de longue durée qu'il voulait faire de ses propres mains. (!!!)

  • Mikha ou le Sâmiry, version évangélique.

   Ce personnage est totalement inconnu du monde évangélique. Il est vrai que ceux-ci ne prennent jamais en compte l'ensemble des commentaires bibliques fait par le monde de la Synagogue ?! Ils les tournent, comme d'ailleurs nos commentaires de notre Livre Sacré, en dérision ! Pour eux, ce ne sont que des paroles en l'air, d'un autre monde, des fables, des contes légendaires… des choses propres au monde toranique[7].

  • Mikha ou le Sâmiry, version coranique.

    A la lumière du Coran, nous pouvons constater que la version des faits, et concernant celui qui a égaré le peuple d’Israël, n’a rien à voir, de près et de loin, avec ce que rapportent, ont rapporté de lui les gens de la Synagogue et de la Torah. Toutefois, et comme nous l’avons vu, on retrouve, à travers certains commentateurs hébreux, des traces de son histoire conforme d’une certaine façon avec la version coranique des faits. Logique, dirons-nous, car les rabbanim veulent cacher au monde ce qu’est, ce qu’était vraiment les Fils d’Israël aux yeux du monde. Était-ce de vrais gardiens et de vrais gens du Monothéisme ? Nullement. Et leur Histoire sainte est là pour nous le prouver et le confirmer. Dans un premier temps, ils adorèrent un animal en forme de dieu ! Dans un deuxième temps, leur Créateur en le Messie fils de Marie, soit sous une forme humaine ! Et dans un cas comme dans l'autre, ils sont impardonnables !

  • Le récit de Sâmiry.

   Selon certains chercheurs et historiens soumis, Mikha[8], en arabe le Sâmiry[9], était un des proches de la famille d'Imran. La famille de Moché et de son frère Haroun (Aaron) et de leur soeur Marie. Il aurait, dit-on encore, été élevé dès son plus jeune âge par l'ange Gabriel. Dieu (exalté soit-il !) aurait même permis à celui-ci de voir des choses dit du monde invisible comme les porteurs du Trône divin, par exemple. Dans le Coran, au Seigneur des mondes de révéler :


   "Puis, quand d'un souffle d'un seul on soufflera dans la Trompe,
   et que la terre et les montagnes seront portées puis faites plaines d'un seul aplanissement,
   ce jour-là, alors, l'échéant écherra,
   et le ciel se fendra, il sera donc fragile, ce jour-là !
   Et sur ses côtés se tiendront les anges, tandis que huit, ce jour-là, porteront au-dessus d'eux le Dais de ton Seigneur." (LXIX. 13-17)

   C'est-à-dire à l'heure actuelle, explique l’exégète coranique, ils sont que quatre porteurs[10] : l'un à un visage d'homme, un autre le visage d'un lion, un autre le visage d'un aigle, un autre le visage d'un taureau ; et chaque visage d'entre-deux, demande à Dieu (exalté soit-Il !) de nourrir son espèce. Lorsque Sâmiry vit cet ange au visage de taureau, il s'imagina que celui-ci était le dieu de Mochè, le prophète (sur lui la Paix !). Il fit alors pour son peuple un "Veau", un corps à mugissement. Puis il leur dit :

   "C'est votre divinité, la divinité de Moché ; il a donc oublié !"

   Ce ‘veau’ une fois fabriqué, deviendra une sorte d'animal en chair et en os, et se mettra alors à mugir ! Le peuple dira d'ailleurs au prophète Mochè (sur lui la Paix !) revenu parmi eux :

   "Ce n'est pas de notre propre pouvoir que nous avons manqué au rendez-vous. Mais nous étions chargés du fardeau des ornements du peuple ; nous les avons donc jetés ; et c'est ainsi que Sâmiry les a lancés, puis il en a fait sortir un veau, un corps mugissant. (Coran. XX. 87-88)

   A ce sujet, on a dit :

حدثنـي موسى، قال: ثنا عمرو، قال: قال: ثنا أسبـاط، عن السديّ، قال: أخذ السامريّ من تربة الـحافر، حافر فرس جبرئيـل فـانطلق موسى واستـخـلف هارون علـى بنـي إسرائيـل وواعدهم ثلاثـين لـيـلة، فأتـمها الله بعشر، قال لهم هارون: يا بنـي إسرائيـل إن الغنـيـمة لا تـحلّ لكم، وإن حلـي القبط إنـما هو غنـيـمة، فـاجمعوها جميعاً، فـاحفروا لها حفرة فـادفنوها، فإن جاء موسى فأحلها أخذتـموها، وإلاَّ كان شيئا لـم تأكلوه. * تفسير جامع البيان في تفسير القرآن/ الطبري

   D’après Soddy : Sâmiry pris du sabot une terre, du sabot de la jument de Gabriel. Puis, Moïse partit et laissa comme représentant Aaron auprès des Fils d’Israël : Pour un rendez-vous de trente jours que Dieu compléta de dix. Aaron leur dit : O Fils d’Israël, le butin ne vous est pas permis ! Et les ornements des Coptes ne sont que butins, rassemblez-les puis enterrez-les ; et si Moïse est revenu et qu’il les a rendus licites pour vous, prenez-les ! Dans le cas contraire, c’est une chose non consommable pour vous[11] !

   Ceci est une réponse aux allégations mensongères du monde de la Synagogue et de la Torah. N’est-ce pas eux qui font dire au texte biblique (Ex. 32) :

1 Et le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s'assembla autour d'Aaron, et ils lui dirent : Allons ! Fais-nous un dieu qui marche devant nous ; car celui-là, Moïse, l'homme, qui nous a fait sortir du pays d'Égypte, nous ne savons ce qu'il est devenu.
2 Et Aaron leur dit : Arrachez les boucles d'or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles, et apportez-les moi.
3 Et tout le monde arracha les boucles d'or qu'ils avaient aux oreilles et ils les apportèrent à Aaron.
4 Celui-ci reçut d'eux cet or, le travailla au burin et en fit un veau de métal. Et ils dirent : C'est ici ton Dieu, Israël, qui t'a fait sortir du pays d'Égypte !

5 Aaron, voyant cela, construisit un autel devant le veau ; puis Aaron s'écria et dit : Demain il y aura fête à l'honneur de l'Éternel ! (levangile.com)

وَلَمَّا رَاى الشَّعْبُ انَّ مُوسَى ابْطَا فِي النُّزُولِ مِنَ الْجَبَلِ اجْتَمَعَ الشَّعْبُ عَلَى هَارُونَ وَقَالُوا لَهُ: «قُمِ اصْنَعْ لَنَا الِهَةً تَسِيرُ امَامَنَا لانَّ هَذَا مُوسَى الرَّجُلَ الَّذِي اصْعَدَنَا مِنْ ارْضِ مِصْرَ لا نَعْلَمُ مَاذَا اصَابَهُ». فَقَالَ لَهُمْ هَارُونُ: «انْزِعُوا اقْرَاطَ الذَّهَبِ الَّتِي فِي اذَانِ نِسَائِكُمْ وَبَنِيكُمْ وَبَنَاتِكُمْ وَاتُونِي بِهَا». فَنَزَعَ كُلُّ الشَّعْبِ اقْرَاطَ الذَّهَبِ الَّتِي فِي اذَانِهِمْ وَاتُوا بِهَا الَى هَارُونَ. فَاخَذَ ذَلِكَ مِنْ ايْدِيهِمْ وَصَوَّرَهُ بِالْازْمِيلِ وَصَنَعَهُ عِجْلا مَسْبُوكا. فَقَالُوا: «هَذِهِ الِهَتُكَ يَا اسْرَائِيلُ الَّتِي اصْعَدَتْكَ مِنْ ارْضِ مِصْرَ!» فَلَمَّا نَظَرَ هَارُونُ بَنَى مَذْبَحا امَامَهُ وَنَادَى هَارُونُ وَقَالَ: «غَدا عِيدٌ لِلرَّبِّ». فَبَكَّرُوا فِي الْغَدِ وَاصْعَدُوا مُحْرَقَاتٍ وَقَدَّمُوا ذَبَائِحَ سَلامَةٍ. وَجَلَسَ الشَّعْبُ لِلاكْلِ وَالشُّرْبِ ثُمَّ قَامُوا لِلَّعِبِ. فَقَالَ الرَّبُّ لِمُوسَى: «اذْهَبِ انْزِلْ! لانَّهُ قَدْ فَسَدَ شَعْبُكَ الَّذِي اصْعَدْتَهُ مِنْ ارْضِ مِصْرَ. زَاغُوا سَرِيعا عَنِ الطَّرِيقِ الَّذِي اوْصَيْتُهُمْ بِهِ. صَنَعُوا لَهُمْ عِجْلا مَسْبُوكا وَسَجَدُوا لَهُ وَذَبَحُوا لَهُ وَقَالُوا: هَذِهِ الِهَتُكَ يَا اسْرَائِيلُ الَّتِي اصْعَدَتْكَ مِنْ ارْضِ مِصْرَ».

   Le Saint d'Israël fera donc de cet homme : Sâmiry, une force active d'égarement qui portera les Fils d'Israël à croire à ce qu'il leur disait. Pourtant, le frère de Mochè, le prophète Aharon (sur eux la Paix !) ne leur avait-il pas dit auparavant :

 
   "O mon peuple, vous en êtes tentés : rien d'autre ! Or, le Tout-Miséricordieux[12] est vraiment votre Seigneur. Suivez-moi donc, et obéissez à mon commandement."

   Hélas, le peuple refusera de l'écouter et lui diront au contraire[13] :

 
   "Jamais nous ne cesserons d'être attachés à ça (ce veau. A cette adoration), (ceci jusqu'à ce) que Mochè ne soit de retour vers nous." (Coran. XX 90-91)

    Quand Moché, le prophète (sur lui la Paix !) reviendra parmi eux, grande sera sa colère. Car ce qu'ils adoraient, où venaient d'adorer ; ne voyaient-ils pas que cela ne pouvait leur répondre mot et n'était maître, pour eux ni de bien ni de mal ? (Coran. XX 89) Et était-ce bien là une preuve de leur amour véritable et sincère envers leur Créateur ? Etait-ce là faire preuve de fidélité à leur pacte, engagement[14] ? De plus, comment accuser le frère de Mochè (sur eux la Paix !) d'un acte dont il est innocent, pur ? Le Seigneur des mondes n'a-t-il pas révélé à cet effet :


   "Il dit (Moché) : "O Aaron, qu'est-ce qui t'a empêché, quand tu les as vus s'égarer ?
   Est-ce que tu ne m'aurais pas suivi ? As-tu désobéi à mon commandement ?"
   Il dit (son frère) : "O fils de ma mère, ne me prends ni par la barbe ni par la tête. Je craignais que tu ne dises :" Tu as fait des divisions chez le Fils d'Israël, tandis que tu n'as pas observé ma parole !" (Coran. XX.92-94)

 
   "Et lorsque que Mochè retourna vers son peuple, fâché, affligé, il dit : "Quelle mauvaise gérance vous avez faite après moi ! Avez-vous voulu hâter le commandement de votre Seigneur ?" Et il jeta les Tables[15], et il prit la tête de son frère en la tirant à lui. Il dit : "O fils de ma mère ! Le peuple m'a rendu faible, et peu s'en fallu qu'ils ne me tuent. Ne fais donc pas que les ennemis se réjouissent sur moi ; et ne m'assignent pas avec le peuple des injustes[16]." (Coran VII 150).

    On remarquera ici que leur Créateur a lavé le frère de Moché (sur eux la Paix !) de l'abominable accusation du récit de l'Exode 32: 1-5. Selon le fils d'Abbas : Aaron (Haroun) vint à passer devant Sâmiry alors qu'il était en train de sculpter le "Veau". Il lui dit : Qu'est-ce que tu fais ? Il dit : Je fais ce qui ne peut ni nuire ni être d'utilité. Aaron (Haroun) dit : O mon Dieu ! Donne-lui ce qu'Il te demande en lui-même. Aaron (Haroun) s'en alla, et Sâmiry dit : O mon Dieu, je Te demande qu'il mugisse. Il se mit alors à mugir. S'il mugissait, ils se prosternaient devant lui. S'il mugissait (encore), ils levaient alors leurs têtes ! Selon Soddy : Il mugissait et marchait...
   Le prophète Mochè demande alors à son Seigneur que lui, et le prophète Aaron (Aharon-Haroun), son frère ; entrent dans la miséricorde divine. Pour preuve :

 
   "Il dit (Moché) : "O mon Seigneur, pardonne, à moi et à mon frère, et fais nous entrer en Ta miséricorde. Tu es le plus miséricordieux des miséricordieux.[17]"

   Concernant Sâmiry ou Mikha, on a dit encore :

   "Sache que les esprits ont parmi leurs vertus propres celle d’infuser la vie à ce qu'ils foulent en marchant[18]. C'est pour cela que Sâmiry[19] saisit une poignée (de la poussière) portant la trace[20] de l'envoyé [divin] : c’était (l'archange) Gabriel (sur lui la Paix !) (Coran. XX 96) et c’était l’esprit [de Sainteté]. Sâmiry avait la science de cette vertu ; il avait reconnu Gabriel et savait qu’il avait infusé la vie à l'endroit où il avait marché[21]. Il prit donc une poignée[22] (de poussière) portant la trace du messager (divin) et la jeta[23] dans le "Veau" qui "mugit" aussitôt à la façon des bovidés. S’il l’avait mise dans une autre forme, elle aurait provoqué un cri correspondant à cette dernière : un chameau aurait blatéré, un bélier ou des brebis bêlé. Quant à l’homme, il aurait fait entendre une voix, un langage articulé ou un discours."

  • Le problème de Mikha.

   Il n’a pas agit "en fonction de sa connaissance du sôd de la Merkabah", la Magie licite ou tout autre chose comme le prétendent à tort le monde de la Synagogue et de la Torah ; Sâmiry avait la science d’une vertu de l’esprit de Sainteté Gabriel : il avait reconnu Gabriel et savait qu’il avait infusé la vie à l'endroit où il avait marché[24]. La suite nous la connaissons tous.

  • L’Alchimie.

   La transmutation qu'allait vivre cet objet métallique allait donc bouleverser le monde des Hébreux. Le Messie (sur lui la Paix !) allait en son temps, pétrir de glaise une figure d'oiseau[25], puis il souffle dedans : et, par la permission de Dieu, c'est un oiseau (Coran III 49). Sâmiry, lui, se contentera de ramasser une poignée de poussière (Coran XX 96) et de la jeter dans le "Veau d'or", qui "mugit" aussitôt à la façon des bovidés.
   D'après le fils d'Abbas : Gabriel ne foula jamais un endroit de la terre sans que cet endroit en fut vivifié. Qu'en conclure ? Sinon que le vocable "esprit" est devenue pour le peuple d'Israël, une véritable pierre d'achoppement. La première fois avec le "Veau" de Sâmiry, la deuxième fois avec leur déportation en Babylonie, la troisième fois avec la création miraculeuse du Messie d'Israël (Coran IV 170. XIX 17; XXI 91), la quatrième fois au temps du sceau de la Prophétie (Coran. XVII 95).

    Les Fils d’Israël et les Judaïsés chopent contre en refusant de croire à l’Invisible, au surnaturel, aux miracles, aux signes divins, à Ses décrets à leur encontre.

   La science, la connaissance auquel avait pu éventuellement accéder Sâmiry, ne sera en vérité et pour lui d'aucune utilité. Tout cela ne fera au contraire que le précipiter un peu plus vite dans sa perte. Selon Ali (que Dieu l'agrée !) : Mochè vint vers le Veau et mis sur lui les limes. Il le lima alors qu'il se trouvait au bord du fleuve. Pas une seule personne ne but de cette eau, parmi celles qui adorèrent le Veau ; sinon que son visage devint jaune comme l'or. Dans le Coran, au Seigneur des mondes de révéler à l'encontre des Fils d'Israël :

 
   "Et quand de vous Nous avons pris alliance et brandi sur vous le Mont :"Tenez ferme ce que Nous vous avons donné, et écoutez !" ils dirent : "Nous avons entendu et nous avons désobéi", tandis que, dans leurs coeurs, par leur mécréance on les abreuvait du Veau".

   Selon Qatâdah : Ils burent de son amour jusqu'à ce qu'il parvint à leurs coeurs. D'après le prophète (sur lui Prière et Paix !) : Ton amour pour une chose rend aveugle et sourd.
   Notons enfin que l'amour de l'adoration du Veau se mélangea à leurs sangs et entra ainsi jusque dans leurs coeurs. A l'exemple de la teinture avec le vêtement et l'eau dans le ventre. D'où :
   "Dis : "Comme est mauvais ce qu'ordonne votre foi, si vous êtes croyants !" (Coran II. 93)
{ قل بئْسما يأمركم به إِيمانكم }

قوله تعالى: { قل بئْسما يأمركم به إِيمانكم } أي: أن تكذّبوا المرسلين، وتقتلوا النبيين بغير حق، وتكتموا الهدى.
قوله تعالى: { إِن كنتم مؤمنين } في «إِن» قولان. أحدهما: أنها بمعنى: الجحد، فالمعنى: ما كنتم مؤمنين إذ عصيتم الله، وعبدتم العجل. والثاني: أن تكون «إِن» شرطاً معلقاً بما قبله، فالمعنى: إن كنتم مؤمنين؛ فبئس الإيمان إيمان يأمركم بعبادة العجل، وقتل الأنبياء، ذكرهما ابن الأنباري. تفسير زاد المسير في علم التفسير/ ابن الجوزي

    Soit : De déclarer menteurs les Messagers et que, sans droit, vous tuiez les Prophètes, cachiez la guidée...
   Sa parole du Très-Haut : « si vous êtes croyants », deux avis selon le fils d’Anbâry :
   Le premier : C’est-à-dire ayant le sens de : nier, renier. Soit : De ce que vous n’êtes point croyants puisque vous désobéissez à Dieu et adorez le veau.
   Le second : "Si" qui est une ‘condition’ est à rattacher avec ce qui est avant. Soit : si vous êtes croyants, comme est mauvais ce qu'ordonne votre foi ! Votre foi vous ordonnant l’adoration du veau, tuer les Prophètes… !

   Conclusion.

   Dans cette étude succincte, nous avons vu à qui incombe véritablement le péché du 'Veau d'or', aussi la responsabilité pleine et entière doit être nécessairement sur les épaules d'un seul et unique individu : Mikhah ou le Sâmiry. Et ceci à l'instar de ce qu'a constaté aussi l'auteur du Sefer ha-Hayyim et un Midrash. Ce qui dépénalise du même coup le prophète Aharon (sur lui la Paix !), et pénalise, par contre, durement les Fils d'Israël qui le suivirent. La culpabilité de l'acteur principal de la fabrication du Veau, à la lumière du Coran, a été établi comme celle de ceux qui le suivirent. Secundo : La culpabilité de celui qui avait tué un membre de sa famille au sein des Fils d'Israël a été aussi établie, et le dénouement qui s'en suivit. Suite à cet incident, trouvant le corps d'une personne assassinée, les juges devront dans l'avenir faire prêter serment à 50 personnes ; et ne devront nullement mettre à mort une génisse en lui brisant la nuque. La culpabilité des gens de la Synagogue et de la Torah, à la lumière du Coran, a été établie. Ils sont coupables de dissimulation, d'avoir tronqué la vérité sur le récit du 'Veau d'or, comme sur celui dit de la "vache rouge" ou la "génisse jaune".

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Techouva comme le vocable arabe : taoubah : revenir à [Dieu]. Même sens.
[6] L’assassinat de ce personnage biblique laisse perplexe.
[7] Toutefois ils ne condamnent pas les propos tenus dans la Torah et autres livres par le monde de la Synagogue et de la Torah. Comme leurs frères, ils accusent donc Aaron d’avoir fait chuté le peuple d’Israël !
[8] Ou Mica. Michée, francisé. Ne pas confondre avec un prophète portant ce nom.
[9] Le Sâmiry, Samiri, Samirie. Et non le Samaritain. Secte du judaïsme. Ne pas confondre ! Haï Bar-Zeev d'ailleurs de faire cette amalgame. Pour preuve : "Lorsque le Coran rapporte l'histoire de la faute du veau d'or, il précise que c'est le Samiri - la Samaritain - qui a fait le veau (20, 65-87). Indication surprenante, car les Samaritains ne faisaient pas partie de ceux qui accompagnèrent le peuple hébreu dans le désert. Ils ne furent judaïsés qu'à l'époque du roi Osée, huit siècles après Moïse. Mais l'expression Samiri n'est pas fortuite. En faite, deux histoires y sont amalgamées : celle qui est relatée par le livre de l'Exode et celle que rapporte le livre des Rois. D'après le Midrach (Midrach Rabbah / Exode 32, 7) ceux qui fabriquèrent le veau d'or furent les non-juifs qui accompagnaient les Hébreux. Convertis au judaïsme comme plus tard les Samaritains, ils restèrent pourtant attachés au culte des idoles (Rois II, 17, 24-41). Le roi Jéroboam instaura le culte du veau d'or(Rois I, 12, 28) et le roi Achab le poursuivit dans sa capitale, la ville de Shomron, qui devint plus tard celle des Samaritains (Rois I, 16, 29)." (Op. cit.).
   Nous dirons : Cet auteur parle comme ses confrères. Comme eux, il rejette la faute du 'Veau d'or' sur des non fils d'Israël ! Il oublie de mentionner Mikha. Secundo : Tantôt, il nous parle d'Hébreux, tantôt de non-juifs ! Les fils d'Israël sont des Hébreux, leur religion : celle de Moïse et d'Aharon, soit l'Islam. N'en déplaise aux ergoteurs, opposants et adversaires de la Religion divine ! Quant au judaïsme, le vocable Yehud ou Yehudim, apparaîtra après la faute du 'Veau d'or'. Les fils d'Israël recevront alors ce nouveau nom de Yehudim après s'être repentis. D'où Yehudim = Repentis. Rien à voir avec Juda fils de Jacob. Ni la Judée. Ne pas confondre !     
[10] Bien que présents dans la Bible, leur présentation et leur rôle diffèrent complètement. Dans la Bible, le texte parlera du ‘char céleste’, ici, de porteurs du Dais divin. Lesquels sont actuellement de quatre, et aux Jour des Comptes, ils seront huit.
[11] Qu’il vous faudra nécessairement vous séparer.
[12] Et pas ce que Mikha a cru voir…
[13] Culpabilité attestée. Désobéir à un prophète n'est-ce pas désobéir au Créateur ?
[14] Bible : alliance.
[15] Comparer : Ex. 32: 32.
[16] Tel est le nom donné au peuple d’Israël, lequel a cru bon de suivre un égaré : Mikha, plutôt qu’un prophète : Aaron.
[17] Coran. VII 150-151; comparer : Ex. 32: 34-35.
[18] Nous avons vu : L'auteur du Rôqeah utilise là une source midrashique d'après laquelle : « Ils avaient remarqué sur le sable le long du rivage de la mer Rouge que les traces laissées par les pieds des anges étaient comme celles des sabots des veaux [18] , et c'est pourquoi ils adoptèrent la forme du veau pour leur idole. »
   De même : D'après l'auteur de notre texte toute action thaumaturgique présuppose une connaissance de l'ordre de la Merkabah. La différence entre la magie licite (celle par exemple des anciens rabbins mentionnés dans le Talmud) et celle des magiciens et des sorciers, c'est que la première s'exerce par la médiation du nom divin ou des anges et par leur connaissance acquise des secrets du char divin, alors que les sorciers et les magiciens anciens ou contemporains utilisent les démons ou les autres sciences occultes pour appréhender l'ordre [de la Merkabah, qu'ils parviennent à manipuler en vue des fins poursuivies.
   On remarquera que les gens de la Synagogue et de la Torah rattachent tout au char céleste, la Merkabah. Et s’abstiennent de mentionner Gabriel et ses capacités d’ange.
[19] Dont il est dit dans le Coran qu'il fit lui, et non Aaron, le "Veau d'Or" qu'adorèrent les Israélites en l'absence de Mochè ( Coran XX 86).
   Nous avons vu : L'auteur du Sefer ha-Hayyim se situe dans un registre très différent du commentaire d'Eléazar. Il situe la faute du Veau d'Or dans une théorie générale de la magie dont la fabrication du Veau d'Or devient une illustration. Il place la responsabilité du Veau d'Or sur les épaules de Mikhah (mentionné en Juges 17 comme possédant une idole et une image en métal) en reprenant un midrash qui voit en Mikhah l'acteur principal de la fabrication du Veau.
[20] Nous avons vu et concernant Mikha : Ici, l'action magique ne se trouve reliée ni à la figure de Joseph ni à celle de Moïse. C'est en fonction de sa connaissance du sôd de la Merkabah (que Mikhah a pu contempler comme tous les Israélites lors du passage de la mer Rouge) que ce dernier a acquis le savoir et le savoir-faire dont il se servira plus tard.
   Seul Mikha pu contempler, le peuple nullement.
[21] Eléazar précise encore une fois sa pensée : « II ne faut pas expliquer qu'il est mort, car Josué est sur la montagne et la montagne est en feu, mais nous ne savons pas quelle chose consacrée il possédait, 'êzeh dabar meqûdash hayah lô, pour que la Présence reposât sur cet objet qui était avec lui. Toi, tu le sais, car tu es son frère... Mais nous avons reconnu les pas du veau au moment où « tu as frayé le chemin de les chevaux dans la mer » (Hab. 3, 15).
[22] On peut lire : qabsatan avec un sâd ou qabdatan avec un dâd ; c’est-à-dire une pincée ou une poignée.
[23] Lui (Sâmiry) et non le frère de Mochè : Aharon. Nuance !
[24] Ce qui du même coup innocente Joseph fils de Jacob (sur eux la Paix !). Il n’a rien à voir, de près ou de loin, avec le vocable bœuf. Par d’action ‘magique’ reliée à la figure de Joseph comme celle de Moïse.
[25] On a dit que cet oiseau était la chauve-souris.



   Sinaï


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
18/11/11.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire