Croyances

PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


Les rois célèbres de la Haute Antiquité. Qui est Alexandre ? Y a-t-il un ou deux récits ou plusieurs sur ce personnage antique ? et pourquoi ?
Quel lien existe-t-il entre le Bicornu, Avraham, Melchisédec, le prophète messager le Messie fils de Marie, les peuples Go et Magog, les signes de la fin des temps ?


Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

Suite Page 1

   Que croient certaines personnes... d'Alexandre ?

   Monde biblique : Le dénommé Alexandre est considéré comme une grande personnalité pour les gens de la Synagogue et de la Torah et est considéré plus comme un saint personnage pour partie des gens de l'Eglise et de l'Evangile[5]
Pour Les chrétiens, Le syriaque Jacques de Sarudj, dans une homélie métrique datée de 514, insiste tout particulièrement sur le voyage au pays des ombres et la construction de la muraille destinée à contenir les assauts de Gog et Magog. Ces deux missions «divines» sont à ses yeux la marque de la prédestination d’Alexandre. D’autre version du pseudo-Callisthène suive d’origine araméenne, copte, géorgienne, éthiopienne, indienne et même malaise. Toutes amplifient à souhait les exploits d’un Alexandre surhomme.

Europe centrale : On a dit : Pour L’historiographie antique   de La Grèce , ce sont d’abord Onésicrite et Callisthène, compagnons du conquérant lors de l’expédition d’Asie qui, dans deux panégyriques, posent les premiers jalons de la légende. Peu après, Clitarque d’Alexandrie, historien grec du IVe   siècle av. J.-C., écrit une Histoire d’Alexandre qui, truffée de fables, tient plus du roman que de la biographie. Ce fut le premier d’une série d’ouvrages qui vont peu à peu sous-tendre, dans le monde oriental puis occidental, tout le mythe alexandrin. A l’inverse des Grecs d’Orient qui glorifièrent Alexandre, Sparte, Thèbes et Athènes dénièrent tout mérite au «jeune homme de Pella». Lui reprochant la mort de Callisthène qui fut de leur école, les péripatéticiens entreprirent à son encontre une campagne haineuse, puis, délibérément, l’ignorèrent. Les auteurs comiques le traitèrent d’ivrogne et le raillèrent. Les stoïciens firent de même, insistant sur son penchant pour la luxure et l’argent. Mais Plutarque de Chéronée atténuera la longue impopularité du Macédonien, et Arrien (IIe  s. apr. J.-C.), dans son Anabase, le réhabilitera. C’est au premiers historiens égyptiens, mais aussi aux Ptolémées, rois grecs de l’Egypte, que revient la part la plus importante dans la formation du mythe. Ces derniers, pour conforter leur dynastie et renforcer leur pouvoir, usent à souhait de l’image d’un Alexandre égyptien, héros et divin à la fois. Le premier d’entre eux, Sôtêr, ancien lieutenant d’Alexandre et probablement le commanditaire du livre de Clitarque, frappe des monnaies à l’effigie du Macédonien. Ses successeurs vont affirmer le caractère divin du Macédonien par une assimilation à des dieux tels que Zeus, Poséidon, Héphaïstos, Hermès, Mithra, Dionysos, ou à des héros comme Héraclès et les Dioscures. 

Mais l’Orient, et plus particulièrement Alexandrie, entendent rester maîtres de la légende. Vers 222, une biographie romancée d’Alexandre le Grand, faussement attribuée à Callisthène et probablement composée par des auteurs alexandrins, impose une nouvelle vision du personnage et de son épopée. Une vision qui pourrait être la plus proche de la réalité car ses auteurs n’était pas de ceux qui porter de la haine envers le héros.

   D'autres identités, un peu fantaisistes, essaient de faire correspondre le Dhû-l-Qarnayn du Coran au Pharaon Akhenaton, et à un roi des dynasties Himyarites préislamiques du Yémen...  Ainsi, les premiers commentateurs et historiens soumis ont assimilé Dhu al-Qarnayn à plusieurs figures, dont Alexandre le Macédonien, le roi parthe Kisrounis[6][3] le roi himyarite sud-arabe Sa’b Dhu Marathid, et le roi lakhmid nord-arabe al-Mundhir ibn Imru al-Qays[7].

   Autre : Alexandre est : Cyrus le Grand[8] (en vieux perse Kuraš), dit Cyrus II[9], est le fondateur de l'Empire perse de la dynastie des Achéménides, régnant d'environ 559 à 530 av. J.-C. Son règne a été marqué par des conquêtes d'une ampleur sans précédent : après avoir soumis les Mèdes, il a placé sous sa domination le royaume de Lydie et les cités grecques d'Ionie, puis l'Empire néo-babylonien (comprenant alors la Mésopotamie, la Syrie, les cités phéniciennes et la Judée) (fr.wikipedia.org)

   Cette opinion est entre autre celle de Abu-l-Kalâm Azâd[10]. Selon les recherches de as-Syohârwî[11], il existe, aujourd'hui encore, dans la passe de Darial, dans le massif du Caucase, un mur de fer et de cuivre qui s'appuie sur deux sommets montagneux. C'est le mur construit il y a fort longtemps par Cyrus II (Dhu-l-Qarnayn) pour empêcher les Scythes[12] (Gog et Magog pour cette époque) de venir piller les cités situées en-deçà du massif (cf. Qassas ul-qur'ân, tome 3 pp. 205-207).

Autre : On a dit :  Toutefois, plusieurs théologiens et historiens musulmans, dont As-Suhayliy (XIIIe siècle), Ibn Taymiyya (XIVe siècle) et Al-Maqrîziy (XVe siècle), réfutent l'idée selon laquelle Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre, et font remonter le personnage coranique à l'époque d'Ibrahim (Abraham). Des érudits islamiques contemporains, dont le théologien Mohammad Ali Tabatabaei dans Tafsir Al-Mizan, penchent pour l'identifier au roi achéménide Cyrus le Grand.

Al-Iskandar Dhû-l-Qarnayn est mentionné dans des passages des Mille et Une Nuits ainsi que dans l'Iskandar Nâmeh du poète persan Nizami[398]. Le nom d'Idris, cité dans le Coran, serait quant à lui une déformation d'Andréas, le cuisinier d'Alexandre dans le Roman d'Alexandre (fr.wikipedia.org.)

   Certains avis donnés par des individus comme le kurde, ibn Taymiya, ses affidés et disciples[13] ne saurait être pris en considération. Leur Maître ayant donné une direction à son Créateur[14], parole insensée contraire à la science du Monothéisme aux avis des Savants et juristes, jugée de mécréance; pour lui, et selon certains de ses dires, son Créateur s'assoit sur son trône comme les humains, c'est un hérésiarque convaincu qui ne fait donc pas partie des gens de la Tradition et de la Communauté, selon les Savants. Au Châm, il a établi par ses dires qu'il faut combattre et détruire nécessairement les Noçairites, cette secte[15], ennemis irréductibles des gens de l'Islam traditionnel, il a transformé pour cela cette région, à notre époque, à feu et à sang à travers la secte des Frères musulmans[16] ennemis jurés des Noçairites[17] et inversement. A son actif également, il est l'ennemi juré de tous les saints de l'Islam[18], il milite pour la voie[19] non pour l'Ecole de Jurisprudence d'où son combat contre l'Ecole hanafite qu'il a pris en haine. Son groupe déviant et schisme sert les intérêts des hébreux yéhudim de Palestine[20] notre époque, notent les observateurs et la presse.

   Autre : Alexandre le Grand : Le prophète-roi Salomon. Gog et Magog des extra-terrestres.

   Autre : Identification à Alexandre le Grand et le lien avec Moïse. Un autre épisode de la Légende d'Alexandre est présent dans la sourate 18. Au lieu d'Alexandre, c'est Moïse qui en devient le héros. La question du lien entre Alexandre, Moïse et Dhû-l-Qarnayn est donc posée. L'association avec Moïse repose, en particulier, sur la fait que les deux possèdent des cornes[21], Alexandre dans la Légende d'Alexandre et Moïse[22] dans les traditions juives et chrétiennes[23]. (fr.wikipedia.org)

Nous dirons :   Bien faire la différence entre Mochè (sur lui la Paix ! ), d'une part, et le Bicornu d'autre part ; Mochè est un prophète messager auprès des Fils d'Israël. Le Bicornu est un roi croyant sain et pieux, envoyé en une terre où l'injustice règne, selon nos sources, entre des différents peuples des Fils de Japhet . Il viendra un jour où la porte d'entrée de leur demeure sera bouchée par ses soins pour un temps, elle  sera rouverte, par Décret divin  et des hommes (Gog et Magog sortiront de cette antre pour répandre de nouveau le sang, le mal, l'injustice sur terre. Ce qui signifie que Mochè à une mission bien précise, de même le Bicornu. Mochè est un prophète-messager qui recevra la Torah, le Bicornu nullement. Il ne recevra  ni prophétie ni Livre divin. Le Bicornu recevra des bienfaits par contre de son Seigneur qui lui permettront d'accéder toutefois au un rang élevé et élogieux auquel il sera, deviendra. Bien que concourant à Salomon, il n'est pas ce dernier. Deux royaumes différents pour deux buts différents: 1.- celui du roi prophète Salomon ayant un rapport avec la Maison de Sainteté, l'extrême Mosquée; l'Etablissement de son royaume[24]  2. celui du Bicornu ayant un rapport, lui, avec l'ordre à mettre chez des peuples comme Gog et Magog, et de préparer par là la voie pour l'arrivée à la fin des temps du Messie fils de Marie. Le Bicornu : Préfigurera ainsi le Messie[25].  Et en final au roi à chercher la source de la vie, son guide spirituel de la découvrir et d'en boire son eau.

   Alexandre : deux rois différents ?

   Les commentaires l'admettent, C'est-à-dire un proche[26] de la venue du prophète- messager le Messie, l'autre bien avant soit à l'époque du prophète Avraham[27]. Ainsi a-t-on dit concernant le prophète Avraham :

وإلى كون ذي القرنين في زمان إبراهيم عليه السلام ذهب غير واحد، وقد ذكر الأزرقي أنه أسلم على يده عليه السلام وطاف معه بالكعبة وكان ثالثهما إسماعيل عليه السلام، وروي أنه حج ماشياً فلما سمع إبراهيم عليه السلام بقدومه تلقاه ودعا له وأوصاه بوصايا، وقيل: أتى بفرس ليركب فقال: لا أركب في بلد فيه الخليل فعند ذلك سخر له السحاب ومد له في الأسباب وبشره إبراهيم عليه السلامبذلكفكانتالسحابةتحملهوعساكرهوجميع آلتهم إذا أرادوا غزو قوم.
ويقال: إنه الذي قضى لإبراهيم عليه السلام حين تحاكموا إليه في بئر السبع بالشام

Plus d'un a admis que le Bicornu était |serait en fait] à l'époque d'Avraham (عليه السلام) D'après al-azraquî il s'est converti à la main d'Avraham (عليه السلام) le  troisième d'entre eux présent : Ismaël (عليه السلام) On a rapporté qu'il a fait le pèlerinage à pied lorsqu'Avraham a entendit sa venue, il le rencontra et pria pour lui, lui fit de nombreuses recommandations. On dit qu'on vint avec une monture mais il l'a refusa et dit : Je ne monterai pas dans un pays où se trouve le khalîl. C'est alors que les nuages lui furent soumis et fut allongé pour lui la voie[28]. Et Avraham de lui en faire la bonne annonce. Ainsi, les nuages les transportaient là où il voulait lui et son armée et ils pouvaient alors s'exécuter s'ils voulaient faire la guerre. On a dit : C'est le Bicornu qui régla le différent pour Abraham sur le puits des sept au Châm.

   Le Possesseur des deux cornes en Arabie ?

   Question :Est-ce à dire que le Bicornu se retrouve dans la Tora ?
   Réponse : Actuellement, Nous dirons avec le récit de Melchisédec. Et Dieu est plus Savant !

   Inversement des rôles.

Le récit a été tronqué par pure nécessité par les scribes & rabbanim des ancêtres. Tel qu'il devrait être à l'origine, il mettait (mettrait) en cause les croyances et la survie des gens de la Synagogue et de la Torah, des générations à venir. Il fallait donc modifier, rectifier, censurer, expurger. C'est ce qu'on fit.

Pour les gens de l'Eglise et de l'Evangile, on s'est appliquer à suivre l'auteur de lettres dites aux Hébreux. Mais en omettant et commettant des erreurs monumentales. En effet si on admet que Melchisédech est la préfiguration du Messie Lui-même, qui sera, Lui aussi, un homme de Paix[29], époque du summum du messianisme[30].

   Descendance, origine.

Parenté. Le Bicornu avait un père et une mère[31], Quant au Messie son statut est différent lui, par contre, à  une mère Marie mais pas de père géniteur ou nourricier ou divin mais un Créateur. Nuance ! Libérateur à son époque seconde  en une seule fois de l'humanité présente en tuant de sa propre main le Faux Messie[32] à venir. Non en en mourant, lui-même, ou à la place du Faux-Messie. Nuance ! De même le Bicornu libèrera , à son époque, l'humanité d'un mal certain, en fermant l'endroit où vivait notamment  les peuples de Gog et Magog. Et celui qui sera plusieurs siècles plus tard témoin de leur anéantissement et destruction totale sera le prophète-messager[33], le Messie, lui et les Croyants qui l'entoureront, à la Montagne du Toûr[34] . ( à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Soit : l'Eglise orthodoxe de Grèce, en particulier. N'est-il pas considéré comme un roum, un macédonien ? Et ces gens ont un rôle à jouer avec la venue du fils de Marie en Palestine.

[6] AgapiusKitab al-'Unvan [Histoire universelle], p. 653.
[7] Le bIcornu est roumy, des Roûm.
[8] Point de vue : Très à la mode à notre époque chez les gens de la Bible, chercheurs, historiens et autres. Avis rejeté.
[9] Avis non retenu. Gog et Magog sont de descendance de Japhet.
[10] Un penseur muslim du continent indien. Avis personnel qui n'engage que l'auteur. Ne peut être retenu. La légende que l’on trouve dans le Pseudo-Callisthène ne peut être une référence, tout au plus une légende de valeur pour ceux qui réfutent le récit coranique sur le Bicornu Coran 18.
[11] Indien.
[12]les Scythes ne sont pas d'origine de Japhet fils de Noé.
[13] Parmi eux, ibn quayim al-djaouzi, ibn Kathir. d'ailleurs son tafsir du Coran et autres écrits sont  les seuls agréés par le monde du Salafisme. Maladie. Ibn Kathir voit  trop de paroles dans son tafsir d'obédience yéhudim (isaréïliyât). Aussi, il se propose de les extirper de son tafsir et autres ouvrages. et invite ses suivants à le suivre. Alors que ce dernier est plein de références biblique. Contradictoire non !!! Avec lui commencera dit-on, une grande purge des ouvrages islamiques, action reprise par d(autre salafistes dont Mohammad ibn Abdel Wahhab, Naçerdinne Albanais pour ne citer qu'eux.
Autre tafsir du monde salafiste tafsir du  Coran Zilalil Coran (ظِلالِ القرآن) de Sayyid Qutb (arabe : سيد قطب, Sayyid Quṭb), Ecrivain , philosophe égyptien, son tafsir est peu apprécié, recommandé. A s'abstenir pour bon nombre de Savants et juristes du monde de l'Islam traditionnel. Avec cette secte ce schisme, c'est l'Islam cravate et le collier comme habillement de la secte, recrute surtout ses adeptes en milieu intellectuel et universitaires. Comme combattants : non reconnus, dans leurs malversation avec le pouvoir en place, préfèrent envoyer les autres au front dont les sunnites. Cas Syrie, Liban Yémen et autres lieux en terres d'Islam.
[14] Soit le Créateur est en hait à l'instar des adeptes de Paul.
[15] Leur origine reste un mystère, on a dit qu'ils sont une secte chiite. C'est le Mufti Kiftarou, décédé, qui permettra leur ascension au pouvoir à travers un des leurs, Hafez al-Assad, note l'observateur. le désastre et la catastrophe d'Hama (Syrie) restera à jamais à son actif, sa pierre noire.
[16] De sa tendance, croyances, etc. Les Frères musulmans sont jugés par les Savants religieux comme affidés des Croisés et des yéhudim à notre époque.
[17] Actuellement plus connu sous le nom d'Alaouites. Nom donné par les colons français, dit-on. Comme les Chiites se réclament d'Ali cousin et gendre du sceau de la Prophétie. Ils ne le considèrent pas comme un dieu mais plus haut qu'un fils d'Adam, légalise l'alcool (vente + boisson). Dans l'armée forcent forçaient les conscrits, les militaires à boire l'alcool au mois sacré de ramadan notamment (époque d'Hafez al Assad et sa police secrète (dites les moukhabarates), note l'observateur. Ne pratiquent pas le ramadan ni prières obligatoires. On une haine et inimitié farouche contre l'Islam traditionnel et ses adeptes. sont en conflit avec les gens du Druzisme et leurs croyances..
[18] A l'instar de Mohamad Abdel Wahhab, autre hérésiarque du Salafisme.
[19] "Mihhaj" et se dit ainsi rattaché, lui et les adeptes du Salafisme directement aux Compagnons plutôt que les Savants et Juristes de la communauté mohammadienne eux-mêmes issus d'Ecoles de Jurisprudence islamique. Ils ne reconnaissent pas non plus le consensus (إجماع -توافق الاراء) de la Communauté, sont ouvertement  contre certains Compagnons dont Omar fils de Khattab pour ne citer que lui.
Parmi leurs actes de gens se réclamant du Salafisme, on note : n'adresse pas le salam à toute personne ne se réclamant pas de leu secte et voie, ne se lavent pas les pieds lors de leur ablution, préfèrent comme les Chiites passer leur mains mouillées mais sur leurs chaussettes, socquettes. Prient avec leurs chaussures. Porte un habit spécial, les hommes ont le crâne rasé, de longues barbes. Demande de faire leur Pèlerinage avec et selon le mode du Salafisme non avec une Ecole de Jurisprudence sounnite (Albanistes).
[20] Vu que la Syrie et la résistance de tout pays restent la bête noire des Hébreux yéhudim du monde biblique toranique, du monde séculaire,  européen,  américain, note l'observateur. Ceci expliquant en partie cela !
[21] On a dit : Une autre explication est donnée à l'application de l'épithète Dhû-l-Qarnayn, le bi-cornu, à Alexandre le Grand(1). On peut voir, en effet, Alexandre portant les cornes du dieu Ammon, sur les tétradrachmes frappées à son effigie. Ces pièces ont circulé dans tout l'Orient et servi de modèle aux monnaies arabes ; le mot dirham vient d'ailleurs du grec « drachme » (δραχμη / drakhmê). (fr.wikipedia.org).
Lee bicornu aurait pour origine Apres la conquête de l’Egypte, en effet Alexandre décide d'aller consulter, dans le désert, l'oracle de Siwah, temple d’Amon qui était à l'origine un dieu céleste égyptien;  Son apparence réelle était  supposée être au delà de la compréhension humaine et on l'appelait "le caché, mystérieux de forme", invisible mais omniprésent dans le cosmos. Après cette visite Alexandre a eu le titre de fils d’Amon et proclamé pharaon d'Egypte Et il portait les cornes de bélier du dieu Amon. Puissance de Thèbes dans le gouvernement.
Amon prit le rôle de dieu créateur et de divinité principale dans la cosmologie du Nouvel Empire, créant ciel et terre par sa pensée.
Les animaux sacrés d'Amon étaient l'oie et le bélier et son sanctuaire principal se situait à Karnak et Louxor, près de Thèbes.
Ce fut seulement lors de la mise à sac de Thèbes par les Assyriens en 663 avant J.-C. que l'influence d'Amon s'amoindrit pour n'en faire qu'un dieu d'importance locale. Toutefois, l'oracle d'Amon dans l'oasis de Siwa dans le désert occidental perdura au moins jusqu'au temps d'Alexandre le Grand, qui visita l'oracle avant de se faire couronner Pharaon.
Fantaisie : Lire... ; Lire... ; Lire...
1. François de Polignac, L'Homme aux deux cornes ; une image d'Alexandre du symbolisme grec à l'apocalyptique musulmane, in Mélanges de l'École française de Rome. Antiquité, 1984, vol. 96, n°1, p. 29-51.
[22] le prophète Mochè avec des cornes certainement pas. Lorsqu'il redescendra de la montagne, à lui de descendre avec un visage rayonnant de lumière. et de ce fait son visage fut couvert d'un voile di-on.
   Bien faire la différence entre Mochè, d'une part, et le Bicornu d'autre part ; Mochè est un prophète messager auprès des Fils d'Israël. Le Bicornu est un roi sain et pieux, envoyé en une terre où l'injustice règne entre des différents peuples des Fils de Japhet .il viendra un jour où la porte d'entrée alors bouchée par ses soins  sera ouverte et des hommes sortiront de cette antre pour répandre le sang, le mal, l'injustice sur terre. Ce qui signifie que Mochè à une mission bien précise, de même le Bicornu. Mochè est un prophète-messager qui recevra la Torah, le Bicornu nullement ni prophétie ni Livre divin. Le Bicornu recevra des bienfaits de son Seigneur qui lui permettront d'accéder au un rang élevé et élogieux qu'il sera. Bien que concourant à Salomon, il n'est pas ce dernier. Deux royaumes différents pour deux buts différents: 1.- celui du roi prophète Salomon ayant un rapport avec la Maison de Sainteté, l'extrême Mosquée; l'Etablissement de son royaume  2. celui du Bicornu ayant un rapport avec l'ordre à mettre chez des peuples comme Gog et Magog.de préparer la voie pour l'arrivée de la fin des temps. Et en final au roi à chercher la source de la vie, son guide spirituel de la découvrir et d'en boire son eau.
[23] Daniel de Smet, « Dhu l-Quarnayn » in Mohammad Ali Amir-Moezzi (dir.), Dictionnaire du Coran, Robert Laffont, coll.
   Autres : Lire...
[24] Coran XXXVIII 35.
[25]Signes de la fin des temps : 1. Sortie de Gog et Magog 2. Refuge des Croyants avec le Messie sur le mont Tor (والطور). Le prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit concernant 'Issa fils de Maryam (عليه السلام), après que le Faux Messie (Dajjal) soit tué : « Quand Dieu révélera à 'Issa (عيسى): « Je viens de faire sortir des êtres que nul ne pourra combattre (les peuples de Gog et Magog). Mets Mes serviteurs à l’abri de leur mal sur le mont Tor. ». Ensuite Dieu enverra Gog et Magog qui déferleront de toute hauteur.  voir notre étude Lire... ; Lire... ; Lire...
Le Mont Toûr (والطور.1) Soit : 1.Mont en Terre sainte - بالأرض المقدسة -2 ou à Madian (بمدين).( أراد به الجبل الذي كلم الله موسى عليه الصلاة والسلام) C'est le Mont où Dieu parla à Mochè pour lui révéler la Torah.
Autre : légendes nordique comme étant le marteau de Thor: Dans la mythologie nordique, Mjöllnir (en vieux norrois, Mjǫllnir) est le marteau à manche court de Thor, le dieu de la foudre et du tonnerre.
Le marteau de Thor est l'arme la plus puissante des dieux, et symbolise alors la protection de l'univers face aux forces du chaos, notamment les géants, plus grands ennemis des dieux, qui sont régulièrement abattus par Thor grâce à son marteau. Si le manche du marteau fut forgé trop court, c'est parce que, pendant sa forge, le dieu farceur Loki se métamorphosa en mouche et vint distraire le nain qui forgeait l'arme. (fr.wikipedia.org)
[26] (. والآخر: أنه كان قريباً من عهد عيسى عليه السلام. وقيل: إنه أفريدون الذي قتل بيوراسب بن أرونداسب الملك الطاغي على عهد إبراهيم عليه السلام، أو قبله بزمان. * تفسير الجامع لاحكام القرآن/ القرطبي)
[27] Toutefois, plusieurs théologiens et historiens musulmans, dont As-Suhayliy (XIIIe siècle), Ibn Taymiyya (XIVe siècle) et Al-Maqrîziy (XVe siècle), réfutent l'idée selon laquelle Dhû-l-Qarnayn serait Alexandre, et font remonter le personnage coranique à l'époque d'Ibrahim (Abraham). Des érudits islamiques contemporains, dont le théologien Mohammad Ali Tabatabaei dans Tafsir Al-Mizan, penchent pour l'identifier au roi achéménide Cyrus le Grand.
Al-Iskandar Dhû-l-Qarnayn est mentionné dans des passages des Mille et Une Nuits ainsi que dans l'Iskandar Nâmeh du poète persan Nizami[398]. Le nom d'Idris, cité dans le Coran, serait quant à lui une déformation d'Andréas, le cuisinier d'Alexandre dans le Roman d'Alexandre.
[28] Mot au sens multiples
[29] D'après Abou Sa'id Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (su li) a dit : « Le Mahdi va sortir à la fin de cette communauté. Allah va faire descendre la pluie et la terre sortira sa végétation. Il va donner l'argent de manière équitable et il y aura beaucoup de bétail. La communauté s'agrandira et il vivra 7 ou 8 ans ».
Le Messager de Dieu a dit : "A la fin de ma Umma il y aura un calife qui donnera les biens à pleines poignées et ne les comptera pas"" (M 2913).

Rappel. Melchisédech, en hébreu מַלְכֵּי־צֶדֶק « roi de justice », est un personnage biblique qui apparaît très brièvement dans l'histoire d'Abraham dans le livre de la Genèse. Il y est présenté comme « roi de Salem » et « prêtre du Très-Haut Livre de la Genèse 14:18-20. Dans la littérature ésotérique attache beaucoup de mystère à ce personnage et à sa fonction. Dans le Livre d'Hénoch, il est désigné comme étant né de Sophonim, la femme de Nir, qui est le frère de Noé. ».Wikipedia (F
 Roi de Salem. Le nom de Jérusalem se réfère donc au culte du dieu des Cananéens, Shalem était un dieu populaire dans le panthéon ouest sémitique, divinité de la création, de l'exhaustivité, et du soleil couchant. Comme la première syllabe de Jérusalem vient de uru, qui signifie « fondation » ou « ville fondée par », le sens du nom primitif est donc « fondée par Shalem », ou « sous la protection de Shalem »
 Remarque. On baigne dans l'Associationnisme le plus complet, non le Monothéisme pur. A qui se rattache-t-il ? le monde de la Bible le rattache à Jérusalem. Mais très difficile à définir et à croire. Car si tel est le cas, le monde toranique devance Melchisédec et font placer Avraham le prophète, au second plan ! Rien d'étonnant quant on sait l'animosité qu'à le monde toranique pour les prophètes, ses prophètes. Enfin si on dit que le Melchisédech toranique c'est le Bicornu alors le récit se passe à Makkah, ville de Paix non à Jérusalem comme énoncé. Makkah où Avraham et son fils vont réhabiliter, restaurer la Ka'bah, la Direction de la Prière, le Pèlerinage et les visites. Le monde toranique envoie, lui Hagar à Pharan non à Makkah. Pourtant c'est bien où il ira pour accomplir le service de son Créateur. Melchisédech roi de Makkah et de l'Arabie, sans doute, puisqu'il est roi du monde. » et « prêtre du Très-Haut (selon la version biblique uniquement car lié au culte des sacrifices, de préparer la voie du Christ, sa prétendue sa mort en croix, le repas pascal, etc., pour Paul le pharisien et ses écrits...
[30] Croyance en la venue d'un libérateur ou sauveur qui mettra fin à un ordre présent considéré comme mauvais et instaurera un ordre nouveau dans la justice et le bonheur(larousse.fr). Interprétation : Ici croyance en la venue du prophète messager le Messie en Terre sainte au Châm. Libérateur de l'humanité qui mettra fin à un ordre présent mauvais : en mettant à mort le Faux-Messie considéré comme un mal, un être mauvais, malfaisant, dangereux pour l'humanité de l'époque, un sorcier fils d'une sorcière, un bâtard fils d'une bâtarde.
[31]Melchisédec est tout autrement. Sujet de l'auteur des Hébreux qui dit : 7. 3 "sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie, mais assimilé au Fils de Dieu, demeure sacrificateur à perpétuité." Melchisédec comme vu est assimilé non à un fils divin mais au prophète-messager le Messie fils de Marie, demeure tel quel de tout éternité, lequel a aboli, en son temps la loi toranique sur  les sacrifices, qui a vu la mort de son sosie : Achoua, le yéhudi ( Coran 156-159).
Commentaires : Après avoir rapporté et commenté (Hébreux 7.1 ; Hébreux 7.2) ce que la Genèse dit de Melchisédek, l’auteur relève ce qu’elle ne dit pas. Le silence qu’elle garde sur les destinées de ce personnage avant et après sa rencontre avec Abraham, sur son origine et sur l’issue de sa vie, amène l’auteur à conclure que Melchisédek fut sans père, sans mère, sans généalogie, n’ayant ni commencement de jours ni fin de vie, mais qu’assimilé au Fils de Dieu, il demeure sacrificateur à perpétuité.
On a proposé diverses interprétations de ces paroles.
1. L’auteur aurait cru que Melchisédek fut vraiment sans ascendants humains, qu’il descendit du ciel, accomplit sa mission sur la terre et remonta au ciel sans passer par la mort.
Les exégètes qui prêtent cette idée à l’auteur, ou raillent sa naïveté, en montrant que le récit de la Genèse ne présente pas Melchisédek comme une apparition surhumaine, ou s’efforcent de justifier sa manière de voir en disant qu’il est pourtant étrange qu’un livre qui note avec soin les ancêtres de ses héros et, dans leur énumération (Hébreux 7.5), répète, comme un refrain, la formule : « puis il mourut », ne mentionne ni les parents de Melchisédek ni la fin de sa carrière.
C’est méconnaître que Melchisédek apparaît, non dans une généalogie comme celle de Genèse 5, mais dans un récit historique, et que, dès lors, l’ignorance où nous laisse la Bible sur les destinées ultérieures de ce personnage n’a rien d’étonnant, elle se tait de même sur des hommes qui ont tenu dans l’histoire sainte une place plus considérable.
D’ailleurs, si Melchisédek n’est pas, aux yeux de notre auteur, un homme, il est ou un ange ou le Fils de Dieu lui-même.
La première hypothèse est inadmissible, puisque l’auteur a affirmé (Hébreux 5.1) que « tout souverain sacrificateur doit être pris du milieu des hommes ». Il ne pouvait non plus voir en Melchisédek une première incarnation du Fils de Dieu, puisqu’il dit dans notre passage même qu’il est assimilé au Fils de Dieu.

2. D’autres commentateurs disent que les mots : sans père ni mère, sont expliqués par le troisième terme : sans généalogie. En relevant le fait que Melchisédek paraît dans l’histoire sans indications généalogiques, l’auteur n’aurait d’autre intention que de marquer le contraste entre sa sacrificature et celle des fils d’Aaron.
Les sacrificateurs issus d’Aaron n’avaient le droit de revêtir leur charge que s’ils pouvaient établir avec certitude leur filiation, tout dépendait pour eux de la réponse qu’ils donnaient à la question : qui est ton père ? qui est ta mère ? Melchisédek, au contraire, dont le père ni la mère ne sont nommés, est sacrificateur en vertu d’un appel qu’il a reçu personnellement de Dieu et qui est motivé par sa valeur morale, sa foi, sa vie.
De même, l’auteur dira, à Hébreux 7.16, que Christ, « sacrificateur à la ressemblance de Melchisédek, a été établi non selon la loi d’une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d’une vie impérissable ».
Il faut dès lors entendre les mots : n’ayant ni commencement de jours ni fin de vie, de la sacrificature et non de la personne de Melchisédek.

Mais cette application n’est pas naturelle ; quand l’auteur dit que Melchisédek n’a pas eu de fin de vie, il pense évidemment à la destinée personnelle de Melchisédek, non à sa fonction sacerdotale. S’il avait eu d’ailleurs l’idée qu’on lui prête, il aurait pu l’exprimer plus simplement : la Genèse ne donne pas la généalogie de Melchisédek, donc sa qualité de sacrificateur ne dépendait pas de celle-ci.
3. Nous sommes donc ramenés à la première interprétation, qui rapporte les affirmations de Hébreux 7.3 à la personne de Melchisédek.
Seulement pour ne pas attribuer à l’auteur une opinion qui supposerait une crédulité par trop naïve, on peut admettre qu’il n’a pas en vue le personnage historique du récit de la Genèse, mais uniquement le type prophétique qui nous est offert dans ce personnage.
C’est en pensant à ce type que l’auteur constaterait que Melchisédek figure dans la Genèse sans père, ni mère, etc., et qu’il est ainsi assimilé au Fils de Dieu. Il avait attribué, en effet, une durée éternelle au Fils de Dieu (Hébreux 1.10 et suivants).
Melchisédek, de même, en tant que l’Écriture nous le présente comme un type du Messie, demeure sacrificateur à perpétuité. Or, si Melchisédek demeure sacrificateur à perpétuité, s’il apparaît, en d’autres termes, comme le type d’un sacrificateur qui ne cesse jamais d’exercer sa charge, l’auteur est en droit d’affirmer que « Jésus, qui a été fait souverain sacrificateur pour l’éternité, a été établi selon l’ordre de Melchisédek ». Les versets Hébreux 7.1-3, introduits par en effet, confirment ainsi la thèse de Hébreux 6.20.
Il faut remarquer encore que ce n’est pas l’auteur de l’épître aux Hébreux qui, le premier, a donné cette interprétation typologique du trait rapporté dans la Genèse, il l’a trouvée dans le psaume 110 ; c’est l’auteur du Psaume qui, « parlant par l’Esprit de Dieu » (Matthieu 22.43), a montré dans Melchisédek un type du Messie ; et Jésus-Christ, en citant et en appliquant à sa personne ce même Psaume, a approuvé de son autorité l’interprétation du psalmiste et de l’auteur de notre épître.

Nous ne pensons pas toutefois que celui-ci, en disant : Melchisédek est assimilé au Fils de Dieu, sous-entende : « dans le psaume 110 » Il a plutôt en vue le récit de la Genèse, auquel il fait allusion dans tout ce passage.[Explicit ( Levangile.com.).
Melchisédek est assimilé au  Bicornu ici vu qu'il vécut jusqu'à 1000 ans d'âge ou plus ou moins selon les commentateurs, d'où cette assimilation. Et aucun ordre a été fondé en son nom. Ce qui a été fondé selon la loi divine, c'est le passage des sacrifices animaux du Qoûds, de Kedesha, à Mina pour le Pèlerinage et les visites (oumrah) à Makkah. service perpétuel et Héritage perpétuel accordé aux Fils d'Ismaël, un passage des mains d'Israël aux mains des Fils d'Ismaël. Tel a été le Décret divin !
 Melchisédek est assimilé au  Bicornu ici vu qu'il vécut jusqu'à 1000 ans d'âge ou plus ou moins selon les commentateurs, d'où cette assimilation. Et aucun ordre a été fondé en son nom. Ce qui a été fondé selon la loi divine, c'est le passage des sacrifices animaux du Qoûds, de Kedesha, à Mina pour le Pèlerinage et les visites (oumrah) à Makkah. service perpétuel et Héritage perpétuel accordé aux Fils d'Ismaël, un passage des mains d'Israël aux mains des Fils d'Ismaël. Tel a été le Décret divin !
[32] Le sacrifice offert, le Faux-Messie, le sacrificateur : le Messie. Bien comprendre cette subtilité ! On remarquera que dans la Bible, l'auteur de 2.Thessalonique d'écrire :
;1 Pour ce qui concerne l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, :2 de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu'on dirait venir de nous, comme si le jour du Seigneur était déjà là.  :3 Que personne ne vous séduise d'aucune manière; car il faut que l'apostasie soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le fils de la perdition, [soit le Faux-messie]

:4 l'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qu'on appelle Dieu ou de ce qu'on adore,[Selon les commentateurs dans un premier temps il se prendra pour un saint homme puis, s'élèvera en fils divin, etc.] jusqu'à s'assoir dans le temple de Dieu, [pour cela, il faudrait que le Temple soit debout, ce qui ne saurait-être] :5 Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses, lorsque j'étais encore chez vous? :6 Et maintenant vous savez ce qui le retient, afin qu'il ne paraisse qu'en son temps.
:7 Car le mystère de l'iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. :8 Et alors paraîtra l'impie[le Fau-messie], que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche [Il est dit qu'il le fuira, ne pourra le supporter, le tuera de sa main non de son souffle.] , et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement.[second, ce qui est vrai)  :9 L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles[à l'instar naguère du fils de Marie], de signes et de prodiges mensongers, [on dit qu'il imitera le Messie fils de Marie mais ce ne sera qu'illusions tromperies]
:10 et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés.
:11 Aussi Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge,
:12 afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés.[ils seront détruits comme leur maître]
:13 Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité.
:14 C'est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, (par d'Evangile que celui du Messie fils de Marie et pas d'interprétation que la sienne (à l'origine)] pour que vous possédiez la gloire [la tranquillité] de notre Seigneur Jésus Christ [ Le Messie est (étai un prophète-messager, il n'est pas seigneur comme Paul l'interprète faussement] (Coran III 64 ; IX 31.). Bible.2.Tessal. :15 Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre.
 Remarque : Version proche de la version islamique en désaccord toutefois et total avec la version toranique. En effet, on ne peut accepter que le Messie fils de Marie touche au messie (roi oint), et personnage sacré des hébreux yéhudim.
Avis rabbinique : Selon les Sages, il y a deux Messies, le premier étant le Mashia'h ben Yossef, qui réalise les étapes pratiques, comme le rassemblement du peuple, et le Mashia'h ben David, le Messie spirituel. Le Mashia'h ben Yossef, de la tribu d'Éphraïm, descend de Rachel, tandis que le Mashia'h ben David, de la tribu de Juda, descend de Léa. Autre : Sanh. 98a

Ce
« Il est écrit (Michée 5:4) : "C'est ainsi qu'il y aura la paix. Lorsque l'Assyrien viendra dans notre pays, et qu'il pénètrera dans nos palais, nous ferons lever contre lui sept pasteurs et huit oints".
Qui sont les sept pasteurs ? David au centre ; Adam, Seth, Mathusalem à sa droite ; Abraham, Jacob, et Moïse à sa gauche. Et qui sont les huit oints ? Jessé, Saül, Samuel, Amos, Sophonie, Sédécias, le Mashia'h et Élie. »
« Le Roi oint (Melekh HaMashia'h) est destiné à se lever et restaurer le royaume Davidique dans son antique et première souveraineté. Il construira le Temple de Jérusalem et rassemblera les égarés d'Israël. Toutes les lois reprendront vigueur en ses jours comme avant : les offrandes sacrificielles seront offertes et les années sabattiques ainsi que les Jubilés seront tenus, en accord avec tous les préceptes mentionnés dans la Torah. Quiconque ne croit pas en lui, ou n'attend pas sa venue, ne défie pas seulement les autres prophètes, mais aussi la Torah et Moïse notre Maître. Car la Torah témoigne à propos de lui en ces termes : "alors l'Éternel, ton Dieu, ramènera tes exilés et aura compassion de toi, il te rassemblera encore… Quand tu serais exilé à l'autre extrémité du ciel… et c'est là qu'Il t'ira chercher." etc. »
Deutéronome 30:3-5)
(Abdias 1:21).
« Et [dans la section] des Villes de Refuge, il est dit : "Lorsque l'Éternel, ton Dieu, aura élargi tes frontières… tu ajouteras encore trois villes à ces trois-là", etc. (Deutéronome 19:8-9). Cela ne s'est jamais produit, or le Saint, béni soit-Il ne commande pas en vain. Mais, comme pour les paroles des prophètes, cela ne nécessite pas de preuve, comme tous leurs livres sont emplis de ce sujet. »
« N'imagine pas que le Melekh HaMashia'h doit produire des miracles et des signes et produire de nouvelles choses dans le monde ou ressusciter les morts et ainsi de suite. Cela n'est pas ainsi : car Rabbi Akiva fut un grand savant au sein des sages de la Mishna, il fut l'assistant-guerrier du roi Bar-Kokhba, et clama qu'il était le Melekh HaMashia'h. Lui et tous les Sages de sa génération le créditèrent de l'être, jusqu'à ce qu'il fut tué par [ses] péchés ; ce n'est qu'à sa mort qu'ils surent qu'il ne l'était pas. Les Sages ne lui avaient demandé ni miracle ni signe… »
« Et si un roi se lève, venant de la Maison de David, étudiant la Torah et s'impliquant dans les commandements comme son père David, d'après les Torah écrite et orale, s'il oblige tout Israël à les suivre et à renforcer ses points faibles, et mène les guerres de Hashem, celui-là devra être traité comme s'il était l'oint. S'il réussit {et remportait sur toutes les nations qui l'entourent. Vieilles versions et mss.} et construit un Saint Temple en l'endroit assigné et rassemblait les égarés d'Israël, ce sera en vérité le Mashia'h, et il amendera le monde entier, qui vénérera le Seigneur ensemble, ainsi qu'il est dit : "Alors Je donnerai aux peuples des lèvres pures, afin qu'ils invoquent tous le Nom de l'Éternel, pour le servir d'un commun accord. »
— (Sophonie 3:9)
 Cependant, s'il ne réussissait pas jusqu'à maintenant, ou était tué avant de le faire, il serait clair qu'il n'est pas celui que la Torah nous a promis, et qu'il est en vérité comme tous les rois propres et entiers de la Maison de David qui sont morts. Le Saint, béni soit-Il ne l'aura fait venir que pour éprouver le peuple, ainsi : "Quelques-uns des hommes sages succomberont, afin qu'ils soient épurés, purifiés et blanchis, jusqu'au temps de la fin, car elle n'arrivera qu'au temps marqué. » Suite...
 Selon nos sources et à l'inverse de ce commentaire toranique, le Messie fils de Marie tuera bien Le Roi oint (Melekh HaMashia'h), Ce qui devra faire réagir le monde toranique d'alors : "il serait clair qu'il n'est pas celui que la Torah nous a promis, et qu'il est en vérité comme tous les rois propres et entiers de la Maison de David
qui sont morts." Et pour eux, le moment venu on pourra voir et constater à loisir qui a raison et  qui a tord. Ils pourront juger de la parole de leurs Sages et rabbanim, s'ils le peuvent et leur en est donné la possibilité.
[34] Coran LII 1
Le mont Sinaï (arabe : جبل موسى, copte : ⲧⲟⲟⲩ ⲥⲓⲛⲁ Toou Sina, hébreu : הר סיני, araméen : ܛܘܪܐ ܕܣܝܢܝ ṭūrāʾ Dsyny, égyptien ancien : dw n Mfkt) ou djebel Moussa (« montagne de Moïse ») est une montagne d’Égypte située dans le Sinaï et culminant à 2 285 mètres d'altitude. Question : Où se trouve la montagne de la Révélation de la Torah ? Le monde toranique jusqu'à ce jour n'arrive pas à la localiser. On a dit : Commentaires coraniques : El-Tur : En Terre sainte ou à Madian. Madian n'est pas reconnu par le monde biblique que par des tribus portant le nom de Madianites. En vérité Madian est lié avec l'histoire du prophète Cho'aib(Jéthro, beau-père du prophète Mochè), c'est aussi le nom d'un lieu portant ce nom en la péninsule arabique. Lire... ; Lire... ; Lire...
  Question : les Madianites seraient-ils de même origine que les Ismaélites (Torah, Bible) ? Selon la version  du monde de la Synagogue . Les Madianites, d'après Ge 25:2,4, étaient descendus d'Abraham et de Kétura ; Dans le Livre de la Genèse, Ketourah, écrit aussi Ketura ou Qetuwrah, est l'épouse d'Abraham après le décès de Sarah. Une tradition rabbinique identifie Ketourah à Agar. Elle est décrite comme la « concubine d'Abraham ». Réfutations. Agar n'est pas Kétura et inversement, et n'a pas d'autre nom que le sien et son origine est copte. Quant à Abraham, il aura plusieurs épouses ( entre libre et esclaves) qui lui donneront d'autres enfants qu'Ismaël (Hagar) et Isaac(Sarah).. Et tous, sans exception, seront sémites. Le monde des rabbanim n'est pas un monde de référence pour l'Islam traditionnel, Peu s'en faut ! Comme mentionné dans l'Ecriture, ils n'ont pas su garder la Torah intacte, ils l'ont, au contraire, modifiée, changée, censurée, falsifiée come l'enseigne clairement l'Ecriture (Coran IV 46 : V 13, 41 II 75). De plus, il ont enseigné que la haine et l'inimitié envers tout enfant autre qu'Isaac. Ils sont donc jugés extrémistes car de fervents nationalistes, défenseurs de la xénophobie à travers leurs prises de positions inacceptables et inamicales envers les enfants d'Abraham, sa descendance, position incompatible avec la Religion d'Hachem (le Nom) note le Savant ! De même, ils ne sont  pas jugés  gens de références en histoire comme en géographie... Et le monde de l'Eglise et de l'Evangile, de Paul l'hérésiarque et pharisien, ne font que les suivre aveuglément, et de tout temps.
Finalité. Après la mort du Faux-messie ce fléau mondial, le roi oint et sa troupe, le dernier refuge des Croyants soumis, selon nos sources, sera la Montagne de Toûr. C'est là qu'on assistera à la fin de Gog & Magog. Et y assistera en personne le sceau des prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie (su eux la Paix !).
Question : En fin de course, où iront les Croyants soumis se réfugier à Madian ou en Terre sainte ? Terre sainte  semble être la plus proche et la plus appropriée, Madian, c'est la terre de deux prophètes, Cho'aib et Mochè ( sur eux la Paix !). Et Dieu en cela est plus Savant ! Une chose est sûre, les données apocalyptiques du monde biblique (toranique et évangélique) ne sont pas les nôtres. Et lorsqu'on verra ces évènements être réalité, tristesse et désespoir envahiront le cœur de certains. Mais il sera trop tard pour la réflexion, note le Savant !

El-Tor
(ar) الطور
El-Tor

Selon ce plan, on traverse la Mer rouge et en face se trouve le mont El tour, pointe sud de la péninsule du Sinaï

Autre : El TOR se trouve en Terre sainte ou à Madian

L’endroit de Madiân ou Midyân à l’est du golfe d’Aqaba province de Tabuk en Arabie


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
24/01/21 .