Croyances

PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


La Guerre finale en Terre sainte, version toranique. Réfutations.


 

   Point de divinité[1] excepté Allah[2] Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   La guerre finale vue par le monde toranique. Réalité, fiction ou mythes rabbiniques ?

   Dans le monde biblique, toranique, tout semble centré sur une [prétendue] guerre entre Gog et Magog. La venue du Messie, par manque d’explications adéquates, crédibles et plausibles, semble être mise en second plan. Car là encore ne voit-on pas sur les gens de la Synagogue et de la Torah la ‘marque’ du Dualisme ? Elle semble avoir influencée bon nombre de gens de la Synagogue, en particulier. Ainsi dans la Bible nous parlera-t-on, par exemple de deux arbres pour Adam ! Avec le prophète Mochè (sur lui la Paix !), verra-t-on apparaître deux Pharaons ! Les gens de l’Evangile, eux aussi, nous parleront de deux ‘Hérode’ ! Les gens de la Torah seraient dans l’attente de deux ‘Messie’ ! Le chiffre 2 occupe donc chez les gens du monde biblique, une place importante, voir prépondérance. Toutefois, si la venue du Messie est un bon signe pour les gens de la Synagogue et de la Torah, il en est tout autre pour le monde de l’Islam traditionnel. Qu’on en juge :

   ‘Abd Allah fils de Moughaffal a entendu l’Envoyé de Dieu (sur lui Prière et Paix !) dire : « Jamais, depuis la création d’Adam jusqu’à ce que ne survienne l’Heure, Dieu ne fera descendre d’épreuve (fitna) plus grande que celle de l’Antichrist. J’en dira ce que nul n’a jamais prononcé avant moi : c’est un homme au teint hâlé3.#_ftn5" name="_ftnref5" title>[5], aux cheveux crépus, l’œil gauche effacé et l’autre affecté d’une membrane grossière[6]. Il guérira l’aveugle et le lépreux, et dira : Je suis votre Seigneur. Celui qui répondra : Mon Seigneur est Dieu ! sera préservé de la tentation, tandis que celui qui confirmera : Tu es mon seigneur, succombera à la tentation. Il séjournera parmi vous autant que Dieu le voudra[7]. Ensuite descendra Ichoua’ (Jésus) fils de Marie, attestant de la véracité de Mohammad et de sa religion, pour être un chef bien guidé (mahdi) et un juge équitable[8]. Alors il mettra à mort l’Antichrist[9]. » (Tabarâni, Baihaqî, etc.).

   Le messie-roi qu’attendront les gens de la Synagogue et de la Torah sera donc mis à mort par le Messie Véridique : le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Ce sera un homme laid, pas beau à voir et surtout à fréquenter. Tant il sera le diable en personne ! 

   La fuite en avant de ceux qui accompagneront le Faux-Messie, l'Antichrist. Leur fin misérable.

   ‘Abd Allah fils de ‘Omar rapporte que l’Envoyé de Dieu (sur lui Prière et Paix !) a dit : « Ichoua’ (Jésus) fils de Marie descendra et dès que l’Antichrist le verra, il se mettra à fondre comme fond la graisse [au soleil]. Alors Ichoua’ (Jésus) le tuera, et les yéhudim qui l’escortaient prendront la fuite. Mais [ce jour-là], même le rocher hèlera les Soumis, disant : “O esclave de Dieu ! Voici un yéhudi [derrière moi], viens donc le tuer !” » (Bokhari, Mouslim, le fils de Hanbal).

   Le sort de ceux et celles qui suivront l’Egarement, le Faux à cette époque, et en la personne du FAUX-MESSIE ; ne sera pas à envier. Le jour du combat deux mondes se rencontrent (se rencontreront) très certainement : Le Faux et le Véridique. Celui qui ressort vainqueur de cette rencontre triomphera donc sur le Faux et l’Egarement. Ce sera le Jour de la Délivrance tant attendu des Croyants !

   La rencontre entre Abraham, Mochè et Ichoua’[10] (sur eux la Paix !).

   D’après ‘Abd Allah fils de Mas’oûd, le Prophète a dit : « Durant la nuit où j’accomplis mon Voyage nocturne (layla ousriya bî), je rencontrai Abraham, Mochè (Moïse) et Ichoua’ (Jésus) qui discutaient de l’Heure. Tout d’abord ils voulurent s’en remettre à Abraham mais celui-ci répondit : Je n’ai aucune connaissance à ce sujet. Ils se tournèrent ensuite vers Mochè (Moïse), qui fit la même réponse. Alors ils soumirent la question à Ichoua’ (Jésus), lequel déclara :

   « Seul Dieu le Très-Haut connaît son échéance (ou : son fracas, wajba). Parmi ce que mon Seigneur m’a donné d’en savoir, il y a le fait que l’Antichrist apparaîtra [peu avant que l’Heure ne survienne]. J’aurai avec moi deux sabres et lorsqu’il me verra, il fondra comme le plomb [sur le feu]. Dieu l’anéantira [ainsi que ceux qui l’auront suivi], au point que le rocher et l’arbre appelleront : O Soumis ! Un mécréant se cache derrière moi. Viens donc le tuer[11] ! Dieu les anéantira, et les gens s’en retourneront alors dans leur pays. C’est à ce moment-là que, déferleront de toute part, apparaîtront Gog et Magog qui fouleront leur contrée. Pas un endroit qu’ils dévasteront, pas un point d’eau qu’ils n’absorberont complètement ! Les hommes viendront à moi pour se plaindre d’eux ; j’invoquerai Dieu contre eux et Il les anéantira jusqu’au dernier, tant et si bien que la terre empestera de la puanteur [de leur corps en décomposition]. Alors, Dieu enverra la pluie qui balaiera leurs cadavres jusqu’à la mer où elle les précipitera. Puis les montagnes seront renversées (ou : pulvérisées, tansafou), et la terre sera [ainsi] étalée sur toute sa surface. Mon Seigneur ajouta Ichoua’ (Jésus), m’a donné de savoir que lorsque tout cela surviendra, l’Heure sera [aux hommes] ce que la femme enceinte est à ses proches, qui ignorent quand sa délivrance [toute proche] les surprendra, de jour ou de nuit[12]. » (Le fils de Mâdja, le fils de Hanbal et Hâkim).

   Cette rencontre met en exergue le déroulement des évènements futurs, de la fin des temps. On notera une fois de plus, que l’arrivée de Gog et Magog se fera bien après la destruction du FAUX-MESSIE et des ses auxiliaires. Et il faut y voir alors le début d’une libération du peuple des Croyants, de cette époque, de l’emprise des forces du mal… La destruction des forces du mal marquera donc un changement radical dans "l’Histoire du monde" ayant survécu à cette période de troubles et d’angoisse. Quant aux gens de la Torah, à eux de nous décrire une toute autre image de la fin des temps. Une image n’ayant aucun rapport, de près ou de loin, à ce que nous avons rapporté. Ne voient-ils pas une guerre finale qui annoncera, selon eux, des temps meilleurs pour eux seulement ? Qu’on en juge :

             La guerre finale

“Quelle est la guerre après laquelle le peuple juif sera sauvé pour ne plus être asservi ? C’est la guerre de Gog et de Magog”, dit le Sifri (Beh’alothekha 76). Elle marquera donc un changement radical dans l’histoire du monde.

En fait, selon nos sources, elle aura lieu autour de la venue du Messie : “…Le jour du combat” – le jour où les deux mondes se rencontrent[13], celui-ci sort, et le monde futur arrive[14]” (Chimoni Tehilim chap. 14, § 888).

Ou encore, le verset : “Tu couvres ma tête de ta protection le jour du combat” (Psaumes 140,8) fait référence selon le Midrach, au jour où les deux mondes s’embrassent l’un l’autre[15]” (Chim’oni Wayiqra 23, § 843).

On lit également dans les avertissements lancés par Moché[16] : “Vous serez frappés par le mal à la fin des temps” (Devarim/Deutéronome 31,29). Selon le Ba’al haTourim (ad loc), les trois initiales des mots employés par le verset cité ci-dessus équivalent, en hébreu, à “Gog”. Il s’agit donc d’une guerre qui aura lieu dans les périodes finales de l’histoire telle que nous la connaissons, dans ces périodes-là où le Messie viendra.

Cependant, la chronologie des événements n’est pas totalement définie. Si nos Sages annoncent que le Messie, descendant de Yossef, mourra pendant cette guerre (Rachi Soucca 42a)[17], le Rambam[18] précise en revanche que deux voies sont possibles : il se peut que Gog et Magog entrent en guerre contre un Messie[19] déjà venu quelque temps auparavant, ou qu’au contraire ce Messie intervienne au cour de ladite guerre de Gog et de Magog, mais y périsse avant que le second Messie n’arrive, celui descendant de David[20] (Rambam Hilkh. Melakhim 12,2). Cet auteur conclut en disant que l’on ne connaîtra la vraie solution que lorsqu’elle se déroulera devant nos yeux…

Une guerre annonçant des temps meilleurs

Le Saint béni soit-Il dit : “Dans ce monde-ci, J’ai fait payer l’Egypte[21] par les dix plaies, mais dans le futur Je le ferai par Gog et par Magog, comme il est dit: “Je ferai justice par la peste et le sang”" (Ye’hezqel 39) (Tan’houma Waéra 10). C’est donc que cette guerre se terminera par une grande intervention divine.

Dans les temps futurs les peuples pénétreront en Erets Israël pour y faire la guerre. Que fera D. ? Il sortira et luttera contre eux (Chim’oni 23, § 843).

Le Netsiv y voit le début d’une libération du peuple juif de l’emprise des forces du mal : “Et vous serez délivrés de vos ennemis” (Bamidbar/Nombres 11,29) – et non pas juste de ceux qui vous oppressent. Le Sifri met également ce verset en relation avec la guerre de Gog et de Magog, tout en expliquant qu’il y est question d’une promesse de liberté pour le peuple juif concernant également un affranchissement de l’ennemi qui réside dans le cœur. Tous reconnaîtront la grandeur d’Israël et accepteront D. comme Roi (Netsiv ad loc).

La guerre de Gog et de Magog viendra même compléter la libération commencée lors de la sortie d’Egypte : “Leur pâte n’a pas eu le temps de monter, comme il est dit “Il les expulsera”" (Haggada de Pessa’h). Car si les enfants d’Israël avaient atteint le cinquantième degré d’impureté, ils auraient malgré tout été délivrés, et les forces du mal auraient été totalement détruites. Ces mécréants [les Egyptiens] l’ont senti, c’est pourquoi ils les ont expulsés avant terme. Mais à l’avenir “vous ne sortirez pas avec urgence”, car Gog et Magog s’opposeront jusqu’au bout à la royauté divine, et leur chute sera définitive[22] (Sefath Emeth Pessa’h 5654).

 

   Faut-il une guerre pour accéder à des temps meilleurs ? Et avec qui le Seigneur luttera-t-Il ? A en croire et à en lire le monde biblique, toranique, une guerre petite ou totale pourquoi pas !? Que Dieu nous en préserve !

 Une guerre annonçant des temps meilleurs

Le Saint béni soit-Il dit[23] : “Dans ce monde-ci, J’ai fait payer l’Egypte par les dix plaies, mais dans le futur Je le ferai par Gog et par Magog, comme il est dit: “Je ferai justice par la peste et le sang”" (Ye’hezqel 39) (Tan’houma Waéra 10). C’est donc que cette guerre se terminera par une grande intervention divine.

Dans les temps futurs les peuples pénétreront en Erets[24] Israël pour y faire la guerre. Que fera D. ? Il sortira et luttera contre eux[25] (Chim’oni 23, § 843).

Le Netsiv y voit le début d’une libération du peuple juif de l’emprise des forces du mal : “Et vous serez délivrés de vos ennemis” (Bamidbar/Nombres 11,29) – et non pas juste de ceux qui vous oppressent. Le Sifri met également ce verset en relation avec la guerre de Gog et de Magog, tout en expliquant qu’il y est question d’une promesse de liberté pour le peuple juif concernant également un affranchissement de l’ennemi qui réside dans le cœur. Tous reconnaîtront la grandeur d’Israël et accepteront D. comme Roi[26] (Netsiv ad loc).

La guerre de Gog et de Magog viendra même compléter la libération commencée lors de la sortie d’Egypte[27] : “Leur pâte n’a pas eu le temps de monter, comme il est dit “Il les expulsera”" (Haggada de Pessa’h). Car si les enfants d’Israël avaient atteint le cinquantième degré d’impureté, ils auraient malgré tout été délivrés, et les forces du mal auraient été totalement détruites. Ces mécréants [les Egyptiens] l’ont senti, c’est pourquoi ils les ont expulsés avant terme. Mais à l’avenir “vous ne sortirez pas avec urgence”, car Gog et Magog s’opposeront jusqu’au bout à la royauté divine[28], et leur chute sera définitive[29] (Sefath Emeth Pessa’h 5654).

 


    Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

اللهم صل على الحبيب المصطفى والنبي المرتضى صاحب الحوض المورود في يوم شاهد ومشهود


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] ou rouge : âdam.
[6] ou ptérygium : dhafara.
[7] Un passage comme l’éclair mais derrière lui, il ne laissera que désolation.
[8] Il jugera les gens non avec l’Ancienne Torah, mais plutôt la Nouvelle Torah : Le Coran. De quoi faire pâlir les gens de la Synagogue à son époque. Il y a également ce que dit [Mouhyî al-Dîn fils de Charaf] al-Nawawî dans son commentaire [du Sahîh - Authentique] de Mouslim : “Ichoua' (Jésus) ne descendra pas pour apporter une loi abrogeant la nôtre. Rien, dans les traditions du Prophète, ne laisse entendre quoi que ce soit de ce genre, et celles-ci attestent au contraire qu'il instituera un jugement droit en se fondant sur notre Loi, restaurant les commandements qui en auront été abandonnés.” (Voir La descente de Jésus et l'apparition de l'Antéchrist. L'Imam Souyouti)
[9] Celui que les gens de la Torah auront pris comme roi. Et sa destruction n’annoncera pas des temps meilleurs pour ses affidés. Bien au contraire !
[10] Avraham. Abraham (en hébreu : אַבְרָהָם /av.ra.'am/, « père d'une multitude » ; en arabe : إبراهيم الخليل Ibrāhīm al-khālil, « l'ami de Dieu ». Mochè : (lat. Moyses, hebr. משה - Moché). Arabe : Moussa (موسى, Moûsâ), avec un seul s. Ichoua ou Ichoua’ : Jésus. Arabe : Îsâ ( عيسى), francisé : Jésus. Jésus, en grec ησος, Iēsoûs, vient de Yehoshua (hébreu : יהושע), dont Yeshoua (ישע) est une forme abrégée. Yehoshua signifie : « Dieu sauve ». La Septante utilise également le nom de Iesoûs pour désigner Josué, lieutenant de Moïse. Arabe évangélique : Yassoua – Yassoua’ (يسوع), avec un seul s.
[11] Nous savons tous que les gens de la Synagogue et de la Torah ont une sainte horreur de nos traditions. De plus, ils ont gardé envers le sceau des Prophètes d’Israël, le Messie fils de Marie et sa mère une haine farouche Coran xix 28).
[12] Ce genre de parabole se retrouve dans la Bible sous : les douleurs de l’enfantement.
[13] Celui du Faux et celui du Vrai.
[14]Symbolisé par le triomphe de la Vraie Religion : la Soumission…
[15]  Entendre : combat entre le FAUX-MESSIE et le VRAI-MESSIE. Ne pas confondre.
[16] Concernait notamment et surtout : Leurs exils et la destruction des deux Temples. Coran XVII 2-8. Non Gog et Magog.
[17 Nous dirons le roi messie (ou le FAUX-MESSIE) mis à mort par le Vrai-Messie, soi : le fils de Marie (sur lui la Paix !).
[17] Nous dirons le roi messie (ou le FAUX-MESSIE) mis à mort par le Vrai-Messie, soi :  le fils de Marie (sur lui la Paix !).
[18] Moïse Ben Maimon, dit Maimonide ou Rambam (1135-1204). On a dit :
   Le thème du Messie est présent dans ses écrits, en particulier dans sa Iggeret Teiman, et reflète bien la complexité de sa pensée au moment où un faux Messie s'était présenté. Il convient de s'y attarder, puisque ce thème ouvre des perspectives pour un dialogue interreligieux. Ressenti comme un défi, parce que dépassant la dichotomie foi-raison, le thème du Messie propose en fait un dilemme. Pour Leibowitz, faut-il le rappeler, le messianisme est le fléau du judaïsme : il a produit le christianisme, le sabbataïsme et plus récemment le Goush Emounim. Il est dans l'essence même du Messie d'être toujours "futur", un messie contemporain ne saurait être qu'un faux messie. L'idée du Messie appartiendrait au futur éternel. Mais sans Maimonide, Leibowitz ou les autres penseurs juifs rationalistes auraient-ils été possibles ?
Pour Maimonide le messianisme a trois étapes. Les temps messianiques concernent d'abord le salut du peuple juif, c'est-à-dire la restauration de sa souveraineté politique dans sa patrie. Dans cette perspective, le vrai Messie se reconnaîtra au fait qu'il réalisera l'objectif terrestre de libérer les Juifs de l'exil et du joug étranger. C'est d'ailleurs la raison, selon Maimonide, pour laquelle Jésus ne saurait être considéré comme le vrai Messie, car il n'a pas mis fin à l'exil du peuple de Dieu.
Un deuxième moment du messianisme sera marqué par la rédemption de l'homme, le salut des nations qui interviendra comme la conséquence naturelle du stade précédent. Enfin l'objectif ultime de tout le processus messianique assurera la primauté de l'esprit, l'éternité de l'âme et la contemplation de Dieu. Ce sera la véritable rédemption spirituelle. Les hommes libérés du joug oppressif et vivant en paix, pourront s'adonner à l'étude, accéder à la connaissance de la vérité et atteindre la contemplation de Dieu.
Parallèlement au phénomène de retour à la religion, la devise "le Messie maintenant" sur le modèle de "la Paix maintenant" a commencé à se faire entendre en Israël. La crise et la guerre du Golfe et d'autres bouleversements politiques sont interprétés comme des signes précurseurs de la venue du Messie. Celle-ci sera précédée de cataclysmes et de souffrances désignés comme les "douleurs de l'enfantement" du Messie. L'apogée de cette attente, suscitée par la secte hassidique du Habad (Lubavitch), se situait le jour même du 90e anniversaire du père spirituel de ce mouvement, le Rabbin Schneerson de Broocklyn. Des dizaines de milliers de ses disciples ont attendu la date fatidique. Le jour "J" est passé, le Messie n'est pas venu.
Au-delà de l'anecdote, l'intensité de l'espoir messianique demeure. Les chefs spirituels des sectes piétistes sont des mystiques qui se réfèrent à Maimonide le "rationnel", trouvant dans ses écrits de quoi nourrir leur espoir de la Fin des temps. Paradoxalement, la conception "réaliste" du Messie avancée par Maimonide est mise à profit pour promouvoir la prétention que le Messie viendra, puisque le Messie sera un homme en chair et en os. De plus, l'avènement de l'ère messianique aura lieu conformément aux lois de la nature et de l'histoire et non par le truchement d'actes miraculeux.” (MAIMONIDE OU L'USAGE DE LA RAISON DANS LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX. Frédéric Manns).
   Nous dirons : En vérité Maimonide se trompe lourdement sur sa façon de voir le 'messianisme' futur. Dans sa bouche, seul son 'peuple' sera sauvé ! mis en avant ! héritier éternel de la Terre sainte et de Jérusalem ! Il affiche au passage sa mécréance au Messie fils de Marie et en l'Evangile de Hachem. La rédemption oui, mais n'était-elle pas promise aux Fils d'Israël et aux yéhudim sous certaines conditions (Coran VII 154-7 ; LXI 6), et depuis des siècles ? L'ont-ils acceptées ? respectées ? suivies ? En vérité, le 'messianisme' de Maimonide ne conduit nulle part, sinon à la destruction et perdition totale des gens de la Torah. Car l'arrivée du FAUX-MESSIE ne sera pas un jour de faste pour eux et pour les nations. Peu s'en faut ! Et inciter les gens à suivre le faux ne conduit nulle part...  

[19] Ce qui est faux.
[20] Ce qui est faux. Le Messie qui sera là en ce jour redoutable, sera le fils de Marie, sceau des Prophètes d’Israël (sur eux la Paix !). Il sera accompagné du Chef de la Communauté mohammadienne, le Mahdi. Ensemble ils vivront ces jours d’angoisse. Quant au FAUX-MESSIE qu’on prendra pour roi, il sera peut-être comme disent les gens de la Synagogue. Et Dieu est plus Savant !
[21] (…) Vient le chat.
Il s'agit de l'Egypte.
En effet, le chat ne connaît pas son maître.
Paro demande : "Et qui est Dieu, pour que j'écoute sa voix" ?
Israël a été asservi, en Egypte, à Amon mi No (qui deviendra Alexandrie).
(…) La première veille est celle de l'âne qui brait ; elle correspond à la magie de l'Egypte.
(…) Pas tellement de haine chez les Egyptiens, que la Tora protège, d'ailleurs : "Ne dis pas que l'Egyptien est abominable, tu étais étranger sur sa terre".
( ; Rabi Yehonatan Eibeschutz ) (Op. cit.)

[22] De même le FAUX-MESSIE à la fin des temps que les gens de la Torah prendront comme leur roi. Héritier du trône de David (sur lui la Paix !). Ceci selon l’interprétation faites de leurs prophéties.
[23] Entendre : selon le monde de la Synagogue.
[24] Ou terre de… A noter que les Ecritures parlent de Jérusalem et de la Terre sainte, d’une Terre promise. En aucune façon d’un autre nom donné à cette terre. On parlera aussi de la terre de Canaan. Ce sont les gens de la Synagogue et de la Torah qui donneront ce nom à la Terre Promise ou à la Terre sainte de : terre d’Israël. Ne pas confondre !
[25] Anthropomorphisme pur. Dieu ‘sort’, ‘lutte’, etc., autant de mots qui ne sied pas à Sa dignité, à Sa divinité. Courant dans le monde de la Synagogue d’un dieu ressemblant étrangement à un simple des mortels ! En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[26] La Vérité en ce jour redoutable ne triomphera-t-elle pas sur le Faux ? Mais qui sera là avec elle pour le voir ?
[27] Faux. Aucun lien entre ces deux évènements. Pharaon n’est pas lié et Gog et Magog et inversement. Ce sont deux sujets complètement différents.
[28] A l’instar de bon nombre de régimes à notre époque. Exemple du laïcisme d'obédience yéhudie, dualiste franc-maçon, note l'observateur.
[29] N’est-ce pas ce qui attend toute personne s’opposant au divin Créateur ?



Illuminure.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
28/01/21.