Histoire sainte toranique, biblique.

ALLIANCE, ENGAGEMENT, PACTE, ROYAUME. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


La Loi du Retour ('Hok Hachvout).


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

    Suite page 4

 
 « Auraient-ils reçu une part de "royaume" … » (Coran IV 53)

   L’annonce du Messie (sur lui la Paix !) aux Fils d’Israël : Perte du Livre et de la Prophétie, du royaume de « Terre sainte » et surtout sans "loi de retour". Est-ce possible ?

    Se basant sur les "prophéties" de leur Livre, la Bible, et celles de leurs prophètes dont Ésaïe, Malachie, Daniel etc., les gens de la Bible voient que tout ceci annonce bel et bien un 'retour' effectif pour les gens de la Torah en "Terre sainte", Canaan... Les gens de l'Évangile, eux, voient et parlent aussi d'un 'retour' à la normal mais uniquement avec le 'retour' du fils de Marie en "Terre sainte". Difficile dans ce cas de mettre en accord deux religions de la Bible qui s'opposent perpétuellement.
   Les gens de la Synagogue et de la Torah nous entretiennent donc d'un 'retour' du monde toranique sur des textes frelatés, arrangés pour la bonne cause et par eux-mêmes, leurs rabbanim. Ils omettent, au passage, de nous dire ce que leurs ancêtres ont fait d'abominable : ils ont soustrait de leurs Écritures la description du sceau de la Prophétie et de sa communauté. Secundo : Ils parlent et reparlent perpétuellement de l'époque de Nabuchodonosor mais omettent volontairement de parler de celle du sceau des Prophète d'Israël, le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). Son histoire a été à tout jamais gommée de leurs coeurs et de leurs Écritures ! Et c'est pour cela qu'ils évitent de parler du même coup de ce que leurs ancêtres ont fait subir à Zacharie et son fils (sur eux la Paix !). Tous deux connaîtront le martyr. Et là, et en agissant ainsi, c'est toute une partie de leur Histoire sainte qu'ils se garderont d'enseigner à leurs progénitures, les laissant dans le flou, le brouillard.
   Pour le monde toranique, leur monde et leur Histoire sainte s'arrêtent à Nabuchodonosor ; et Malachie de devenir, selon lui; le sceau de leurs Prophètes, c'est-à-dire : le dernier des prophètes d'Israël ! Faisant, par la même occasion, mentir leurs prophètes ! Le retour de Perse était bien programmé et à leurs prophètes de les avertir. Par contre, leur "retour" après la seconde menace divine (Coran XVII 2-8) n'a jamais été programmé contrairement à leurs dires comme nous l'avons vu. Ni par leur Seigneur, ni par leurs Prophètes, ni par leurs Écritures. Et dire le contraire n'est-ce pas enseigner le faux, le mensonge ? Le sceau de la Prophétie n'a-t-il pas rappelé clairement tout ceci à leurs ancêtres habitants en Arabie, à Médine ?
    Encore une fois, les gens de la Synagogue et de la Torah refuseront l'évidence ! Ils refusent absolument de croire qu'entre la période de Nabuchodonosor et de Titus des prophètes leurs furent envoyés par le Saint et Seigneur d'Israël dont les prophètes Zacharie et son fils, le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). Et dans leur égarement d'entraîner bon nombre de gens de l'Évangile derrière eux... Un aveugle peut-il guider un autre aveugle, clame l'écho ?

   Les paroles du Messie rapportées dans la Bible. Ce que refuse de reconnaître le monde de la Torah.

   Qu’on en juge : Premièrement : Rappel du Messie aux Fils d’Israël qui le prendraient pour un dieu, une divinité en dehors de Dieu, Son égal.

 
   En vérité, Dieu[5], c’est Lui mon Seigneur tout comme votre Seigneur[6].
Adorez-Le donc[7]. Voilà un chemin droit[8]. » (Coran XLIII 64).

   Secundo : Description du « royaume » selon le Messie, son ‘royaume’. Les Douze, à l’instar des Douze explorateurs, n’assureront pas. Qu’on en juge :
   « 18.36 Mon royaume n'est pas de ce monde, répondit Jésus. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs ; mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas[9]. »
   Tercio : Autre rappel biblique. Annonce de gens venant des quatre coins de la Terre pour bénéficier des bienfaits divins naguère réservé aux seuls Fils de Jacob. Rôle futur attribué à la Communauté mohammadienne par la Bible. Qu’on en juge :
   Aussi je vous dis que plusieurs viendront d'Orient et d'Occident, et seront à table avec Abraham et Isaac et Jacob dans le royaume des cieux ; 12 mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres de dehors[10] ; là seront les pleurs et les grincements de dents[11]. (Bible. 8 12).
   28. Là seront les pleurs et les grincements de dents ; quand vous verrez Abraham et Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et vous-mêmes jetés dehors. 29. Et il en viendra d'orient et d'occident, du septentrion et du midi, et ils se mettront à table dans le royaume de Dieu. 30. Et voici, il y en a des derniers qui seront les premiers, et il y en a des premiers qui seront les derniers. (Bible. Luc 13 21)
   Selon les commentateurs, « les fils du royaume » sont ici les Fils de Jacob, c’est-à-dire : les Fils d’Israël ainsi appelés. Pour le commentateur évangélique :  - Les fils du royaume, les Juifs qui auront rejeté le salut. Hébraïsme qui marque un rapport intime avec quelqu'un ou quelque chose : "Fils de la résurrection," (Luc 20.36) "fils de l'époux," ses amis de noce. Matthieu 9.15 (epelorient.free.fr)
   « plusieurs viendront d'Orient et d'Occident » Ceci concerne ceux qui croiront au sceau de la Prophétie, lesquels viendront des quatre coins de la terre car son invitation à l’Islam concerne tous les Fils d’Adam, sans exception.
   Ces gens étaient dans les ténèbres de l’Obscurantisme, l’Ignorance, la prévarication et la perversité, l’Associationnisme, l’Athéisme et la Mécréance, la turpitude et le blâmable, le péché… Par la permission divine, ils viendront à la Lumière divine et bénéficieront de Ses bienfaits, les mêmes accordés naguère aux Fils de Jacob (sur lui la Paix !). Le Messie (sur lui la Paix !) d’avertir les Fils d’Israël sur ce qui les attend dans un avenir proche : perte de leurs privilèges à tout jamais jusqu’à son « retour » en « Terre sainte », comme signalé maintes fois. La Vérité face au Faux sera !

   Parabole des vignerons. Perte de leur royaume en Palestine, proche et annoncé.

   Annonce et promulgation de la perte prochaine de leur royaume en Palestine. D’où : "le royaume de Dieu vous sera ôté et qu'il sera donné à une nation qui en produira les fruits." La « Terre sainte », la Palestine passant ainsi sous le contrôle des Fils d’Ismaël, de la Communauté mohammadienne, cette nation qui en portera les fruits. Qu’on en juge :

33. Ecoutez une autre parabole : Il y avait un homme, maître de maison, qui planta une vigne, et l'entoura d'une haie, et y creusa un pressoir, et bâtit une tour ; et il l'afferma à des vignerons, et s'absenta. 34. Or, lorsque la saison des fruits approcha, il envoya ses serviteurs vers les vignerons pour recevoir ses fruits. 35. Mais les vignerons s'étant saisis de ses serviteurs, battirent l'un, tuèrent l'autre, et en lapidèrent un autre. 36. Il envoya encore d'autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers, et ils les traitèrent de même. 37. Ensuite il envoya vers eux son fils, disant : Ils auront du respect pour mon fils. 38. Mais les vignerons, voyant le fils, dirent entre eux : Celui-ci est l'héritier ; venez, tuons-le et possédons son héritage. 39. Et s'étant saisis de lui, ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. 40. Quand donc le seigneur de la vigne sera venu, que fera-t-il à ces vignerons ? 41. Ils lui disent : Il fera périr misérablement ces misérables, et il affermera la vigne à d'autres vignerons qui lui en rendront les fruits en leur saison. 42. Et Jésus leur dit : N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient, elle est devenue la principale pierre de l'angle ; c'est par le Seigneur qu'elle l'est devenue, et elle est merveilleuse à nos yeux ? 43. C'est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera ôté et sera donné à une nation qui en produit les fruits. 44. Et celui qui tombera sur cette pierre sera brisé ; mais celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera.
45. Or après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c'était d'eux qu'il parlait ; 46. et ils cherchaient à s'emparer de lui ; mais ils craignirent la foule, parce qu'elle le tenait pour un prophète.

   On a dit :

1.         La parabole des vignerons
Dans cette seconde parabole, Jésus représente la conduite des chefs du peuple dans le passé, le présent et l'avenir : Un maître de maison planta une vigne, y 'donna tous ses soins puis la loua à des vignerons. La saison des fruits étant venue, il envoya ses serviteurs pour les recevoir ; mais les vignerons les maltraitèrent. Il en envoya d'autres qui furent maltraités encore. Enfin il leur envoya son propre fils, pensant qu'il serait respecté. Mais les vignerons, voyant en lui l'héritier, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent pour s'emparer de son héritage. Que fera donc le maître ? A cette question, les auditeurs de Jésus répondent eux-mêmes : Il fera périr ces misérables et louera la vigne à d'autres. C'est ainsi, reprend Jésus, en appuyant sa déclaration d'une parole de l'Ecriture, que le royaume de Dieu vous sera ôté et qu'il sera donné à une nation qui en produira les fruits. (33-44.)

2.         L'effet produit
Les sacrificateurs et les pharisiens comprennent alors que c'était d'eux-mêmes que Jésus parlait ; ils cherchent à se saisir de lui, mais ils craignent le peuple. (48, 46.)

21 42 Et Jésus leur dit : N'avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient, elle est devenue la principale pierre de l'angle ; c'est par le Seigneur qu'elle l'est devenue, et elle est merveilleuse à nos yeux ?

Psaumes 118.22, cité d'après les Septante.

Par ces paroles des Ecritures, si connues de ses auditeurs, et que Jésus s'applique à lui-même, il veut faire sentir aux chefs de la théocratie quel est ce fils de la parabole qui a été rejeté, mis à mort par les vignerons. Eux-mêmes sont les constructeurs insensés et coupables qui ont réprouvé la pierre de l'angle.

Cette pierre, dans l'image employée par le psalmiste, est celle qui, placée comme fondement à l'angle d'un bâtiment, supporte deux murs et soutient tout l'édifice. Voilà ce qu'est Jésus-Christ dans le temple spirituel qui va s'élever à la gloire de Dieu.

Cette destinée glorieuse, qui fait contraste avec sa réjection par les hommes, est l'œuvre et la volonté expresse de l'Éternel et restera l'objet de l'admiration des siècles. (Comparer Esaïe 28.16,Actes 4.11 ; Romains 9.33 ; 1Pierre 2.6)

21 43 C'est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera ôté et sera donné à une nation qui en produit les fruits.

Application directe du verset 41 et de la parabole tout entière.

Ces mots : je vous dis, vous sera ôté, désignent nettement les adversaires que Jésus avait devant lui comme étant les vignerons de la parabole et les constructeurs qui ont rejeté la pierre de l'angle. Et telle est la raison de la sentence qu'il prononce (c'est pourquoi).

Pour en bien comprendre la signification, il faut jeter un regard sur l'ensemble de la parabole. Le maître de maison qui planta une vigne et y donna tous ses soins, c'est Dieu qui, dans sa grande miséricorde, fonda sur cette terre plongée dans les ténèbres par suite du péché, un royaume de vérité, de justice et de paix. Il le confia à son peuple d'Israël, en particulier aux chefs de la théocratie juive. Il avait le droit d'en attendre et d'en exiger les fruits, fruits de la vie religieuse et morale : reconnaissance, amour, obéissance, sainteté.

Les serviteurs qu'il envoya à diverses reprises pour recueillir ces fruits sont ses saints prophètes, qui, hélas ! furent de tout temps rejetés par le grand nombre, persécutés, mis à mort. (Matthieu 5.12 ; 23.31-37 ; Hébreux 11.35-38)

Quant au fils que le maître de maison envoya ensuite dans son immense amour, (Jean 3.16) l'Evangile tout entier nous dit qui il est, et nous l'entendons, dans cette parabole même, prédire sa réjection et sa mort. Les chefs de la théocratie de son temps eurent, malgré leur incrédulité, le pressentiment qu'il était l'héritier et qu'en le mettant à mort ils resteraient les maîtres et les possesseurs du royaume[12]. Mais eux-mêmes, en prononçant sur les vignerons ce double jugement, que la vigne leur serait ôtée et qu'ils périraient misérablement, proclamèrent leur propre condamnation.

Et c'est cette sentence que Jésus confirme par ces mots : le royaume de Dieu vous sera ôté, vous en serez exclus, et il sera donné, par pure grâce, à une nation, peuple de Dieu choisi du sein de tous les peuples, qui en produit les fruits. Jésus ne dit pas : produira, selon nos versions. Il parle au présent, parce que déjà il voit sous ses yeux les premiers fruits de ce nouveau royaume[13]. On sait comment cette prophétie fut accomplie par la destruction de Jérusalem et la ruine de la théocratie juive, et par l'établissement du royaume de Dieu parmi les nations païennes[14]. La parabole des vignerons, comme tant d'autres déclarations, montre que tout l'avenir de son règne était devant les yeux du Sauveur[15].

21 44 Et celui qui tombera sur cette pierre sera brisé ; mais celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera.

Grec :, le réduira en poussière, le dispersera comme de la poussière, ou plus littéralement encore, le criblera, vannera. Israël sera châtié non seulement en ce que le royaume lui sera enlevé, mais en ce que lui-même sera détruit. Ce verset exprime le côté positif et terrible du châtiment, dont le verset 43 indique le côté négatif.

L'image employée est présentée sous deux faces différentes.

D'abord la pierre est considérée comme gisant sur le sol, et l'incrédulité aveugle vient s'y briser. (Esaïe 8.14,15) C'est le Sauveur dans son état d'humiliation.

Ensuite, cette même pierre est considérée comme tombant sur les rebelles et les réduisant en poussière, c'est le Sauveur dans sa gloire exerçant le jugement. (Daniel 2.34)

- Mais ces paroles, qui se retrouvent littéralement dans Luc[16] à la suite de la même parabole, ne paraissent pas à leur place dans Matthieu. La parabole semble en effet terminée avec verset 43.

Aussi Griesbach, Lachmann, Tregelles, Westcot et Hort révoquent-ils en doute le verset 44, tandis que Tischendorf le supprime tout à fait. Il est vrai que ces critiques se fondent sur D seulement et sur les indications de quelques Pères, en particulier d'Origène. D'autres trouvent ces autorités insuffisantes. B. Weiss déclare le verset 44 certainement authentique ; s'il avait été pris dans Luc, on l'aurait introduit après le verset 42.

21 45. Or après avoir entendu ses paraboles, les principaux sacrificateurs et les pharisiens comprirent que c'était d'eux qu'il parlait ; 46. et ils cherchaient à s'emparer de lui ; mais ils craignirent la foule, parce qu'elle le tenait pour un prophète.

Ainsi, l'annonce des plus redoutables jugements de Dieu, clairement comprise par ceux qui l'entendent, vient se heurter à leur endurcissement et ne fait qu'exciter leur haine et leurs desseins meurtriers. Ce triste résultat des discours qui précèdent inspira à Jésus la parabole du Matthieu 22.1 et suivants

Autre variante : Lc. 20

9. Mais il se mit à dire au peuple cette parabole : Un homme planta une vigne et l'afferma à des vignerons, et il s'absenta pour longtemps. 10. Et dans la saison il envoya un serviteur vers les vignerons, afin qu'ils lui donnassent du fruit de la vigne. Mais les vignerons, après l'avoir battu, le renvoyèrent à vide. 11. Et il envoya encore un autre serviteur ; mais eux, après l'avoir aussi battu et outragé, le renvoyèrent à vide. 12. Et il en envoya encore un troisième ; mais eux, après l'avoir aussi blessé, le jetèrent dehors. 13. Et le maître de la vigne dit : Que ferai-je ? J'enverrai mon fils bien-aimé ; lui peut-être, ils le respecteront. 14. Mais les vignerons, le voyant, raisonnaient entre eux, en disant : Celui-ci est l'héritier ; tuons-le, afin que l'héritage soit à nous ! 15. Et l'ayant jeté hors de la vigne, ils le tuèrent. Que leur fera donc le maître de la vigne ? 16. Il viendra et fera périr ces vignerons, et il donnera la vigne à d'autres. Ce qu'ayant entendu, ils dirent : Que cela n'arrive ! 17. Mais lui, les regardant, leur dit : Que signifie donc ce qui est écrit : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale pierre de l'angle ? 18. Quiconque tombera sur cette pierre-là sera brisé, et celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera. 19. Et les scribes et les principaux sacrificateurs cherchèrent à mettre la main sur lui à l'heure même (mais ils craignirent le peuple) ; car ils avaient compris que c'était pour eux qu'il avait dit cette parabole.

   Commentaires de l’exégèse soumis.

   Évidemment, il est d’un autre ordre. Qu’on en juge :
   Selon les commentateurs, la vigne allusion ici à la « Terre sainte » et les vignerons, les Fils d’Israël[17]. A leur Saint et Seigneur de leur envoyer de nombreux prophètes. Les uns seront traités de menteurs, d’autres, ils les tueront[18]. Ceci jusqu’à qu’apparaisse le sceau des Prophètes d’Israël, le prophète[19], le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Héritier à travers Jacob fils d’Isaac (sur eux la Paix !) de la Terre sainte. Apparaît-il, les Fils d’Israël se devaient de croire en lui en tant que Messager du Nom[20] et le suivre, suivre l’Évangile. Mais au lieu de cela, il le sortiront de la vigne et le tueront (selon la croyance des gens de la Bible (toranique & évangélique)) [21] . D’où sa parole aux Fils d’Israël : « 43. C'est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera ôté et sera donné à une nation qui en produit les fruits. ». Allusion, selon les commentateurs, à la Communauté mohammadienne. Et ceci est renforcé par ses mots : La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient, elle est devenue la principale pierre de l'angle ; c'est par le Seigneur qu'elle l'est devenue, et elle est merveilleuse à nos yeux ?
   Toujours, selon les commentateurs, ses paroles ne peuvent concerner les gens de l’Évangile[22]. En effet, ils sont et font partie intégrante des Fils d’Israël du fait que les prophètes : le fils de Marie et le fils de Zacharie (sur eux la Paix !) furent envoyer à eux seuls (Coran III 49 ; Bible. Mt. 15 24, etc.).
   « La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient… » La "pierre" est une allusion à Ismaël et ses enfants. De lui sortira et sera le sceau de la Prophétie (sur eux la Paix !). Il sera avec ses Compagnons qui l’aideront, l’assisteront et le secouront.
   Sarah, épouse libre d’Avraham rejettera Ismaël et sa mère comme dit dans les Écritures. Les années passeront et proche sera la fin pour les Fils d’Israël[23]. Soit : vient leur fin et domination en « Terre sainte ». Maintenant sera le tour légal du sceau de la Prophétie et de sa communauté de se manifester, d’apparaître. Elle sera le suivre[24] et avoir pour seule religion la Soumission, l’Islam. Ce sont eux « la principale pierre de l'angle » dans le choix et le décret divins.
   Ceci mettra dans l’étonnement général les gens de la Bible car le choix divin se portera, pour la fin des temps, sur les Fils d’Ismaël nés d’une femme esclave : Hagar ; et non sur les Fils de Jacob nés d’une femme libre : Sarah[25]. Qu’ils le veuillent ou non l’importance sera mis sur les Fils d’Ismaël uniquement… Et ces paroles de la Bible de le confirmer.
   Le Messie (sur lui la Paix !) de s’adresser à ses compagnons[26], lesquels sont Fils d’Israël, pour les avertir que le « royaume de Dieu », que la Loi donnée par la force au Sinaï sera retirée des Fils d’Israël pour être donnée gratuitement à une autre communauté qui en produira ses fruits. Et pour eux sera la Révélation d’une Nouvelle Torah, le Coran[27].
   Contrairement aux prétentions des gens de l’Évangile, les paroles du Messie (sur lui la Paix !) ne peuvent les concerner[28]. Eux et les gens de la Torah formant, à l’origine, une seule et même communauté, selon les Savants et commentateurs, chercheurs et historiens. Tous, ne se réclament-ils pas d’un seul et même Livre divin : la Bible ? L’Évangile[29] étant, lui au passage, le sceau des Écritures des/aux Fils d’Israël[30]. Après son élévation au Paradis[31], sa communauté ne sera établir le vrai Évangile du Saint et Seigneur d’Israël[32]. L’Associationnisme[33] étant roi dans le bassin méditerranéen, il finira par avoir le dessus sur lui, une domination certaine sur les gens de l’Évangile sera. Paul[34], en son temps, agent de la Synagogue et de la Torah, saura les égarer[35] dans ce sens, notent les Savants et commentateurs. (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Entendre : le Créateur. Celui qui l’a créé dans le sein de Marie. Contrairement à l’abomination des gens de Sodome et Gomorrhe, d’entre les gens de la Bible à notre époque ; le fils de Marie n’a jamais eu de père divin + de père biologique (Joseph le Charpentier ou tout autre prétendu père). De mère porteuse ! Preuve que bon nombre de gens de l’Évangile ne croient pas sincèrement aux miracles et signes divins, à leurs propres Écritures. Et si miracle et signe divins existent, ils les prennent en dérision à l’instar de leurs frères en religion du Yéhudisme. Que la malédiction de Dieu soit sur les menteurs !
[6] Contrairement à Paul, le fils de Marie n’est pas « Seigneur ». Son Seigneur, c’est le Créateur Lui-même. Il n’est (n’était) pas consubstantiel à Lui ! Il était Son prophète et Son messager auprès des Fils d’Israël uniquement. Rien de plus, rien de moins ! N’en déplaise aux critiques, aux ergoteurs, aux adversaires et opposants à la Religion divine : la Soumission !
[7] Lui et pas moi. Et surtout pas Lui en moi.
[8] Avoir toute autre croyance et pensée sur le fils de Marie, c’est dévier. C’est s’égarer loin de Son sentier à l’exemple des gens de l’Évangile, gens se réclamant de Paul l’égaré.
[9] Il sera élevé, par l’Ange Gabriel, au Paradis. Après lui, sa religion se subsistera pas. Paul de la dénaturer. Ce que rejettent ses partisans et affidés.
[10] On a dit : - Les ténèbres du dehors : la salle du banquet, qui avait lieu la nuit, était resplendissante de lumière, mais au dehors, tout était ténèbres. (epelorient.free.fr)
[11] On a dit : - Pleurs et grincements de dents, expression terrible de la douleur et du désespoir. (epelorient.free.fr).
[12] Ce n’est pas la mort du fils de Marie que le monde de l’Évangile devrait nous entretenir, mais plutôt celle du fils de Zacharie que les gens de la Bible (toranique & évangélique, leurs faussaires mettront en sourdine.
   Dans leurs Écritures, la Torah originelle, il était mentionné que les gens de la Torah feront, par deux fois, le mal sur leurs terres en Palestine (Voir Coran XVII 2-8 + commentaires). La première fois au temps de Nabuchodonosor. La deuxième fois en assassinant un de leurs prophètes : le fils de Zacharie et non le fils de Marie (sur eux la Paix !). Ce sera la goutte de sang de ce prophète qui fera déborder le vase !
   Le commentaire ci-contre est donc nul et non avenue. Le fils de Marie (sur lui la Paix !) de mettre, lui aussi, les Fils d’Israël en garde sur leur avenir proche s’ils ne respectent pas ses paroles à la lettre… L’assassinat du fils de Zacharie mettra un point final sur/en leur présence en Palestine, leur État, le Temple de Salomon.
[13] Au VIIème siècle à travers la Communauté mohammadienne d’alors… et non par ce qui est avancé dans le commentaire ci-joint.
[14] Ce qui est faux et n’a aucun sens. Le fils de Marie veut parler de la Communauté mohammadienne à venir. Lui-même n’a-t-il pas annoncé la venue après lui d’un prophète dénommé : « Ahmad » (Coran LXI 6) ? Sa communauté n’était-elle pas décrite dans l’Évangile originel comme dans la Torah originelle (Coran XLVIII 29) ? Mochè (Coran VII 157) et le fils de Marie n’ont-ils pas attesté et reconnu la mission du sceau de la Prophétie ? Ils seront des témoins à charge au Jour des Comptes.
   Tout cela, au fil des siècles, sera effacé, censuré par le monde de l’Évangile lui-même, ses dirigeants politico-religieux d’alors. Le but faire apparaître uniquement le Messie comme « sauveur » de l’humanité et surtout pas de sauveur après lui ! Malheureusement leur plan diabolique a lamentablement échoué et les gens de l’Évangile n’ont pu empêcher la perte de Byzance et leur perte de l’Empire de Byzance.
   Avec les « croisades » (« iter hierosolymitanum »), les gens de l’Évangile d’Europe essaieront de faire mentir leurs Écritures. Pour un temps, ils s’installeront en Palestine, en Terre sainte, y prendront pied. Malgré leurs croyances, leurs convictions, leurs forces, leur armement, leur puissance ; ils devront re-tourner dans leurs terres d’Europe, et comme dit le dicton : la ‘queue entre les jambes’. Ils subiront une défaite notoire et une grande humiliation.
   1917. Les gens de l’Évangile notamment de langue anglaise se réjouiront de re-venir en Palestine, d’y mettre pied de nouveau avec un des leurs : le général Allenby. Lui-même se réjouira du retour des « croisés » en terre d’Islam, en Palestine, le fera savoir pour défier Saladin. Les Arabes d’alors aussi… car les ottomans ne seront plus… Suite à leur attitude condamnable, l’unité du monde islamique sera rompu, brisé, à cause de leur alliance avec le monde de la Bible (toranique & évangélique) d’alors. Alliance qui perdure jusqu’à nos jours, note l’observateur ! Le monde arabe et ses dirigeants politico-religieux étant fascinés par l’Europe biblique, ses richesses, ses réalisations, sa grandeur, etc. D’où l’émigration massive de certains d’entre eux dont gens d’Afrique du Nord en direction des terres bibliques d’Europe et d’ailleurs.
[15] Il n’aura aucun règne, contrairement aux prétentions du monde de l’Évangile. Le règne qui viendra succéder au Messie sera celui de Paul et de ses adeptes… comme maintes fois mentionné.
[16] Lc. 20 16 et suivant. La ‘parabole sur les vignerons’ de Luc pose problème avec celle de Matthieu pour les commentateurs comme décrit ci-joint. Ces paroles prisent du Psautier, dit-on, voudraient toutefois rappeler que le Messie à signaler aux Fils d’Israël que : 1) la Parole divine signalait que proche était venu le temps qu’ils commettront le mal en « Terre sainte », justement en assassinant le fils de Zacharie après l’élévation du Messie au Paradis (et non avant) (Coran XVII 2-8). Et qui verra là la destruction de leur État, du Temple de Salomon… C’est d’ailleurs dans ce sens, et d’une certaine façon que l’ont compris les commentateurs évangéliques. 2) dans les deux variantes, on mentionne le nom du fils de Zacharie car ceci le concerne en tout premier lieu. Normalement la ‘parabole des vignerons’ devrait le concerner, lui en particulier, car n’est-ce pas lui qui a goûté à la Mort ? Mais le scribe faussaire de brouiller les pistes et de l’attribuer faussement au fils de Marie (Coran IV 156-159). On dit que le fils de Zacharie était aimé des Fils d’Israël. 3) la foule présente prennent le fils de Marie et le fils de Zacharie, dans la ‘parabole des vignerons’, comme des prophètes du Nom. Paroles que devraient méditer, au passage, ceux qui refusent absolument de les suivre (les gens de la Synagogue et de la Torah), de même ceux qui attribuent faussement au Nom un fils (à l’instar du fils de Marie (Coran IX 30), soit les gens de l’Évangile se réclamant de Paul) !? 4) La parole du Psautier qu’on met dans la bouche du Messie à un rapport direct avec sa parole (Coran LXI 6), plus lointaine certes. Il a annoncé la venue d’Ahmad fils d’Abd Allah, (…), fils d’Ismaël, fils d’Avraham (sur eux la Paix !) aux Fils d’Israël. Il a compris que son rejet de leur part ne leur porterait pas chance, bonheur. Et en parlant ainsi, le scribe faussaire a jeté une pierre dans la mare…
[17] Comparer avec la Parabole des vignerons : Bible. Lc. 9-19.
[18] Les Écritures l’attestent. V. Coran II 87, 91, etc. Les gens de la Synagogue et de la Torah refusent de le reconnaître voulant faire porter le chapeau à d’autres dont leurs prophètes eux-mêmes.
[19] Dans la Bible, on parle de lui comme étant un « prophète ». Exemple : Mt. 21 45, la foule le tient bien comme un prophète non un dieu ou un fils de Divinité, consubstantiel au Père.
[20] Voir Coran III 49 ; Bible. Mt. 15 24.
[21] V. Coran IV 157-159. Pour l’Islam traditionnel, le Messie ne connut point la mort. C’est sa ressemblance qui mourra à sa place Achoua le Yéhudi lequel sera sa rançon. C’est le fils de Zacharie qui connaîtra réellement la Mort. Pour défendre ses frères de religion, Paul passera tout cela en silence (les évènements de 69/70)… et mettra l’accent uniquement sur celle présumée du fils de Marie. Erreur fatale qui coûtera chère aux gens de la Torah et leurs descendances. On leur imputera le « déicide ». Cause : la rumeur fausse de leurs ancêtres qui crurent avoir réellement mis à mort le fils de Marie (V. Coran IV 157-159). Cette rumeur infondée mettra aux prises Yéhudim et Nazaréniens (chrétiens). Et il en sera ainsi jusqu’au retour du Messie en « Terre sainte » lequel les confondra. Et les différents conciles notamment ceux de la secte catholique ne changeront rien à la donne. Le Messie fut envoyé aux Fils d’Israël, non aux gens d’Italie, les Romains ; puissance sabéiste et colonisatrice de l’époque. Et au Nom d’imputer la fausse rumeur de la mort présumée du Messie (V. Coran IV 157-159) à leurs ancêtres non jamais aux gens d’Italie de l’époque ; lesquels sont considérés, par les gens de la Torah, comme Fils d’Ésaü à l’instar de Paul.
   Nous, nous croyons en la Parole divine, le Coran, et nous mécroyons en la parole du monde biblique, notamment gens de la Torah, rappellent les Savants !
[22] Courant, ils s’approprieront des « prophéties » bibliques qui appartiennent à une autre communauté venant après le fils de Marie. Idem pour les gens de la Synagogue et de la Torah.
[23] A l’inverse des prétentions des gens de la Synagogue et de la Torah, gens de l’Évangile à travers Paul et ses lettres.
[24] Entendre : les Compagnons et ses vicaires.
[25] Pur orgueil à l’instar de satan le lapidé lequel se voit supérieur aux gens créés de terre. Pour eux, un enfant né d’une esclave ne peut accéder et avoir les mêmes droits qu’une femme libre. On ne saurait parler d’héritage avec l’époux libre.
   Paul invitera de suivre à la lettre ses frères de religion : les Yéhudim. Pour lui aucun doute, l’héritier d’Avraham, le seul, s’appelle Isaac (V. Bible. Rm. 9 6-13, Gal. 4 1-11, etc.) et non Ismaël.
[26] Les Douze.
[27] Laquelle s’oppose à la Torah. Les gens de la Synagogue et de la Torah reconnaissent que les gens de l’Islam traditionnel adore un seul dieu. Mais refusent de reconnaître le sceau de la Prophétie comme prophète du Nom et envoyé à eux et au monde entier. Idem pour le Coran. Le conflit est familial. Ils refusent tout droit aux Fils et descendants d’Ismaël en « Terre sainte ». Ne reconnaissent pas Ismaël comme prophète du Nom en Arabie. Et aux gens de l’Évangile des les suivre dans leur égarement !
[28] Pour le monde de l’Évangile, Héraclius de le constater. Byzance perdra sa souveraineté au Châm, en Afrique. L’empire de Byzance de se réduire à un mouchoir de poche, sa suprématie de s’achever dans le bassin méditerranéen à jamais. Plus tard, Byzance tombera lui aussi. Idem pour les gens du Magisme, du Dualisme, en Perse. La Perse perdra sa suprématie, elle aussi, en Asie.
   Pour le monde toranique qui avait émigré en terre d’Arabie, leur refus de reconnaître le sceau de la Prophétie, le Coran, l’Islam ; fera qu’il perdra toutes ses prérogatives divines. Lors des conquêtes islamiques, ils devront d’ailleurs s’acquitter de la capitation ainsi que les gens de l’Évangile au Châm et autres lieux. Ils se feront et devront se faire tout petits, note le Savant. Car la Vraie Religion, selon le Décret divin, est devenue l’Islam jusqu’à la fin du monde.
[29] Trois Livres divins seront révélés aux Fils d’Israël : la Torah, le Psautier et l’Évangile. Un seul sera reconnu officiellement par les gens de la Synagogue : la Torah !
[30] Inconnu par les gens de l’Évangile à notre époque.
[31] Pour le Messie : Saint et sauf, corps et âme. Ce qui signifie qu’il ne serait enterré quelque part dans le monde (Inde, Japon, etc.), y aurait été enterré comme le prétendent certaines sectes. Il reviendra, certes, avant la fin du monde en Terre sainte, pour confondre les gens de la Torah et de l’Évangile.
[32] Le vrai Évangile disparaîtra au profit d’évangiles au pluriel. On estime, d’après nos sources, que la religion du Messie fils de Marie vivra entre 80 et 100 ans environ. Après cela, aux disciples de Paul de prendre place, de s’emparer du pouvoir et d’évincer tous les vrais suivants de l’Évangile. On remarque d’ailleurs que les informations du premier siècle sont plutôt maigres et non à la portée des gens de l’Évangile. Il faudra l’arrivée, dit-on, de Constantin pour voir et parler du christianisme inventé par Paul. Lequel s’installera notamment dans le sud de l’Europe : Rome et Athènes, enfin Byzance.
   En 69/70, une chose terrible bouleversera le monde de la Synagogue et de la Torah : destruction de leur État, destruction du Temple de Salomon, etc. Enfin, au temps du sceau de la Prophétie de rencontrer des gens de l’Évangile fidèles à l’Évangile originel et la religion du fils de Marie. Et à eux de se convertir à l’Islam, idem pour certaines gens de la Torah.
[33] Notamment du Sabéisme.
[34] Père d’une secte : le christianisme qui se fractionnera elle-même en plusieurs sectes et sous-sectes…
[35] C’est lui le Père de l’hérésie dénommée : l’Associationnisme de la Distinction, la trinité ou triade, le trithéisme. Le Messie étant consubstantiel au Père, selon lui et ses adeptes. Dieu Lui-même, fils de la Divinité, etc. C’est Paul (et non le Messie) qui abolira les lois toraniques pour sa communauté, ceux qui le suivent et se réclament de lui à travers sa religion le christianisme, la chrétienté.
   Pour partie des gens de l’Évangile, les gens de l’Islam traditionnel sont jugés comme anti-christs, ennemis de la Chrétienté. Ceux-ci refusant, en effet, de reconnaître entre autre les deux natures du Christ, qu’il est consubstantiel au Père… ! (voir notre étude. Lire…).



Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
13/08/15 .

annuaire