786

HISTOIRE SAINTE - TERRE SAINTE - CHÂM.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !


  
Symbole יהודי (Yêhûdi)

Va ! Le puits des Sept ou puits du Serment.

  La lecture de la Paracha de Dévarim en introduction à la semaine où nous commémorons la destruction des deux Temples, et de bien d’autres malheurs encore (Expulsion des Juifs d’Espagne, déclenchement de la Première Guerre mondiale…), est donc porteur d’un message essentiel : ce sont les erreurs de notre peuple qui ont pour conséquence directe les malheurs qui le frappent. (© Editions Kountrass)

Le lieu-dit : le Sept, promesses et alliance divines.

 Les évènements.



 L'Alliance et les promesses divines.

 ("Lekh Lekha (לך לך – Héb. pour "Va !", "Pars !" ou "Va pour toi !")

TRADUCTION

 1 Jéhovah dit à Abram: "Va-t-en (1) de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai.
 
2 Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; je rendrai ton nom célèbre, et tu seras un sujet de bénédiction.
 
3 Je bénirai ceux qui te béniront, et celui qui te méprisera, je le maudirai; et toutes les familles de la terre se béniront en ton nom."
 
4 Abram partit, comme Jéhovah le lui avait dit, et Lot partit avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans, lorsqu'il sortit de Harân.
 
5 Abram prit Saraï, sa femme, et Lot, fils de son frère, avec tous les biens qu'ils possédaient et les serviteurs qu'ils avaient acquis à Harân. Ils partirent pour aller dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent au pays de Canaan.
 
6 Abram parcourut le pays jusqu'au lieu nommé Sichem, jusqu'aux chênes de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays.
 
7 Jéhovah apparut à Abram, et dit: "Je donnerai ce pays à ta postérité." (2) Et Abram bâtit là un autel (") à Jéhovah , qui lui était apparu.
 
8 Il se transporta de là vers la montagne, à l'orient de Béthel, et il dressa sa tente, ayant Béthel à l'occident et Aï à l'orient. Il bâtit encore là un autel à Jéhovah , et il invoqua le nom de Jéhovah. (Bible. Gen. 12 1-8). Autres versets : Bible. Gen. 13 14-18 ; 15 5-6).
 (1)
Kl-Kl : litéralement, va ( Kl, lekh impératif de Klh) et préposition lamed + suffixe 2e pers sg (lekha, "pour toi"). Va pour toi, i.e., pour ton profit, dans ton intérêt. C'est ainsi que le comprend la tradition juive. D'autres comprennent cette construction comme un impératif direct renforcé par la préposition et le suffixe : toi, pars ; pars,toi, ... L'ordre requiert d'ailleurs de tout quitter : famille, patrie. Mais les versets suivants nous disent qu'Abraham part en compagnie de ses proches. Le Nouveau Testament fera mention de cet "appel " ou "vocation" : Ac 7:3, Héb. 11:8. De même : "Lekh Lekha (לך לך – Héb. pour "Va !", "Pars !" ou "Va pour toi !" – les deux premiers mots de la parasha) est la troisième parasha (section hebdomadaire du cycle annuel juif de lecture de la Torah). Il se compose de Genèse 12:1–17:27. Les Juifs de la Diaspora le lisent le troisième Shabbat après Sim'hat Torah, généralement en octobre ou en novembre." (fr.wikipedia.org).
 (1) Correspond à Coran XXI 71-3.
 (2) Pratique pris au peuples associateurs, idolâtres, demeurant en cette terre. Nous dirons plutôt, Abraham bâtit un lieu de culte pour y établir la prière obligatoire. On sait l'importance que le monde biblique accorde au mot : autel.     

1 Mais le grand prêtre dit : “ En est-il bien ainsi ? ” 2 Il dit : “ Hommes, frères et pères, entendez. Le Dieu de gloire est apparu à notre ancêtre Abraham alors qu’il était en Mésopotamie, avant qu’il s’établisse à Harân, 3 et il lui a dit : ‘ Sors de ton pays et de ta parenté, et viens au pays que je te montrerai. ’ 4 Alors il est sorti du pays des Chaldéens et s’est établi à Harân. Et de là, après que son père est mort, [Dieu] l’a fait passer dans ce pays où maintenant vous habitez. 5 Et pourtant il ne lui a donné dans [ce pays] aucune propriété dont on puisse hériter, pas même la largeur d’un pied ; mais il a promis de le lui donner en possession, et après lui à sa semence, alors qu’il n’avait pas encore d’enfant. 6 De plus, Dieu a parlé ainsi : sa semence serait des résidents étrangers dans un pays étranger, et [le peuple] les réduirait en esclavage et [les] affligerait pendant quatre cents ans. 7 ‘ Et cette nation pour laquelle ils travailleront comme des esclaves, moi je la jugerai, a dit Dieu, et après ces choses ils sortiront et m’offriront un service sacré en ce lieu-ci. ’ (Bible Actes 7:1-7)

    Le prophète Abraham et le prophète Loth (sur eux la Paix !) seront invités à quitter la terre de Mésopotamie pour aller dans une terre plus tranquille. Dieu (Hachem) révéla alors à Abraham de regarder vers le nord, le sud, l'est et l'ouest : il lui annonça que toute cette région qui s'étendait sous ses yeux sera définitivement à lui et à sa descendance. Il lui annonça, aussi, que sa descendance se multiplierait pour devenir aussi nombreuse que la poussière de la terre. Cette bonne nouvelle ne sera concrétisée pleinement qu'avec l'avènement de la communauté mohammadienne.
    Une parole du Messager de l'Islam confirme cela : « Dieu a contracté la terre pour moi et j'ai vu ses parties orientales et occidentales ; l'autorité de ma communauté atteindra tout ce qui a été contracté pour moi ». (Mouslim).
    Le monde de la Synagogue envie cette parole, et les rabbins l'ont toujours interprété en leur faveur, en faveur de leurs communautés. Mais le décret divin ne saurait être changé. Jérusalem, la province de Châm, l'Arabie, la péninsule arabique deviendra, à tout jamais, l'héritage des Fils d'Ismaël, et par extension des Arabes. Les gens de la Bible (toranique + évangélique) ont toujours soutenu, à tort, le contraire. Ils continueront ainsi jusqu'au retour du fils de Marie (sur lui la Paix !) sur terre. Viendra-t-il, alors à lui de les confondre !

Situation géographique (version biblique) de :

PALESTINE -CHÂM - TERRE SAINTE Beer-Sheva - (he) באר שבע  - (ar) بئر السبع

 

Béer-Shéva : "Puits des sept" ou "Puit du serment". Situé dans le Néguev à 80 km au sud-ouest de Jérusalem, c'était selon le récit biblique, la résidence du patriarche Abraham, un lieu de culte cananéen, de même que la Ville la plus méridionale de Terre sainte.

Puits des sept ou puits du serment. Une histoire tronquée ?

  Version biblique : Récit étiologique (qui explique le nom d’un endroit)..Selon le récit de Gn 21, 25 et suiv., Abraham et le roi philistin Abimélek (1) conclurent une alliance par laquelle, en raison du puits qu'Abraham y avait fait creuser, ils s'engagèrent à ne plus se combattre. Ils ordonnèrent à leurs bergers respectifs de ne plus se combattre. (...) Lorsque ensuite Abraham émigra à Hébron, les Philistins comblèrent le puits et le fils d'Abraham, Isaac, dut le creuser à nouveau (2). Isaac et le roi Abimélek (sans doute le successeur de même nom du roi Abimélek avec lequel Abraham avait conclu l'alliance à Béer-Shéva) décidèrent de s'engager à ne plus se combattre. Isaac nomma le site Shéva (« serment »), « c'est pourquoi la ville aujourd'hui encore a pour nom Béer-Shéva » (Gn 26, 33). (Dic. illustré de la Bible).
 
(1) Abimélek. C'est avec un roi du même nom qu'Abraham avait été en relation dans cette même contrée (chapitre 20). Le temps considérable qui s'est écoulé entre les deux faits ne permet pas de, supposer que nous ayons affaire au même personnage. Si l'on compare Psaumes 34.1, on peut supposer qu'Abimélek (père du roi, ou : le roi est mon père) était le nom héréditaire des rois des Philistins, comme Pharaon celui des rois d'Egypte. (Source : levangile.com).
 
(2) Récit douteux.

Autre variante : Beersheva Abimelech et Phicol, le chef de ses troupes vinrent à Abraham, vantèrent sa puissance et le fait que Dieu était avec lui dans toutes ses entreprises ; ils lui demandèrent de jurer de ne pas traiter faussement avec eux (Gen. 21:22–24.) Abraham fit alors des reproches à Abimelech concernant un puits que ses hommes avaient saisi alors qu'il avait été creusé par les hommes d'Abraham ; Abimelech assura n'en rien savoir (Gen. 21:25–26.) Abraham donna à Abimelech des moutons et des bœufs, et les deux hommes firent un pacte (Gen. 21:27.) Abraham laissa alors vaquer sept brebis (1) ; comme Abimelech lui demanda ce qu'étaient ces brebis, il les lui offrit en preuve qu'Abraham avait creusé le puits (Gen. 21:28–30.) Ils appelèrent le lieu Beersheva, le "puits du serment" car tous deux avaient passé un serment (Gen. 21:31.) Après qu'ils eurent conclu leur pacte, Abimelech et Phicol retournèrent en terre des Philistins, et Abraham planta un tamaris en invoquant le Nom de Dieu (Gen. 21:32–33.) Abraham vécut longtemps sur la terre des Philistins (Gen. 21:34.) (Source : wikipedia.org)
 (1) Voir ci-joint la version de nos sources.

Autre variante : Shéva‘

A propos du serment à Beer-Shéva, les commentaires disent « Beer-shéva, on peut traduire “puits du serment” ou “puits des sept” - » mais on ne nous dit pas tout à ce propos ; relisons Genèse 21, 28-33. Et résumons le texte à notre façon :
Abraham et Abimélèkh font un pacte reconnaissant que le puits est à Abraham. La chose se fait par un serment. Abraham amène sept agnelles (sept se dit en hébreu shéva‘ ) et il les donne à Abimélèkh, qui demande : « Pourquoi ces 7 agnelles ? » Et Abraham : « Parce que nous avons fait serment reconnaissant que ce puits est à moi. » Or le serment se dit shevou‘a - de cette même racine. S’il y a litige dans l’avenir, Abraham dira à son ami : « Combien je t’avais donné d’agnelles ? » Abimélèkh « Sept, si je ne me trompe. » Abraham « Bon, et cela ne te rappelle rien ? »
Les modernes appellent cela un moyen mnémotechnique. Yohanan Elihaï

Autre variante (similude) :

6 De Guérar, Abimélek vint à la rencontre d’Isaac avec Akhouzzat, son ami, et Pikol, le chef de son armée. 27 Isaac leur dit : “Pourquoi êtes-vous venus vers moi, puisque vous me détestez et que vous m’avez chassé de chez vous ?” Gn 39,3 - 1S 18,14

Referencias versículo 2828 Ils répondirent : “Nous avons vu clairement que Yahvé était avec toi, aussi nous te disons : Qu’il y ait une paix jurée entre nous et toi. Concluons ensemble une alliance ! 29 Nous ne t’avons pas fait de mal, nous ne t’avons fait que du bien et nous t’avons renvoyé en paix. Tu ne nous feras donc aucun mal non plus, maintenant que Yahvé t’a tout donné.” Gn 31,54 - Ex 24,11

Referencias versículo 3030 Isaac leur prépara un bon repas, ils mangèrent et ils burent. 31 Ils se levèrent de bon matin et se prêtèrent serment l’un à l’autre, puis Isaac les laissa partir et ils s’en allèrent de chez lui en paix. 32 Ce jour-là, des serviteurs qui creusaient un puits vinrent trouver Isaac avec cette bonne nouvelle : “Nous avons trouvé de l’eau.” 33 Il appela le puits : Sabé (c’est-à-dire : Serment) (1) ; c’est pour cela que la ville s’est appelée Bersabée (Puits du Serment) jusqu’à ce jour.
 (1) Sibéa, sept. Sur le rapport entre le nombre sept et le serment, ainsi que sur Béerséba, voir 21.31, note.

 
Il y a des analogies frappantes entre ce récit et celui de 21.22-34. Abraham, comme Isaac, traite alliance avec Abimélek et Picol, et l'origine du nom de la ville de Béerséba est rapportée à chaque fois au serment prononcé dans cette circonstance. Il y a cependant des différences marquées entre les deux faits.
 
Les caractères d'Abraham et d'Isaac sont nettement distingués : Abraham, qui n'a été lésé que sur un point de détail (21.25), a une tenue ferme et énergique, tandis qu'Isaac, provoqué de toutes manières, se montre, comme toujours, faible et débonnaire, et ne fait aucune observation (versets 30 et 31).
 
Quant au nom de Béerséba, ni l'un ni l'autre des deux récits n'en fait remonter l'origine à Abraham ou à Isaac ; Isaac donne même un autre nom à son puits, celui de Sibéa. Le nom de Béerséba lui-même n'a été donné à cet endroit que plus tard, au moment où on y construisit une ville, et cela en souvenir des deux alliances qui y avaient été contractées. On comprend facilement qu'un traité puisse se renouveler à différentes époques en un même lieu entre deux tribus voisines.

Autre variante : Ismaël (personnage de la Bible), un des fils d'Abraham, né de l'union de ce patriarche avec Agar, esclave égyptienne qu'il avait prise pour femme de second rang. Après la naissance d'Isaac, il fut, sur la demande de la jalouse Sara, chassé de la maison paternelle ainsi que sa mère; il erra longtemps dans le désert, et se fixa enfin près de Bersabée, à l'extrémité méridionale de la Palestine. Ismaël devint un habile chasseur et un vaillant guerrier. Il épousa une femme égyptienne dont il eut un grand nombre d'enfants; les Arabes la regardent comme le père de leur nation et l'auteur de leur langue. Il vécut 137 ans. (A19).

Autre variante : Abimélech, et le puits qu'il creusa fut appelé le Puits du serment: comment, peut-on demander, cela s'accorde t-il avec la vérité ? Agar, expulsée de la maison d'Abraham, errait, dit l'Ecriture, aux environs du puits du serment; or la construction qui en fut faite par Abraham est rapportée longtemps après, car Abimélech et Abraham jurèrent en cet endroit, et cet événement n'était certainement pas encore arrivé, quand Sara fut chassée avec son fils de la maison d'Abraham. Comment donc errait-elle autour du puits du serment? Faut-il croire que le puits était déjà creusé, et que l'entrevue d'Abraham avec Abimélech est rapportée ensuite sous forme de récapitulation ? Celui qui écrivit le livre longtemps après, n'a-t-il pas appelé du nom de puits du serment, la contrée où errait la mère avec son fils, comme s'il disait : Elle errait dans cette contrée où fut établi le puits du serment ? Ce puits fut construit dans la suite, mais longtemps avant l'époque où vécut l'auteur; et au moment où le livre s'écrivait, le puits s'appelait ainsi, conservant l'antique dénomination qu'il tenait d'Abraham. Cependant, si c'est ce même' puits qu'Agar vit de ses propres yeux, il n'y a plus d'autre moyen de résoudre la question que d'y voir une récapitulation des faits. Et dans le cas où le puits eût été creusé avant l'expulsion d'Agar, on ne doit pas se préoccuper de savoir comment elle ignorait qu'Abraham l'eût établi, car il pourrait très-bien se faire que le puits existât à son insu, pour les troupeaux, loin de la maison qu'Abraham habitait avec les siens. (Source : augustin_heptateuque_locutions_genese)

Autre variante : Jacob était âgé de 77 ans quand il quitta Beershéva. Partout où nos pères allaient(un) le puits (beer) les précédait. Abraham creusa 3 fois et le trouva ;
 
Itshak creusa 4 fois et le trouva. Parce qu'ils le trouvèrent 7 fois Itshak l'appela Shéva (7) voilà pourquoi le nom de la ville est Beershéva.
  Les Juifs tunisiens ont quelques différences, plus ou moins importantes, avec le reste de la diaspora toranique.

  Version coranique. Nous avons vu que le prophète Abraham (sur lui la Paix !) quittera son pays qui l'a vu naître, à la recherche d'un endroit où il pourra vivre sa religion et pratiquer ses adorations en toute sérénité. Partant de Kouthy, d'Irak, avec sa famille, il séjournera un temps à Harrân. Puis, il se dirigera vers l'Egypte. D'Egypte, il reviendra au Châm. Il séjournera au lieu-dit : Le Sept... C'est dit, l'exégète, la parole divine :

   "Et Nous le (Abraham) sauvâmes, et Loth aussi (de Nemrod), vers une terre en quoi Nous avions mis plénitude de bénédiction pour les mondes" (Coran XXI 71).

    Deux prophètes et non un, comme le veut la version biblique, furent sauvés d'un roi tyrannique : Nemrod.
    "vers une terre..."la terre de Châm. C'est l'avis de commentateurs comme Oubayy fils de Ka'b, du père de 'Âliya, de Qatâda et d'autres. Pour sa part, 'Aaoufî a rapporté que selon le fils de 'Abbas, il s'agissait de La Mecque (Makkah), s'appuyant sur le verset : « En vérité, la première Maison (Temple d'adorations) qui ait été désignée aux hommes c'est bien celle de Bakka, bénie, pour la guidée des mondes." (Coran III 96 ; Bible. Ps. 84 6-7). »
    Quant à la terre de Châm, c'est la terre de nombreux Prophètes, martyrs de la foi, gens vertueux, saints, gens de bien. C'est le grenier de l'Arabie. L'agriculture y est prospère. De là, dit-on, partira le signal de la fin des temps.
    Abraham et Loth viendront y installer leur demeure. Jacob quittera, lui, cette terre, avec ses enfants, pour s'installer en Egypte. Plus tard, quand les Fils d'Israël se multiplieront, Mochè, le prophète viendra les sauver pour les ramener en Terre de Châm. Toutefois, pour s'y installer, ils devront faire la 'guerre sainte', mener combat contre un peuple y demeurant. Refusant l'obtempération divine, ils erreront 40 ans dans le Sinaï. A cause de leur désobéissance, ils ne pourront y entrer. Ce sont leurs enfants qui viendront habiter et demeurer au Châm, autour de la Ville sainte de Jérusalem : Iliya ou la Ville de Dieu, de Ïl, ïlohîm.
    Quand Abraham et Loth viendront s'installer au Châm, l'un au lieu-dit "Le Sept", l'autre : Al-moutafakâh,  ils n'auront, à l'inverse du récit biblique, à rencontrer aucun roi, combattre aucune personne. Qu'on en juge : 
 Selon un autre historien, Ibn Athîr : Loth se serait rendu avec Abraham en Egypte. Par peur du Pharaon d'Egypte, Abraham et sa famille quitteront l'Egypte pour Châm. Ils viendront s'installer au lieu-dit : Le Sept (Bible : Bersabée - en hébreu : 
בְּאֶר שֶׁבַע       - puits des sept ; arabe : بِئْرْ اَلْسَبْعْ     Bi'r as-Saba'). Quant à Loth, il vint habiter à Al-moutafakâh, distance entre les deux lieux : un jour et une nuit. Le divin Créateur, Hachem, l'enverra là comme prophète à ces gens aux moeurs dépravées. Au Sept (اَلْسَبْع), Abraham y creusera un puits et y bâtira une Mosquée (Lieu de culte). L'eau du puits avec un bon goût, mais les gens de Bersabée firent du mal à Abraham. Il décida donc de quitter les lieux et d'aller habiter ailleurs... 
 Après le départ d'Abraham et des siens, l'eau du puits commença à diminuer. S'en étant aperçus, les gens de Bersabée partirent à sa recherche et l'invitèrent à revenir. Abraham ne voulut pas revenir. Il se contenta de leur donner 7 chèvres, et leur dit : Quand vous les aurez amenées au puits, l'eau apparaîtra jusqu'à ce qu'elle devienne bonne à boire (comme avant). Buvez-en ! Mais qu'aucune femme en état de menstrues, puise de l'eau... Ils en buvaient, jusqu'au jour où une femme qui avait ses règles, vint puiser de l'eau. L'eau redevint ce qu'elle était avant, et ceci  jusqu'à ce jour...
 Abraham vint résider entre Ramallah (رام الله) et Iliya, un lieu-dit : Qatta ou Qitta. 
 (1) (إلياء), Ville de Dieu (Ïl), un des premiers noms de la ville de Jérusalem. la-tyb : Béthel (Maison-Dieu) : en réalité la localité s'appelle encore Luz (cf. Gn 28:19). Le nom est donné par anticipation (Gen. 12 8).

   Conclusion.

   Les gens de la Bible ne mentionneront pas ce miracle. Le récit biblique est, une fois de plus, un récit tronqué, légendaire, mis en pages par les gens de la Synagogue. Aussi, la Bible ne peut-être, pour nous, source de références. La Bible originelle ayant été censurée, perdue à tout jamais...
    Abraham (sur lui la Paix !) n'est pas n'importe qui. Chaque parole, chaque geste qu'il fait, comptera pour le croyant qui le prendra en exemple. Ne parle-t-on pas de la Norme ou la Tradition abrahamique au sein de la communauté Mohammadienne ? Il est donc important de ne pas tronquer son histoire.



   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

  


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »*
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
17/07/07 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire