Histoire sainte toranique, biblique.

ALLIANCE, ENGAGEMENT, PACTE. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


L’« alliance entre les morceaux » (ברית בין הבתרים).
Ovins, bovins, oiseaux ? Le nombre demandé ?


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite Page 7

« Seigneur ! montre-moi comme Tu revivifies les morts ».

   Pourquoi quatre oiseaux ?

   Selon les commentateurs :

البحث الثاني: أن المقصود من الإحياء والإماتة كان حاصلاً بحيوان واحد، فلم أمر بأخذ أربع حيوانات، وفيه وجهان الأول: أن المعنى فيه أنك سألت واحداً على قدر العبودية وأنا أعطي أربعاً على قدر الربوبية والثاني: أن الطيور الأربعة إشارة إلى الأركان الأربعة التي منها تركيب أبدان الحيوانات والنباتات والإشارة فيه أنك ما لم تفرق بين هذه الطيور الأربعة لا يقدر طير الروح على الارتفاع إلى هواء الربوبية وصفاء عالم القدس. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.

Razi pose ici une question. Le but recherché dans la vie et la mort d’animaux, c’est qu’il se passe avec un seul oiseau. Alors, pourquoi en avoir pris quatre ? Il y a deux sens à cela :
1) Le premier sens, tu as demandé un seul par rapport à ta force d’adorations ; et Moi, Je t’en donne quatre par rapport à la force seigneuriale.
2) Quatre oiseaux pour démontrer que les quatre éléments servent à la formation des corps des animaux, des plantes… Et la démonstration ici est que tant que te ne sépare pas entre quatre oiseaux, l’esprit de l’oiseau ne peut pas s’élever vers l’air seigneurial et le monde de la Sainteté.

   « Place-les ensuite sur chacun des “monts” » (ثُمَّ ٱجْعَلْ عَلَىٰ كُلّ جَبَلٍ مّنْهُنَّ جُزْءاً).

   Décryptage.

   Pour éclairer le prophète Avraham sur la Résurrection, sur sa demande sur la Résurrection des morts, une petite opération manuelle va lui être demandée.

حدثنـي الـمثنى، قال: ثنا مـحمد بن جعفر، قال: ثنا شعبة، عن أبـي حمزة، عن ابن عبـاس: { ثُمَّ ٱجْعَلْ عَلَىٰ كُلّ جَبَلٍ مّنْهُنَّ جُزْءا } قال: اجعلهن فـي أربـاع الدنـيا: ربعاً ههنا، وربعاً ههنا، وربعاً ههنا، وربعاً ههنا، ثم ادعهن يأتـينك سعيا.
حدثنـي مـحمد بن سعد، قال: ثنـي أبـي، قال: ثنـي عمي، قال: ثنـي أبـي، عن أبـيه، عن ابن عبـاس: { ثُمَّ ٱجْعَلْ عَلَىٰ كُلّ جَبَلٍ مّنْهُنَّ جُزْءاً } قال: لـما أوثقهن ذبحهن، ثم جعل علـى كل جبل منهن جزءاً.
حدثنا ابن حميد، قال: ثنا سلـمة، قال: ثنا ابن إسحاق، عن بعض أهل العلـم: أن أهل الكتاب يذكرون أنه أخذ الأطيار الأربعة، ثم قطع كل طير بأربعة أجزاء، ثم عمد إلـى أربعة أجبـال، فجعل علـى كل جبل ربعا من كل طائر، فكان علـى كل جبل ربع من الطاووس، وربع من الديك، وربع من الغراب وربع من الـحمام. * تفسير جامع البيان في تفسير القرآن/ الطبري.
المسألة الأولى: ظاهر قوله { عَلَىٰ كُلّ جَبَلٍ } جميع جبال الدنيا، فذهب مجاهد والضحاك إلى العموم بحسب الإمكان، كأنه قيل: فرقها على كل جبل يمكنك التفرقة عليه، وقال ابن عباس والحسن وقتادة والربيع أربعة جبال على حسب الطيور الأربعة وعلى حسب الجهات الأربعة أيضاً أعني المشرق والمغرب والشمال والجنوب، وقال السدي وابن جريج: سبعة من الجبال لأن المراد كل جبل يشاهده إبراهيم عليه السلام حتى يصح منه دعاء الطير، لأن ذلك لا يتم إلا بالمشاهدة، والجبال التي كان يشاهدها إبراهيم عليه السلام سبعة. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.
وحُكِيَ: أن إبراهيم ذبح الأربعة من الطير، ودق أجسامهن في الهاون لا روحهن، وجعل المختلط من لحومهن عشرة أجزاء على عشرة جبال، ثم جعل مناقيرها بين أصابعه، ثم دعاهن فأتين سعياً، تطاير اللحم إلى اللحم، والجلد إلى الجلد، والريش إلى الريش، فذهب بعض من يتفقه من المفسرين إلى من وصّى بجزء من ماله لرجل أنها وصية بالعُشْر، لأن إبراهيم وضع أجزاء الطير على عشرة جبال. * تفسير النكت والعيون/ الماوردي.

Tabari et Razi (extraits). Puis, le prophète Avraham est invité, par son Seigneur, à placer ensuite les quatre parts de chaque oiseau à chacun des quatre points cardinaux, [l’expression “chacun des monts” désignait “chacun des points cardinaux”]. C’est l’avis de commentateurs comme le fils d’Abbas, Hassan, Qatâdah. Quatre oiseaux = quatre monts.
   Le fils d’Abbas a dit : « Après les avoir attachés puis sacrifiés, Abraham plaça une partie de chaque oiseau sur l’un des “quatre monts”, c’est-à-dire aux quatre points cardinaux.
Pour Moudjâhid et Dahhâq, c’est-à-dire l’ensemble des monts de ce bas monde selon le lieu [de l’évènement]. Comme s’il avait été dit : Disperse-les sur les monts, là où tu peux le faire ! Soddy et le fils de Djaridj : Il s’agit de 7 monts ceci parce que c’est le sens voulu de « chacun des monts » qu’Abraham (عليه السلام) voit [devant lui]. Ainsi, pour que soit permis l’appel aux oiseaux, parce que celui-ci ne peut-être parfait que par la vue. Or le nombre des monts que voyait Abraham devant lui était justement au nombre de sept[5].
Mâwardy : On a rapporté : Abraham… a mélangé le tout en dix parts qu’il a distribué sur dix monts… Et ceux qui sont tombés d’accord d’entre les commentateurs : que si quelqu’un veut léguer une partie de ses biens, à lui une recommandation du dixième d’un tout (وصية بالعُشْر) [6]. Ceci parce qu’Abraham a mis les morceaux d’oiseaux sur dix monts[7].

    Comme vu, le lieu exact où se trouve le prophète n’est pas mentionné. Pour les commentateurs d’avoir des avis différents sur le nombre des monts. Ainsi, la mention chez eux de quatre, sept et dix monts.
   Abraham (عليه السلام) va donc prendre à lui les oiseaux[8], les égorger puis les découper selon l’Ordre demandé, enfin les mélanger. Puis, placer une "part" de ce qu’il a devant lui sur chaque mont en face de lui. Enfin, à lui de les appeler à lui toujours selon l’Ordre de son Seigneur. Qu’on en juge :

حدثنا بشر، قال: ثنا يزيد، قال: ثنا سعيد، عن قتادة: قال: أمر نبـيّ الله أن يأخذ أربعة من الطير فـيذبحهن، ثم يخـلط بـين لـحومهن وريشهن ودمائهن، ثم يجزئهن علـى أربعة أجبل، فذكر لنا أنه شكل علـى أجنـحتهن، وأمسك برؤوسهن بـيده، فجعل العظم يذهب إلـى العظم، والريشة إلـى الريشة، والبَضعة إلـى البضعة، وذلك بعين خـلـيـل الله إبراهيـم صلى الله عليه وسلم. ثم دعاهن فأتـينه سعياً علـى أرجلهن، ويـلقـي كل طير برأسه. وهذا مثل آتاه الله إبراهيـم. يقول: كما بعث هذه الأطيار من هذه الأجبل الأربعة، كذلك يبعث الله الناس يوم القـيامة من أربـاع الأرض ونواحيها.

Qatâdah a dit : « Il a été commandé à Abraham de prendre quatre oiseaux et de les égorger. Ensuite, de mélanger les chairs, les plumes et les sangs. Puis du tout il dut faire quatre parts à placer sur quatre montagnes. Il nous a été mentionné qu’il varia leurs ailes, et tint en ses mains leurs têtes. Alors, les os allèrent vers les os, les plumes vers les plumes, les morceaux déchiquetés vers les morceaux déchiquetés. Et le tout sous l’œil de l’Ami intime de Dieu (صلى الله عليه وسلم). Et lorsqu’il appela ensuite les oiseaux ceux-ci vinrent sur leurs pattes. Et à chaque oiseau de retrouver sa tête. Et c’est cet exemple que Dieu donna à Abraham.
   Qatâdah ajoute : De la même façon que Dieu ressuscita ces oiseaux et les fit revenir des quatre montagnes, Il ressuscitera les hommes au Jour de la Résurrection et rassemblera leurs corps à partir des quatre coins de la terre…

   Une fois cela exécuté :


« …puis, appelle-les ; ils viendront à toi en marchant [sur leurs pattes]. Et sache que Dieu est puissant, sage. » (Coran II 260). (ثُمَّ ٱدْعُهُنَّ يَأْتِينَكَ سَعْياً وَٱعْلَمْ أَنَّ ٱللَّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ).

فقيل له: { فَخُذْ أَرْبَعَةً مِّنَ ٱلطَّيْرِ } قيل: هي الدِّيك والطاووس والحمام والغراب؛ ذكر ذلك ابن إسحاق عن بعض أهل العلم، وقاله مجاهد وابن جُريج وعطاء بن يسار وابن زيد. وقال ابن عباس مكان الغراب الكُرْكِيّ، وعنه أيضاً مكان الحمام النّسر. فأخذ هذه الطير حسب ما أمر وذكّاها ثم قطعها قطعاً صغاراً، وخلط لحوم البعض إلى لحوم البعض مع الدم والريش حتى يكون أعجب، ثم جعل من ذلك المجموع المختلط جزءاً على كل جبل، ووقف هو من حيث يرى تلك الأجزاء وأمسك رؤوس الطير في يده، ثم قال: تعالين بإذن الله، فتطايرت تلك الأجزاء وطار الدم إلى الدم والريش إلى الريش حتى التأمت مثل ما كانت أوّلاً وبقيت بلا رؤوس، ثم كرر النداء فجاءته سَعْياً، أي عَدْواً على أرجلهنّ. ولا يُقال للطائر: «سعى» إذا طار إلاَّ على التمثيل؛ قاله النحاس. * تفسير الجامع لاحكام القرآن/ القرطبي.
قوله تعالى: { ثم ادعهن يأتينك سعياً } قال ابن قتيبة: يقال: عدواً، ويقال: مشياً على أرجلهن، ولا يقال للطير إذا طار: سعى. * تفسير زاد المسير في علم التفسير/ ابن الجوزي.
أما قوله تعالى: { ثُمَّ ٱدْعُهُنَّ يَأْتِينَكَ سَعْيًا } فقيل عدواً ومشياً على أرجلهن، لأن ذلك أبلغ في الحجة، وقيل طيراناً وليس يصح، لأنه لا يقال للطير إذا طار: سعى، ومنهم من أجاب عنه بأن السعي هو الاشتداد في الحركة، فإن كانت الحركة طيراناً فالسعي فيها هو الاشتداد في تلك الحركة. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.
واختلفوا في معنَى السَّعي؛ قال بعضُهم: هو الإسراعُ في المشي. وقال بعضُهم: مَشْياً على أرجُلِهن. والحكمةُ في المشيِ دون الطيرانِ كونهُ أبلغُ في الحجَّةِ وأبعدُ من الشبهة؛ لأنَّها لو طارت لَتَوَهَّمَ مُتَوَهِّمٌ أنَّها غيرُ تلك الطيور، أو أنَّ أرجُلَها غيرُ سليمةٍ. * تفسير التفسير الكبير / للإمام الطبراني.

[Extraits] « …puis, appelle-les ; ils viendront à toi en marchant sur leurs pattes… »
On a dit : Action de courir [pour eux] ou en marchant sur leurs pattes. Et ceci est plus grand dans la demande de preuve. On a dit : voler. Ceci est inexact, car pour l’oiseau on ne dit pas s’il vole : qu’il court – de courir[9] (سعى). (…)  
Imam Tabarâny : Les commentateurs se sont divisés sur le sens à donner à (السَّعي). Certains ont dit : la façon
plus ou moins rapide de se déplacer en marchant. D’autres ont dit : marcher sur leur pattes. (…).

   Autre :

{ ثم ادعهن يأتينك سعياً } وقيل: المراد بالسعي الإسراع والعدو وقيل المشي، والحكمة في سعي الطيور إليه دون الطيران، لأن ذلك أبعد من الشبهة لأنها لو طارت لتوهم متوهم أنها غير تلك الطيور أو أن أرجلها غير سليمة، فنفى الله تعالى هذه الشبهة بقوله: { يأتينك سعياً } وقيل: المراد بالسعي المشي والمراد بالمشي الطيران وفيه ضعف لأنه لا يقال: للطائر إذا طار سعى وقيل السعي هو الحركة الشديدة. * تفسير لباب التأويل في معاني التنزيل/ الخازن.
قوله : " سَعْياً " فيه أوجهٌ، أحدُها: أنه مصدرٌ واقعٌ موقعَ الحالِ من ضميرِ الطير، أي: يأتينك ساعياتٍ، أو ذواتِ سَعْي. والثاني: أن يكونَ حالاً من المخاطبِ، ونُقِل عن الخليلِ ما يُقَوِّي هذا، فإنه رُوِي عنه: " أن المعنى: يأتينك وأنت تسعى سعياً " فعلى هذا يكونُ " سعياً " منصوباً على المصدرِ، وذلك الناصبُ لهذا المصدرِ في محلِ نصبٍ على الحالِ من الكافِ في " يأتينك ". قلت: والذي حَمَلَ الخليلَ - رحمه الله - على هذا التقديرِ انه لا يقال عنده: " سَعَى الطائرُ " فلذلك جَعَل السَّعَيَ من صفاتِ الخليلِ عليه السلام لا من صفةِ الطيورِ. والثالث: أن يكونَ " سَعْياً " منصوباً على نوعِ المصدرِ، لأنه نوعٌ من الإِتيان، إذ هو إتيانٌ بسرعةٍ، فكأنه قيل: يأتينك إتياناً سريعاً. وقال أبو البقاء: " ويجوزُ أن يكونَ مصدراً مؤكِّداً، لأنَّ السعي والإِتيان يتقاربان " ، وهذا فيه نظرٌ؛ لأن المصدرَ المؤكِّد لا يزيدُ معناه على معنى عامِله، إلاَّ أنه تَساهَلَ في العبارةِ. * تفسير الدر المصون/السمين الحلبي.

Khazân : « …puis, appelle-les ; ils viendront à toi en marchant sur leurs pattes…. »
On a dit que le sens voulu par (بالسعي) était la
façon plus ou moins rapide de se déplacer, de se mouvoir (الإسراع) et aussi la façon de se déplacer rapidement d'un endroit à un autre (العدو). On a dit : marcher.
Q. La sagesse dans le fait de marcher au lieu de voler pour les oiseaux. R. Ceci pour éloigner le soupçon. S’ils volaient, une idée fausse [aurait pu traverser la tête du] visionnaire : que ces oiseaux ne sont pas ceux-là ou que leurs pattes sont en mauvais état. Dieu enleva ce doute par Sa parole : « ils viendront à toi en marchant [sur leurs pattes]…. ».
On a dit : Le sens voulu par (بالسعي) est la marche (المشي), la marche des oiseaux. Et en ceci une parole faible, car on ne dit pas pour l’oiseau qui vole court… On a dit : le mouvement vigoureux.
Halaby[10] : J’ai dit : Ce qui a amené l’Ami intime (رحمه الله), à ce sous-entendu, c’est parce qu’on ne dit pas chez lui : (" سَعَى الطائرُ "), l’oiseau court. De ce fait, il a fait de courir un des attributs de l’Ami intime (رحمه الله) et non pas un attribut des oiseaux.

   Traductions en langue française.

   Les traductions de ({ يَأْتِينَكَ سَعْياً }) :
  
Le sieur Du Ryer, sieur de la Garde Malezair (1647).
  
Alcoran : ils viendront promptement à toi…
   Kasimirski : ils viendront à toi…
  
A. Chouraqui[11] : ils viendront vite
  
Blachère : ils viendront à toi à tire d’ailes…
  
D. Masson : appelle-les : ils accourront vers toi en toute hâte…
  
Complexe Fahd : ils viendront à toi en toute hâte…
  
P. Godé : ils viendront en toute hâte vers toi.
  
J.L. Michon :
ils accourront vers toi promptement.
   M. Gloton[12] : ils viendront à toi instantanément.
  
A. Penot : ils viendront à toi à tire d’ailes…
   Dc. Hamidullah : ils viendront à toi à tire d’ailes…

   Les traducteurs traduisent sensiblement tous pareils. Le verbe : (يَأْتِينَكَ) ne semble pas leur poser problème. Le problème est plutôt à rattacher à (سَعْيا) qui est traduit le plus souvent selon une interprétation de l’auteur et non d’après un texte des commentateurs classiques, anciens[13].
   Comme signalé, les oiseaux ne viendront pas à tire d’ailes, en volant. Mais en marchant sur leurs pas comme on dit de l’humain, il est venu à pied à sa maison. Et promptement… car il répond à un appel.
   Dans le récit d’Avraham, le verbe (صُرْهُنَّ) et le verbe (سعى) semblent avoir posé quelques problèmes de traduction pour les traducteurs. Problèmes que nous avons mentionné et développé ci-joint.

   Sa parole (تَعَالَى) : « Et sache que Dieu est puissant, sage. » (قوله : { وَٱعْلَمْ أَنَّ ٱللَّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ }.) (Coran II 260).

   Décryptage.

قَوْلُهُ تَعَالَى: { وَٱعْلَمْ أَنَّ ٱللَّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ }؛ أي غالبٌ على كلِّ شيءٍ لا يَمتنع عليهِ ما يريدُ؛ { حَكِيمٌ } فيما يريدُ لا يفعلُ إلا ما فيهِ حكمةٌ، قال بعضُهم: كانت هذه القصةُ قبلَ أنْ يولَدَ لإبراهيمَ ولدٌ؛ وقبل أن تَنْزِلَ عليه الصُّحفُ، وكان يومئذٍ ابنَ خمسٍ وتسعين سنةً. * تفسير التفسير الكبير / للإمام الطبراني.
ويزعم مقاتل أن هذه القصة جرت لإبراهيم بالشام قبل أن يكون له ولد، وقبل نزول الصحف عليه، وهو ابن خمس وسبعين سنة. * تفسير زاد المسير في علم التفسير/ ابن الجوزي

Imam Tabarâny : Sa parole (تَعَالَى) : « Et sache que Dieu est puissant, sage. » (Coran II 260). Soit : triomphant sur toute chose, et aucune chose ne peut l’empêcher d’exécuter ce qu’Il veut. « Sage » : dans ce qu’Il veut, et Il ne fait rien excepté dans une chose où se trouve une sagesse.
   Certains [des commentateurs] ont dit : Ce récit se passait avec Abraham avant qu’il aille au Châm[14], avant qu’il est un enfant, avant que descende sur lui les feuillets[15] ; et à lui d’être âgée, à cette époque, de soixante quinze ans[16].
Le fils de Djaouzy : Mouqâtil[17] prétend…

    Corruption du texte toranique.

   Nous avons vu le récit toranique présenté par le monde biblique (toranique & évangélique). Nous avons vu et comparé avec la version coranique. Les deux récits ont peu de choses en commun, car le récit toranique est un récit tronqué, arrangé pour satisfaire à une demande des rabbanim. Ceux-ci voulant changer le cours de l’Histoire sainte, se l’accaparer, brouiller les pistes. Voulant coûte que coûte démontré au monde que les Fils d’Israël sont réellement le ‘peuple élu’ et ceci jusqu’à la fin des temps ! Excluant ainsi et d’emblée les Fils d’Ismaël, les Fils d’Hagar, les Fils de Quetoura.

   Preuve du corruption, censure, falsification du texte toranique.

حدثنا ابن حميد، قال: ثنا سلـمة، قال: ثنـي مـحمد بن إسحاق، عن بعض أهل العلـم: أن أهل الكتاب الأول يذكرون أنه أخذ طاوساً، وديكاً، وغرابـاً، وحماماً.
حدثنا ابن حميد، قال: ثنا سلـمة، قال: ثنا ابن إسحاق، عن بعض أهل العلـم: أن أهل الكتاب يذكرون أنه أخذ الأطيار الأربعة، ثم قطع كل طير بأربعة أجزاء، ثم عمد إلـى أربعة أجبـال، فجعل علـى كل جبل ربعا من كل طائر، فكان علـى كل جبل ربع من الطاووس، وربع من الديك، وربع من الغراب وربع من الـحمام.

(…) Mohammad fils d’Ishâq de dire que d’après les Anciens[18] des gens du Livre[19] : qu’ils mentionnaient qu’il (Abraham) prit un paon, un coq, un corbeau et un pigeon.
   Dans une autre variante de lui : D’après certaines gens du Livre : Ils mentionnaient qu’il a pris (Abraham) quatre oiseaux, qu’il les découpa en quatre parts. Ensuite, il se dirigea vers quatre monts et qu’il y déposa sur chacun d’entre eux une part d’entre les oiseaux. Ainsi à chaque mont se trouvait une part du paon, une part du coq, une part du corbeau et une part du pigeon. 

    L’existence, à travers ce témoignage, prouve bien que la Torah actuelle entre les mains des gens de la Synagogue et de la Torah, gens de l’Évangile, est un Livre tronqué par leurs ancêtres. Que les gens de la Synagogue et de la Torah, de nos jours, refusent, eux aussi, de regarder la vérité en face et surtout de dénoncer le crime que commirent leurs ancêtres. Mais après cela qui les croira, continuera à croire en la Bible ? (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !  


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] On a dit que cela avait une liaison avec le corps de l’humain.
[6] Comparer : Torah. Gen.14 :18-20. Là où on a dit qu’Avraham donna à un dénommé Melchisédech : (فَاعْطَاهُ عُشْرا مِنْ كُلِّ شَيْءٍ.), « Et Abram lui donna la dîme de tout le butin. » (20).
[7] Signifie que le récit d’avant avec Melchisédech est aussi un récit tronqué. Le récit d’origine semble avoir une relation avec une légation d’une partie de ses biens comme souligné ci-joint : « que si quelqu’un veut léguer une partie de ses biens, à lui une recommandation du dixième d’un tout. »
   Selon le texte toranique : Avraham offre à Melchisédech, à ce titre, et par là à Dieu lui-même, la dîme de tout le butin. Entendre : suite à une guerre sainte, à une guerre mentionnée dans le texte toranique.
    Rappelons que pour les gens de la Bible (toranique & évangélique) l’impôt légal [ou aumône purificatrice] est obligatoire (Coran XCVIII 5). Il était, dit-on, assez important. De nos jours, il semble ignoré et tombé dans la désuétude. Et les rabbanim de ne plus être à la hauteur pour distinguer cet impôt légal d’autres prélèvements obligatoires où nécessaires. Le droit rabbinique ou talmudique primant, pour eux, sur le droit toranique. Quant aux gens de l’Évangile ayant, sur ordre de Paul, aboli les lois toraniques ; rien est obligatoire ou nécessaire pour eux ! Ainsi, l’impôt légal et d’autres dispositions de la loi toranique sont-ils jugés caducs, abolis non recevables. Et à eux de se tourner vers d’autres droits d’essence humaine et non divin comme le droit romain, le droit grec, etc. Des droits du temps où leurs ancêtres avaient pour eux comme religions le Sabéisme ou le Dualisme. Et à notre époque parler du Droit divin avec le monde biblique (toranique & évangélique) ne fait que croître en eux rébellion, colère, exaspération, mécréance. La plupart d’entre eux étant tombés sous le charme de l’Émancipation, l’existence du divin Créateur et le Droit divin n’ont plus raison d’être ! Et à Lucifer de jubiler !
[8] Le texte toranique ne mentionne pas cela. Et au commentateur toranique Rachi (Gen. 15 10) de dire : Et il ne partagea pas les oiseaux Parce que les peuples du monde sont comparés à des taureaux, à des béliers et à des boucs (Pirqé de Rabi Eli‘èzèr 28), ainsi qu’il est écrit : « des taureaux nombreux m’environnent » (Tehilim 22, 13), « Le bélier que tu as vu, muni des deux cornes, désigne les rois de Médie et de Perse. Le bouc velu, c’est le roi de Grèce » (Daniel 8, 20-21). Tandis qu’Israël est comparé à une jeune colombe, ainsi qu’il est écrit : « ma colombe, nichée dans les fentes du rocher » (Chir hachirim 2, 14). Jacob ben Isaac : Abraham trancha toutes les bêtes, mais il ne fendit pas les oiseaux en deux — ces animaux correspondaient aux idolâtres, qui, tous, disparaîtront de la terre. Israël est comparé aux oiseaux qui ne furent pas tranchés pour montrer qu’il sera éternel. Des rapaces s’abattirent sur les morceaux de viande ; Abraham les pourchassa. Cela prouve que les idolâtres disparaîtront seulement à la venue du Messie. (Op. cit.).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent ! Lors de la ‘descente’ du Messie en Terre de Châm, la descendance des Yéhudim d’alors aura tout loisir de voir qui ‘restera’ et qui ‘partira’.
[9] En arabe, le verbe (سعى) à un sens et un emploi précis pour certains grammairiens. Ce verbe appartient, dirons-nous, à d’autres catégories d’animaux, à l’humain, à d’autres exemples. Le paon, le corbeau, l’aigle peuvent voler, le coq nullement dans un pareil état. A l’appel du prophète Avraham, tous viendront en marchant sur leurs pattes avec les difficultés que cela signifie. N’oublions pas qu’on est (était) en zone montagneuse. Et n’oublions pas, comme vu, que les têtes de ces animaux sont entre les mains d’Avraham (sur lui la Paix !). A ce sujet, nous savons tous que certains oiseaux, exemple du canard, même la tête tranchée continue à bouger, marcher comme si rien n’était. La mort finale, corporelle, semble prendre du temps pour lui…
   Au jour des Comptes, tous les gens sortiront de là où ils furent enterrés, dispersés sur la Terre. Tous les corps seront reconstitués et tous devront se rendre au Lieu du Rassemblement avec les difficultés que l’on connaît. Les Anges de s’occuper de cela. Personne de voler dans les airs vers ce lieu, et ce sera un jour terrible pour chaque être humain, fils d’Adam... Quant aux Prophètes et Messagers divins à leur Seigneur la connaissance exacte en ce jour terrible. Et pas de crainte à avoir également pour les futurs élus du Paradis divin. Et Dieu est plus Savant !
[10] L’auteur donne plusieurs avis sur (السَّعَيَ), ceci selon les avis des grammairiens et des commentateurs.
[11] Orientaliste, hébreu yéhudi.
[12] Prends quatre sorte de volatiles… (Coran II 260). En français, volatiles : Sens Oiseau, terme souvent employé pour désigner les oiseaux de basse-cour (linternaute.com). Un seul de ces quatre mentionnés est un oiseau de basse-cour : le coq. Le terme ‘volatile’ n’est pas mentionné dans le texte coranique.
[13] Se rappeler ici que ce n’est pas un texte de conte, d’un journal, d’une histoire, etc., qu’on traduit. D’où une attention toute particulière pour le traducteur.
[14] Biblique : Canaan. C’est-à-dire : à lui d’être en Irak.
[15] Sur lui descendra des feuillets. V. Coran LXXXVIII 19. Livre perdu par les gens de la Torah. Toutefois, les gens de la Synagogue parle d’un livre attribué à Avraham dénommé Sefer Yetsira (le Livre de la Formation). D'après certaines autorités, Abraham fut l'auteur du Sefer Yetsira (le Livre de la Formation), l'un des ouvrages fondamentaux de la Kabbale. Le Talmud affirme qu’Abraham, Isaac et Jacob avaient tous trois étudié dans les académies de Chem et Eber. Il déclare également que les Patriarches respectaient la Torah dans sa totalité, bien qu'elle n'ait pas encore été donnée. (…) Abraham était pleinement conscient des utilisations magiques et idolâtres qui pourraient être développées à partir de ces mystères. Le Talmud enseigne à ce propos qu’il avait un traité sur l’idolâtrie constitué de 400 chapitres. Il y a également un enseignement du Talmud selon lequel Abraham enseigna les mystères liés aux « noms impurs » aux enfants de ses concubines. Ceci est basé sur le verset : « Et aux fils des concubines qu'avait eues Abraham, il leur fit des présents et il les relégua... vers les pays d’orient » (Genèse 25, 6). Ces présents consistaient en mystères occultes, qui se répandirent dès lors en Extrême-Orient. Il n’est donc pas étonnant de trouver, dans de nombreuses religions orientales, des similitudes avec la Kabbale. Lire la suite…
   Autre : Le Livre d'Abraham est un livre canonique de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours. Le Livre d'Abraham n'est ni canonisé, ni utilisé par la Communauté du Christ, la deuxième plus grande Église issue du mormonisme. (fr.wikipedia.org)
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[16] Rappelons au passage que pour le monde toranique deux dates sont à retenir dans l’Histoire d’Avraham : 1) Il découvre son Créateur à 40 ans. Pour preuve : « Abraham commença a réfléchir jour et nuit : Comment se peut-il que cette étoile tourne toujours, sans que personne ne la dirige ? Et qui la fait tourner ? Il est impossible qu’elle tourne par elle-même. Et il n’avait pas d’enseignant, ni quiconque qui viendrait lui apprendre quelque chose… et à l’âge de quarante ans, Abraham découvrit son Créateur ». (Maimonide, Halachot Avoda Zara.). 2) L’histoire d’Abraham commence à 75 ans, lorsque Dieu lui parle pour la première fois. (lamed.fr)
   Pour les Savants du Monothéisme, tout personne prophète se voit ainsi institué qu’à l’âge de 40 ans révolu.
[17] L’auteur de la parole ci-contre est ici mentionné. La suite est identique.
[18] Ou les premiers… du Livre : la Bible.
[19] Ce genre de texte existait bien à l’origine dans la Torah originelle.



Corbeau à queue courte. Corvus rhipidurus juvénile


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
11/10/14 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire