Histoire sainte toranique, biblique.

ALLIANCE, ENGAGEMENT, PACTE. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


L’« alliance entre les morceaux » (ברית בין הבתרים).
La “bonne nouvelle” à Avraham !


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite Page 3

« Seigneur ! montre-moi comme Tu revivifies les morts ».

    Les commentateurs sont partagés sur les raisons qui amenèrent Abraham à faire cette demande. Exemples :

    Pour l’Imam Razi :

الوجه الرابع: أنه صلى الله عليه وسلم إنما سأل ذلك لقومه وذلك أتباع الأنبياء كانوا يطالبونهم بأشياء تارة باطلة وتارة حقة، كقولهم لموسى عليه السلام: { اجعل لنا إلٰهاً كما لهم آلهة }
[الأعراف:138] فسأل إبراهيم ذلك. والمقصود أن يشاهده فيزول الإنكار عن قلوبهم. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.

Abraham (صلى الله عليه وسلم) demanda ceci pour son peuple. Les suivants des Prophètes avaient pour habitude de leur demander parfois des choses fausses et parfois des choses vraies. A l’instar de leur parole à Mochè[5] (عليه السلام) : « O Mochè, désigne-nous un dieu, comme ces gens-là ont des dieux[6]. » (Coran VII 138).
   Et Abraham de demander cela. Le but recherché : Qu’il en témoigne pour que cesse la négation dans leurs cœurs.

   Il parlera par anticipation, d’évènements à venir. Il avait besoin de savoir ce qui lui revient, lui, le messager de son Seigneur en son temps ; que c’était bien de Lui et non du diable banni.

الوجه السابع: لعله طالع في الصحف التي أنزلها الله تعالى عليه أنه يشرف ولده عيسى بأنه يحيي الموتى بدعائه فطلب ذلك فقيل له { أَوَلَمْ تُؤْمِن قَالَ بَلَىٰ وَلَـٰكِن لّيَطْمَئِنَّ قَلْبِى } على أني لست أقل منزلة في حضرتك من ولدي عيسى.
الوجه العاشر: تقدير الآية أن جميع الخلق يشاهدون الحشر يوم القيامة فأرني ذلك في الدنيا، فقال: أولم تؤمن قال بلى ولكن ليطمئن قلبي على أن خصصتني في الدنيا بمزيد هذا التشريف. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.

Selon l’Imam Razi : 1) Peut-être dans les Feuillets[7] descendus sur lui, de la part de Dieu (تعالى), y a-t-il lu que son fils Ichoua[8] ferai revivre les morts par son invocation[9] ? De ce fait, il demanda ceci. On lui dit : « Est-ce que tu ne crois point ? » — Il dit «  Si ! mais pour que mon cœur soit rasséréné ! ». En ceci, en vérité, que je ne suis pas moindre en degré en Ta présence par rapport à mon fils Ichoua !
2) Sous-entendu du verset : que l’ensemble de l’Univers témoigne du rassemblement le Jour de la Résurrection. Alors, montre-moi ceci dans l’ici-bas. Il (lui) dit : « Est-ce que tu ne crois point ? » — Il dit «  Si ! mais pour que mon cœur soit rasséréné ! ». Que Tu m’as particularisé, moi, dans le bas monde avec en plus [une marque] de cette noblesse.  

   Tabarî :
   Selon les uns, Abraham avait vu une bête dépecée[10] par les fauves et les rapaces[11]. Il demanda alors à son Seigneur comment Il revivifiait cet être bien que ses chairs aient été éparpillées dans l’estomac des oiseaux et des animaux ; il demandait cela afin d’avoir de cette chose [de la revivification] une vision directe qui augmentât sa certitude, cette vision venant alors à s’ajouter à la connaissance qu’il possédait déjà sur cette question par voie d’information. Cet avis est fondé sur les propos de Qatâdah, de Dahhâk et le fils de Djouraidj (…).

   Selon d’autres, cette demande d’Abraham fait suite à la controverse qu’il eut avec Nemrod (نـمروذ).

…Le fils d’Ishâq a dit : « Lorsque se produisirent entre Abraham et son peuple les évènements que Dieu relate dans le chapitre des Prophètes, — d’après ce qu’on rapporte — Nemrod dit à Abraham : As-tu vu ce dieu-là, que tu adores, que tu convies les autres à adorer et dont tu magnifies la Puissance en prétendant qu’elle est supérieure à celle de tout autre, qui est-il ?
   Abraham lui dit : « Mon Seigneur est Celui qui donne la vie et la mort. »[12]
   Nemrod dit : “C’est moi qui donne la vie et la mort” ; il fit venir deux hommes, tua l’un et laissa l’autre en vie. Puis s’adressant à Abraham, il lui dit : “Je fais mourir qui je veux et je laisse vivre qui je veux”.
   Abraham (lui) dit alors : “Dieu fait venir le soleil de l’Orient. Fais-le donc venir de l’Occident”. Nemrod demeura confondu[13].
   Le fils d’Ishâq ajoute : « Puis, voyant cela, Abraham s’adressa à son Seigneur et dit : “Seigneur ! Fais-moi voir comment Tu vivifies les morts !”
   Il (lui) dit : “Est-ce que tu ne crois point[14] ? ”
   Il dit : “Si ! mais pour que mon cœur soit rasséréné !” [15].
   Abraham disait cela sans qu’il y ait de doute (شكّ) de sa part au sujet de Dieu (تعالـى) et de Sa Toute-Puissance (قدرته) mais il a aimé savoir. Alors, il dit : “Si ! mais pour que mon cœur soit rasséréné !”. Soit : De ce qu’il aspire, s’il le connaît…[16] »

حدثنا ابن حميد، قال: ثنا سلـمة، قال: ثنـي مـحمد بن إسحاق، قال: لـما جرى بـين إبراهيـم وبـين قومه ما جرى مـما قصه الله فـي سورة الأنبـياء، قال نـمروذ فـيـما يذكرون لإبراهيـم: أرأيت إلٰهك هذا الذي تعبد وتدعو إلـى عبـادته وتذكر من قدرته التـي تعظمه بها علـى غيره ما هو؟ قال له إبراهيـم: ربـي الذي يحيـي ويـميت. قال نـمروذ: أنا أحيـي وأميت. فقال له إبراهيـم: كيف تـحيـي وتـميت؟ ثم ذكر ما قصّ الله من مـحاجته إياه. قال: فقال إبراهيـم عند ذلك: { رَبّ أَرِنِى كَيْفَ تُحْىِ ٱلْمَوْتَىٰ قَالَ أَوَلَمْ تُؤْمِن قَالَ بَلَىٰ وَلَـٰكِن لّيَطْمَئِنَّ قَلْبِى } من غير شكّ فـي الله تعالـى ذكره ولا فـي قدرته، ولكنه أحبّ أن يعلـم ذلك وتاق إلـيه قلبه، فقال: لـيطمئنّ قلبـي، أي ما تاق إلـيه إذا هو علـمه.

وهذان القولان، أعنـي الأول وهذا الآخر، متقاربـاً الـمعنى فـي أن مسألة إبراهيـم ربه أن يريه كيف يحيـي الـموتـى كانت لـيرى عياناً ما كان عنده من علـم ذلك خبراً. * تفسير جامع البيان في تفسير القرآن/ الطبري.

   Tabari de commenter :

وهذان القولان، أعنـي الأول وهذا الآخر، متقاربـاً الـمعنى فـي أن مسألة إبراهيـم ربه أن يريه كيف يحيـي الـموتـى كانت لـيرى عياناً ما كان عنده من علـم ذلك خبراً. * تفسير جامع البيان في تفسير القرآن/ الطبري.

Ces deux avis, pour moi, sont proches quant au sens. Quant la question d’Abraham posée à son Seigneur pour qu’Il lui fasse voir comment Il ressuscite le mort ; elle était [en fait] pour qu’il voit[17] ce qu’il ne connaissait pas par voie d’information.

L’Imam Razi, lui, de commenter ainsi :

المسألة الأولى: في عامل { إِذْ } قولان قال الزَّجّاج التقدير: اذكر إذ قال إبراهيم، وقال غيره إنه معطوف على قوله { أَلَمْ تَرَ إِلَى ٱلَّذِى حَاجَّ إِبْرٰهِيمَ } ألم تر إذ حاج إبراهيم في ربه، وألم تر إذ قال إبراهيم رب أرني كيف تحيي الموتى.
المسألة الثانية: أنه تعالى لم يسم عزيراً حين قال:
{ أَوْ كَٱلَّذِى مَرَّ عَلَىٰ قَرْيَةٍ }
[البقرة: 259] وسمى هٰهنا إبراهيم مع أن المقصود من البحث في كلتا القصتين شيء واحد، والسبب أن عزيراً لم يحفظ الأدب، بل قال: { أنى يحيي هذه الله بعد موتها } وإبراهيم حفظ الأدب فإنه أثنى على الله أولاً بقوله { رَبّ } ثم دعا حيث قال: { أَرِنِى } وأيضاً أن إبراهيم لما راعى الأدب جعل الإحياء والإماتة في الطيور، وعزيراً لما لم يراع الأدب جعل الإحياء والإماتة في نفسه. * تفسير مفاتيح الغيب ، التفسير الكبير/ الرازي.

Question posée avec (إِذْ) dans le verset. Deux paroles à ce sujet. Selon Zajjâj, le sous-entendu ici serait de dire : Rappelle quand Abraham dit… Selon d’autres : Il est à rattacher plutôt à Sa parole : « N’as-tu pas vu celui qui a engagé une controverse avec Abraham… »… (Coran II 258) et : « Seigneur ! montre-moi comme Tu revivifies les morts » (Coran II 260).
Question seconde : Quand Dieu (تعالى) dit : « Ou [comme] celui qui passa près d’une cité…[18] » (Coran II 259). Le nom d’Ozair[19] ici n’est pas mentionné [expressément] par Lui [dans le verset] à l’inverse d’Abraham. Alors que le but recherché dans les deux récits est le même : La résurrection[20].
La cause : ‘Ozair n’a pas eu de retenue, de politesse (الأدب) [lors de sa demande]. Il dira [plutôt au sujet de la cité] : « Comment Dieu la fera-t-Il revivre après sa mort ? » Alors qu’Abraham, lui, protègera la politesse, les bonnes convenances. Ainsi, en premier, il fit l’éloge de Dieu par sa parole : « Seigneur ! ». Ensuite, il adressa sa prière en disant : « montre-moi ». Également, quand Abraham sut se montrer poli [envers son Seigneur], il remit la vie et la mort des oiseaux [à son Seigneur]. Quant à ‘Ozair, n’ayant formulé aucune politesse dans sa demande, il s’appropriera la vie et la mort [de la cité] à lui-même[21].

   D’autres commentateurs disent ceci :

وقال آخرون: بل كانت مسألته ذلك ربه عند البشارة التـي أتته من الله بأنه اتـخذه خـلـيلاً، فسأل ربه أن يريه عاجلاً من العلامة له علـى ذلك لـيطمئن قلبه بأنه قد اصطفـاه لنفسه خـلـيلاً، ويكون ذلك لـما عنده من الـيقـين مؤيدا.

Cette demande fait suite après que Dieu lui eut fait parvenir la “bonne nouvelle” (bichârah - البشارة), à savoir qu’Il l’avait choisi pour Ami intime (khalîl - خـلـيلاً). Abraham fit alors cette demande rapide, auprès de son Seigneur, de ce signe destiné pour lui le concernant, et afin que son cœur soit rasséréné ; qu’Il l’avait choisi pour Lui-même pour Ami intime (khalîl - خـلـيلاً). Et afin que ceci vienne [aussi] renforcer de ce qu’il avait déjà de certitude…[22]

   On a dit également : 

وقال ابن الأنباري: الخليل: فعيل من الخُلة، والخلّة: المودّة. وقال بعض أهل اللغة: الخليل: المحب، والمحب الذي ليس في محبته نقص ولا خلل، والمعنى: أنه كان يحبُ الله، ويحبهُ الله محبة لا نقص فيها، ولا خلل، ويقال: الخليل: الفقير، فالمعنى: اتخذه فقيراً إِليه ينزل فقره وفاقته به، لا بغيره.
القول في تأويل قوله تعالى: { وَٱتَّخَذَ ٱللَّهُ إِبْرٰهِيمَ خَلِيلاً }.
يعني بذلك جلّ ثناؤه: واتخذ الله إبراهيم وليًّا.
وَللَّهِ مَا فِي ٱلسَّمَٰوَٰتِ وَمَا فِي ٱلأَرْضِ وَكَانَ ٱللَّهُ بِكُلِّ شَيْءٍ مُّحِيطاً
يعني بذلك جلّ ثناؤه: واتخذ الله إبراهيم خليلاً لطاعته ربه، وإخلاصه العبادة له، والمسارعة إلى رضاه ومحبته، لا من حاجة به إليه وإلى خلته، وكيف يحتاج إليه وإلى خلته، وله ما في السموات وما في الأرض من قليل وكثير ملكاً، والمالك الذي إليه حاجة ملكه دون حاجته إليه، فكذلك حاجة إبراهيم إليه، لا حاجته إليه، فيتخذه من أجل حاجته إليه خليلاً، ولكنه اتخذه خليلاً لمسارعته إلى رضاه ومحبته. يقول: فكذلك فسارعوا إلى رضاي ومحبتي لأتخذكم لي أولياء. { وَكَانَ ٱللَّهُ بِكُلّ شَىْء مُّحِيطاً } ولم يزل الله محصياً لكل ما هو فاعله عباده من خير وشرّ، عالماً بذلك، لا يخفى عليه شيء منه، ولا يعزب عنه مثقال ذرّة.] * تفسير جامع البيان في تفسير القرآن/ الطبري.

[Extraits] « Or Dieu prit Abraham pour Ami intime » (Coran IV 125) c’est-à-dire qu’Il le prit pour “waliyy” (Ami).
Dieu, que Son invocation soit exaltée, veut dire ceci : Dieu a pris Abraham pour “khalîl” parce que celui-ci obéissait à son Seigneur, L’adorait en Lui rendant un “culte pur et sincère” et s’attachait promptement à ne faire que ce qui Le satisfait et qu’Il aime, et non pas parce qu’Il aurait eu besoin de lui et de son “amitié intime” (khoullah[23]) ; et comment donc pourrait-Il avoir besoin de cette amitié alors que c’est Lui  qu’« appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre », en tant que “royaume entièrement en sa possession[24]” (moulk) ; or le “roi” [véritable] est celui dont les sujets ont besoin alors que lui n’a besoin d’aucun d’eux. Il en est de même pour Abraham : celui-ci avait besoin de Dieu mais Dieu n’avait aucunement besoin de lui, en sorte que c’eût été à cause de ce besoin qu’Il le prit pour “khalîl”. Dieu le prit donc pour “Ami intime” pour sa promptitude à Son agrément et à Son amour[25] et, dans ce passage, Dieu nous dit [en quelque sorte] : hâtez-vous promptement de faire ce qui Me satisfait et que J’aime afin que Je vous prenne vous aussi pour Mes “Amis” (Coran IV 126).

   Nous savons tous que les gens de la Bible se voient et aiment se présenter comme les "bien-aimés", les "fils" de leur Divinité ; à notre époque, le "peuple élu"[26] à l’exclusion de tous les peuples et nations sur la Planète terre ; prétendant, pour certains, jusqu’à avoir même une "parcelle" de la Divinité en eux, devenir "comme" leur Créateur[27]… Rien ne manque donc à leur panoplie. Nous remarquons toutefois, et au passage, qu’aucun d’entre eux se réclame de la religion d’Avraham (sur lui la Paix !) et la pratique. Pourquoi ? Donnant des Semblables à Lui, des Associés et Égaux dans Son Essence, comment peuvent-ils après cela se réclamer de la Religion divine, de Ses prophètes et messagers ? Du vrai culte divin ?
   Pour se réclamer d’Avraham, de l’intimité divine, il y a des clauses à respecter à la lettre. Elles se trouvent notamment dans ces paroles : Avraham obéissait à son Seigneur, L’adorait en Lui rendant un “culte pur et sincère” et s’attachait promptement à ne faire que ce qui Le satisfait et qu’Il aime, et non pas parce qu’Il aurait eu besoin de lui et de son “amitié intime”… Question : Les gens de la Bible (toranique & évangélique) respectent-ils cela à la lettre ?
   Un enseignement donc pour chaque Croyant soumis pour que son Seigneur le prenne pour “Ami”[28]. Et loin de lui d’utiliser les termes bibliques, leurs références et croyances. (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Moïse-Moussa.
[6] Fait inconnu de la Bible, de la Torah. Demande faite sur le parcours les emmenant au Sinaï.
   D. Masson (note) : D’après l’Exode (32 1) cette demande fut adressée plus tard à Aaron en l’absence de Moïse (cf. Coran II 51).
[7] V. Coran LXXXVII 19. Fait généralement inconnu des gens de la Bible (toranique & évangélique). A eux d’évoquer plutôt un livre du nom : livre de la création (Sefer Yetsira).
[8] Issa-Jésus. Avraham étant considéré comme le Père des Prophètes. Bien que n’ayant pas eu de père charnel légal, biologique ; il devient fils, au sens figuré, par sa mère, laquelle était une fille des Fils d’Israël. Une vierge, une sainte, une chaste, une véridique (Coran V 75 ; XXI 91).
[9] V. Coran  III 49, etc. Il parle ainsi par anticipation d’évènements avenir au sein des Fils d’Israël, de ses descendants, partie de sa descendance. N’allaient-ils pas tomber dans la Mécréance et l’Associationnisme ? N’ont-ils pas mécru en ce miracle du sceau des Prophètes d’Israël (sur eux la Paix !) quand celui-ci se présenta à eux (Coran LXI 6) ? N’ont-ils pas dit qu’il a abusé du Tétragramme et des Fils d’Israël en son temps… ? Qu’il était un sorcier fils d’une sorcière, un bâtard fils d’une bâtarde (Coran XIX 28 ; LXI 6) ?
   Quant aux gens de l’Évangile, ils ont cru en ce miracle, certes, mais verront en fait et — en Christ — que Dieu est Lui-même l’exécutant !? S’alignant pour cela sur l’enseignement laissé de leur vénéré maître Paul, agent du monde toranique de l’époque. Pour lui, n’était-il pas dieu fait homme, co-créateur et consubstantiel à Lui ? Ils oublièrent : 1) que le Messie fera tous ses miracles uniquement et après la permission de son Créateur (Coran III 49, etc.). Donc, il n’est pas un dieu, Dieu Lui-même, de filiation divine. 2) L’Auteur principal de ce miracle sublime est le divin Créateur qui le réalisera par la main de Son prophète et messager, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Rien de plus, rien de moins ! Ceci, le monde biblique (toranique & évangélique) ne le comprendra pas sauf un petit nombre.
[10] Parmi les paroles, on a dit un âne.
[11] Comparer : Gen. 15 11.
[12] Le fils d’Ishâq rappelle ensuite ce que Dieu a dit au sujet de la controverse avec Nemrod [après que Nemrod eut laissé l’un des deux hommes en vie et qu’il eut fait tuer l’autre, Abraham lui répliqua comme cela a été dit].
   Nous l’avons rappelé ici d’après Qatâdah pour compléter le récit.
[13] V. Coran II 258. Fait inconnu de la Torah. On retrouve toutefois ce récit, d’une certaine façon, dans les commentaires des rabbanim. Inconnu du monde de l’Évangile.
[14] Que Je suis Capable d’une telle chose ?
[15] Coran II 260.
[16] Ce qui était un objet de méditation pour son cœur.
[17] Voir avec l’explication ici des termes “n’as-tu pas vu”, ci-joint.
[18] C’est-à-dire le Qoûds, Kedesha, Jérusalem.
[19] Biblique : Esdras. Les avis divergent au nom correspondant à donner à ce personnage coranique. Fait inconnu du texte toranique. Pourtant il est d’une importance capitale pour le « retour » des Fils d’Israël de Babylonie (Irak), après la destruction du premier Temple. Il sera le seul à posséder la Torah en son cœur, la connaître par coeur. Ainsi, quand celui-ci la récitera devant son peuple, leur étonnement fera qu’il verra en lui un être surhumain : un fils de Dieu au même titre que le fils de Marie (Coran IX 30) !
[20] Ce que n’exprime pas le texte toranique.
[21] Quand une personne s’adresse à son Seigneur, la moindre des choses c’est justement de faire preuve d’une très grande politesse, d’être poli, notent les Savants. De trouver les paroles qu’il faut. Et dans ce domaine, le prophète Abraham (sur lui la Paix !) d’être notre exemple par excellence.
[22] C’est justement ce qu’il manque le plus pour les gens de la Bible (toranique & évangélique).
[23] Implique une interpénétration affective des deux "khalîl", des deux “amis intimes” (cette notion est exprimée notamment par le verbe “takhallala”, de la même racine : entrer dans l’intérieur, pénétrer une chose en s’y mêlant intimement).
   Deux “amis intimes” : deux amis inséparables, insécables (qui ne peut être coupé), soudés.
   P. Godé : Il est bien évident que dans ce contexte, la disproportion incommensurable entre le "khalîl", d’Abraham qu’est Dieu, et le "khâlîl" de Dieu qu’est Abraham, évoque en réalité le haut degré d’effacement de l’“être” d’Abraham devant l’Être divin, sa pénétration spirituelle intense et totale dans les mystères divins, son imprégnation parfaite de la Grâce élective que Dieu lui accorda à la suite de son accès à la connaissance suprême de la pure Unicité divine (Cf. Coran 6, 74 à 79) et la rectitude de toute son action dans sa juste conformité et mise en œuvre de cette connaissance, en harmonie avec la Grâce.
[24] Que le royaume soit grand ou petit.
[25] On sait tous l’importance que les gens de l’Évangile accordent à cette parole : "Dieu est amour" ! Et le sceau des Écritures, le Coran de leur répondre : « Dis(-leur) : “Si vous avez toujours aimé Dieu, suivez-moi. Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés ; et Dieu est pardonneur, miséricordieux…” ». Coran III 31.
[26] V. Coran V 18.
[27] A l’instar de la secte des gens de la Kabbale, gens du Yéhudisme. Ils suivent ainsi les gens du Sabéisme d’antan et leurs sectes.
[28] Ce terme « Ami » est pris d’un des Noms divins : le Wâly (
الوالي). Quant aux gens de la Bible, gens de langue arabe ; ils rattachent le même mot « Saint » à un autre Nom divin : le Qouddous (القدوس).


 
L'animal qui a égaré et fit tomber les Fils d'Israël.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
11/10/14 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire