Histoire sainte toranique, biblique.

ALLIANCE, ENGAGEMENT, PACTE. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


L’« alliance entre les morceaux » (ברית בין הבתרים).


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

    Nous savons tous que les gens de la Synagogue et de la Torah aspirent tous  à un État englobant la Terre sainte, Canaan, l’Irak jusqu’à l’Euphrate. Pour cela, on se réfère à la Torah, à des paroles empruntées, çà et là, au prophète Avraham (sur lui la Paix !).

   Nous savons tous que pour le monde biblique deux choses vont de pair et compte pour eux : La semence d’Abraham et le pays qui sont indissolublement liés ensemble. Et aux gens de la Synagogue et de la Torah de revendiquer des droits inaliénables sur ces terres dites bibliques[5], des Fils d’Israël, des Patriarches.  

   Le pays à hériter.

     Pour cela, et selon une Alliance nouvelle pour Avraham : L’« alliance entre les morceaux » (ברית בין הבתרים), Brit bein habetarim. Ainsi, et selon le texte toranique, ce qui suit[6] :

Français

Hébreu

1 Après ces faits, la parole du Seigneur se fit entendre à Abram, dans une vision, en ces termes: "Ne crains point, Abram: je suis un bouclier pour toi; ta récompense sera très grande" 2 Abram répondit: "Dieu-Éternel, que me donnerais-tu, alors que je m'en vais sans postérité et que le fils adoptif de ma maison est un Damascénien, Eliézer?" 3 "Certes, disait Abram, tu ne m’as pas donné de postérité, et l’enfant de ma maison sera mon héritier." 4 Mais voici que la parole de l’Éternel vint à lui, disant: "Celui-ci n'héritera pas de toi; c'est bien un homme issu de tes entrailles qui sera ton héritier." 5 Il le fit sortir en plein air, et dit: "Regarde le ciel et compte les étoiles: peux-tu en supputer le nombre? Ainsi reprit-il, sera ta descendance." 6 Et il eut foi en l’Éternel, et l’Éternel lui en fit un mérite. 7 Et il lui dit: "Je suis l’Éternel, qui t’ai tiré d’Our-Kasdim, pour te donner ce pays en possession." 8 Il répondit: "Dieu-Éternel, comment saurai-je que j’en suis possesseur?" 9 Il lui dit: "Prépare-moi une génisse âgée de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et une jeune colombe." 10 Abram prit tous ces animaux, divisa chacun par le milieu, et disposa chaque moitié en regard de l’autre; mais il ne divisa point les oiseaux. 11 Les oiseaux de proie s’abattirent sur les corps; Abram les mit en fuite. 12 Le soleil étant sur son déclin, une torpeur s’empara d’Abram: tandis qu’une angoisse sombre profonde pesait sur lui. 13 Dieu dit à Abram: "Sache-le bien, ta postérité séjournera sur une terre étrangère, où elle sera asservie et opprimée, durant quatre cents ans. 14 Mais, à son tour, la nation qu’ils serviront sera jugée par moi; et alors ils la quitteront avec de grandes richesses. 15 Pour toi, tu rejoindras paisiblement tes pères; tu seras enterré après une vieillesse heureuse. 16 Mais la quatrième génération reviendra ici, parce qu’alors seulement la perversité de l’Amorréen sera complète." 17 Cependant le soleil s’était couché, et l’obscurité régnait: voici qu’un tourbillon de fumée et un sillon de feu passèrent entre ces chairs dépecées. 18 Ce jour-là, l’Éternel conclut avec Abram un pacte, en disant: "J’ai octroyé à ta race ce territoire, depuis le torrent d’Egypte jusqu’au grand fleuve, le fleuve d’Euphrate: 19 le Kénéen, le Kenizzéen, le Kadmonéen; 20 le Héthéen, le Phérézéen, les Rephaim; 21 l’Amorréen, le Cananéen, le Ghirgachéen et le Jébuséeen."

א אַחַר הַדְּבָרִים הָאֵלֶּה, הָיָה דְבַר-יְהוָה אֶל-אַבְרָם, בַּמַּחֲזֶה, לֵאמֹר: אַל-תִּירָא אַבְרָם, אָנֹכִי מָגֵן לָךְ--שְׂכָרְךָ, הַרְבֵּה מְאֹד. ב וַיֹּאמֶר אַבְרָם, אֲדֹנָי יְהוִה מַה-תִּתֶּן-לִי, וְאָנֹכִי, הוֹלֵךְ עֲרִירִי; וּבֶן-מֶשֶׁק בֵּיתִי, הוּא דַּמֶּשֶׂק אֱלִיעֶזֶר. ג וַיֹּאמֶר אַבְרָם--הֵן לִי, לֹא נָתַתָּה זָרַע; וְהִנֵּה בֶן-בֵּיתִי, יוֹרֵשׁ אֹתִי. ד וְהִנֵּה דְבַר-יְהוָה אֵלָיו לֵאמֹר, לֹא יִירָשְׁךָ זֶה: כִּי-אִם אֲשֶׁר יֵצֵא מִמֵּעֶיךָ, הוּא יִירָשֶׁךָ. ה וַיּוֹצֵא אֹתוֹ הַחוּצָה, וַיֹּאמֶר הַבֶּט-נָא הַשָּׁמַיְמָה וּסְפֹר הַכּוֹכָבִים--אִם-תּוּכַל, לִסְפֹּר אֹתָם; וַיֹּאמֶר לוֹ, כֹּה יִהְיֶה זַרְעֶךָ. ו וְהֶאֱמִן, בַּיהוָה; וַיַּחְשְׁבֶהָ לּוֹ, צְדָקָה. ז וַיֹּאמֶר, אֵלָיו: אֲנִי יְהוָה, אֲשֶׁר הוֹצֵאתִיךָ מֵאוּר כַּשְׂדִּים--לָתֶת לְךָ אֶת-הָאָרֶץ הַזֹּאת, לְרִשְׁתָּהּ. ח וַיֹּאמַר: אֲדֹנָי יְהוִה, בַּמָּה אֵדַע כִּי אִירָשֶׁנָּה. ט וַיֹּאמֶר אֵלָיו, קְחָה לִי עֶגְלָה מְשֻׁלֶּשֶׁת, וְעֵז מְשֻׁלֶּשֶׁת, וְאַיִל מְשֻׁלָּשׁ; וְתֹר, וְגוֹזָל. י וַיִּקַּח-לוֹ אֶת-כָּל-אֵלֶּה, וַיְבַתֵּר אֹתָם בַּתָּוֶךְ, וַיִּתֵּן אִישׁ-בִּתְרוֹ, לִקְרַאת רֵעֵהוּ; וְאֶת-הַצִּפֹּר, לֹא בָתָר. יא וַיֵּרֶד הָעַיִט, עַל-הַפְּגָרִים; וַיַּשֵּׁב אֹתָם, אַבְרָם. יב וַיְהִי הַשֶּׁמֶשׁ לָבוֹא, וְתַרְדֵּמָה נָפְלָה עַל-אַבְרָם; וְהִנֵּה אֵימָה חֲשֵׁכָה גְדֹלָה, נֹפֶלֶת עָלָיו. יג וַיֹּאמֶר לְאַבְרָם, יָדֹעַ תֵּדַע כִּי-גֵר יִהְיֶה זַרְעֲךָ בְּאֶרֶץ לֹא לָהֶם, וַעֲבָדוּם, וְעִנּוּ אֹתָם--אַרְבַּע מֵאוֹת, שָׁנָה. יד וְגַם אֶת-הַגּוֹי אֲשֶׁר יַעֲבֹדוּ, דָּן אָנֹכִי; וְאַחֲרֵי-כֵן יֵצְאוּ, בִּרְכֻשׁ גָּדוֹל. טו וְאַתָּה תָּבוֹא אֶל-אֲבֹתֶיךָ, בְּשָׁלוֹם: תִּקָּבֵר, בְּשֵׂיבָה טוֹבָה. טז וְדוֹר רְבִיעִי, יָשׁוּבוּ הֵנָּה: כִּי לֹא-שָׁלֵם עֲוֹן הָאֱמֹרִי, עַד-הֵנָּה. יז וַיְהִי הַשֶּׁמֶשׁ בָּאָה, וַעֲלָטָה הָיָה; וְהִנֵּה תַנּוּר עָשָׁן, וְלַפִּיד אֵשׁ, אֲשֶׁר עָבַר, בֵּין הַגְּזָרִים הָאֵלֶּה. יח בַּיּוֹם הַהוּא, כָּרַת יְהוָה אֶת-אַבְרָם--בְּרִית לֵאמֹר: לְזַרְעֲךָ, נָתַתִּי אֶת-הָאָרֶץ הַזֹּאת, מִנְּהַר מִצְרַיִם, עַד-הַנָּהָר הַגָּדֹל נְהַר-פְּרָת. יט אֶת-הַקֵּינִי, וְאֶת-הַקְּנִזִּי, וְאֵת, הַקַּדְמֹנִי. כ וְאֶת-הַחִתִּי וְאֶת-הַפְּרִזִּי, וְאֶת-הָרְפָאִים. כא וְאֶת-הָאֱמֹרִי, וְאֶת-הַכְּנַעֲנִי, וְאֶת-הַגִּרְגָּשִׁי, וְאֶת-הַיְבוּסִי. {ס}

   

ﺗﻜﻮﻳﻦ 15 Arabic (

 1  وَبَعْدَ هَذِهِ الأُمُورِ قَالَ الرَّبُّ لأَبْرَامَ فِي الرُّؤْيَا: «لاَ تَخَفْ يَاأَبْرَامُ. أَنَا تُرْسٌ لَكَ. وَأَجْرُكَ عَظِيمٌ جِدّاً».
 2 فَقَالَ أَبْرَامُ: «أَيُّهَا السَّيِّدُ الرَّبُّ أَيُّ خَيْرٍ فِي مَا تُعْطِينِي وَأَنَا مِنْ غَيْرِ عَقِبٍ وَوَارِثُ بَيْتِي هُوَ أَلِيعَازَرُ الدِّمَشْقِيُّ؟»
 3 وَقَالَ أَبْرَامُ أَيْضاً: «إِنَّكَ لَمْ تُعْطِنِي نَسْلاً، وَهَا هُوَ عَبْدٌ مَوْلُودٌ فِي بَيْتِي يَكُونُ وَارِثِي»
 4 فَأَجَابَهُ الرَّبُّ: «لَنْ يَكُونَ هَذَا لَكَ وَرِيثاً، بَلِ الَّذِي يَخْرُجُ مِنْ صُلْبِكَ يَكُونُ وَرِيثَكَ».
 5 وَأَخْرَ جَهُ الرَّبُّ إِلَى الْخَارِجِ وَقَالَ: «انْظُرْ إِلَى السَّمَاءِ وَعُدَّ النُّجُومَ إِنِ اسْتَطَعْتَ ذَلِكَ». ثُمَّ قَالَ لَهُ: «هَكَذَا يَكُونُ نَسْلُكَ».
 6 فَآمَنَ بِالرَّبِّ فَحَسَبَهُ لَهُ بِرّاً،
 7 وَقَالَ لَهُ: «أَنَا هُوَ الرَّبُّ الَّذِي أَتَي بِكَ مِنْ أُورِ الْكَلْدَانِيِّينَ لأُعْطِيَكَ هَذِهِ الأَرْضَ مِيرَاثاً».
 8 فَسَأَلَ: «كَيْفَ أَعْلَمُ أَنِّي أَرِثُهَا؟»
 9 فَأَجَابَهُ الرَّبُّ: «خُذْ لِي عِجْلَةً وَعَنْزَةً وَكَبْشاً، عُمْرُ كُلٍّ مِنْهَا ثَلاَثُ سَنَوَاتٍ، وَيَمَامَةً وَحَمَامَةً».
 10 فَأَخَذَ هَذِهِ كُلَّهَا وَشَقَّ الْبَهَائِمَ مِنَ الْوَسَطِ إِلَى شَطْرَيْنِ، وَجَعَلَ كُلَّ شَطْرٍ مِنْهَا مُقَابِلَ الشَّطْرِ الآخَرِ. أَمَّا الطَّيْرُ فَلَمْ يَشْطُرْهُ.
 11 وَعِنْدَمَا أَخَذَتِ الطُّيُورُ الْجَارِحَةُ تَنْقَضُّ عَلَى الْجُثَثِ زَجَرَهَا أَبْرَامُ.
 12 وَلَمَّا مَالَتِ الشَّمْسُ إِلَى الْمَغِيبِ غَرِقَ أَبْرَامُ فِي نَوْمٍ عَمِيقٍ، وَإِذَا بِظُلْمَةٍ مُخِيفَةٍ وَمُتَكَاثِفَةٍ تَكْتَنِفُهُ. 
13 فَقَالَ لَهُ الرَّبُّ: «تَيَقَّنْ أَنَّ نَسْلَكَ سَيَتَغَرَّبُ فِي أَرْضٍ لَيْسَتْ لَهُمْ، فَيَسْتَعْبِدُهُمْ أَهْلُهَا وَيُذِلُّونَهُمْ أَرْبَعَ مِئَةِ سَنَةٍ.
 14 وَلَكِنَّنِي سَأَدِينُ تِلْكَ الأُمَّةَ الَّتِي اسْتَعْبَدَتْهُمْ، ثُمَّ بَعْدَ ذَلِكَ يَخْرُجُونَ بِأَمْوَالٍ طَائِلَةٍ.
15 أَمَّا أَنْتَ فَسَتَمُوتُ بِسَلاَمٍ وَتُدْفَنُ بِشَيْبَةٍ صَالِحَةٍ.
 16 أَمَّا هُمْ فَسَيَرْجِعُونَ بَعْدَ أَرْبَعَةِ أَجْيَالٍ إِلَى هُنَا، لأَنَّ إِثْمَ الأَمُورِيِّينَ لَمْ يَكْتَمِلْ بَعْدُ».
 17 وَعِنْدَمَا غَرَبَتِ الشَّمْسُ وَخَيَّمَ الظَّلاَمُ (ظَهَرَ) تَنُّورُ دُخَانٍ وَمِشْعَلُ نَارٍ يَجْتَازُ بَيْنَ تِلْكَ الْقِطَعِ.
 18 فِي ذَلِكَ الْيَوْمِ عَقَدَ اللهُ مِيثَاقاً مَعْ أَبْرَامَ قَائِلاً: «سَأُعْطِي نَسْلَكَ هَذِهِ الأَرْضَ مِنْ وَادِي الْعَرِيشِ إِلَى النَّهْرِ الْكَبِيرِ، نَهْرِ الْفُرَاتِ.
 19 أَرْضَ الْقَيْنِيِّينَ وَالْقَنِزِّيِّينَ، وَالْقَدْمُونِيِّينَ
 20 وَالْحِثِّيِّينَ وَالْفَرِزِّيِّينَ وَالرَّفَائِيِّينَ
 21 وَالأَمُورِيِّينَ وَالْكَنْعَانِيِّينَ وَالْجِرْجَاشِيِّينَ وَالْيَبُوسِيِّينَ».

تكوين 15

1 بعد هذه الامور صار كلام الرب الى ابرام في الرؤيا قائلا . لا تخف يا ابرام . انا ترس لك . اجرك كثير جدا .
2 فقال ابرام ايها السيد الرب ماذا تعطيني وانا ماض عقيما ومالك بيتي هو أليعازر الدمشقي .
3 وقال ابرام ايضا انك لم تعطني نسلا وهوذا ابن بيتي وارث لي .
4 فاذا كلام الرب اليه قائلا . لا يرثك هذا . بل الذي يخرج من احشائك هو يرثك .
5 ثم اخرجه الى خارج وقال انظر الى السماء وعدّ النجوم ان استطعت ان تعدّها . وقال له هكذا يكون نسلك .
6 فآمن بالرب فحسبه له برا .
7 وقال له انا الرب الذي اخرجك من أور الكلدانيين ليعطيك هذه الارض لترثها .
8 فقال ايها السيد الرب بماذا اعلم اني ارثها .
9 فقال له خذ لي عجلة ثلثية وعنزة ثلثية وكبشا ثلثيا ويمامة وحمامة .
10 فأخذ هذه كلها وشقها من الوسط وجعل شق كل واحد مقابل صاحبه . واما الطير فلم يشقه .
C
11 فنزلت الجوارح على الجثث وكان ابرام يزجرها .
12 ولما صارت الشمس الى المغيب وقع على ابرام سبات . واذا رعبة مظلمة عظيمة واقعة عليه .
13 فقال لابرام اعلم يقينا ان نسلك سيكون غريبا في ارض ليست لهم ويستعبدون لهم . فيذلونهم اربع مئة سنة .
14 ثم الامة التي يستعبدون لها انا ادينها . وبعد ذلك يخرجون باملاك جزيلة .
15 واما انت فتمضي الى آبائك بسلام وتدفن بشيبة صالحة .
16 وفي الجيل الرابع يرجعون الى ههنا . لان ذنب الاموريين ليس الى الآن كاملا .
17 ثم غابت الشمس فصارت العتمة . واذا تنور دخان ومصباح نار يجوز بين تلك القطع .
18 في ذلك اليوم قطع الرب مع ابرام ميثاقا قائلا . لنسلك اعطي هذه الارض من نهر مصر الى النهر الكبير نهر الفرات .
19 القينيين والقنزّيين والقدمونيين .
20 والحثّيين والفرزّيين والرفائيين .
21 والأموريين والكنعانيين والجرجاشيين واليبوسيين .

1 Après ces choses, la parole de l'Éternel fut adressée à Abram en vision, disant : Ne crains point, Abram ; je suis ton bouclier ; ta récompense sera très grande.
2 Et Abram dit : Seigneur Eternel, que me donneras-tu ? Je passe ma vie sans enfants, et l'héritier de ma maison est Dammések Eliézer.
3 Et Abram dit : Vois, tu ne m'as pas donné de postérité, et voici un homme attaché à ma maison sera mon héritier[7].
4 Et voici, la parole de l'Éternel lui fut adressée en ces termes : Celui-ci ne sera pas ton héritier, mais celui qui sortira de tes entrailles sera ton héritier[8].
5 Et il le mena dehors et dit : Regarde vers le ciel et compte les étoiles, si tu peux les compter. Et il lui dit : Ainsi sera ta postérité[9].
6 Et Abram eut foi en l'Éternel, et l'Éternel le lui imputa à justice[10].
7 Et il lui dit : Je suis l'Éternel qui t'ai fait sortir d'Ur des Chaldéens afin de te donner ce pays pour le posséder.
8 Et il dit : Seigneur Eternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai ?
9 Et il lui dit : Va me prendre une génisse de trois ans, une chèvre de trois ans, un bélier de trois ans, une tourterelle et un jeune pigeon.
10 Et il lui amena tous ces animaux et les partagea par le milieu, et il mit chaque moitié vis-à-vis de l'autre ; et il ne partagea pas les oiseaux.
11 Et les oiseaux de proie fondirent sur les bêtes mortes, et Abram les chassa[11].
12 Et comme le soleil allait se coucher, un profond sommeil tomba sur Abram, et voici une terreur, une obscurité profonde, tomba sur lui.
13 Et il dit à Abram : Sache bien que ta postérité sera étrangère dans un pays qui ne sera pas à eux ; ils y seront en servitude et on les opprimera pendant quatre cents ans[12].
14 Et je jugerai à son tour la nation à laquelle ils auront été asservis, et ensuite ils sortiront avec de grands biens[13].
15 Et toi, tu t'en iras en paix vers tes pères ; tu seras enseveli dans une heureuse vieillesse[14].
16 Et à la quatrième génération ils reviendront ici, car jusqu'à présent l'iniquité de l'Amorrhéen n'est pas à son comble[15].
17 Et lorsque le soleil fut couché et que la nuit fut venue, voici une fournaise fumante et un brandon de feu passaient entre ces animaux partagés.
18 En ce jour-là, l'Éternel traita alliance avec Abram en ces termes : Je donne à ta postérité ce pays, depuis le fleuve d'Egypte jusqu'au grand fleuve, au fleuve d'Euphrate :
19 le pays du Kénien, du Kénizien, du Kadmonien,
20 du Héthien, du Phérézien, des Réphaïm, de l'Amorrhéen, du Cananéen, du Guirgasien et du Jébusien[16].

بَعْدَ هَذِهِ الامُورِ صَارَ كَلامُ الرَّبِّ الَى ابْرَامَ فِي الرُّؤْيَا: «لا تَخَفْ يَا ابْرَامُ. انَا تُرْسٌ لَكَ. اجْرُكَ كَثِيرٌ جِدّا». فَقَالَ ابْرَامُ: «ايُّهَا السَّيِّدُ الرَّبُّ مَاذَا تُعْطِينِي وَانَا مَاضٍ عَقِيما وَمَالِكُ بَيْتِي هُوَ الِيعَازَرُ الدِّمَشْقِيُّ؟» وَقَالَ ابْرَامُ ايْضا: «انَّكَ لَمْ تُعْطِنِي نَسْلا وَهُوَذَا ابْنُ بَيْتِي وَارِثٌ لِي». فَاذَا كَلامُ الرَّبِّ الَيْهِ: «لا يَرِثُكَ هَذَا. بَلِ الَّذِي يَخْرُجُ مِنْ احْشَائِكَ هُوَ يَرِثُكَ». ثُمَّ اخْرَجَهُ الَى خَارِجٍ وَقَالَ: «انْظُرْ الَى السَّمَاءِ وَعُدَّ النُّجُومَ انِ اسْتَطَعْتَ انْ تَعُدَّهَا». وَقَالَ لَهُ: «هَكَذَا يَكُونُ نَسْلُكَ». فَامَنَ بِالرَّبِّ فَحَسِبَهُ لَهُ بِرّا. وَقَالَ لَهُ: «انَا الرَّبُّ الَّذِي اخْرَجَكَ مِنْ اورِ الْكِلْدَانِيِّينَ لِيُعْطِيَكَ هَذِهِ الارْضَ لِتَرِثَهَا». فَقَالَ: «ايُّهَا السَّيِّدُ الرَّبُّ بِمَاذَا اعْلَمُ انِّي ارِثُهَا؟» فَقَالَ لَهُ: «خُذْ لِي عِجْلَةً ثُلاثِيَّةً وَعَنْزَةً ثُلاثِيَّةً وَكَبْشا ثُلاثِيّا وَيَمَامَةً وَحَمَامَةً». فَاخَذَ هَذِهِ كُلَّهَا وَشَقَّهَا مِنَ الْوَسَطِ وَجَعَلَ شِقَّ كُلِّ وَاحِدٍ مُقَابِلَ صَاحِبِهِ. وَامَّا الطَّيْرُ فَلَمْ يَشُقَّهُ. فَنَزَلَتِ الْجَوَارِحُ عَلَى الْجُثَثِ وَكَانَ ابْرَامُ يَزْجُرُهَا. وَلَمَّا صَارَتِ الشَّمْسُ الَى الْمَغِيبِ وَقَعَ عَلَى ابْرَامَ سُبَاتٌ وَاذَا رُعْبَةٌ مُظْلِمَةٌ عَظِيمَةٌ وَاقِعَةٌ عَلَيْهِ. فَقَالَ لابْرَامَ: «اعْلَمْ يَقِينا انَّ نَسْلَكَ سَيَكُونُ غَرِيبا فِي ارْضٍ لَيْسَتْ لَهُمْ وَيُسْتَعْبَدُونَ لَهُمْ فَيُذِلُّونَهُمْ ارْبَعَ مِئَةِ سَنَةٍ. ثُمَّ الامَّةُ الَّتِي يُسْتَعْبَدُونَ لَهَا انَا ادِينُهَا. وَبَعْدَ ذَلِكَ يَخْرُجُونَ بِامْلاكٍ جَزِيلَةٍ. وَامَّا انْتَ فَتَمْضِي الَى ابَائِكَ بِسَلامٍ وَتُدْفَنُ بِشَيْبَةٍ صَالِحَةٍ. وَفِي الْجِيلِ الرَّابِعِ يَرْجِعُونَ الَى هَهُنَا لانَّ ذَنْبَ الامُورِيِّينَ لَيْسَ الَى الْانَ كَامِلا». ثُمَّ غَابَتِ الشَّمْسُ فَصَارَتِ الْعَتَمَةُ وَاذَا تَنُّورُ دُخَانٍ وَمِصْبَاحُ نَارٍ يَجُوزُ بَيْنَ تِلْكَ الْقِطَعِ. فِي ذَلِكَ الْيَوْمِ قَطَعَ الرَّبُّ مَعَ ابْرَامَ مِيثَاقا قَائِلا: «لِنَسْلِكَ اعْطِي هَذِهِ الارْضَ مِنْ نَهْرِ مِصْرَ الَى النَّهْرِ الْكَبِيرِ نَهْرِ الْفُرَاتِ. الْقِينِيِّينَ وَالْقَنِزِّيِّينَ وَالْقَدْمُونِيِّينَ وَالْحِثِّيِّينَ وَالْفِرِزِّيِّينَ وَالرَّفَائِيِّينَ وَالامُورِيِّينَ وَالْكَنْعَانِيِّينَ وَالْجِرْجَاشِيِّينَ وَالْيَبُوسِيِّينَ».

   Église Copte d'Égypte. (تكوين 15).

    Commentaires[17]. Exégèse biblique.

Exégèse évangélique, protestante.

Verset 2

La réponse d'Abraham exprime un certain découragement ; la seule récompense qui pourrait le réjouir serait la possession d'un fils. A quoi lui serviront gloire, richesses ou toute autre récompense, si ces biens doivent tomber à sa mort en des mains étrangères ?

Dans l'original, ce verset contient une sorte de jeu de mots, Le terme traduit par héritier (benméschek) est très-semblable à Dammések ; et c'est probablement cette assonance qui a déterminé le choix de ce terme rarement employé.

Dammések Eliézer. Eliézer signifie Dieu de secours. Dammések est le nom hébreu de la ville de Damas. Les interprètes ne sont pas d'accord sur la relation grammaticale qui existe entre ce nom de ville et ce nom d'homme. Quelques-uns font de Dammések un adjectif et traduisent : Eliézer le Damascénien. D'autres en font une apposition : Damas Eliézer. Abraham voudrait dire : C'est Damas, la ville d'un peuple étranger, qui en la personne d'Eliézer héritera de moi. Ce sens est le plus conforme au texte hébreu. Mais plusieurs le trouvent peu naturel et supposent qu'une note marginale aura pénétré dans le texte, ce qui est encore plus improbable.

Depuis sa séparation d'avec Lot, Abraham avait sans doute désigné comme son héritier, dans le cas où il resterait sans enfant, celui de ses serviteurs auquel il était le plus attaché ; et c'était, parait-il, un serviteur qu'il s'était acquis à Damas, lorsqu'il était sur le point d'entrer dans le pays de Canaan.

Les traditions des Mahométans et celles de l'Église grecque établissent un rapport étroit entre Damas et Abraham. D'après les premières, c'est un serviteur d'Abraham appelé Damas qui aurait fondé cette ville. D'après les secondes, Abraham aurait été, un certain temps roi de Damas avant de passer en Canaan. Au temps, de Josèphe, on montrait dans les environs de cette ville un endroit appelé la demeure d'Abraham. Le souvenir d'Abraham est vivant à Damas encore aujourd'hui, et chaque printemps on y célèbre la fête des noces d'Abraham.

Verset 9

9-10

L'alliance est traitée conformément à un usage humain. Chez les Chaldéens, les Grecs et les Macédoniens, aussi bien que chez les Israélites, les deux personnes qui contractaient un traité d'alliance très solennel, passaient entre les deux moitiés d'un animal ou de plusieurs animaux ; ce qui indiquait deux choses :

  • la première, que de même que ces deux moitiés appartenaient au même corps, les deux parties contractantes étaient désormais comme unies en un seul être.
  • la seconde, que si l'une violait son engagement, elle serait traitée comme cet animal partagé en deux. Comparez Jérémie 34.18-19

Cet usage a donné lieu au terme couper, frapper l'alliance, qui se trouve en hébreu, en grec et en latin.

Pour fortifier la foi d'Abraham, Dieu consent à se soumettre lui-même à cette manière tout humaine de traiter alliance. Les animaux choisis dans cette circonstance sont ceux-là mêmes que la loi désignera plus tard comme pouvant, être offerts en sacrifice ; il parait, que, de toute antiquité, ils avaient servi aux actes sacrés.

De trois ans, c'est-à-dire dans la plénitude de leur force ; il est peu probable qu'il faille penser ici au symbolisme du chiffre trois comme nombre sacré.

Il ne partagea pas les oiseaux. Comme ils étaient très petits, il en mit sans doute un de chaque côté.

Verset 12

Comme le soleil allait se coucher. On a vu ici l'indice d'un document différent ; car c'était de nuit, et non de jour, que Dieu était apparu à Abraham. Mais la seconde révélation n'avait pas suivi immédiatement la première, et Abraham avait consacré un certain temps aux préparatifs ordonnés au verset 9. Au soir tout est prêt, et la communication divine recommence.

Un profond sommeil : thardéma, le mot employé pour désigner le sommeil surnaturel d'Adam (2.21).

Une terreur, une obscurité profonde. Abraham s'est endormi sous l'impression sinistre que lui a laissée le présage les oiseaux de proie [18] . C'est par l'explication de cet incident, que Dieu commence.

Verset 17

Le moment de l'accomplissement de la promesse est ainsi précisé. Et maintenant Abraham se réveille et voit de ses yeux le signe qu'il avait demandé.

Une fournaise fumante et un brandon de feu. La fournaise désigne un vase cylindrique dans lequel on faisait du feu, ou peut-être simplement ici un brasier, d'où s'élevait une flamme, le brandon de feu. Cette flamme et cette fumée font penser à la colonne de nuée dans laquelle l'Éternel se manifestait aux Israélites dans le désert. C'est sous la même forme qu'il rend ici sa présence sensible.

Remarquons que l'Éternel seul passe entre les animaux partagés. C'est que lui seul prend un engagement, parce qu'il a seul quelque chose à donner. De là l'expression précédente : Va me prendre, prendre pour moi (verset 9).

Verset 18

Avec Abram. Dans une alliance comme celle-là, l'homme se borne à recevoir.

Je donne à ta postérité ; comparez 12.7 ; 13.15. Là il était dit : Je donnerai ; ici : Je donne.

Le fleuve d'Égypte : c'est le bras oriental du Nil. Il ne faut pas le confondre avec le torrent d'Égypte, indiqué ailleurs comme frontière (Nombres 34.5 ; Josué 15.4 etc.). Sans doute jamais, même à l'époque de sa plus grande gloire, le royaume d'Israël ne s'est étendu jusqu'au Nil. Mais les deux fleuves indiqués représentent ici les deux grands empires qu'ils arrosaient. Entre les deux s'étendra, comme troisième puissance, le royaume de David et de Salomon. C'est un nouveau trait ajouté aux promesses précédentes.

   On a dit :

Diverses manières de ratifier une alliance. Souvent, on prenait Dieu à témoin (Gn 31:50 ; 1S 20:8 ; Éz 17:13, 19). On jurait ou prêtait serment (Gn 31:53 ; 2R 11:4 ; Ps 110:4 ; Hé 7:21). Parfois, en guise de signe ou de témoignage, on offrait un présent (Gn 21:30), on dressait une colonne ou un tas de pierres (Gn 31:44-54), ou bien on donnait un nom à un lieu (Gn 21:31). Une fois, Jéhovah se servit de l’arc-en-ciel (Gn 9:12-16). Une manière de ratifier une alliance consistait à tuer et à découper des animaux, après quoi les contractants de l’alliance passaient entre les morceaux ; c’est de cette coutume que vient l’hébraïsme ‘ couper une alliance ’. (Gn 15:9-11, 17, 18, note ; Jr 34:18, note, 34:19.) Parfois, la conclusion d’une alliance s’accompagnait de réjouissances (Gn 26:28, 30). Elle pouvait donner lieu à un repas de communion, comme lorsque fut conclue l’alliance de la Loi (Ob 7 ; Ex 24:5, 11). Le contractant de plus haut rang offrait parfois à l’autre un de ses vêtements ou une de ses armes (1S 18:3, 4). Dans certaines nations païennes, les contractants avaient coutume de boire du sang l’un de l’autre ou du sang mélangé à du vin (ils transgressaient ainsi l’interdiction imposée par Dieu à tous les humains en Genèse 9:4, et à Israël sous la Loi) et d’appeler les pires malédictions sur la partie qui violerait l’alliance.
La Bible emploie l’expression “ alliance de sel ” pour indiquer le caractère permanent et immuable d’une alliance (Nb 18:19 ; 2Ch 13:5 ; Lv 2:13). Chez les anciens, manger le sel ensemble était un signe d’amitié et sous-entendait une fidélité durable ; manger du sel avec les sacrifices de communion était symbole de fidélité perpétuelle.

    Que conclure ?

    Ce texte toranique n’est pas d’inspiration divine mais humaine. Rappelons le commentaire de l’exégèse évangélique : "L'alliance est traitée conformément à un usage humain", démontre bien que ce texte est d’inspiration humaine. Qu’il est tronqué, a été modifié par des mains humaines. Que cette prétendue « alliance » vient du Paganisme[19], du Sabéisme d’antan. De même le rite de cette alliance.

   L’Alliance divine, selon le monde biblique (toranique & évangélique) ne peut-être sans versement d’un sang. Pour le monde toranique, on parlera donc d’un sang animal. Pour les gens de l’Évangile (selon Paul), d’un sang humain en la personne du Christ.

   Pour le monde de l’Islam traditionnel, on parlera, non d’Alliance, mais plutôt d’Engagement, de Pacte[20]. Ainsi, il peut-être verbal ou à travers Ses Écritures, un Engagement codifié. Ceci, les gens de la Bible de ne pas le comprendre ainsi.  (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] On a dit : C’est moi , dit l’Eternel, qui ferai sortir les enfants d’Israël de cette servitude à la liberté et l’amènerai en cette terre que j’ai choisie pour lui. Par cet acte exceptionnel, à nul autre pareil dans l’histoire du monde, j’imprimerai et scellerai en son cœur deux prises de conscience fondamentales.
Celle de savoir que le lien entre lui et son pays n’est pas basé sur un lieu de naissance, ce n’est point sa terre natale. Mais le retour sur l’ordre de l’Eternel qui l’interpelle et l’appelle, comme Il appelle Avraham, par les mots ‘’lekh lekha’’.
Et par ailleurs,  le peuple juif doit savoir que ce lien à la terre  tire son origine de l’ordre divin, et qu’il est scellé éternellement. Les exilés de cette terre y reviendront, de même qu’ils sont revenus de l’exil d’Egypte. Ils  se diront  toujours: nous avons traversé l’époque pharaonique, nous traverserons celle-ci également. (Grand Rabbin Chalom Benizri. sefarad.org).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[6] Torah. Gen. 15 1-21.
[7] Un homme attaché à ma maison. C'est le vrai sens du terme hébreu. On traduit d'ordinaire : né dans ma maison (comme 14.14), mais à tort, car le mot employé n'est pas le même. (op. cit).
[8] L'Eternel répond enfin et affirme à Abraham ce qu'il semble ne plus espérer. Dans les révélations précédentes (chapitres 12 et 13), la promesse d'une postérité issue d'Abraham n'avait jamais été aussi nettement formulée. (op. cit).
[9] La sortie d'Abraham de sa tente et la contemplation du ciel étoilé sont certainement des faits réels ; ce qui n'empêche pas qu'il ne continue à être en relation directe avec Dieu par le sens interne ; ainsi Zacharie, Luc 1.11, voit à la fois l'ange et le Lieu saint avec l'autel. (op. cit).
A la forme de la promesse 13.16 est substituée ici la comparaison plus glorieuse avec les étoiles du ciel.
[10] Les craintes d'Abraham se dissipent à l'ouïe de cette parole. Il saisit la promesse, si incroyable qu'elle paraisse en raison de sa grandeur même, avec une foi entière ; et cet acte de foi, par lequel il s'abandonne complètement entre les mains de Dieu, est estimé par Dieu à la valeur d'une vie d'obéissance parfaite. C'est le moment décisif où Abraham entre vis-à-vis de Dieu dans la position d'un juste, d'un homme sans péché.
A quelle source l'auteur a-t-il puisé la connaissance d'un fait qui porte sur ce qu'il y a de plus intime dans la relation entre Dieu et Abraham, bien plus, entre Dieu et l'homme en général ? Car cette parole est devenue la formule permanente de l'acte d'entrée dans l'état de salut, de la justification, non seulement dans l'ancienne, mais dans la nouvelle alliance (Romains 4.3 ; Galates 3.6). Y a-t-il ici une révélation de Dieu à l'auteur de ce récit, ou bien ce fait intime, dont l'Esprit de Dieu a rendu témoignage à l'esprit d'Abraham, a-t-il été transmis par ce dernier à ses descendants ? En tout cas aucun historien n'eût introduit de son chef dans le récit une pareille remarque. (op. cit).
[11] Les oiseaux de proie sont peut-être l'image des difficultés que rencontrera l'accomplissement de la promesse de la part des peuples voisins (Egyptiens, Cananéens), mais ces difficultés seront vaincues (Abraham les chassa). (op. cit).
[12] Un exil et une captivité quatre fois séculaires attendent sa postérité, avant que la terre promise puisse lui être accordée. Le mot sache bien fait pressentir la gravité menaçante de cette révélation.
Quatre cents ans, chiffre rond. En réalité les Israélites ont séjourné en Égypte 430 ans (Exode 12.40). (op. cit).
[13] Voir l'accomplissement exact de cette double prophétie. Exode 7 à 11 et 12.31-36. (op. cit).
[14] Abraham lui-même n'aura pas à subir cette captivité.
Tu t'en iras en paix vers tes pères. D'après ce verset même, l'expression s'en aller vers ses pères désigne un fait qui diffère de celui d'être enseveli et qui le précède. Elle signifie entrer dans le schéol, le séjour des morts, où l'on retrouve ses ancêtres. Ce terme implique l'idée de l'immortalité personnelle. (op. cit).
[15] A la quatrième génération. Plusieurs prennent ici le mot de génération dans le sens de siècle ; le sens naturel convient mieux, puisque cent ans était alors la durée moyenne de la vie humaine.
La seconde moitié du verset jette un trait de lumière sur la justice des dispensations divines dans l'histoire des peuples. Pour que l'Éternel fasse tomber une nation et donne sa place à une autre, il faut qu'elle soit arrivée au point où le mal est devenu chez elle tout à fait incurable. Cette parole nous aide à comprendre le fait si révoltant en apparence de la destruction des Cananéens. C'est cette loi que Jésus, dans son grand discours sur la fin des temps, applique à l'histoire du peuple juif lui-même et à celle du monde entier : Où sera le corps mort, les aigles s'y assembleront. (Matthieu 24.28).
L'annonce des jugements de Dieu sur l'Egypte (verset 14) et sur les Amorrhéens (verset 16) a dû faire sur Abraham une profonde impression. On comprend que peu après il ait pu appeler Dieu : Le juge de toute la terre (18.25).
L'Amorrhéen : au sens large ; la population de tout le pays. Comparez 10.16, note. (op. cit).
[16] Des dix peuples mentionnés ici, cinq seulement appartiennent à la population cananéenne : les Héthiens, les Amorrhéens, les Cananéens, les Guirgasiens et les Jébusiens. Voir les notes sur ces noms dans 10.6 et 16. Les Cananéens sont pris ici an sens restreint du mot. Les cinq autres peuples appartenaient probablement à la population primitive du pays, encore mêlée aux Cananéens à l'époque d'Abraham.
Sur les Phéréziens, voir à 13.7 et sur les Réphaïm, à 14.5
Les Kéniens étaient une tribu du désert méridional. mêlée plus tard aux Amalékites (1 Samuel 15.6) et aux Madianites, car le beau-père de Moïse est nommé tantôt le Madianite (Nombres 10.29), tantôt le Kénien (Juges 1.16 ; 4.11). Au temps de la conquête, une partie de la peuplade se joignit aux Israélites et alla s'établir tout au nord du pays (Juges 4.11,17), tandis que les autres restèrent dans le désert, au sud du pays de Juda, où David fut en relation avec eux (1 Samuel 27.10, 30.29).
Les Kéniziens. La position géographique de ce peuple est inconnue. Genèse 36.11 mentionne un Kénaz parmi les descendants d'Esaü, et d'autres passages font de Caleb et d'Othniel des Kéniziens ou des fils de Kénaz (Nombres 32.12 ; Juges 3.9, etc.). Ces coïncidences de noms sont peut-être accidentelles ; mais il se peut aussi que de bonne heure les Kéniziens se soient réunis les uns aux Edomites, les autres aux Israélites.
Les Kadmoniens : inconnus ; leur nom signifiant Orientaux ; ils peuvent faire partie du peuple nommé ailleurs les Fils de l'Orient, c'est-à-dire les Arabes de la partie du désert qui touche la Palestine à l'orient. (op. cit).
[17] D’après : levangile.com.
[18] Hervé Tremblay : Ici, un élément étrange s'ajoute au texte, à savoir les « oiseaux de proie », considérés comme de mauvais augure. Cette mention prépare les versets qui parleront de l'oppression des fils d'Israël en Égypte (v. 13-16).
     L'application de ce texte est délicate. Il est bien évident qu'il ne s'agit pas ici de reproduire matériellement le rituel des animaux partagés en deux. Le thème de l'Alliance est certainement un thème majeur de l'Ancien Testament, repris par le Nouveau Testament, la nouvelle « alliance ». Le problème se situerait plutôt dans le rituel dont le texte parle ici. Le sacrifice qui sanctionne une alliance entre deux contractants est aussi évoqué dans le Nouveau Testament et appliqué, bien que timidement, au sacrifice du Christ (cf. Lc 22,19-20// ; 1 Co 11,24-25 et la Lettre aux Hébreux), l'Agneau de Dieu (cf. Jn 1,29.36 ; 1 Co 5,7 ; 1 P 1,19 ; Ap 5,6-13). Il semble donc préférable de s'attacher ici au sens du texte et du rituel plutôt qu'à sa matérialité ou aux circonstances de l'alliance. (Hervé Tremblay, OP. Professeur au Collège dominicain de philosophie et de théologie (Ottawa). interbible.org)
[19] Le Yéhudisme n’a pu en échapper, comme le christianisme de Paul. Et aucun d’entre eux ne peut le nier. Concernant l’Alliance, son sens biblique et autre : Lire… ; Lire… ; Lire… ; Lire… ; Lire…
[20] V. Coran IV 154 et sv. On a dit : Je veux réfléchir avec vous au principe fondamental de la Torah selon lequel il existe une relation explicite et contraignante entre Dieu et les hommes, que l'on nomme ברית (berith). On traduit en général ce terme par le mot « alliance ». On parle, par exemple, de l'alliance entre Dieu et Israël pour qualifier le contenu de l’enseignement de la Torah, ainsi qu’entre Dieu et les hommes à travers Noa'h (« Noé » selon la transcription française). Cette traduction n'est pas erronée dans son principe mais ses connotations contemporaines sont trompeuses. On ne parle aujourd'hui d'alliance que dans des contextes de concurrences militaires, politiques ou économiques. Par exemple, les « Alliés » lors de la seconde guerre mondiale, ou l'alliance Atlantique. Même en économie ou en politique, toute alliance est stratégique. Elle vise un résultat et se dissout dans le résultat. Toute alliance traduit une lutte d'intérêts. On « fait alliance » avec certains intérêts contre d'autres. Or, cette connotation est totalement absente de la Torah. L'évidence impose que la berith entre Dieu et les hommes n'est dirigée contre personne. Et l'ensemble de la tradition juive postule que la berith de la Torah est éternelle. Elle ne vise pas un résultat pratique utile, elle n’est pas intéressée. Elle exprime un état de l'homme et du monde. La logique de l'intérêt qui prévaut aujourd'hui dans la notion d'alliance rend cette traduction inadéquate. Il est donc plus sage de s'en tenir à la traduction du Targoum Onkelos qui rend le plus souvent ce terme par les mots « pacte, serment ». Sur cette base, je crois qu'il faut entendre le principe de la berith comme une sorte « d'engagement solennel », et que c'est sous cet angle qu'il faut interpréter toutes ses occurrences. (d’E. Smilevitch. / michne-torah.com.)



Ce que réclame pour eux les gens de la Synagogue et de la Torah :

1. L'ensemble de la Terre de Canaan, 2. la péninsule du Sinaï,

3. Une partie de l'Irak jusqu'à l'Euphrate.

Les États comme le Liban, la Syrie, la Jordanie et la Palestine disparaissent.

Le Sinaï (Égypte) passe sous leur autorité + une partie de l'Irak.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
11/10/14 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire