786

HISTOIRE SAINTE - TERRE SAINTE - CHÂM.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !


  
Symbole יהודי (Yêhûdi)

Le Mensonge ne paie pas. Travestir la Vérité : légal ?  

Le droit de mentir chez les gens de la Synagogue, du monde de la Torah. 

 Le plus grand péché : mentir sur le divin Créateur. L'appel divin selon la Bible.

 יב וְלֹא-תִשָּׁבְעוּ בִשְׁמִי, לַשָּׁקֶר: וְחִלַּלְתָּ אֶת-שֵׁם אֱלֹהֶיךָ, אֲנִי יְהוָה.

  Traduction : Vous ne jurerez point par mon nom à l'appui du mensonge, ce serait profaner le nom de ton Dieu: je suis l'Éternel. (Lévitique 19:12)

 Selon les gens de la Synagogue, il est permis de mentir et de faire mentir ! Pour preuve :

 Alain Goldmann, Grand Rabbin, commentant l'histoire de Joseph dans la Torah, de déclarer notamment :

 "En conséquence, nous ne pouvons que nous référer à nos maîtres. Selon eux, JACOB n’a donné aucune instruction particulière à JOSEPH relative à ses frères. Que nous disent-ils ? RACHI par exemple : « Les frères ont transformé la vérité pour préserver la paix entre les frères (1). JACOB n’avait nul soupçon que JOSEPH leur ait gardé rancune. » Sur les termes : « Alors ils (les frères de JOSEPH) lui (à JACOB) répétèrent toutes les paroles que JOSEPH leur avait adressées.... » (Genèse XLV, 27), NACHMANIDE de son côté apporte le commentaire suivant : « Il me semble selon l’explication littérale, que durant toute sa vie, on ne raconta pas à JACOB que les frères de JOSEPH l’avaient vendu. Lui, pensait que son fils s’était égaré dans les champs et que ceux qui l’avaient trouvé l’avaient sans doute vendu aux Egyptiens, car les frères ne voulaient pas dire qu’ils avaient commis une faute. Ils craignaient en effet pour leur existence au cas ayant appris la vérité, JACOB en colère, les aurait maudits. Tandis que JOSEPH, en lui faisant savoir ce qui lui était arrivé d’heureux (sa nomination comme vice-roi d’Egypte (2)), ne voulait rein lui raconter de ce qui s’était réellement passé. C’est pourquoi il est dit : « Ils mandèrent à JOSEPH ce qui suit : « Ton père a commandé avant sa mort en ces termes :......... « Oh ! pardonne, de grâce, l’offense de tes frères.... » (Genèse L, 16 - 17. Si JACOB avait eu connaissance de ce qui s’était produit, les frères auraient été obligés d’implorer leur père au moment de sa disparition pour qu’il demande à JOSEPH de pardonner à ses frères, et ce dernier n’aurait pas pu refuser de le faire, de sorte que ceux-ci ne se seraient plus crus en danger. Ils n’auraient donc pas eu besoin d’user d’un stratagème.
 (1) Drôle de raisonnement. En vérité, ils étaient gens jaloux. Et s'il n'y avait pas eu l'intervention de Benjamin, ils l'auraient tués. Quant à leur père, étant prophète, il savait ce qu'il se passait, mais préférait supporter sa douleur en patience.
 (2) Ministre, jamais vice Pharaon. Voir son récit rapporté dans le Coran.

Toutefois, ces deux exégètes ne se posent pas les question suivantes : « A-t-on le droit d’agir comme l’ont fait les frères de JOSEPH, alors qu’ils avaient déjà reconnu leur faute envers lui ? Pouvaient-ils encore douter de l’attitude de JOSEPH à leur égard ? N’auraient-ils pas été tenus d’accepter n’importe quel châtiment plutôt que d’en arriver à mentir ? Ne s’agit là d’une question morale ou immorale dans ce genre de fiction ? » D’autre part, l’on sait combien il est important de pratiquer la vérité et de s’éloigner de toute forme de mensonge. Cela a fait l’objet de nombreux commentaires de la part de nos Sages et de nos exégètes se fondant surtout sur ce précepte de la Torah : « Eloigne-toi de la parole mensongère » (Exode XXIII, 7).

Ainsi, Rabbi SHIMONE fils de GAMLIEL nous enseigne : « Grande est la Paix, car même les tribus ont dit des choses inventées pour que règne la Paix entre tous les frères. D’où savons-nous cela ? Il est écrit : « Ils mandèrent à JOSEPH ce qui suit : « ton père a commandé avant sa mort ». Or rien de tel n’apparaît dans les textes. » (Berechith Rabbah, chapitre 100 § 9)

Le Talmud dans YEVAMOTH 45 b, laisse entendre qu’une telle attitude serait permise. Il nous enseigne au nom de Rabbi ILAA, parlant au nom de Rabbi ELAZAR fils de SHIMONE : « On a le droit de modifier les propos quand il s’agit de favoriser la paix en se référant aux paroles des frères de JOSEPH. Rabbi NATHAN enseigne : Pareille attitude constitue même un précepte religieux ainsi qu’il est dit : « SAMUEL (le prophète) dit : « comment irais-je ? Si SAÜL l’apprend, il me fera mourir. » Le Seigneur répondit : « Emmène avec toi une génisse, et tu lui diras que tu es venu sacrifier à l’Eternel » (I Samuel XVI, 2) Sur ce passage biblique, RACHI commente en disant : « C’est D.ieu qui a donné l’ordre de travestir la vérité ».
 
Cet exemple donné par les rabbins est malgré tout surprenant. (Parasha Vaye’hi 5767)

   Conclusion.

 La parole du rav RACHI disant : « C’est D.ieu qui a donné l’ordre de travestir la vérité », fait froid dans le dos ! Comment peut-on accepter que le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, puisse commander, le mal, la turpitude et le blâmable ? Les gens de la Synagogue semblent, de fait, les héritiers des 70, lesquels changèrent la parole divine après l'avoir entendue sur la Montagne du Sinaï (Coran VII 155 ; IV 46 ; V 13). Travestir la vérité, quelle abomination !
 La loi divine, certes, permet le mensonge pour les gens du commun seulement. Pour réconcilier les époux, pour réconcilier des amis, des frères, la famille, etc. Pour tromper l'ennemi en temps de guerre... Mais concernant le divin Créateur et Ses prophètes, non jamais ! Voilà un pas que toute personne croyante, soumise, pratiquante de son culte, ne saurait franchir. Aucun exégète, homme de loi, etc. Quant à l'histoire de Joseph, fils de Jacob (sur eux la Paix !) raconté dans la Bible, la Bible n'est pas source de référence, pour nous, pour qu'on y prête attention.

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agréer !


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »*
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
17/07/07 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire