Histoire sainte toranique, biblique.

HISTOIRE SAINTE, HISTOIRE DES NATIONS DISPARUES. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


Les nations aujourd'hui disparues : Les Amalécites (العماليق).
Leur rapport avec le Prophète Abraham et les Prophètes de la Torah :
De Mochè au sceau des Prophètes d'Israël,
Le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !).
Amalek (עֲמָלֵק), l'homme mythique et insurrectionnel des rabbanim.


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Suite page 6

   Le parcourt du prophète Abraham (sur lui la Paix !).

   Nous avons vu, et la lumière du Coran, que le parcourt d’Abraham (sur lui la Paix !) n’a rien de commun avec ce que lui fera faire le monde biblique (toranique & évangélique). Tout d’abord le motif de son départ d’Irak n’est pas le même. Le monde biblique voit là une cause venant de Dieu Lui-même : et à lui de prendre la Torah, leur Livre entre leurs mains à témoin ! Le monde de l’Islam voit, lui, que le motif du départ d’Abraham (sur lui la Paix !) est causé uniquement par le refus de son peuple de quitter le Sabéisme ou le Dualisme, la Magie. Et son père d’être avec son peuple[5]. La séparation sera douloureuse. Avec lui seulement une poignée d’individus dont Lot[6] le prophète (sur lui la Paix !).

   Aller vers son destin.

   De l’Est, il va se diriger vers l’Ouest. Il décide donc de se diriger vers l’Égypte. Cette raison n’est pas fortuite : il doit aller chercher la femme qui doit lui donner l’enfant qui le consolera de la perte de ce qu’il avait en Irak. Ici, les gens de la Bible feront faire à Avraham un crochet au Canaan[7] : il part de Harrân[8], puis s’arrête à Sichem[9] (12,6) et à Bethel[10] (12,8. 13,3). Puis, c’est suite à une famine dans le pays de Canaan qu’Abram descendit (enfin) en Égypte pour y séjourner, la famine étant excessive dans le pays, nous dit-on. Qu’on en juge :

D.ieu s’adresse à Avram et lui ordonne : « Va pour toi hors de ta terre, de ton pays natal et de la maison de ton père, vers la terre que Je te montrerai ». Là, dit-Il, « Je ferai de toi une grande nation » et « toutes les familles de la terre seront bénies par toi ». Avram et son épouse Saraï, accompagnés de leur neveu Loth, voyagent vers la terre de Canaan où Avram construit un autel pour D.ieu et continue de diffuser le message de l’existence d’un D.ieu unique.
Une famine contraint le premier Juif[11] à se rendre en Egypte[12]. Les princes du Pharaon voyant la beauté de Saraï[13] la conduisent au palais. Avram échappe à la mort car lui et Saraï se sont présentés comme frère et sœur[14]. Mais une plaie frappe Pharaon et sa maison, l’empêchant de toucher à Saraï, ce qui le convainc de la rendre à Avram et de compenser ce dernier par de l’or, de l’argent et du bétail. (fr.chabad.org)

Autre :

Genèse 12.1 - 17.27 -
L’Éternel avait dit à Abram : " Éloigne-toi de ton pays, de ton lieu natal et de la maison paternelle, et va au pays que je t’indiquerai.
Je te ferai devenir une grande nation ; je te bénirai, je rendrai ton nom glorieux, et tu seras un type de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, et qui t’outragera je le maudirai ; et par toi seront heureuses toutes les races de la terre. "
Le départ initiatique
Abram partit comme le lui avait dit l’Éternel, et Loth alla avec lui. Abram était âgé de soixante-quinze ans lorsqu’il sortit de Harân.
Abram prit Saraï son épouse, Loth fils de son frère, et tous les biens et les gens qu’ils avaient acquis à Harân. Ils partirent pour se rendre dans le pays de Canaan, et ils arrivèrent dans ce pays.
Abram s’avança dans le pays jusqu’au territoire de Sichem, jusqu’à la plaine dé Môré ; le Cananéen habitait dés lors ce pays.
L’Éternel apparut à Abram et dit " C’est à ta postérité que je destine ce pays. "
Il bâtit en ce lieu un autel au Dieu qui lui était apparu.
Il, se transporta de là vers la montagne à l’est de Béthel et y dressa sa tente, ayant Béthel à l’occident et Aï à l’orient ; il y érigea un autel au Seigneur, et il proclama le nom de l’Éternel.
Abram partit ensuite, se dirigeant constamment vers le midi. (massorti.com)

   Nous dirons : Le parcours d’Avraham (sur lui la Paix !), version toranique, n’a rien de commun avec la version des historiens et commentateurs coraniques.
   La version coranique : Avraham quitte avec les siens la terre de ses ancêtres, d’Irak, pour se rendre directement en Égypte. Il ne quitte pas la terre de ses ancêtres sur Ordre divin mais sur un choix personnel. Pour ne pas partager l’adoration fausse de son peuple.
   Son parcourt sera long. Toutefois, et à l’inverse du récit toranique, il traversera Châm et la presqu’île du Sinaï sans s’y arrêter. La version toranique le fait quitter, par contre, le Canaan suite à une famine. Pour nous, nous avons vu qu’il va en Égypte directement pour y trouver une épouse qui saura lui donner un enfant pour compenser sa douleur d’avoir quitter la terre de ses ancêtres et de n’avoir pu convaincre son peuple de sa bonne foi. Pour cela son Créateur de l’envoyer donc chercher une autre épouse là-bas. Et il en va là du destin du monde, car de cet enfant futur naîtra le sauveur de l’humanité, le sceau de la Prophétie (sur eux Prière et Paix !). Et pour le divin Créateur lors de la sortie d’Avraham d’Irak, il passe avant toute chose, d’où le fait qu’Avraham aille en Égypte en tout premier pour y prendre une femme d’entres les Coptes.

   Retour d’Avraham au Châm, en Palestine.

   Après son aventure, Avraham va quitter l’Égypte pour revenir au Châm. Par peur, dit-on, du roi de l’époque. Il viendra habiter, dans un premier temps au Puits des sept[15], à Beer-shev’a. Un différent va l’opposer à ses habitants, il devra le quitter… Il viendra demeurer dans un autre lieu dénommé Qatta (قَطً) ou Qitta (قِطً), lieu se trouvant entre Ramallah (رام الله) et Iliya (إيليا), la ville de Dieu[16]. Quant au prophète Lot (sur lui la Paix !), il viendra habiter, lui, au Moutafakah[17] (المؤتفكة)[18].

   Attitude des gens de la Bible.

   Elle ne peut-être que négative. Ils ne peuvent souscrire à une pareille version[19]. Il est vrai que les gens de la Bible verront leur propre version remise en question, en cause de nombreuses fois par la Révélation du Coran[20]. Et à eux, notent les Savants, d'adopter l’alignement détestable... (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée ! 


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Selon le monde de la Synagogue et de la Torah, le père d’Avraham sera au Paradis !
[6] On a dit : Abram prit Saraï.
Deux remarques à ce propos : Il n'est point dit que Saraï partit d'elle-même, Abram la prit. Son départ n'est pas mentionné à deux reprises comme pour Lote. Pourquoi?
Abram prit Saraï son épouse et Lote le fils de son frère.
Tout se passe comme si Abraham était parti tout seul la première fois pour identifier le pays que D'ieu lui avait indiqué. Lors de ce voyage, D'ieu avait assuré Abraham d'avoir une postérité. Lote, l'ayant sûrement entendu, ne voyait plus d'intérêt à accompagner Abraham. C'est pourquoi le texte souligne qu'Abraham prit, non pas comme on prendrait un objet, mais en convaincant Saraï de l'avenir radieux qui les attend. Abraham cherche également à s'attacher la compagnie de Lote pour mieux contrôler sa conduite morale sachant que de sa descendance naîtrait le Machiah.
Ainsi donc avec le départ d'Abraham avait débuté le destin d'Israël. Mais il a fallu qu'Abraham tirât son origine de Chaldée, pays idolâtre et païen, pour que sa personnalité se détache et atteigne une maturité lui permettant de jouer le rôle auquel il était destiné. Cela rappelle également la formation d'Israël qui avait nécessité l'esclavage en Egypte pour atteindre sa maturité en tant que peuple. C'est ce que nos Maîtres affirment : Les actes des pères sont en fait des signes indicateurs pour les enfants. (rabbinat.qc.ca)
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Question : comment savait-il que de la descendance de Lot sera le « roi-oint » (Machiah) ? Car celui qu’attend le monde toranique, ne sera-t-il pas le FAUX-MESSIE attendu ? Secundo : Abraham n’a rien de commun avec l’Histoire des Fils d’Israël. En effet, à peine sortis d’Égypte, ils ne respecteront pas la religion de leur aïeul. Dans un premier temps, ils demanderont à Moïse d’adorer d’autres dieux (Coran VII 138). Puis, arrivés au Sinaï, ils adoreront le veau fabriqué (non par Aaron mais) par Mikha !? Enfin, et selon le texte toranique, le peuple n’était pas esclavage en Égypte mais plutôt en travaux forcés. Nuance !
   Résultat. Pourquoi faire ressembler les Fils d’Israël et les Yéhudim à leurs Prophètes ? Eux, gens qui ne croient pas aux Signes divins et qui ont une vue biaisée de leurs Prophètes !? Qui les décréditent et vont même attenter à leur vie ? Enfin, deux choses importantes étaient annoncées depuis Adam et par tous les Prophètes, sans exception, du divin Créateur aux Fils d’Adam : 1) la venue du Faux-Messie. Lequel, on apprendra, viendra des Yéhudim de Perse ; 2) Lemessie (ou le Prophète attendu des Écritures anciennes), le sceau de la Prophétie en la personne du Prophète Ahmad (sur lui Prière et Paix !). Pour qu’il vienne, Avraham (sur lui la Paix !) a prié pour lui à Makkah, en Arabie. (Coran II 129). Donc, l’intérêt de celui-ci de se porter sur lui non jamais sur Lot qui était un prophète comme lui. Et l’histoire de Lot a été tellement défiguré dans la Torah qu’aucun homme du Coran n’y prêtera attention, soutiendra la version présentée dans la Torah.
[7] Voir carte biblique : Canaan ; Canaan. Le commentateur et historien coranique de parler plutôt de : Châm. Terre plus vaste. On a dit : 1. Le terme traditionnel arabe Bilad el-Cham (en arabe : بلاد الشام) est un nom donné au Machrek (moins l'Irak). On parle aussi de « Grande Syrie », région qui contient l'équivalent des États actuels de Syrie, Jordanie, Liban et Palestine et une partie sud de la Turquie (parfois à l'exclusion de la région d'Al-Jazira qui comprend le nord-est de la Syrie actuelle). (fr.wikipedia.org). 2. Lire… 3. Pour le monde biblique : le pays de Châm = la Grande Syrie. Pour le monde arabe comprendre : L’ensemble de la Palestine, le Liban, la Syrie et la Jordanie. Pour certains commentateurs, il faut y ajouter la presqu’île du Sinaï. 4. Canaan (...) (Kanaʿn) ; hébreu : כנען Kənáʿan ; arabe : كنعان Kanʿān) désigne une région du Proche-Orient ancien située le long de la rive orientale de la mer Méditerranée. (fr.wikipedia.org). Cananéens. Lire…
[8] Ou Haran. Carte biblique : Haran. On a dit : 1. Haran, Gen 11:31, 32 et huit autres endroits sont très probablement la présente Harran environ 430 ms. NW de Babylone, sur un petit ruisseau s. à l'Euphrate 70 ms, lointain. Il contient la tombe traditionnelle de Térah et est un petit village. Même nom que Char'-ran des Actes 7: 2. 2. Dans Actes 7: 2, 4 , la version King James donne le même nom que Charran.
[9] Voir carte biblique : Shechem. Selon Jacob ben Isaac : Abraham traverse la terre jusqu’au Sichem (Gen. 12 :6). Abraham pria à Sichem pour que ses enfants ne perdent pas la guerre. Il se rendit jusqu’à la plaine de Morèh où Israël jura à Dieu qu’il observerait la Torah et les commandements (op. cit.)
   [Un ajout volontaire des gens de la Synagogue et de la Torah à cet endroit. Seul endroit où leurs ancêtres devaient accepter de force la Torah, cela se passera uniquement au Sinaï. Cela d’ailleurs traumatisera le monde de la Torah et continuera de le traumatiser ; car ils virent la Montagne au-dessus de leurs têtes prête de leur tomber dessus. Ce récit est (sera) censuré de la Torah, on retrouve la mention toutefois de tout ceci dans les commentaires des rabbanim. Voir notre étude : Lire la suite…]
Rachi : Avram traversa le pays Il pénétra à l’intérieur, [sans toutefois le traverser de part en part].
   [C’est son point de vue personnel]
Jusqu’à l’endroit de Chekhem Afin de prier pour les fils de Ya’aqov, qui viendront un jour se battre contre Chekhem.
   [C’est son point de vue personnel]
La plaine de Morè C’est Chekhem (Sota 32a). Dieu lui a montré le mont Guerizim et le mont ‘Eval, sur lesquels Israël prêtera serment d’observer la Tora (Devarim 11, 29).
   [C’est son point de vue personnel, car le serment d'observer la Torah sera prise uniquement à travers ceux qui se trouveront au Sinaï et en compagnie des prophètes Mochè et Aharon (sur eux la Paix !). Par de renouvellement de ce serment sera pris par la suite. L'avis de ce rabbin ne peut-être pris en compte.]
Et le Kena‘ani était alors dans le pays Il était en train de conquérir Erets Israël, alors possession des descendants de Chem. Le pays avait été attribué à Chem lorsque Noa‘h avait partagé la terre entre ses fils, ainsi qu’il est écrit : « et Malki-Tsèdeq [identifié à Chem (Nedarim 32b)], roi de Chalém [future Jérusalem] » (infra 14, 18). C’est pourquoi Dieu dit à Avram : « je donnerai ce pays à ta descendance » (verset suivant). Je le restituerai un jour à tes descendants, qui sont de la descendance de Chem.
   [L’Irak, l’Arabie, le Châm : toute une région où les descendants de Sam fils de Noé seront nombreux. Et s’il vous plaît au pluriel non au singulier. D’ailleurs, l’Arabe d’être là bien avant l’arrivée d’Avraham et de sa descendance par Isaac (sur eux la Paix !). Sam = Malki-Tsèdeq, version des rabbanim uniquement. Secundo : Avraham est un prophète qui, selon Rachi, serait Sam fils de Noé. Version qui ne peut-être retenue, note le Savant.]
Il bâtit là un autel Par gratitude pour l’annonce de sa future descendance et pour la promesse d’Erets Israël (Beréchith raba 39, 7).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Ceux qui bâtir des autels sont ceux qui viendront après la révélation de la Torah. Avraham (sur lui la Paix !) de se contenter d’élever un lieu de Culte. Car la Prière obligatoire se saurait ne pas être pour lui ! Et dans ce domaine, le texte toranique est muet sur la Prière des Prophètes, pourquoi ?
[10] Voir carte biblique : Bethel.
Rachi : Il se transporta de là Il transporta et dressa sa tente.
A l’orient de Beith-El A l’orient de Beith-El. Il aura Beith-El à l’ouest, ainsi qu’il est écrit : « Beith-El étant vers la mer ».
Sa tente Le mot est écrit au féminin (aholoh : « sa tente à elle »). Il a commencé par dresser la tente de sa femme, et ensuite la sienne (Beréchith raba 39, 15).
Il y érigea un autel Son intuition prophétique lui a révélé que ses descendants allaient être, un jour, impliqués dans la faute de ‘Akhan (Yehochou‘a 7, 1 et suiv.). Aussi y a-t-il prié pour eux (Beréchith raba 39, 16).
   [Nullement. Il n’est pas responsable des erreurs, des faux pas, des péchés de ses petits enfants et n’a pas à les couvrir.]
   Allant et se déplaçant Par étapes, séjournant ici un mois ou plus, puis repartant et allant planter sa tente ailleurs. Et toutes ses étapes le conduisaient « vers le sud », afin de le rapprocher du sud d’Erets Israël, et donc de Jérusalem, qui se trouvera un jour dans le territoire de Yehouda lequel recevra sa part dans le sud d’Erets Israël. Il se dirigeait ainsi vers le Mont Moria qui est dans son territoire (Beréchith raba).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[11] Il apparaît que l’auteur de ces lignes à du mal à lire sa propre Torah. Il fait du Patriarche un menteur invétéré !
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[12] Rachi : Une famine dans le pays Uniquement dans ce pays, afin de le mettre à l’épreuve (Midrach tan‘houma Lèkh lekha 5) et afin de voir s’il aurait une pensée de révolte contre le Saint béni soit-Il. Il lui avait dit de se rendre dans le pays de Kena‘an, et maintenant Il l’oblige à en sortir (Pirqé deRabi Eli‘èzèr 26).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[13] Rachi : Je sais que tu es femme au beau visage Le midrach explique qu’il ne s’en était pas rendu compte jusqu’alors, à cause de leur pudeur respective. Il en prenait à présent conscience à cause de ce qui était en train de leur arriver. Autre explication : Les fatigues d’un voyage ont pour effet, en général, d’enlaidir les gens, mais Saraï avait conservé tout l’éclat de sa beauté (Beréchith raba 40, 4). Et voici le sens littéral du verset : « Le moment est venu, maintenant, de se faire du souci à cause de ta beauté. Je savais depuis longtemps que tu es belle, mais nous arrivons maintenant parmi des gens noirs et laids, les frères des habitants de Kouch [les Ethiopiens], qui n’ont pas l’habitude de voir de belles femmes ! ». De même : « Ah ! de grâce, mes seigneurs, détournez-vous », [où « de grâce » signifie également « maintenant »] (infra 19, 2).
   [Pareils propos ne peuvent être prononcés par les Prophètes eux-mêmes. Par les rabbanim, sans aucun doute ! Quand Avraham arrive en Égypte, que trouvera-t-il ? Des hommes blancs ou noirs ? Hagar était-elle une femme noire ou une femme blanche ? L’épouse de Mochè était-elle une femme blanche ou noire ?]
Gen. 12 19. Prends-la et va Tandis que Avimèlekh lui dira : « Voici mon pays devant toi [à ta disposition] ! » (infra 20, 15). Pharaon lui a dit, en revanche : « Va, ne reste pas dans mon pays, car les Égyptiens sont gens de mauvaises mœurs ! », ainsi qu’il est écrit : « [ces Égyptiens...] dont la lubricité égale celle des chevaux » (Ye‘hezqel 23, 20).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[14] Selon Jacob ben Isaac : Le Behaye, citant le Ramban, écrit : Abraham commit un péché car il incita Sarah à pécher. Comme il avait peur qu’on le tue à cause de sa femme, il fit en sorte qu’on la prenne pour une femme comme une autre alors qu’elle était son épouse. Il aurait dû s’en remettre à Dieu qui peut sauver tous les hommes. Il commit un autre péché : il quitta Canaan, la Terre sainte, à cause de la famine. En raison de ce péché, Israël connut quatre cents ans de captivité en Égypte dans l’endroit même où Avraham avait péché. Nos sages disent pourtant que la captivité d’Égypte ne fut pas la conséquence de ce péché. C’est plutôt parce qu’Abraham dit au Saint, béni soit-Il : En quoi saurai-je que j’en hériterai (Gen. 15:8). Comment saurai-je que la terre de Canaan reviendra à mes enfants ? La captivité d’Égypte fut la conséquence des mauvaises paroles d’Abraham adressées au Saint, béni soit-Il. Elle dura quatre cent trente ans (Ez. 12:40). L’exil que nous subissons actuellement résulte de trois choses : les mauvaises paroles, les mauvaises pensées et les mauvaises actions. C’est pourquoi, notre exil dure trois fois plus longtemps que le captivité d’Égypte, soit trois fois quatre cent trente qui font mille deux cent quatre vingt dix ans et même plus. (op. cit.)
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Nous dirons : Des paroles qui font froid dans le dos, note l’observateur ! Toutefois, note le Savant, les rabbanim nous ont habitué à ce genre de langage envers les leurs, les personnages qu’ils déclarent « justes », leurs Prophètes et leurs Patriarches. Donc il n’y a pas lieu de s’étonner outre mesure ! Secundo : « il quitta Canaan », et selon les rabbanim, à cause de cela : « Israël connut quatre cents ans de captivité en Egypte dans l’endroit même où Avraham avait péché ». C’est une habitude des rabbanim de faire reposer leurs malheurs, non sur eux-mêmes, mais sur leurs personnages importants comme les Patriarches, leurs Prophètes ! De plus, la venue en Égypte au temps de Jacob n’était que le résultat d’un rêve de son fils Joseph. Elle était libre, non contraignante. Plus tard, leurs successeurs abandonnèrent la foi et tombèrent sous le joug du Pharaon d’alors. Troisièmement : "La captivité d’Égypte fut la conséquence des mauvaises paroles d’Abraham adressées au Saint, béni soit-Il." Quelle insolence ! Comment imputer au prophète Avraham ce dont il est pur ? Lui qui savait s’adresser à son Seigneur ? De plus, la terre qui sera demandée, sera en fait celle de Makkah et de ses environs ; selon sa demande auprès de son Créateur (Coran II 125-129). Quatrièmement : Pour les Savants du Monothéisme, on ne dit pas, et concernant les Messagers et Prophètes divins, qu’ils pèchent au sens propre du mot. C’est indécent et incompatible avec leur fonction et leur degré. Mais cela n’existe pas chez les gens de la Synagogue et de la Torah, gens de l’Évangile, qui les traitent comme des moins que rien. Les gens de la Synagogue et de la Torah se discernent par rapport aux autres peuples et nations par le peu de respect qu’ils ont pour leur Créateur et Ses prophètes. Aucun respect à attendre de leur part, note l’observateur ! Quatrièmement : Parlant de son aïeul, le sceau de la Prophétie (sur eux la Paix !) tiendra un tout autre langage. Il dira : Abraham ne mentait pas sauf par trois fois. Sa parole : 1) En vérité, je suis malade (Coran XXXVII 89), 2) C’est plutôt la grande qui a fait cela (Coran XXI 63, en parlant de l’idole). Et enfin sa parole : 3) Elle est ma sœur (en parlant de Sarah). En dehors de cela, il n’y a rien à ajouter ni à retrancher.
[15] Hébreu : Beer-Sheva. On a dit : Beer-Sheva, Be'er Sheva ou Bersabée ou Beersheba (en hébreu : בְּאֶר שֶׁבַע, puits du serment ou puits des sept ; arabe : بِئْرْ اَلْسَبْعْ Biʼr as-Sabʻ).
[16] Entendre : en jargon théologique, biblique : Jérusalem.
[17] Ensemble de villes détruites par le divin Créateur au temps du prophète Lot : Sodome, etc.
[18] V. Le fils d’Athir, Kâmil.
[19] V. Coran VI 91-92 ; XXVII 76-78.
[20] Également par des études des gens de la Bible eux-mêmes comme par : Paul Lagrange, l’Histoire d’Abraham. Lire… L’archéologie et d’autres études ne font plus recette pour confirmer les récits bibliques des rabbanim et de leurs copistes à 1OO%, note l’observateur. On a du mal à retrouver les traces d’Avraham comme ceux de ses successeurs dans l’Histoire des nations. De le dater également. On ne trouve aucun document royal de l’époque le mentionnant, etc. L’Histoire apeure le monde biblique (toranique & évangélique). Les fouilles çà et là donnent rien de précis et de sérieux sur les Patriarches. Et cela malgré avoir dépensé des sommes faramineuses, remué terre et ciel, note l’observateur. Il semble que pour une partie de la descendance d’Avraham (en l’occurrence les Fils d’Israël) la malédiction et la colère du NOM soient tombés sur eux à tout jamais, note encore l’observateur. Ne sont-ils pas tombés en disgrâce pour Lui ? D’où ce manque cruel d’informations pour eux, aucune trace de leur passage en Égypte, le Sinaï, la province du Châm...



Circuit emprunté par le prophète Abraham (sur lui la Paix !), version biblique, toranique.

1. Abraham se dirige vers le nord pour redescendre ensuite vers le sud..., en longeant la mer méditerranée.

2. Puis se dirige vers l'ouest, l'Égypte.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
07/01/15 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire