Histoire sainte toranique, biblique.

HISTOIRE SAINTE, HISTOIRE DES NATIONS DISPARUES. 

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


Les nations aujourd'hui disparues : Les Amalécites (العماليق).
Leur rapport avec le Prophète Abraham et les Prophètes de la Torah :
De Mochè au sceau des Prophètes d'Israël,
Le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !).
Amalek (עֲמָלֵק), l'homme mythique et insurrectionnel des rabbanim.


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

    Suite page 1

   Un lieu d'habitation pour le divin Créateur ? Abraham lié à la Création ?

   On a dit : Un lieu d'habitation. Pour répondre à ces questions, il faut comprendre que : 
- le but essentiel de la Création est que le Créateur "séjourne" (nom de la Chékhina) ici avec nous géographiquement sur la terre d'Israël comme nous le montre la description du Jardin d'Eden où Il se promène dans le jardin avec Adam[5],
- et il veut également résider "en nous"[6] (véchakhaneti bétokham, et je résiderai parmi eux, en eux, Chémote 25, 8).
Nous comprenons alors que la terre d'Israël aussi bien que l'homme sont le lieu où cela se joue[7]. (…)
   Nous dirons : Le but de la Création c’est de Le connaître et d’adorer Celui qui a créé le monde (Coran LI 56). Le monde a été créé pour nous et nous pour l’Au-delà, une autre terre, un autre lieu de séjour. Le séjour pour le fils d’Adam sur cette Terre est limité dans le temps. Celui de l’Au-delà pour l’Éternité. Pour Sa première Maison sur Terre, le divin Créateur choisira la terre d’Arabie, à Makkah. Pour Sa seconde Maison, la Mosquée de Salomon au Châm, à Canaan, au Qoûds, Kedesha, Jérusalem. Mais Il n’habite pas dans ces lieux faits et conçus par Ses créatures, de leurs mains. Nuance ! Ce qui réside sur la Terre, ce sont Esclaves (croyants & incroyants). Et à Ses esclaves d’établir Sa religion, d’obtempérer à Ses ordres et suivre Ses prophètes !
   Le lien. L’auteur de poursuivre : Tout cela est si important dans la Torah que la Création[8] elle-même des cieux et de la terre était déjà destinée à être liée à cet être qu'est Avraham comme l'indique béhibaram[9], anagramme d'Avraham dans le récit de la Création (2, 4). Ce sont les 5 dernières lettres de la ligne, à droite:

 

   Avraham remet en route la Création parce que sa délimitation sort le monde du tohu-bohu : D.ieu a créé le monde, ensuite après les échecs catastrophiques[10] de la faute d'Adam[11], du meurtre de Caïn[12], de la confusion de la Tour de Babel[13] et du déluge[14] ; c'est Avraham qui "recrée" ainsi le monde[15] dans tout son potentiel et dans sa structure positive et qui remet en route la création ; - il n'est pas seulement un nouvel Adam, - il est un partenaire de D.ieu dans la Création[16] ; c'est de lui que le Créateur disait à l'avance "faisons" naâssé[17]. (modia.org)
   Selon l'auteur, la faute de ces "échecs catastrophiques" reposent sur Adam et son Seigneur ! Langage propre aux gens de la Synagogue et de la Torah. Il semble qu'ils n'ont rien compris du plan divin !
   Autre : La Michena Avot 4, 3. affirme en effet :
Dix générations[18] se sont succédées depuis Noah jusqu'à Abraham : cela prouve la longanimité de D'ieu; car toutes ces générations avaient excité sa colère[19], et cependant, grâce à sa piété, Abraham avait pris sur lui [en les rachetant de leurs péchés[20]] la récompense de tous[21].
Abraham est cette pierre précieuse perdue dans du sable. Il fallait tamiser tout le sable pour la retrouver. Le midrache Yalqout Chimôni chap. 18. enseigne que, par sa conduite et son exemple, Abraham justifiait à lui seul la Création[22].
Le midrache rapporte à propos du texte Bérèchit 2, 4. : Telles sont les origines du ciel et de la terre, lorsqu'ils furent créés, bé-hibaréam. Rabbi Yéhochouâ Ben Qorha[23] dit à ce propos : à cause du mérite d'Abraham, le monde fut créé car bé-hibaréam, lorsqu'ils furent créés, est l'anagramme[24] d'Abraham,.
   L'histoire du monde, en vérité l'histoire d'Israël, connaît ainsi trois débuts[25]. Le premier est général : c'est la génération d'Adam[26] donnant naissance à toute l'humanité. Le deuxième vient aussitôt après la destruction du monde et l'extermination[27] du genre humain au temps du Déluge : Noah et ses enfants donneront un nouveau départ à l'humanité. Au troisième, l'humanité connaissant un nouvel essor avec la génération de la Tour de Babèl, subit un châtiment sous forme de dispersion[28]. Cette fois-ci Abraham devient le père de l'humanité et surtout d'Israël[29]. L'humain véritable est celui qui suit les traces d'Abraham[30]. (rabbinat.qc.ca).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !

   Objections, réfutations et remarques.

    Le troisième (prétendu) début ne saurait être reconnu : La Tour de Babel étant une histoire propre au monde biblique (toranique & évangélique) qui semble les avoir traumatisée[31], une histoire imaginaire, fictive[32]. Son origine porte à caution, l’âge de la brique apparaissant à l’époque de Pharaon et de Haman[33] non avant ou pendant celle d’Avraham (sur lui la Paix !) ! Enfin l’histoire des langues venant d’un Livre tronqué comme la Torah ne peut-être source de références pour tout exégète coranique[34]. Secundo : Les gens de la Bible se gardent bien de mentionner, au passage, deux prophètes importants entre Noé et Avraham : Salih (صالح [āli]) et Hoûd (هود) (sur eux la Paix !)[35]. Ce qui signifie que le monde arabe existait bien avant eux[36]. Alors pourquoi prétendre qu’ils sont, à travers Avraham, les véritables héritiers du Monothéisme[37] et surtout de sa semence[38] ? Troisièmement : « Cette fois-ci Abraham devient le père de l'humanité et surtout d'Israël[39]. » Nullement[40]. Avraham (sur lui la Paix !) d’être choisi pour être "un guide pour les gens"[41]. Et le pacte divin sera restreint, il ne touchera pas les prévaricateurs[42] de sa descendance. Secundo : Ismaël, son premier fils sera élu prophète[43] et aura en charge les siens, les Arabes de Makkah et de ses environs, les Amalécites et les tribus du Yémen... Ce qui signifie que sa mission de commencer bien avant celle de Jacob, de la naissance de ses fils, des Douze tribus elles-mêmes. Quatrièmement : « L'humain véritable est celui qui suit les traces d'Abraham. » A la lumière du Coran, ceux qui peuvent se réclamer réellement d’Abraham (sur lui la Paix !), sont plus dignes d’être de lui, de sa doctrine et de sa norme : « c’est bien ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce Prophète-ci[44], et ceux qui ont cru. Et Dieu est le patron des croyants » (Coran III 68).
   Enfin, ce n’est pas par le mérite d’Avraham que le monde fut créé, pas plus par l’intermédiaire du Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). Nous dirons que pour départager les deux antagonistes, il faudrait revenir aux sources. Et la source première n’est-ce pas le sceau de la Prophétie (sur lui Prière et Paix !), la meilleure créature que son Seigneur créa au monde ? Mais les  gens de la Bible de l’évincer tant la haine et l’inimitié qu’ils nourrissent envers lui est sans limite[45]. Il descendra pourtant de la « semence » d’Avraham (sur lui la Paix !), son aïeul. Et l’attaquer, n’est-ce pas attaquer aussi son aïeul ?

   Avraham recréé-t-il le monde ?

    Nous avons vu : « c'est Avraham qui "recrée" ainsi le monde dans tout son potentiel et dans sa structure positive et qui remet en route la création… »
   Nous dirons : Lequel ? Si c’est pour « rétablir » le monde du vrai Monothéisme et de sa Norme[46], alors à lui de remettre sur pied la Religion de son Créateur… Si c’est, comme semble l’interpréter les rabbanim, pour un « héritage » et un partage pour partie des siens, gens de sa famille, pour se servir de la Religion à des fins spécifiques et personnelles ; alors on comprendra que leur monde n’est pas le nôtre.  (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Courant chez les gens de la Synagogue et de la Torah qu’on entende dire de leur part que : leur Seigneur va et vient, se déplace, parcourt, monte, descend, se promène, réside, etc. Car à eux de se Le représenter, dans leur imagination, ‘comme’ une créature humaine ! Et aux gens de l’Évangile de les imiter avec l’incarnation. Et à eux de prendre à témoin leur source : la Bible ! Livre trafiqué du début jusqu’à sa fin, note le Savant ! Telle n’est pas la croyance du monde de l’Islam traditionnel !
[6] Idem pour les gens de l’Évangile. (V. Bible. Je. 1). Paul reprendra cette parole de ses pères du Yéhudisme. Et aux gens de l’Évangile d’adorer leur Créateur et Seigneur mais en Christ, une créature humaine ! On voit combien les croyances des gens de la Bible sont proches.
[7] Suite : En ce qui concerne l'homme comme lieu de cette résidence divine, la circoncision impliquera ses différentes dimensions et dynamiques corporelles: (le Séfer habbahir 168 dit que ses huit extrémités ou limites (qétsavotes) doivent être investies, motif pour lequel la circoncision a lieu le 8° jour.
Cette résidence sera donc établie en lui par une alliance marquée sur lui par un "signe" (tsione) qui délimite la propriété pour ce qui va s'y vivre à l'intérieur, et envers l'extérieur : c'est la circoncision.
Voilà pourquoi il était important qu'Avram cherche par des déplacements physiques du corps dans l'espace où était le centre d'équilibre de la Création et que, après de nombreuses pérégrinations,
- il le trouve simultanément en son corps par le tsione (signe) de la circoncision,
- et il y consacre alors tous ses 248 membres à travers la circoncision, lui dont le nom Avraham a le chiffre également de 248 en guématria ;
- et en ce lieu qui est géographiquement Tsione. (modia.org)
  
Autre : Je terminerai par où j'ai commencé. Abraham n'est pas le père des croyants. Conditionner le divin par le prononcé d'un credo, profession de foi ou dogme, n'est rien d'autre qu'un détournement de l'héritage d'Abraham. Tel est le détournement opéré aussi bien par l'islam que par le christianisme, qui au moins sur ce plan, sont étrangement convergents. Les conséquences de cette convergence, nous les connaissons bien : ce sont les guerres de religion.
Abraham n'est pas le père des croyants. Par le début de sa carrière, Abraham est le père de tous ceux qui refusent les mystifications, les superstitions et les idéologies réductrices. Abraham est le père de la pensée rationnelle, il est le père des savants et non un fondateur de religion. Et par la fin de sa carrière, Abraham est simultanément la première étape de la constitution de l'être d'Israël et le père de tous ceux qui aspirent au droit et à la justice.
(prof-themes.blogspot.fr)
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Pour l'Islam traditionnel, Abraham est un prophète et le père des Soumis, des gens soumis, gens de l'Islam (Coran XXII 78). Le terme "père des croyants" émane plus des gens de l'Évangile et leurs sources d'information, de propagande.
[8] Il faut inverser la donne. La façon dont les scientifiques et certains exégètes du monde biblique et autre présente la création du monde et l’apparition de l’homme sur terre est fausse et erronée. Leur but au départ est de nier à Dieu Son existence et qu’Il soit le Seul et Unique qui a cette Capacité d’être, d’exister par Lui-même et de créer. Qu’Il est, Lui, le Seul et Unique héritier du Cosmos, de la Création. L’homme biblique a une vue fausse et biaisée de son Créateur. Certains de leurs chercheurs, historiens, scientifiques (notamment du monde du Sécularisme, Laïcisme, gens d’Hiram, politique, philosophique, du rationalisme, etc.) mettent uniquement l’emphase sur les recherches archéologiques, les textes et archives des anciens du monde du Sabéisme et du Dualisme, de leurs ancêtres. Cherchant ainsi à confirmer, au passage, la Bible et ses textes uniquement au détriment du Coran.
[9] On a dit : Histoire primordiale articulée, selon le Midrach (Gn Rabba 1,4) cité supra, à l’histoire datée, événementielle : « les patriarches, Israël, le Temple et le nom du Messie » ne représentent-ils pas la réalisation historique du projet présidant à l’œuvre de la création ? (dictionnaires.ensad.fr)
Behibaram. « quand ils furent créés », peut également se lire : be hey baram, « Il les créa par la lettre  », voir Men. 29b, J.Hag. 2.1, PRti. 21ou be abraham, « Il les créa par Abraham » (par les mérites d’Abraham), voir Tan. (B) I.62.
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Le monde de l’Évangile, les suivants de Paul, diront eux : « Il les créa par le Christ » (celui-ci étant à leurs yeux et pour eux : co-créateur, coéternel, consubstantiel avec Lui !). Ainsi, à eux d’adorer leur Créateur mais en Christ, nous disent-ils ! Parole de mécréance (Coran V 72) !
   Les rabbanim aiment citer leur l’histoire dite datée, événementielle, ‘le nom du Messie’ : le « roi-oint » à venir. La réalité est tout autre. Il s’agit là du nom du sceau de la Prophétie, le Prophète Ahmad (sur lui Prière et Paix !) comme le signale nos sources. Lequel n’a aucune attache, de près ou de loin, avec les Patriarches.
   Jacob ben Isaac d’écrire lui et concernant Jacob fils d’Isaac (sur eux la Paix !) (Gen. 28:12) : Le Hizkuni et le Behaye disent : Les anges qui l’accompagnaient montèrent au ciel voir les autres anges afin de leur montrer le visage de Jacob gravé sur le trône divin. Les anges du ciel le regardèrent attentivement puis redescendirent. Ils purent se rendre compte que le visage de Jacob était bien identique à celui gravé sur le trône divin (Ez. 1:10, J.Yom. 5.3.). (op. cit.).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Il y a là une véritable concurrence, course contre la montre, note l’observateur. Et cela date depuis plus de 14 siècles, notent les Savants. Au temps de la Révélation, les Yéhudim de l’époque et les gens de l’Évangile, de s’y appliquer auprès des Croyants soumis, des Compagnons. But de la démarche : les convaincre du bien fondé de leurs propos, qu’ils disent et sont dans la pure vérité ! Et comme on le voit ci-joint, le monde de la Bible est prêt à faire mentir leur Créateur, les Anges, leurs Patriarches, leurs Prophètes ! Et cela de ne pas les déranger pour autant, outre mesure !
[10] Qu’on impute au divin Créateur en passant ! Le monde premier étant un monde damné, chaotique, incapable de se gérer… selon l’exégète biblique !
[11] Leur façon de parler est logique pour eux car ils sont gens qui militent pour le libre-arbitre. Ils ne croient pas en la prédestination d’Adam, de ses enfants. Pourtant, à leur Seigneur d’apporter un formel démenti au monde biblique (toranique & évangélique) (Coran II 30). Ajouter à cela, ils ne croient pas qu’il fut le premier prophète du saint NOM. Et pour eux même s’ils croient en eux, ils les décrivent comme des hommes du commun, des hommes qui peuvent faire des péchés véniels comme capitaux : se saouler, commettre l’inceste, etc. Ils les décrivent comme les opposants aux prophètes les décrivaient. Rien de plus ni rien de moins ! Et au Seigneur d’Adam de rétablir la vérité sur eux à travers le sceau de Ses Écritures : le Coran ! N’en déplaise aux critiques, aux ergoteurs, aux adversaires et opposants à la Religion divine : la Soumission !
[12] Les gens de la Synagogue et de la Torah de marcher toutefois sur ses traces. Combien tueront-ils de prophètes de leur peuple (Coran II 87, etc.) ? Et aux Écritures de témoigner ! De démontrer qu’ils ont été infidèles aux Alliances à cause de leur Mécréance au Signes divins (Coran II 63 ; IV 153-162, etc.).
[13] Conte et chimères des rabbanim, que les gens de l’Évangile confirment...
[14] Jacob ben Isaac d’écrire (Gen. 9:22) : (…) Le Nom béni dit à Cham : « Puisque tu as fait honte à ton père en ne le recouvrant pas, tu seras couvert de honte : tes enfants tomberont entre les mains du roi d’Assyrie. Il les mènera nus, le sexe découvert parmi la foule. » Cham fit en sorte que son père Noé ne puisse plus concevoir d’enfants ; il lui enleva le sexe grâce auquel il pouvait s’unir avec sa femme. Cham dit à ses enfants : « Vous savez qu’Adam eut deux enfants. L’un tua l’autre car ils ne purent s’entendre pour partager l’héritage. Nous sommes trois frères et notre père désire encore un enfant. Alors nous, à plus forte raison, nous n’arriverons jamais à nous mettre d’accord. » Cham fit donc en sorte que son père ne puisse plus avoir d’enfant. Dans l’arche, Noé se désolait de ne pas avoir un jeune fils pour le servir. Il se dit : « Quand je sortirai de l’arche, je concevrai un fils. » Cham entendit cela et aussitôt, il décida d’émasculer son père. Lorsque Noé se réveilla de son ivresse et qu’il se rendit compte de ce que Cham lui avait fait, il maudit Canaan, le fils de Cham, afin qu’il devienne l’esclave de ses frères pour l’éternité puisque Cham l’avait empêché d’avoir un serviteur. (op. cit.).
   Rabbi Hay ben Abba qui dit (Gen. 9:20) : le jour où Noé planta la vigne, il but beaucoup de vin et, ce même jour, il commit de nombreuses mauvaises actions ; il se rendit profane et impur. (op. cit.).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Nous dirons : Noé planteur de la vigne et ensuite un ivrogne réputé ? Pour les gens de la Synagogue, sans aucun doute ! Pour l’homme de la Science du Monothéisme, non jamais ! Ce qui signifie clairement qu’il ne commit aucune mauvaise action de ce genre, comme signalée.
   A rappeler : Pour le monde biblique dont toranique en particulier, Noé est un simple homme, un juste dans leur jargon théologique. Idem pour l’homme évangélique. Donc, il peut commettre des actes graves comme signalé. Pour l’homme coranique, certes il est un simple homme mais surtout un prophète du Créateur ; ce que le monde biblique néglige, refuse de reconnaître comme tel. Ce qui signifie qu’il est protégé, pour nous, dès sa naissance, par son Seigneur, infaillible, ne peut tomber dans le péché mortel dont des péchés capitaux comme l’alcool puis l’ivresse, enfin se dénuder. Tout ceci est, par contre, des accusations graves portées par les gens de la Synagogue et de la Torah, gens de l’Évangile. Preuve que ces gens ne savent pas ce qui signifie réellement être un prophète au sens propre du mot et également selon la Loi divine. Étant un envoyé de son Seigneur à son peuple, son image et sa tenue doivent être irréprochables, impeccables, sinon...
   Se peut-il alors que pour un de ses fils d’émasculer son père ? Pour les rabbanim, sans aucun doute. Pour le commentateur coranique, ce ne sont là que mensonges, calomnies, contes et légendes des rabbanim. Dans le bateau, le capitaine avait en main son navire. Ce capitaine était un prophète et où pouvait-il trouver de l’alcool pour tomber en était d’ivresse ? Encore une fois ce ne sont là que de graves accusations portées sur Noé et ses enfants. Des contes et légendes des rabbanim. Ce ne sont pas là paroles toraniques.
   Quant à la prétendue parole de Cham pour justifier son acte, elle ne tient pas. Histoire d’héritage pour Caïn et Abel nullement. Histoire plutôt d’un sacrifice non agréé par le divin Créateur. Par contre, histoire d’héritage d’une prétendue "promesse divine" pour les gens de la Bible (toranique & évangélique), sans aucun doute. Ce vocable semble tellement les avoir traumatisé dans leur Histoire sainte, qu’ils sont prêts à tout pour y accéder, y compris le mensonge, le vol, la malversation, le meurtre... Exemple de ce qui se passe actuellement en Terre sainte, en Palestine, note l’observateur !
   Conclusion. Cham n’a pu commettre ce que les rabbanim lui attribuent : émasculation de son père Noé (sur lui la Paix !). N’en déplaise aux critiques, aux ergoteurs, aux opposants et adversaires de la Religion divine : la Soumission !
[15] Avraham ne fait rien. Il va simplement réalisé le Plan divin, ce que son Seigneur attend de lui… Et après l’avoir éprouvé et pris comme Ami intime ; Il le fera guide pour les Fils d’Adam.
[16] Ce qui est faux.
[17] Notons que les gens de la Synagogue et du monde toranique sont divisés entre eux. S’ils admettent un Dieu unique et Créateur, ils disent et admettent aussi qu’Il n’était pas Seul avant la Création. Qu’Il partageait Sa solitude avec… était associé à… Qu’au Jour des Comptes, Il ne sera pas Seul pour juger Ses créatures… !
   Ainsi, dans le monde évangélique (le christianisme de Paul) a-t-on fait du Christ, par exemple, un co-créateur, un coéternel, un consubstantiel à Lui ! Ce qui est un blasphème, une ignominie, une parole de mécréance !
[18] Combien de générations entre Adam et Noé ? Entre Noé et Avraham ? Dieu seul le sait ! Très difficile à établir. Et aucune note, aucun calcul des rabbanim ne peut-être pris au sérieux ; ceux-ci ne faisant que supputer. Le premier homme vivait longtemps. Après Noé, son temps, sa longueur de vie se rétrécira pour être ce qu’elle de nos jours.
   Parmi ces sortes de calcul, on trouve :
   1. - A la fin de la paracha, Avraham a 99 ans. Il est la 10e génération après Noa'h, soit la 20e après Adam (et dans 6 générations, à la 26e, ce sera Moché). Il est né en l'an 1948 de la création.
- Avram avait 48 ans lors de la dispersion des peuples et 58 ans à la mort de Noa'h (commentaire de Ibn Ezra sur Béréchite 6, 9). Comme les générations qui ont suivi Noa'h ont vécu longuement, Avram a été contemporain de Chem, fils de Noa'h et de Ever, 4e génération depuis Noa'h, qui enseignait et dans la yeshiva de qui son petit-fils Yaâqov étudiera pendant 14 ans (lire le Rachi sur Béréchite 28, 9 pour comprendre ces comptes).
- Avram avait 52 ans et son épouse Sarah 42 quand ils enseignaient autour d'eux pour essayer d'amener les hommes à découvrir le vrai D.ieu, ce que le traité Avodah Zarah (9) considère comme le début de l'enseignement de la Torah.
- Avraham aura 100 ans à la naissance de Yits'haq et 160 ans à la naissance de Yaâqov.
- Il perdit sa femme Sarah à l'âge de 137 ans après la aqêda (sacrifice de Yits'haq qui avait alors 37 ans ; voir Rachi sur Béréchite 25, 20). Il apprend aussi alors la naissance de Rivqa, qui deviendra l'épouse de Yits'haq (voir Rachi sur Béréchite 22, 20). Sarah a eu son fils Yits'haq à l'âge de 90 ans.
- Quand Avraham décédera à 175 ans, Yist'haq (qui a alors 75 ans) et Yaâqov (qui a alors 15 ans) ont pu vivre et étudier ensemble avec lui pendant 15 ans.
Les sources que je viens de citer sont en hébreu, spécialement dans Rachi et dans le livre Sédér Ôlam Rabbah. (modia.org).
   2. Date de naissance d'Abraham - Genèse 11 v. 26
Question : Dans la Chronologie Biblique en 4 tableaux, Térakh semble avoir eu Abraham à 130, alors que Gen 11.26 semble indiquer 70 ans.
Réponse : Selon Genèse 12:4, Abraham avait 75 ans quand il a quitté Charan. Cela est confirmé par Genèse 21:5 qui indique qu'Abraham avait 100 ans dans le pays de Canaan à la naissance d’Isaac.
Or selon Actes 7:4 (discours d’Étienne), Térakh venait de mourir. Le texte de Genèse 11 et  12 fait comprendre la même chose. Térakh avait donc 130 ans quand Abraham est né (205 - 75, car Térakh est mort à 205 ans, Gen. 11:32). C'est ce qu'indique le tableau chronologique.
S'il en est ainsi, pourquoi est-ce que Genèse 11:26 semble indiquer que Térakh avait 70 ans quand Abraham est né ? (Genèse 11 v 26 dit : « Térakh vécut 70 ans et engendra Abram, Nakhor et Haram »). Il faut comprendre qu'Abraham n'était pas l'aîné, bien qu'il soit cité en premier, et que c'est l'un de ses frères qui est né quand Térakh avait 70 ans, Abraham étant né plus tard.
Si Abraham est cité en premier par la Parole, c’est peut être parce que Dieu lui reconnaît une prééminence morale, étant le type même de l’homme de foi, le père de tous les croyants (Rom. 4:11).
   De pareilles constatations démontrent que le texte biblique est un texte tronqué que les gens de la Bible interprètent comme bon leur semble !
[19] A cause de quoi ? La Torah n’en donne pas l’explication claire à ce sujet, pas plus que les gens de la Bible (toranique & évangélique). La Colère divine éclata à l’encontre de ces gens de la lointaine Antiquité, note le Savant, à cause de leur Associationnisme : le Sabéisme et le Dualisme, auquel sera confronté Avraham (sur lui la Paix !) lui-même et en son temps. La notion de Monothéisme n’étant pas claire pour eux.
[20] A la lumière du Coran, Avraham ne prit rien sur lui puisqu’il abandonna son père et son peuple à ses adorations. Il ne put convaincre qu’un nombre restreint d’individus à le suivre. Pourquoi lui faire porter ce dont il est pur d’adorations et de responsabilités !? Les athées, les mécréants, les associateurs, les agnostiques, étant gens du Feu infernal et cela pour l’Éternité de l’Éternité !
[21] Et aux gens de l’Évangile de les imiter. Toutefois, à la place d’Avraham c’est le Christ qu’ils prendront ! Le grand problème entre les deux communautés est sur la notion propre à eux deux du « péché originel ». Notion fausse et erronée mais combien chère à Paul, leur maître vénéré.
[22] Ceci concerne uniquement un de ses fils après lui : le sceau de la Prophétie, le Prophète Ahmad (sur eux la Paix !).
[23] On a dit : Le Midrach insiste sur ce lien entre l’histoire primordiale et l’histoire datée et datable en interprétant Gn 2,4 : « Voici les engendrements des cieux et de la terre quand ils furent créés / béhibaréam… » R. Yehochou‘a ben Qorh’a dit « Behibaream est l’anagramme de béAbraham » (Gn Rabba 12,9). Le monde a été créé en vue d’Abraham pour être pris en charge par Abraham ; le réshit / commencement en vue d’une ah’arit / fin. (dictionnaires.ensad.fr)
[24] Notion chère et propre aux rabbanim.
[25] Point de vue qui n’engage que leurs auteurs.
[26] Pour les rabbanim, ils sont les seuls créatures à se réclamer de lui, se pouvant se réclamer de lui véritablement ! Les autres peuples et nations nullement, selon leur enseignement. On remarquera que « fils d’Adam » est inconnu des gens de l’Évangile. Et dans leur société, très matérialisée et très sécularisée : on comprend pourquoi on défend, bec et ongles, que l’homme descend du singe et de la guenon, de l’évolution… ! L’expression « fils d’Adam » est très peu usité également par les théologiens des gens de l’Évangile, on emploie plutôt une autre expression « fils de l’homme ». D’où ce mystère qu’on fait planer : L’homme d’où vient-il ? A l’école du monde biblique, on évite d’enseigner aux enfants qu’ils sont tous fils d’Adam ! Leur monde du matérialisme, de l’Athéisme et de la Mécréance, du Laïcisme et du Sécularisme refusant d’admettre l’existence réelle d’un "dieu créateur des cieux et de la terre" ! Pour bon nombre d’entre eux réagissant comme les philosophes, les gens du Sabéisme, du Bouddhisme… le monde a toujours existé et il existera toujours ! Et on a qu’une seule vie autant en profiter ! Personne n’est jamais revenu d’où il est allé : le cimetière !
[27] Mot fort des rabbanim et faux, inexact ! Il faut parler plutôt de l’extermination des mécréants d’alors selon l’invocation même de Noé : Coran LXI 26-28. Ceci échappe complètement à la compréhension du monde biblique (toranique & évangélique).
[28] Contrairement au point de vue des rabbanim, ce n’est pas un châtiment mais un plan divin pour répandre les Fils d’Adam sur l’ensemble de la planète terre. S’y étant montrés réfractaires, l’Ordre divin tomba ! Les gens de l’époque ayant une peur bleue que le déluge recommence. 
[29] V. Coran XVII 3. Selon les Savants : Ils étaient (les Fils d’Israël) dans l’échine de celui qui fut sauvé de la noyade, et à Noé d’être, lui, un « esclave fort remerciant ».
(قال العلماء: ووجه الإِنعام على الخَلْق بهذا القول، أنهم كانوا في صلب من نجا. * تفسير زاد المسير في علم التفسير/ ابن الجوزي.).
   Tel n’est pas (n’a pas été) les Fils d’Israël, les Yéhudim.
[30] Réfutation : Coran III 68.
[31] Parmi tant d’autres de leur Histoire sainte.
[32] Une histoire ayant plutôt une relation avec l’histoire de Salomon (sur lui la Paix !) (Coran II 102), la Magie.
[33] Ce nom n’apparaît pas dans la Torah actuelle, pourquoi ? Pourtant, il jouera un rôle important avec son maître Pharaon (V. Coran XXVIII 6 et sv. ; XXIX 39 ; XI 24, 36). En lieu et place, aux gens de la Synagogue et de la Torah de nous parler d’un autre : Haman, parfois écrit Aman (qui s'écrit en hébreu: המן) est, dans le récit biblique du Livre d'Esther, le vizir de l'empire perse sous le règne d'Assuérus (Xerxès Ier). Dans la tradition juive, Haman est perçu comme l'archétype du mal et de l'antisémitisme. (fr.wikipedia.org).
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Le livre dit d’Esther fait partie des hagiographes, un livre d’histoire… ni de plus ni rien de moins ! Qu’on ne peut ni infirmer ni confirmer. En aucun cas, il ne peut être retenu car il ne fait pas partie des Livres divins révélés à leurs Prophètes (sur eux la Paix !). Pour l’exégète coranique c’est un livre, un montage à mettre sur le compte des rabbanim.
   "Dans la tradition juive, Haman est perçu comme l'archétype du mal et de l'antisémitisme." (fr.wikipedia.org). Parole en l’air et propre aux gens de la Torah, note l’observateur. Ils semblent oublier, au passage, pourquoi leurs ancêtres étaient là ! La cause de leurs malheurs ! N’y a-t-il pas lieu d’en pleurer et à se lamenter plutôt qu’en faire une réjouissante ? Une fête païenne instituée par les rabbanim, note l’observateur ? Ne répondaient-ils plutôt à la "Première promesse" de leur Créateur (Coran XVII 2-8) ? Employer ici un terme comme « antisémitisme » n’a pas sa place, n’a aucun sens ; étant entendu qu’ils étaient là à cause du péché de leurs pères : l’abandon de la Torah. Est-ce à dire que leur Seigneur en écrivant pour eux cela, est un anti-sémite notoire, convaincu ; doit être taxé d’anti-sémite parce qu’Il a puni ces gens, leurs ancêtres ? Il vrai, et à la lumière du Coran, qu’ils ont de Lui la plus mauvaise des pensées et n’hésitent pas de parler et d’écrire en mal sur Lui-même ! N’hésitant pas à salir Son nom, à porter atteinte à Sa divinité et Sa seigneurie, Sa dignité et Son rang, note le Savant.
[34] Ou tout ouvrage historique ou autre comme les talmuds…
[35] Prophètes inconnus et censurés de la Torah. Le monde biblique (toranique & évangélique) ne voulant pas entendre parler de prophètes arabes. Entendre : De prophètes arabes avant Avraham (sur lui la Paix !).
[36] Ceci les gens de la Synagogue et de la Torah se gardent de bien de le faire apparaître. Ces deux prophètes et leurs récits ont été soustraits, censurés de leurs Écritures !
[37] D’autant que selon le monde toranique : Mohammad évoque « la » religion d’Abraham. Il semble ignorer que selon la tradition juive, le Patriarche en enseigna deux : une à tous les peuples et une autre plus étendue, à son fils Isaac. (Une lecture juive du Coran. Haï Bar-Zeev).
[38] Les arabes associateurs de se réclamer eux aussi de lui.
[39] Dans la descendance d’Isaac, Avraham savait dès le départ qu’il y aurait des gens bienfaisants comme des gens malfaisants, des croyants comme des mécréants (V. Coran XXXVII 112-113).
[40] Si on regarde selon le droit du sang, sans doute. Il ne faudra pas, toutefois, oublier ses sept autres fils. Ne pas oublier également que la loi actuelle des rabbanim, de certaines sectes du Yéhudisme, optent pour une "famille matrilinéaire" au détriment de la "famille patrilinéaire". Ce qui va à l’encontre du Droit divin, de la loi toranique originelle. Avec pareille loi rabbinique comment ceux-ci considèrent-ils Avraham ? Pourrait-il vivre au milieu des siens à notre époque ? Ceux qui se réclament de lui ? Enfin, qui peut, à notre époque, se réclamer du sang d’Avraham (sur lui la Paix !), de sa descendance, parmi les gens de la Synagogue et de la Torah ? Certes, ils sont (on est) yéhudim de confession et de religion yéhudie… Quant au reste (le sang, la lignée, la semence), et selon la parole des rabbanim, il faudra attendre la venue du « roi-oint » (messie) pour savoir de quelle tribu on est véritablement ! Ce qui signifie qu’en attendant, on nage en eaux troubles, on est dans le brouillard le plus complet, note l’observateur !
[41] V. Coran II 124.
[42] V. Coran II 124.
[43] V. Coran XIX 54.
[44] Le Prophète Ahmad (sur lui Prière et Paix !). On a dit :
وقال ٱبن عباس: قال رؤساء اليهود: والله يا محمد لقد علمت أنا أولى الناس بدين إبراهيم منك ومن غيرك، فإنه كان يهودياً وما بك إلا الحسد؛ فأنزل الله تعالى هذه الآية. * تفسير الجامع لاحكام القرآن/ القرطبي.
   Le fils d’Abbas a dit : Les chefs des Yéhudim dirent : Par Dieu, ô Mohammad ! Tu as appris que nous sommes plus en droit des gens d’être de la religion d’Abraham, que toi et d’autres que toi ! Il était un yéhudi, et de toi rien d’autre que la jalousie (d’en être jaloux) ! Dieu fit alors descendre ce verset (Coran III 68).
[45] Coran
[46]
Entendre : La norme ou la tradition abrahamique. Celle-ci d’être reprise par le sceau de la Prophétie pour sa communauté. Disparue avec le monde biblique, elle réapparaîtra avec la Révélation du sceau des Écritures, le Coran.



Mythe de la "Tour de Babel" d'après le monde biblique (toranique & évangélique). .


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
07/01/15 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire