786


   HISTOIRE SAINTE - TERRE D'ARABIE - TERRE SAINTE - CHÂM.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !

Le Culte du prophète Avraham (sur lui la Paix !).
Judaïsme - Nazarénisme - Islam ?

   (Suite page 2).
 

   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

   Un rappel à l’ordre divin adressé au monde biblique. Un avertissement et une mise en garde.

   Une conseil utile et une démarche à suivre nécessaire. Quand l’insolence et la prétention du monde biblique n’ont pas de limite. Qu’on en juge :

   « Allez-vous prétendre être proches de Lui[5] du fait de l’antériorité de votre Prophète[6] et de votre Livre[7] alors que notre Seigneur[8] est Unique et que chacun de nos groupes [c’est-à-dire : chacune de nos communautés] sera sanctionnée en fonction de ce qu’il aura accompli comme œuvres[9] et qu’il sera récompensé ou châtié en conséquence et non du fait d’un rattachement [verbal] à une communauté[10] ou d’une antériorité de sa religion[11] ou de son Livre[12]. »

   Nous savons tous que les gens de la Synagogue et de la Torah aiment mettre en avant leur ancienneté, l’ancienneté de leur religion, et surtout leur appartenance ou rattachement au judaïsme, à une communauté particulière, à un Livre particulier : la Torah. Se référant pour cela aux dires de leurs ancêtres : gens de la Synagogue, gens du Talmud, etc. En aucun cas, à la parole qu’ils seront sanctionnés, un jour venant, en fonction de ce qu’ils auront accomplis comme œuvres dans ce bas-monde et qu’ils seront récompensé ou châtiés en conséquence par le NOM ! A les entendre, leurs prérogatives, leur rang, leur appartenance au judaïsme… les préservera de tout contact avec le Feu infernal et éternel ! Tel sera pas, selon eux, le cas des goyim, lesquels y sont destinés !      

   Les gens de l’Evangile ont, eux, un langage quelque peu différent. Toutefois, même s’ils différent avec les gens de la Torah, Paul leur rappelle que la voix du salut passe nécessairement par ‘son évangile’, son appartenance à lui, à ses croyances.   

   Le lot des gens de la Bible : la dissimulation. Gens cachotiers, injustes envers autrui et eux-mêmes.

   « et qui est plus injuste que celui qui dissimule un témoignage qu’il possède de la part de Dieu ? »

   Dieu informe Son Prophète : s’ils prétendent effectivement qu’Abraham, Ismaël, Jacob… étaient juifs ou nazaréniens (chrétiens), dans ce cas, existe-t-il plus injuste qu’eux puisqu’ils dissimulent (katamoû) le témoignage (chahâda) qu’ils possèdent de la part de Dieu à savoir que tous ces Prophètes étaient [avant tout] des soumis[13] (mouslimoûn).

   Cette interprétation est adoptée par les commentateurs (comme Moudjâhid) qui disent que ce verset fut révélé après qu’un Juif eut affirmé de telles choses à propos des Prophètes mentionnés ici.
   (…) Il est donc logique que le témoigne dont il est question ici soit le témoignage de la soumission d’Abraham et de ces Prophètes.

   Quel témoignage les gens de la Bible possèdent-ils à propos d’eux ? Rappel de leur dissimulation, d’une attitude hautement condamnable.

   Tabarî : "Si quelqu’un nous demande quel témoignage les Juifs et les Nazaréniens (Chrétiens) possèdent à propos d’eux, nous répondrons[14] que Dieu leur a donné ce témoignage dans la Torah et l’Evangile ; Il leur révèle dans ces Livres que ces Prophètes étaient droits (hounafâ) et soumis [à Sa Volonté] et que, eux, doivent se conformer à leur norme (sounnah) et suivre leur tradition (millah[15]). C’est là le témoignage qu’ils possèdent de la part de Dieu et qu’ils dissimulèrent lorsque le Prophète les appela à la Soumission et qu’ils lui répondirent : « n’entrera au Paradis que celui qui est Juif [dirent les Juifs] ou Nazarénien (Chrétien) [dirent les Nazaréniens (Chrétiens)] » (Coran II 111) ; ou encore : « soyez Juifs [dirent les uns] ou Nazaréniens (Chrétiens) [dirent les autres] et vous serez dans la bonne voie » (Coran II 135)".

   Pourtant le divin Créateur n’est pas inattentif à ce que font les gens de la Bible. Qu’on en juge :

   « et Dieu n’est pas inattentif à ce que vous faites ».

   C’est-à-dire : Dieu n’est pas inattentif à votre dissimulation de la vérité de ces Prophètes et de leur soumission et au sujet de ce qu’Il exige de vous comme fidélité à leur exemple et comme témoignage sur tout cela à l’égard des hommes.
   Voilà une génération qui s’est bien retirée [du monde] ; à elle [le bénéfice de] ce qu’elle a réalisé et à vous ce que vous aurez réalisé et vous ne serez pas interogés au sujet de ce qu’ils ont fait. » (Coran II 141 ; idem II 134).

   Décryptage.

   “Oummah” désigne ici Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus.

   Le sens de ce verset est le suivant : O Mohammad, dis aux Juifs et aux Nazaréniens (Chrétiens) qui veulent controverser avec toi ou qui prétendent qu’Abraham ou les autres Prophètes mentionnés ici étaient Juifs ou Nazaréniens (Chrétiens), et qui cachent le témoignage qu’ils possèdent à leur sujet :

   Cette “génération” a passé son chemin et est retournée auprès de Son Seigneur avec des Œuvres et ses espoirs et elle ne sera sanctionnée et récompensée qu’en fonction de ce qu’elle a accompli. Si vous tiré fierté d’eux et prétendez être sauvés grâce à eux, sachez donc qu’ils ont été jugés sur leurs œuvres et qu’il en sera, à fortiori, de même pour vous ; seules pourront vous êtes profitables auprès de votre Seigneur, les œuvres pies que vous aurez accomplies et, seules, vous seront défavorables les mauvaises actions que vous aurez faites. Prenez donc garde pour vos âmes et hâtez-vous de les sortir de l’état où elles sont, en revenant vers Dieu et en vous repentant de votre dissimulation impie, de votre égarement et de vos inventions au sujet de Ses Prophètes et de Ses Envoyés. Arrêtez-vous de vous contenter d’invoquer l’excellence des Pères et des Patriarches car vous ne serez pas interrogés sur ce qu’ils ont fait mais sur ce que vous aurez fait ; au Jour de la Résurrection, toute âme sera présentée à son Seigneur et elle ne sera interrogée que sur ce qu’elle aura réalisé. [Explicit]

   Conclusion.

   “Et qui est plus injuste que celui qui dissimule un témoignage qu’il possède de la part de Dieu

   Second avertissement divin et mise en garde. Les gens de la Bible sont invités à se tenir sur leur garde ! Et à se hâter de  sortir leurs âmes de l’état où elles sont, en revenant vers Dieu et en se repentant de leur dissimulation impie, de leur égarement et de leurs inventions au sujet de Ses Prophètes et de Ses Envoyés. C’est clair !

   De même : Arrêtez-vous de vous contenter d’invoquer l’excellence des Pères et des Patriarches[16] car vous ne serez pas interrogés sur ce qu’ils ont fait mais sur ce que vous aurez fait ; au Jour de la Résurrection, toute âme sera présentée à son Seigneur et elle ne sera interrogée que sur ce qu’elle aura réalisé. A chacun ses comptes !

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Du NOM (Hachem), du Seigneur (Adôn)…
[6] Pour les gens de la Synagogue et de la Torah, on parlera toujours et encore de Mochè (Moïse-Moussa) (sur lui la Paix !). On a dit : Moïse (latin Moyses, hébreu משה Moché, arabe موسى Moussa) est, selon la tradition, le fondateur de la religion juive — le judaïsme, qui s'appelle parfois, pour cette raison mosaïsme, c’est-à-dire la religion de Moïse.
   Pour le monothéisme juif et chrétien, Moïse est à la fois l’auteur et le principal personnage de la Bible hébraïque. On lui attribue d’avoir, sous l’inspiration divine, écrit le Pentateuque (les cinq premiers livres de la Bible : la Genèse, l’Exode, le Lévitique, le Livre des Nombres et le Deutéronome) et d’y avoir raconté sa propre histoire, celle des patriarches ses ancêtres, et celle du peuple d’Israël. Il est le prophète et le guide qui conduit les enfants d’Israël hors d’Égypte, pays dans lequel ils étaient soumis, et c’est par sa main que les « prodiges divins » (les dix plaies d'Égypte) se seraient réalisés pour permettre la libération du peuple et le conduire vers le pays de Canaan. Il écrit sous la dictée de Dieu les dix commandements et tout un ensemble de lois religieuses, sociales et alimentaires, la Torah écrite, dont le commentaire, initialement non écrit, également inspiré par Dieu, véhiculé sous forme de tradition orale, constitue, selon le judaïsme rabbinique, la Torah orale.
   Pour l’Islam traditionnel, Mochè (Moïse) (sur lui la Paix !) est un prophète divin auprès de son peuple : les Fils d’Israël. Il lui fut révélé la Torah et la Tradition (laquelle a disparue au profit de traditions rabbaniques), de la part de son Seigneur. Révélé et non inspiré. Elle sera gravée sur des pierres de marbre. Contrairement à l’idée reçue, il ne sera pas le fondateur de la religion juive — le judaïsme. Laquelle religion (secte, schisme ou déviation) apparaîtra après l’adoration du ‘Veau d’or’. En son absence, Mikha (Michée-Samiri) saura faire adorer à son peuple le ‘Veau d’or’, qu’il aura lui-même façonné, et non Aharon (Aaron-Haroun), le frère de Mochè (sur eux la Paix !) comme cela apparaît dans le texte biblique. Il tombera dans l’Associationnisme, et c’est alors qu’apparaîtra les vocables : Yehud, Yehudim. Vocables qui à l’époque seront des mots élogieux : Yehud : Repenti – Yehudim : Repentis. Après leur faux-pas, leur péché, le peuple se repentira d’avoir adoré un animal prit pour un dieu en dehors du NOM. Par la suite, ces vocables finiront pas tomber dans la désuétude, de respectueux au début, ils deviendront un mot d’opprobre religieux, deviendront source de moqueries, ceci après la Révélation de l’Evangile, puis la destruction du second Temple. Raison : Rupture et infidélité aux Alliances. Fin des prérogatives divines (Voir Coran IV 153-159).
   Pour les gens de l’Evangile, et sous la direction de Paul, à lui de les guider vers une nouvelle religion : le christianisme. Selon cette croyance, le fils de Marie est plus qu’un homme prophète, il est un homme fait dieu ! Sa mission sur terre n’est pas prophétique mais divine ! Il est l’incarnation du Dieu vivant ! Cette nouvelle religion apparaîtra aussi comme une déviation de la Religion divine : la Soumission. Le Messie (sur lui la Paix !) sera relégué au second plan. L’Evangile original disparaîtra. L’enseignement du Messie et des Douze également. Seul l’évangile de Paul et de ses disciples restera. Le rêve des gens de la Synagogue de l’époque deviendra réalité : les gens de l’Evangile s’étant écarté du Monothéisme pur, leur place ne pourra être que dans les flammes du Feu infernal ! 
[7] Propos qui reviennent souvent dans la propagande et dans la bouche des gens de la Bible. Ils aiment dirent, à qui veut bien les entendre, que la Bible est le Livre le plus vieux du monde, le plus traduit… Que les Patriarches sont de chez eux et avec eux…
[8] A nous tous. Adon Olam (Hébreu: אֲדוֹן עוֹלָם, litt. "Seigneur du Monde"). Le mot Seigneur (rabb) a un sens beaucoup plus large en arabe. Un des Noms divins. De là, les rabbaniyoun (Coran III 146 ; V 44), c’est-à-dire gens chargés d’établir le Livre (la Torah). Ou savants pieux ou esclaves adorateurs de leur Seigneur. Hébreu, rabbân, (rabbanim) et araméen rabbânâ ; voir l’apostrophe : rabboni « maître » appliquée au Messie (Je. 20 16).
   Tabarî : Le Nom "Rabb" (ربّ) a trois aspects :
   Les Arabes nomment quelqu’un qui est obéi, un "sayyid", c’est-à-dire un maître, un chef ou un prince : "rabb", seigneur.
   Est également nommé "rabb" un homme qui arrange ou améliore une affaire (mouçlih).
   Enfin quelqu’un qui possède une chose et qui en est maître (mâlik) est aussi appelé "rabb" de cette chose.
   Pour conclure, notre Seigneur est un maître (sayyid Coran XII 42) sans pareil dont la Seigneurerie est incomparable, qui arrange (mouçlih) les affaires de Ses créatures par les bienfaits qu’Il répand sur eux et qui possède (mâlik) la Création toute entière ainsi que l’Autorité [qui ordonne cette Création : Coran VI 54].
   Seigneur des mondes (au pluriel). On note ici la différence avec les gens de la Bible qui parlent plus du "Seigneur du Monde"), dans leur jargon.
   Tabarî  (Coran I 1) : ‘alamîna (ٱلْعَالَمِينَ) est au pluriel du mot ‘âlam (العالَم) (monde) qui lui-même est déjà un pluriel puisqu’on nomme ainsi l’ensemble des peuples et des communautés d’une même époque, ou l’ensemble des êtres qui forment l’une de ces communautés ou encore l’ensemble des hommes ou l’ensemble des génies (djins – jinns).
   Le fils d’Abbas commente ce terme en disant : « Il s’agit des mondes des génies et des hommes ».
   Le père d’Aliya commente ce terme en disant : « Les hommes forment un monde, les génies forment un monde et en dehors d’eux il y a encore dix-huit mille mondes d’Anges sur la Terre ; de plus la Terre a quatre “coins” et à chacun de ces “coins” se situent trois mille cinq cent mondes que Dieu a créés pour Son adoration.
   « les quatre coins du monde » : Cette expression désigne en réalité les “Quatre régions” définies par les quatre directions de l’espace : l’Orient et l’Occident, le Nord et le Sud. Et le monde (ou les mondes) ici ne concerne que les êtres doués de raison : hommes, anges, génies, diables.
   Les gens de la Bible parle plus, dans leur langage courant, du « monde » non des « mondes ». Il est vrai qu’ils ne croient pas au monde des génies, des démons. Pour eux, parler de cela, n’est-ce pas revenir au mythe, aux légendes des religions anciennes égypto-gréco-romaine ? On notera que de nos jours, les gens de la Bible (vue que les laïcs ont la haute main sur leurs affaires temporelles et spirituelles) sont à la recherche d’un monde autre dit d’une troisième dimension et plus ! Aussi s’attardent-ils à promouvoir, avec leurs scientifiques, à un monde meilleur qui leur ferait connaître enfin le monde au-dessus de leurs têtes !? Depuis le développement de la science humaine, ne sont-ils pas à la recherche d’une autre vie existante sur d’autres planètes de la Galaxie, du Cosmos… ? Et à eux de faire des reportages, des films pour adultes et desseins animés pour leurs enfants sur des prétendus extra-terrestres, gens ressemblants étrangement au passage à des animaux comme les ‘singes’, etc. !? A l’instar de leur film : la « planète des singes » (l’homme ressemblant ici étrangement à ces animaux abjects), Darwin jubile ! Lequel film, dit-on encore, est un roman dystopique de science-fiction… Et à eux de vouer, au passage, un culte, une admiration sans borne, une fascination, un engouement particulier pour ce monde imaginaire ! Il est vrai que les gens de la Bible de langue anglaise ont un animal fétiche : le singe ! D’autres : le porc !   
[9] Si quelqu’un accomplit une bonne action, la Bible ne mentionne nulle part la récompense qu’aura son auteur. Tel n’est pas le cas pour le Coran. Les seules récompenses mentionnées, à entendre les gens de la Synagogue, concernent la Loi et son application ! Les bonnes actions, de plus, ne sont pas liées à la foi dans le monde biblique. Ainsi faire le bien, aucun mal à autrui, fait hériter aussi du Paradis, à entendre certains, surtout les laïcards, les laics du monde politique biblique ! Pour des sectes de l’Evangile comme le Protestantisme (d’obédience judaïque), certes, les gens de l’Islam font le bien ; mais leurs actions leurs servent à rien puisqu’ils sont tous destinés au Feu infernal ! A entendre les gens de la Synagogue et de la Torah : personne ira au Paradis sauf nous : croyants et mécréants ! Même son de cloche pour les gens de l’Evangile ! Aussi ne voient-ils pas, dans leur insolence, le Messager de l’Islam et ses adeptes vouer, pour l’Eternité, aux flammes de l’Enfer ! Pour preuve :
Extrait de LA DIVINE COMÉDIE de DANTE. L’ENFER, CHANT XXVIII.
Le tonneau, lorsqu’il perd quelque douve ou le fond, ne reste pas béant, comme un que j’aperçus,
ouvert depuis le cou jusqu’au trône des pets.
Entre ses deux genoux pendillaient ses boyaux, les entrailles à l’air, avec le sac fétide
qui prend nos aliments pour les merdifier.
Je tenais mon regard rivé sur cette horreur ;  il ouvrit, m’ayant vu, de ses mains sa poitrine
et dit : « Regarde donc comme je me déchire ! » Vois à quel triste état est réduit Mahomet !
Celui qui va devant en pleurant, c’est Ali, le visage béant du toupet au menton.
Tous les autres esprits que tu peux voir ici dans la vie ont été des semeurs de scandale
et de schisme ; et voilà ce qui les fend ainsi !
S’inspirant de cette description de Dante, divers artistes majeurs ont donné une représentation de ce mahomet aux boyaux pendouillants et condamné aux tourments de l’enfer.  
   En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
   Là où est cet homme maintenant et qui a écrit ces vers, il doit voir et goûter à loisir le résultat de ce qu’il croyait être vrai… Et de voir demain qui est au Paradis pour l’Eternité de l’Eternité, et au Feu infernal pour l’Eternité de l’Eternité ! De notre temps, temps où la Religion divine est en ligne de mire, les opposants et adversaires de la Religion divine aiment présenter de tels pamphlets à leurs congénères. Lucifer jubile, il est en transes ! 
[10] Hébreu : Kahal Kadosh, « communauté sainte. ». Les gens de la Synagogue et de la Torah la revendiquent. Même son de cloche pour les gens de l’Evangile. Alors que le divin Créateur et Seigneur du Cosmos a désigné en cette « communauté sainte. », uniquement la communauté mohammadienne (Coran III 110).
[11] A entendre les gens de la Synagogue et de la Torah, le judaïsme serait la première et la plus vieille religion du monde ! Alors qu’ils prétendent et affirment dans un même temps que le mot « religion » n’existe pas en hébreu ? Selon les hérésiologues, cette religion n’est en fait qu’une déviation de la Religion divine : la Soumission. Elle apparaîtra après l’adoration du ‘Veau d’or’, et connaîtra son expension véritable qu’après la Révélation de l’Evangile, et le schisme apparut au sein du monde biblique : toranique & évangélique.  
[12] La Bible, le Livre divin le plus ancien, dit le monde biblique en choeur. Normal, car il était attribué uniquement aux Fils d’Israël et aux Judaïsés (les gens de la Torah et de l’Evangile se réclamant tous d’un même Livre saint : la Bible). Quant au Coran, il sera attribué aux Fils d’Ismaël (sur lui la Paix !). Il sera le sceau des Ecritures. Il aboliera les lois bibliques, il sera la NOUVELLE ALLIANCE, la NOUVELLE TORAH pour l’humanité. Alors que la Bible ne concerne uniquement que les Fils d’Israël et les Judaïsés, les gens de l’Evangile ; la portée du Coran est universelle : le monde arabe + le monde étranger. Le Coran ne se limitant pas ici à un peuple : le peuple arabe, à une terre : la terre d’Arabie.      
[13] Mouslimoûn. Biblique : des justes.
[14] Point important.
[15] En hébreu, on dit aussi ‘mila’ mais avec un seul ‘l’. Il signifie à la fois "circoncision" et "mot". Le langage et le rite d’entrée dans l’alliance sont intrinsèquement liés. Aussi dit-on : "Toi et tes descendants, de génération en génération, vous devrez respecter mon alliance. Voici l'obligation que je vous impose et à laquelle vous vous soumettrez, toi et tes descendants : quiconque est parmi vous de sexe masculin devra être circoncis. Votre circoncision sera le signe de l'alliance établie entre vous et moi. De génération en génération, tous vos garçons seront circoncis quand ils auront huit jours." Tel est le commandement défini par le livre de la Genèse.
   Il semble que le mot « mila » ici a été changé de sens, modifié volontairement, a été corrompu par les gens de la Synagogue. Rappelons au passage que la « circoncision » est une simple tradition abrahamique parmi tant d’autres. Et au NOM de renvoyer dos à dos les gens de la Bible sur ce problème de baptême et de circoncision. Voir notre étude : Lire…
   Milla, en araméen, signifie : parole, révélation.
   Rachi écrit : La circoncision est le premier commandement observé par Abraham. Lorsqu’on prête serment, l’usage veut qu’on mette la main sur un livre saint ; or Abraham n’avait pas de livre saint ; c’est pourquoi il jura sur la circoncision.
   Ce qui est faux. Les prophètes sont purs de telles pratiques et croyances ! Secundo : Ce genre de pratique sera instituée dans les Tribunaux du monde biblique. Elle semble venir du monde toranique : à savoir de jurer la main sur la Bible comme au pays de l’oncle Sam. Troisièmement : Il disposait de feuillets. (Coran LXXXVIII19). Quatrièmement : Il jura tout simplement avec / par le nom de son Créateur. En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[16] Très courant chez les gens de la Synagogue et de la Torah. Toutefois, Ismaël (sur lui la Paix !) ne sera jamais considéré comme un Patriarche. Plutôt, lui et sa descendants, comme des ennemis mortels du judaïsme.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
20/12/10.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire