Sommaire
  
Histoire ancienne du monde biblique. - La voie pharaonienne. L’exemple de Pharaon. - Accusation gratuite des adversaires et opposants à la Religion divine. Exemple de l’entourage de Pharaon.


Prélude. 
  
L'histoire de Pharaon et son peuple, les Fils d'Israël ou les Hébreux présente pour nous un intérêt tout spécial, puisque leur récit de ces temps anciens sont aujourd'hui encore mentionnés dans les Livres saints. Toutefois, le texte biblique ne saurait être une référence pour nous, en raison des omissions, altérations, contradictions, censures s'y trouvant.
  
"Malheur (01), donc, à ceux (02) qui de leurs mains écrivent le Livre (03) puis disent : « C'est de la part de Dieu », pour le vendre à vil prix ! Malheur à eux, donc, à cause de ce que leurs mains ont écrit, et malheur à eux à cause de ce qu'ils s'acquièrent (04) !" (Coran II 79).
  
"Et très certainement Nous avons apporté le Livre à Moïse, — après avoir fait périr les anciennes générations, — comme des appels à la clairvoyance, pour les gens, et comme guidée, et comme miséricorde. — Peut-être se rappelleront-ils ?" (Coran XXVIII 43).
  
« II ne suffit pas que la religion ordonne :  "Donnez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu" (Matthieu 22,21) ; car il s'agit précisément de savoir ce qui est à César, c'est-à-dire ce qui relève du pouvoir temporel... L'esprit divin doit (muss) pénétrer d'une manière immanente le profane. » (Précis de  l'encyclopédie des sciences philosophiques § 558. )


(01) : Selon Zadjdjadj : ce vocable, les Arabes le disent pour toute personne vouée à la perdition. On a dit aussi que c'est l'invocation que les mécréants prononcent pour eux-mêmes. Selon Saïd fils de Mousaib : Le "malheur" (wail) est une vallée dans la Géhenne. Si on avait mis en marche les montagnes en elle, elles ne seraient pas liquéfiées mais auraient fondues à cause de son intensité de la chaleur. En quelque sorte comme les cratères de volcan.
(02) On a dit que cela s'adresse directement aux Docteurs juifs de l'époque. Ils craignaient pour eux, pour leur subsistance et leur devenir. Surtout lors de l'apparition du Prophète à Médine. Ils s'appliquèrent donc à éloigner leurs coreligionnaires de la foi en lui. Ils changèrent ainsi ses attributs dans la Thora : joli de visage, beaux cheveux, yeux noirs foncés, de taille moyenne ; par l'inverse. Si leurs coreligionnaires venaient à les questionner, ils leur lisaient ce qu'ils avaient eux-mêmes écrits. Trouvant l'inverse de la réalité, ils pouvaient alors déclarer menteur le Prophète… 
(03) Le Livre ou la Bible.
(04) On a dit : de désobéissances.
 

Série : Histoire sainte.
 

Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].


    La différence entre le chemin de la Prophétie et le chemin de la Royauté.

الفرق بين منهج النبوة و منهج الملك


III

HISTOIRE UNIVERSELLE

   Le Pharaonisme. Son chemin.

    La voie pharaonienne. Voie sans issue. L’exemple de Pharaon.

   Quant à la voie des Etats, des régimes en place de tout temps, elle est claire : intimidations, mise en demeure, arrestations, menaces de mort, tortures, pendaisons… Et certaines gens ne jugent-ils pas légal certes façon d’agir ? De se comporter vis-à-vis d’adversaires et opposants ?

   Exemple :

    Quant à la voie du Pharaonisme, n’avons-nous pas là un exemple pour les hommes doués d’intelligence ? Qu’on en juge :

    Et Pharaon dit : « Laissez-moi tuer Moïse. Qu'alors il appelle son Seigneur !
   Je crains qu'il ne change votre religion, ou qu'il ne fasse apparaître le désordre sur la terre. » (Coran XL 26).

    Notez cette parole lourde en conséquence, qui fait froid dans le dos : Laissez-moi tuer Mochè ! Alors que celui-ci vient l’inviter à la foi de son Seigneur[5], l’avertir. Et à lui de porter sur lui un jugement dénoué de bon sens : Je crains qu'il ne change votre religion (celle de donner à Dieu des Associés ; le Sabéisme) ! Ou plus grave encore : ou qu'il ne fasse apparaître le désordre sur la terre !

    Loin des Messagers divins, lorsqu’ils se présentent à leurs peuples, d’apporter le désordre sur terre, le mal, la corruption, la perversion... Et les évènements démontreront, dans ce récit, que le vrai fauteur de désordre sur la terre d’Egypte (Afrique), ce sera Pharaon lui-même. Quant à changer la religion de Pharaon et de son peuple, n’est-ce pas là le rôle des Messagers divins, c’est-à-dire de ramener les gens sur le droit chemin, à la véritable Religion divine ? Au vrai Monothéiste ? De les sortir des ténèbres de l’Obscurantisme vers la Lumière divine, vers la Guidée, leur propre guidée dans ce monde et dans l'Autre ? Voie salvatrice dans ce monde et dans l’Autre ?

    Seconde confirmation.

    Quant à l’auteur direct du désordre sur la terre d’Egypte n’était-ce pas Pharaon et son entourage ? Qu’on en juge :

   Et la cohorte des grands (sa cour) du peuple de Pharaon dit :
  
« Laisseras-tu Mochè et son peuple commettre du désordre sur la terre,
  
et lui-même te délaisser, toi et tes dieux[6] ? » — II dit[7] :
  
« Nous allons exprès tuer leurs garçons et laisser vivre leurs filles,
  
tandis que nous sommes, sur eux, les dominateurs. » (Coran VII 127).

     
    Description et rôle de Pharaon :

   En vérité, Pharaon fit le hautain sur la terre ; il désigna en sections[8] ses habitants,
  cherchant à affaiblir l'un des groupes, égorgeant ses garçons et laissant vivre les filles.
  C'était donc vraiment un fauteur de désordre[9] (Coran XXVIII 4).

   N'est-ce pas là la description de tout semeur de désordre, de troubles sur la Planète Terre ? Soit :
   il est homme : 1) orgueilleux, 2) diviseur, 3) destructeur, 4) meurtrier... à l'instar de Caïn, fils d'Adam.

    Une voix raisonnable d’ailleurs s’élèvera contre tout cela. Disant notamment :

           Et un croyant de la famille de Pharaon[10], qui cachait sa croyance, dit : « Tuerez-vous un homme parce qu'il dit :
            'Mon Seigneur est Dieu' ? tandis qu'il est venu à vous avec les preuves de la part de votre Seigneur.
           S'il est menteur, son mensonge alors est contre lui-même ; tandis que s'il est véridique, alors,
           partie de ce dont il vous menace va vous atteindre. »
   
       - Dieu, vraiment, ne guide pas celui qui est outrancier, mensonger !

           - « O mon peuple[11] à vous la royauté, aujourd'hui : vous triomphez sur
           la terre. Mais qui nous secourra de la rigueur de Dieu si elle nous vient
[12] ? »
          
— Pharaon dit : « Je ne vous fais voir que ce que je vois. Je ne vous
          
guide cependant qu'au sentier de droiture. »

   — Et celui qui était croyant dit : « O mon peuple, en vérité, je crains pour vous un Jour comme celui des sectateurs,

   comme celui du peuple de Noé, et des Aad, et des Thamoud, et de ceux d'après eux. »
  
— Or Dieu ne veut pas de manquement à l'égard des Esclaves.


           « En vérité, ô mon peuple, et je crains pour vous le jour de la convocation mutuelle,
          
le jour où vous tournerez le derrière en déroute, sans qu'il y ait pour
          
vous de protecteur contre Dieu. »
          
— Et quiconque Dieu égare, alors, pas de guide pour lui ! (Coran XL 28-33).

       Cet homme ne suivait-il pas la vraie Voie, la Voie de la Prophétie ? Pourtant, il ne sera pas entendu. Et à Mochè, le prophète (sur lui la Paix !) d’appeler toujours et encore Pharaon à la raison, à la foi. Dans l'espoir que peut-être... N'est-il pas annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur de ce qu'il allait venir ? Qu’on en juge :


        Quoi ! le récit de Moïse t'est-il parvenu ?
        Quand son Seigneur l'appela, dans Towâ[13], la vallée sanctifiée :
  
     — « Va vers Pharaon. Vraiment, il s'est rebellé !
  
     Puis, dis : Te convient-il de te purifier et que je te guide vers ton Seigneur, et que tu craignes ? » (Coran LXXIX 15-19).

    La Voie de la Prophétie n’est-elle pas d’appeler à la voie droite, au chemin du Seigneur des mondes ; c'est-à-dire à l’inverse de ce que appelle et vers quoi appelle la voie de Pharaon ? A savoir à ne pas se rebeller envers et contre son Seigneur ? A purifier le cœur de l’homme de la mécréance, à l’inviter à la guidée et à la crainte du divin Créateur ? Aux bonnes actions ? Pourtant, cette purification du cœur, cette foi, cette guidée, cette crainte, cette certitude, Pharaon n’en voudra pas. Il préfèrera suivre sa raison, sa passion… lui et son peuple. Et se sera la cause de leur perdition.


    La carte de l'itinéraire traditionnel de l'Exode.
    (réalisée avec http://aquarius.geomar.de/omc)

    Accusation gratuite des adversaires et opposants à la Religion divine. Exemple de l’entourage de Pharaon.


    Et très certainement Nous envoyâmes Moïse, avec Nos signes et autorité manifeste,
    vers Pharaon et Hâmân[14] et Coré[15]. Puis ils dirent : « Magicien ! grand menteur ! » (Coran XL 23-4).

    L’arrivée du prophète Mochè (sur lui la Paix !) va, selon les historiens et commentateurs, coïncider avec un temps précis où la Magie[16] va être à son summum en terre d’Egypte. Et la plupart qui s’y adonneront seront, dit-on encore, les Fils d’Israël. Ils y seront forcés, à cette époque, par Pharaon.

    Les Signes et miracles divins. Leur rôle.

    Les signes divins[17], les miracles ne sont-ils pas les ‘lettres de créance’ des Messagers auprès de leurs peuples ? Le dernier recours des opposants et adversaires des Messagers, ne sera-t-il pas alors de les accuser de ce dont ils ne seraient être coupables ? De tous les maux du monde ? De la terre ? Aucun Envoyé, sans distinction, n’a échappé à cette règle. Et ce avec quoi viennent les Messagers, semble déranger la tranquillité de bon nombre de gens. Des gens qui s’adonnaient à des choses comme : la Mécréance, l’Athéisme, l’Associationnisme, le mal, le péché, le libertinage, la luxure, la Magie… Et ce sera leur cause de perdition dans ce monde et dans l'Autre. Donc, par de Voie véritable dans ce bas-monde, excepté celle de la Prophétie, des Prophètes (sur eux la Paix !). (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Pour nous, Mochè, le prophète fut envoyé à deux peuples distincts : copte (ou égyptien) et les fils d’Israël. L’enseignement biblique, rabbinique, talmudique est tout autre. Envoyé oui, mais au peuple juif seulement !
   Propos bizarres du monde toranique : On a dit : Moïse mesurait 10 Amot (5 mètres environ), Berachot (54, b). Pharaon qui était à l'époque de Moïse mesurait une Ama; (environ 50 cm) et sa barbe également. (Moed Katan 18, a). Si la Torah n'avait pas été donné on aurait appris la pudeur du chat, le vol de la fourmi, l'adultère du pigeon, le savoir-vivre du coq. (Erouvin 100, b). Le feu de l'enfer ne peut dominer les Sages, on le déduit d'un raisonnement à fortiori concernant la Salamandre (animal né du feu, après avoir été allumé sept ans d'affilé.) [Rachi : Si on dit à propos de la Salamandre, créature engendrée par le feu, que celui qui s'asperge de son sang est protégé du feu. Les Sages que tout leur corps est un feu, comme il est dit : "Ma parole est comme le feu, dit l'Eternel" (Jér. 23 ,29) à plus forte raison qu'ils seront protégés du feu. ('Haguiga 27, a)]. Samson avait des épaules large de 60 coudées (à peu près trente mètres). (Talmud Sota 10, a). Bizarreries recueilles par Hervé élie Bokobza.
   Autre :
"Et je passerai dans la terre d'Egypte, cette nuit je frapperai tout premier-né…je suis l'Eternel".
  
Une question se pose: Pourquoi est-ce que l'Eternel frappa lui-même les premiers-nés égyptiens ? Il aurait pu le faire par l'intermédiaire d'un de ses anges serviteurs ?
  
Rabbi Shimon bar Yo'haï nous enseigne que les anges ne savent pas discerner entre la goutte qui conçut un premier-né et celle d'un autre enfant.. Seul l'Eternel le pouvait. Les anges envoyés du Tout-Puissant, ne connaissent que ce qu'il leur est permis de savoir. Par exemple, toutes les événements que l'Eternel va réaliser dans le monde leur sont connus parce que l'Eternel les proclame dans les Cieux avant de les accomplir. De même, lorsqu'un ange destructeur est envoyé dans le monde (lorsque survient un désastre, par exemple, que D-ieu nous en préserve), il est recommandé à tout homme de rester chez lui et de ne pas se promener dans des lieux publics, pour ne pas être frappé par cet ange (car l'ange destructeur ne distingue pas entre le juste et l'impie), comme il est dit: "Et personne ne sortira de sa maison jusqu'au matin".
  
Mais au devant de l'Eternel, nul ne peut se cacher, comme il est dit: "Si un homme se dissimule dans une cachette, ne le verrais-Je pas…? (Jérémie 23)
  
Une femme égyptienne mariée qui avait eu des rapports avec d'autres hommes fit croire à son mari que tous ses enfants étaient les siens. Lors de la plaie des premiers-nés, tous moururent, car ils étaient tous premiers-nés d'un autre père. (!!!).
   Autres : Le Saint, béni soit-il, punit d'abord les chefs célestes, ensuite seulement les rois.
   Dieu prend le nom de YHVH quand le nombre de justes est grand; quand le nombre de coupables est grand, il prend le nom d'Élohim.
   Pharaon ne connaissait pas YHVH, mais il connaissait Élohim, parce qu'il était le plus sage de tous les magiciens.
   Si Moïse eût parlé à Pharaon au nom d'Élohim, il aurait tremblé; mais c'est précisément pour qu'il résistât que Moïse lui parla au nom de YHVH.
   Le Saint, béni soit-il, a deux enfants, un fils et une fille; le fils a été donné à Jacob, et la fille à Abraham.
   Cette fille s'appelle Bacol.
   Les Chéroubim ont le visage semblable à ceux des enfants.
  
Le Saint, béni soit-il, a juré de n'entrer dans la Jérusalem d'en-haut avant qu'Israël ne soit rentré dans la Jérusalem d'en-bas.
   Autre :
Pour l'instant Israel oscille entre deux avodot zarot : Le Socialisme et le Nationalisme. Il en restera ce qui est resté du Communisme. Qui se souvient de Meïr Vilner et de ses amis dans les années 50 lorsqu'ils se promenaient le 1° Mai avec drapeau rouge en tête. Cela ne ferait même pas rire des enfants aujourd'hui. Israel refuse encore de passer du HARD au SOFT. Le HARD c'est la construction de l'infrastructure matérielle du pays qui est réalisée, le SOFT c'est la THORA c'est à dire le seul projet compatible pour la suite. A l'heure de la mondialisation, le seul moyen de protection c'est la THORA ; ou sinon on assistera au mélange de populations : le BOUND en a déjà fait l'expérience. Les coquilles sont les lanières de flagellations qui entourent Israel. Israel est comparé à un fruit. Si Israel accomplit sa mission, c'est à dire s'il absorbe l'eau (l'eau est comparé à la THORA) ; alors le fruit << ISRAEL >>se développe bien et fait craquer "L'ECORCE " ; mais si le fruit n'absorbe pas l'eau alors il se dessèche et les écorces tiennent alors le fruit à leur merci. Ce n'est pas un programme de droite, ce n'est pas le nationalisme, ce n'est pas un programme de gauche avec une paix illusoire ; il faudra hélas traverser toutes ces illusions pour comprendre le vrai " programme " qui convient à ISRAEL. (Gog et Magog Gog et Magog).
   C'est là qu'intervient le rôle des Prophètes. Eux ont toujours invité de passer du HARD au SOFT. Le HARD c'est la construction des Piliers de la Religion divine qui est réalisée, le SOFT c'est le Livre divin mis en application ; ou sinon on assistera au Jour de l'Heure : le BOUD, le monde biblique, toranique, en a déjà, dans le passé, fait l'expérience. Aujourd'hui, le monde arabe refuse obstinément de passer du HARD au SOFT. Ce n'est pas le programme du monde biblique (toranique & évangélique), ce n'est pas le nationalisme et d'autres idéologies rampantes, ce n'est pas leur Partissisme (régime des partis) ou leur Nemrodisme (régime dictatorial) avec leurs illusions, leur marché de dupes, leur trompe l'oeil et leurs conseils qui n'en sont pas qui les secourra ; il faudra traverser tout cela, ce chemin parsemé d'épines et de ronces pour comprendre la vrai "voie" salvatrice qui convient au peuple arabe et non arabe de la Communauté. Soit la Voie de la Prophétie. Et Dieu est plus Savant !

[6] Lui-même était adorateur d’autres dieux que le Miséricordieux… Il était sabéen de religion. Mot nouveau : hénothéiste.
[7] Dans un excès de folie… A l'instar de ce que vécurent certains Palestiniens en leurs terres, de notre temps, note l'observateur. A.m.a.l.e.k, des temps modernes, les a durement frappés. Personne, notent les Savants, n'oubliera Jénine (Palestine). Personne ! Et cela restera  une marque noire à tout jamais pour leurs auteurs. Etait-ce écrit dans la Bible pour agir ainsi ? En vérité, combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !
[8] Comme la formule du monde biblique, anglophone : Divise pour régner ! Il divisera son peuple en partis, et deviendra ainsi le Père du Partissisme (ou le régime des partis, clans, etc.). Les gens du monde de la Philosophie, de l'Idéologie, de la p.o.l.i.t.i.q.u.e ne cesseront de le suivre et de se réclamer de lui, ceci jusqu’à la fin des temps. 
[9] Cf. Coran II, 49.
[10] Récit inconnu et censuré dans le récit biblique. Il est vrai que la Bible actuelle fait apparaître, s’attarde beaucoup sur l’injustice de Pharaon et de son peuple, le mauvais traitement que subissaient les Fils d’Israël (ou les Hébreux) en Egypte ; non jamais que les prophètes Mochè et son frère Haroun furent envoyés à deux peuples distincts : copte + hébreu. Ce qui est logique puisque naguère le peuple copte avait accueilli sur sa terre toute la famille du prophète Jacob (sur lui la Paix !). Et ceci, à des moments difficiles, au temps où le prophète Youssouf (Joseph) sera un ministre ou un intendant du roi de leur époque. Le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes ne serait être, à l’inverse des croyances et du raisonnement faux du monde de la Synagogue, une divinité injuste. Coptes et hébreux ne sont-ils pas, n’étaient-ils pas Fils d’Adam ? Objet de Sa création ? N’en déplaise aux ergoteurs, opposants et adversaires de la Religion divine !
[11] Ultime appel à la raison : O mon peuple... réfléchissez bien avant d’agir ! Point important dans ses paroles : "(...) je crains pour vous un Jour comme celui des sectateurs, comme celui du peuple de Noé, et des Aad, et des Thamoud, et de ceux d'après eux". Ce qui prouve que le peuple de 'Âd et Thamoud étaient bien connu par les Fils d'Israël de l'époque. Pourquoi les gens de la Bible (toranique + évangélique) feignent de les ignorer ? La parole de ce témoin oculaire, pour nous, ayant plus de valeur que la leur. Ne leur en déplaise !
[12] Son châtiment pour avoir mécru et avoir voulu aller à l’encontre du dessein divin.
[13] Towâ, lieu au Sinaï. XX, 12. Comparer : Bible. Exode 3, 5.
[14] Ministre de Pharaon. Inconnu et censuré du récit biblique. Mentionné également aux chapitres : XXVIII 6 ; XXIX 39.
   Les gens de la Synagogue ne cite pas ce personnage parmi les contemporains de Mochè, le prophète. La légende rabbinique rapporte le récit d’un personnage au nom de « Haman le Agaguite » (devenu « Aman » dans la Vulgate et les traductions françaises) favori et ministre du roi des Perses Assuérus (Ve siècle avant l’ère évangélique) dans un de leurs ouvrages d’histoire dénommé livre d’Esther. Selon ce récit légendaire, il voulut la perte des Fils d’Israël et des Judaïsés, mais une reine au nom d’Esther les aurait sauvés. Aman, disgracié, fut pendu. Sa légende a été exploité par le Targum Sheni et d’autres écrits rabbiniques.
[15] Arabe coranique. : Qâroun. Hébreu, Qorah, était, selon la Bible, un descendant de Lévi (Ex. 6 21 ; I Chro. 6 7). D’après le Livre des Nombres (chapitre 16), il s’opposa à Moïse et à Aaron, avec plusieurs autres chefs et « deux cents cinquante des enfants d’Israël », Moïse lui proposa son ordalie, son crime apparut et, finalement « le sol se fendit sous les pieds » des coupables ; « la terre ouvrit sa bouche et les engloutit, eux et leurs familles, ainsi que tous les hommes de Coré et tous ses biens… La terre les recouvrit ». (Nb 16 31-33 ; cf. 26 10). La tradition rabbinique a retenu les légendes le concernant et, d’après le Talmud, (Sanhédrin, 110 a) les clés de ses trésors représentaient la charge de trois cents mules.
[16] Récit censuré dans la Bible. On le comprend quant on sait que bon nombre de gens de la Synagogue s’adonnent ouvertement ou secrètement, de nos jours, à la Magie ; voire au comble de l'ignominie l’attribue injustement à leurs prophètes comme Salomon (Shlomo) (sur eux la Paix !) (Coran II 102) !? Les gens du Dualisme (ou Magisme : loges, sectes occultes, cabalistes, etc.) ne s’adonnent-ils pas pour certains d'entre eux, en plus de la P.o.l.i.t.i.q.u.e, à la Magie ? Chez les gens de la Bible (toranique + évangélique) ne pense-t-on pas que Magie et le Politique (la Politique) vont de pairs ? Font bon ménage (ex.: le Partissisme des gaôches) ? Combien, à notre époque, de gens dans leur monde politique, font alliance bon gré malgré, se réclament de sectes, loges, organisations plus ou moins secrètent ? Combien ? Et cela semble importuner personne. C'est d'ailleurs un effet de mode. Un retour au Paganisme. Qu'on en juge :
   (...) Alors que la chasse aux sorcières semble gagner du terrain sous d'autres latitudes, la sorcellerie a plutôt le vent en poupe en Occident.
En témoigne la relative popularité aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Canada de la Wicca, une philosophie néo-païenne qui trouve ses sources dans le chamanisme et le druidisme notamment.
"Ceux qui pratiquent la sorcellerie aujourd'hui en Occident estiment qu'ils perpétuent une certaine forme d'art qui était en passe de disparaître. Ils se focalisent sur la magie positive ou sur des techniques de guérison", souligne le professeur Hagen.
Au-delà du cercle encore restreint des Wiccans, la sorcellerie bénéficie d'un succès d'estime grâce à l'effet Harry Potter, la série de best-sellers de l'écrivain anglaise JK Rowling.
Les aventures de l'apprenti sorcier, traduites en 64 langues et vendues à plus de 325 millions d'exemplaires, et des séries télévisées prisées telles que "Ma sorcière bien-aimée" et "Sabrina, l'apprentie sorcière" ont fait basculer dans le domaine du divertissement des pratiques jusqu'alors occultes.
"Le phénomène Harry Potter montre qu'il y a aussi des forces positives, et pas seulement maléfiques, dans la sorcellerie et que la magie innocente peut être une bonne chose", estime Mme Leinonen. (...) (jeudi 28 juin 2007, Les sorcières mal-aimées, thème d'une conférence dans l'Arctique. Par Pierre-Henry DESHAYES - Yahoo ! Actualités).
   Pour les femmes, comme Mme Leinonen, se donner à la Magie peut-être une bonne chose ? Que Dieu nous en préserve ! Une chose qui distrait, ne peut qu'éloigner du divin Créateur et attirer Son courroux. N'est-ce pas là le souhait de tout sorcier-magicien ? Egarer les gens ? Le phénomène Harry Potter montre qu'il y a des forces positives parmi les démons hommes et femmes... Des forces maléfiques qui savent tourner en leur faveur les passions des hommes, des génies et démons. Et au sexe féminin, avec le Démon lapidé, de mener la danse ! En vérité, combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !
[17] Soit le bâton changé en serpent et la main devenue toute blanche de Mochè (sur lui la Paix !). Autant de chose que Pharaon et les siens interpréteront comme venant de la Magie, et Mochè (sur lui la Paix !) comme étant le chef des magiciens de sa cour (Coran XX 71) ! Accusation gratuite.  
   Rappelons au passage que bon nombre de gens de la Bible, gens de la Synagogue en particulier, gens du Dualisme : loges, sectes occultes, etc., gens de la Philosophie du monde biblique (croyants & incroyants) ; attribuent la puissance de certains prophètes comme Abraham, Mochè, David, Salomon (Coran II 102), le fils de Marie (Coran LXI 6), comme venant directement de la Magie, ou pour le monde scientifique à des causes naturelles ! Toujours selon eux, les Prophètes auraient étudié, faits des stages dans leur jeunesse dans les Temples d’Isis, auprès de maîtres de grandes renommés, d’où leur puissance… mentionnée dans la Bible ! Niant par là toute foi aux signes divins et aux miracles. Niant par là la Toute-puissance divine, à travers l’envoi des Messagers divins aux nations (Coran IV 155-9, etc.).


لا اله الا انت سبحانك اني كنت من الظالمين


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
18/07/08 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire